Canada : du pétrole se déverse dans l'Atlantique Nord après un incident sur une plateforme

 |   |  353  mots
(Crédits : Rick Wilking)
Le producteur américain d'hydrocarbures ExxonMobil a annoncé mercredi le déversement d'un mélange d'eau et de pétrole issu d'une de ses plateformes pétrolière située dans l'Atlantique Nord.

Le producteur américain d'hydrocarbures ExxonMobil a annoncé mercredi 17 juillet l'arrêt de la production d'une plateforme située au large de l'île canadienne de Terre-Neuve, suite au déversement d'un mélange d'eau et de pétrole dans l'Atlantique Nord ayant formé une nappe de près de deux hectares.

"Un mélange d'eau et de pétrole a été déversé depuis l'un des réservoirs de la plateforme ce matin (mercredi)", a indiqué dans un communiqué HMDC, le consortium exploitant la plateforme Hibernia dans lequel ExxonMobil détient 33%, aux côtés notamment de Chevron (27%), de Suncor (20%) et d'Equinor (ex-Statoil, 5%). Après avoir d'abord maintenu les opérations, il a été décidé en fin de journée d'"arrêter la production de manière préventive et temporairement", a déclaré Scott Sandlin, président du consortium.

HMDC a ouvert une enquête et "cherche actuellement à déterminer le volume de pétrole qui a été rejeté", ajoute le communiqué, soulignant que des estimations préliminaires ont fait état d'une nappe de 20 mètres de large sur 900 mètres de long qui "se dissipe". La plateforme Hibernia, située à 315 km à l'est de Saint-Jean de Terre-Neuve, est entrée en production en 1997. Le gisement qu'elle exploite, par pompage sous-marin, possède des réserves estimées à plus de 1,2 milliard de barils de pétrole.

"Dispersion mécanique"

Selon le consortium, il s'agit d'un incident "isolé" et "tout le personnel de la plateforme est en sécurité". Après avoir découvert cette nappe, les employés d'Hibernia ont procédé à "une dispersion mécanique" et ont "déployé des barrages absorbants" à partir d'un navire.

En outre, une bouée a été déployée sur la nappe afin de la suivre dans l'Atlantique Nord, précise le texte. Cette zone de l'Atlantique Nord étant choyée par la faune marine, et en particulier par plusieurs espèces menacées de baleines, des "observateurs animaliers ont été mobilisés", par voies maritime et aérienne, mais ils n'ont aperçu aucun animal jusqu'à présent, a affirmé le consortium.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2019 à 13:31 :
Qu'ils fassent monter les prix du pétrole artificiellement on les comprend mais épargner la nature ne serait quand même pas du luxe svp, merci.

Ben quoi en 2019 avec internet c'est pas la première conclusion qui vous vient à l'esprit ?

Sur un site économique de personnes un minimum avertis bien entendu...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :