Australie : le nouveau Premier ministre promet un virage pro-climatique

Les travaillistes viennent de renverser les conservateurs au parlement australien. Le nouveau Premier ministre veut rattraper le retard pris par l'Australie en matière d'environnement. Mais le lobby du charbon est encore puissant...

2 mn

Anthony Albanese, leader du parti travailliste, vient de renverser les conservateurs au pouvoir depuis neuf ans en Australie.
Anthony Albanese, leader du parti travailliste, vient de renverser les conservateurs au pouvoir depuis neuf ans en Australie. (Crédits : JAIMI JOY)

L'Australie change de cap ! Après la victoire des travaillistes aux élections législatives samedi, mettant fin à neuf années de règne conservateur, celui qui devrait devenir Premier ministre, Anthony Albanese, a indiqué qu'il placerait son programme sous le sceau de la lutte contre le changement climatique.

"Je veux vraiment changer le pays", a-t-il déclaré. Selon lui, l'Australie a pris du retard en matière environnementale et doit réparer son image. Il veut ainsi "faire savoir au monde qu'il y a un changement de gouvernement", et qu'il "y aura quelques changements dans la politique, en particulier en ce qui concerne le changement climatique et notre engagement envers le monde sur ces questions", a-t-il déclaré devant des journalistes.

L'industrie du charbon, puissant lobby

M. Albanese a promis de réduire de 43% les émissions de CO2 d'ici 2030. Son prédécesseur avait été critiqué pour s'en tenir à un objectif de -28% en 2030 par rapport à 2005. En outre, Scott Morrison était réputé pour sa proximité avec l'industrie du charbon alors même que l'Australie a traversé plusieurs épisodes de canicule, sécheresse et incendies qui ont marqué l'opinion. Pour autant, son successeur désigné ne s'est pas engagé à en finir définitivement avec l'industrie du charbon, qui reste un des moteurs de l'économie australienne.

Le parti travailliste attend encore la confirmation de détenir une majorité absolue au parlement, où il ne lui manque plus qu'une seule voix et dont le décompte doit s'achever ce dimanche.

Anthony Albanese compte en outre s'allier avec un groupe d'indépendants appelés les Teals et qui prônent une politique pro-environnement et de lutte contre la corruption. Leur chef de file, Monique Ryan, qui a battu le ministre sortant des Finances, a d'ores et déjà indiqué qu'elle soutiendrait le parti travailliste. Celle-ci souhaite toutefois aller plus loin dans la réduction des émissions de CO2 et vise 60% d'ici 2030.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 23/05/2022 à 10:06
Signaler
... un me$$age pour Dame* Bettencourt , " la cousine de l ' oncle Picsou " ...! ( ? ) . L ' Oreal parce que ....... . AFF ISS .

à écrit le 23/05/2022 à 9:14
Signaler
Une adaptation proclimatique ne veut pas dire "faire comme les autres" mais avoir son propre logiciel pour être le plus résilient possible! Faire "une planification" pour que chacun est confiance dans l'avenir!

à écrit le 23/05/2022 à 3:25
Signaler
L'état profond bien-pensant, toujours à la pointe de l'hypocrisie climatique. Mais je ne pense pas que cette mascarade tiendra bien longtemps, les gens vont vite se rendre compte que la lutte contre le réchauffement, c'et du pipeau

à écrit le 22/05/2022 à 18:21
Signaler
Bonjour, Dans se pays riche a faible population, s'est plus simple de passer à une démarche écologique... Maintenant, nous saluons cette efforts... Reste à voir quel sera les relations de se gouvernements avec la Chine, les usa ou l'Europe. Dans ...

à écrit le 22/05/2022 à 11:47
Signaler
D'un côté des criminels de la planète, de l'autre des hypocrites qui brandissent deux trois symboles grotesques afin de nous imposer un changement qui ne profite pas à la planète puisque personne ne s'attaque ni ne parle même de l'aberration écologiq...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.