Après quatre salves de sanctions occidentales, l'économie de la Russie commence à se fissurer

Défaut de paiement « imminent », secteur automobile complètement sinistré, l'inflation galopante... après des semaines de sanctions successives et de plus en plus dures, l'économie russe commence à trembler sur ses bases.
Le maître du Kremlin avait averti de la solidité de l'économie russe le 16 mars dernier (« Oui, ce n'est pas simple pour nous en ce moment, mais il n'est pas possible d'organiser un blitzkrieg économique contre la Russie »), mais aujourd'hui c'est moins certain.
Le maître du Kremlin avait averti de la solidité de l'économie russe le 16 mars dernier (« Oui, ce n'est pas simple pour nous en ce moment", mais "il n'est pas possible d'organiser un blitzkrieg économique contre la Russie »), mais aujourd'hui c'est moins certain. (Crédits : EVGENIA NOVOZHENINA)

L'Union européenne et les États-Unis, leur alliés, tout le camp occidental -à quelques notables exceptions près comme la Hongrie(*)- ont tiré déjà quatre salves de sanctions de plus en plus dures sur l'appareil économique de la Russie depuis l'invasion de l'Ukraine et, enfin, des lézardes commencent à apparaître sur les murs de la forteresse assiégée du Kremlin, selon des données publiées mercredi.

1. Le défaut de paiement « imminent »

Parmi les premières sanctions, de nombreuses multinationales avaient décidé de fermer boutique en Russie, annonces faites à grand tapage mais jusqu'ici sans grands effets mesurables sur l'économie réelle. Et cette apparente insensibilité n'était pas due au maintien des salaires pendant le lockout car les groupes étrangers qui l'ont mis en place, comme McDonald pour ses 62.000 salariés au chômage temporaire, sont rarissimes.

Mais finalement après plusieurs semaines de salves de sanctions allant crescendo depuis le début de l'offensive russe en Ukraine, des signes manifestes apparaissent.

Ce mercredi même, le ministère des Finances russe a ainsi annoncé avoir réglé en roubles une dette de près de 650 millions de dollars parce qu'une banque étrangère a refusé d'effectuer le paiement en dollars.

Lire aussi 3 mnLes Etats-Unis tentent de pousser la Russie vers le défaut de paiement

En effet, alors que le Trésor américain laissait jusqu'ici à la Russie la possibilité d'utiliser ses réserves de devises étrangères -et donc de dollars- stockées dans les banques américaines pour payer ses dettes extérieures libellées en dollars, il a durci cette semaine les sanctions, après les atrocités de Boutcha, en n'acceptant plus de dollars stockés par Moscou dans des banques américaines.

La Russie dispose maintenant comme il se doit d'un délai de grâce de 30 jours avant que le défaut de paiement ne soit formellement prononcé par les agences de notation. Ces dernières ont d'ailleurs déjà alerté sur un défaut de paiement « imminent » de la Russie.

Pendant plusieurs semaines, la Russie avait réussi à écarter le danger d'un défaut mais cette fois-ci c'est bien fini. La preuve que la situation est critique: le ministère des Finances russe a aujourd'hui même répliqué en mettant en garde les créanciers de "pays hostiles" (cf les clients du gaz russe par exemple): l'argent leur sera remboursé en roubles déposés sur un compte russe, et ils ne pourront convertir ces roubles qu'à condition que les fonds de la Russie à l'étranger ne soient débloqués.

Le porte-parole du Kremlin a lui aussi donné de la voix: "Il n'y a pas de fondement pour un réel défaut", a ainsi déclaré Dmitri Peskov, interrogé lors d'un point de presse mercredi, affirmant que "la Russie a toutes les ressources nécessaires pour honorer ses dettes".

Certes, le maître du Kremlin avait lui-même averti de l'invicibilité de l'économie russe le 16 mars dernier (« Oui, ce n'est pas simple pour nous en ce moment", mais "il n'est pas possible d'organiser un blitzkrieg économique contre la Russie »), mais aujourd'hui rien n'est moins sûr.

En effet, selon Timothy Ash, analyste de Blue Bay Asset, contacté par l'AFP, « il est difficile pour la Russie d'éviter un défaut souverain":

"Un défaut est un défaut. Les marchés le jugeront ainsi. Les investisseurs n'ont pas été payés. Ils s'en souviendront » (...) Un défaut pourrait ne pas faire s'effondrer immédiatement les marchés et l'économie russes, mais aura des conséquences dévastatrices à plus long terme", a précisé cet économiste, qui prévoit "un impact sur l'investissement, la croissance, le niveau de vie" entre autres.

Il concluait:

« Poutine appauvrit la Russie pour des années. »

2. L'automobile russe aux abois : les ventes plongent de -62,9%

Autre chiffre marquant, les ventes de voitures neuves se sont effondrées aujourd'hui de 62,9% en mars sur un an, qui témoigne d'un secteur mis aux abois, les pays du camp occidental ayant notamment banni les exportations vers la Russie de pièces détachées.

De nombreux producteurs ont annoncé en outre l'arrêt de la vente de composants ou de voitures à la Russie, à l'instar d'Audi, Honda, Jaguar ou Porsche. D'autres ont annoncé l'arrêt de la production, comme Renault, BMW, Ford, Hyundai, Mercedes, Volkswagen ou Volvo.

Les usines d'Avtovaz (groupe Renault-Nissan), premier producteur de voitures en Russie, employant des dizaines de milliers de personnes, sont quasiment à l'arrêt en raison d'une pénurie de composants importés.

Selon les données d'Avtostat citées par Kommersant, les prix des voitures neuves ont augmenté en moyenne de 40% en mars, et jusqu'à 60% pour les voitures haut de gamme, dont l'approvisionnement est limité par des problèmes de logistique ainsi que par les sanctions.

3. L'inflation flambe, mais la vraie crise n'arrivera que cet été

Les chiffres de l'inflation de mars sont attendus mercredi soir et devraient battre des records.

Alexeï Vedev, chercheur associé à l'institut Gaïdar de l'université Ranepa à Moscou, estime qu'elle sera aux alentours de 20% annuels, après avoir dépassé 9% en février sur un an.

Lire aussi 4 mnSucre, beurre, papier...l'hyperinflation menace en Russie, le Kremlin dément toute pénurie

"Ce fut un mois de panique chez les consommateurs", qui se sont rués vers des produits dont ils prévoient la disparition, estime-t-il. "Lorsque la situation se stabilisera, les processus objectifs à l'oeuvre deviendront plus clairs".

Et selon Andreï Iakovlev, de la Haute école d'économie de Moscou, la véritable crise n'atteindra l'économie réelle que cet été ou cet automne: "en mai, un grand nombre d'entreprises sont susceptibles de s'arrêter" faute de composants importés, notamment dans l'industrie automobile qui emploie des centaines de milliers de personnes.

___

ENCADRÉ

La Hongrie lâche l'UE se disant prête à payer le gaz russe en roubles

Premier pays à briser les rangs de l'unité européenne alors que les 26 États membres de l'UE cherchent par tous les moyens à faire pression sur la Russie pour stopper l'invasion de l'Ukraine, la Hongrie s'est dite prête ce mercredi à payer le gaz russe en roubles si besoin était.

"Nous ne voyons pas de problème dans le paiement en roubles. Si c'est ce que les Russes veulent, nous paierons en roubles", a déclaré le Premier ministre Viktor Orban lors d'une conférence de presse à Budapest.

Moscou a menacé de couper l'approvisionnement en gaz aux pays "inamicaux" qui refuseraient de payer en roubles, une mesure qui affecterait principalement l'UE, très dépendante.

La Commission européenne a proposé mardi aux Vingt-Sept de durcir les sanctions contre Moscou, en arrêtant leurs achats de charbon russe, qui représentent 45% des importations de l'UE, et en fermant les ports européens aux bateaux russes. Mais un embargo éventuel sur le pétrole russe (25% des achats européens de pétrole) et le gaz russe (45% des importations de gaz de l'UE) fait l'objet d'âpres discussions entre les Etats membres.

Si Budapest est la première à lâcher l'Union, Berlin et Vienne, extrêmement dépendantes de l'approvisionnement en gaz russe ont déjà exprimé publiquement leurs réticences.

(avec AFP)

___

NOTE

Pour suivre l'échelonnement des sanctions européennes contre la Russie après l'invasion de l'Ukraine, voici deux références ajoutées après l'écriture de cet article:

La 5e vague de sanctions a été décidée le 7 avril, soit le lendemain de la rédaction du présent article:

"Le 7 avril, les Vingt-Sept s'accordent pour imposer un embargo sur le charbon à la Russie. Les ports et routes de l'UE sont fermés aux navires et transporteurs russes. Des interdictions d'exportation vers la Russie, de biens de haute technologie notamment, sont actées. Dans l'autre sens, certaines "matières premières et matériaux critiques" sont frappées d'interdiction d'importation dans l'UE. Enfin, plusieurs grandes banques russes voient leurs avoirs dans l'Union gelés. La liste des personnalités sanctionnées est par ailleurs significativement allongée", détaille aussi le site Toute l'Europe.

La 6e vague de sanctions était en préparation le dimanche 10 avril:

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 02/05/2022 à 16:37
Signaler
La situation de l'économie russe est certainement compliquée mais ce qui est frappant c'est la rapidité avec laquelle des filières d'approvisionnement alternatives se sont mises en place. Ce n'est qu'un exemple mais il est très parlant, moins de deux...

à écrit le 11/04/2022 à 2:00
Signaler
OK la Russie manque de pièce à défaut d'embargo mais l'embargo pour va s'applique pour le vendeur qui va se retrouver avec des invendus et l'acheteur par manque de marchandise le plus grand gagnant c'est les américains les perdant c'est qui au faite ...

le 13/04/2022 à 11:11
Signaler
Celà s'appelle se mettre une balle dans le pied pour les Européens...

à écrit le 08/04/2022 à 8:45
Signaler
Et comme de nombreux français je ne souhaite pas que la russie soit aux abois, non pas que je défende cette attaque mais parce que je ne veux pas d'une guerre nucléaire et nos médias va t'en guerre sont franchement inquiétants.

à écrit le 07/04/2022 à 9:56
Signaler
Vu côté population russe, qui n'a droit qu'au récit organisé par le pouvoir, ça montrera bien que l'occident veut réellement du mal à la Russie et confirmera les fables qui leurs sont servies. Décarbonons nous mais c'est pas facile du tout. Que devi...

le 07/04/2022 à 10:23
Signaler
Vous avez oublié que l'Occident n'est plus importante pour les pays pétroliers. Le monde ce n'est pas seulement l'occident. Plein de pays émergents sont aux aguets pour booster leur économie avec le pétrole et autres énergies fossiles. Vous vous trom...

le 08/04/2022 à 0:32
Signaler
Les sanctions seront elles sufisantes pour inffluer l'économie russe seul l'avenir nous le dira. Déja elles ne sont pas sanglantes comme les actions de Poutine. Elles ont aussi le but de faire prendre conscience au citoyen russe qu'il n'est qu'un hum...

à écrit le 06/04/2022 à 20:05
Signaler
Provoquer un défaut de paiement, en l'affirmant ouvertement, pour pouvoir dire "les créanciers s'en souviendront", c'est un peu digne d'Averell DALTON. Mais c'est sur qu'on va se souvenir de l'attitude des USA... Sans compter qu'après avoir fait main...

le 07/04/2022 à 0:08
Signaler
Le dollar est la. Monnaie des usa qui sont souverain pour autoriser quel pays peut l utiliser , si veulent le dévaluer etc.. vous oubliez un peu vite la raison de ces dispositifs « anti - Russie « … la Russie avait garantie dans les accords de Budap...

à écrit le 06/04/2022 à 18:09
Signaler
et juste au passage, se couler toutes ses industries pour faire plaisir aux americains releve du suicide qui finira tres mal chez nous; peut etre qu'orban devrait la fermer mais faire ce qu'il faut, sachant que c'est pas non plus aux hongrois ou aux ...

le 06/04/2022 à 19:08
Signaler
C'est Zelensky qui a envahi son propre paye ?

le 06/04/2022 à 23:17
Signaler
@churchill Le chef de la 5 ème colonne...c'est vous ?

le 06/04/2022 à 23:19
Signaler
@churchill Le chef de la 5 ème colonne...c'est vous ?

le 07/04/2022 à 0:11
Signaler
Qui n a pas respecté son engagement contractuel devant la communauté internationale : la Russie en envahissant ukraine .. elle avait garantie par les accords de Budapest les frontières des peco de la Géorgie et de l Ukraine … donc normal que l Occide...

le 07/04/2022 à 0:12
Signaler
Qui n a pas respecté son engagement contractuel devant la communauté internationale : la Russie en envahissant ukraine .. elle avait garantie par les accords de Budapest les frontières des peco de la Géorgie et de l Ukraine … donc normal que l Occide...

à écrit le 06/04/2022 à 18:07
Signaler
Cela se veut une constatation autoréalisatrice? Pourquoi ce genre d'information, si ce n'est pour nous rassurer sur ce que l'on pourrait subir!

à écrit le 06/04/2022 à 18:07
Signaler
on ne mesurera vraiment qu'expost, et encore sous reserve que les chiffres soient fiables, c'est une autre paire de manche

à écrit le 06/04/2022 à 18:07
Signaler
Ils vont essayez de brader leurs engins de mort sur toute la planète car jusqu'à maintenant c'est le secteur en pleine activité .Toutes les armes dans le mondes dans tous les conflits meurtrier sont de fabriquation Russes ou Sovétiques .Ce sont les m...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.