Ce qu'il faut retenir de l'accord commercial partiel Chine-Etats-Unis

 |   |  555  mots
(Crédits : Yuri Gripas)
Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi un accord commercial partiel avec la Chine à l'issue de négociations à Washington en présence du vice-Premier ministre chinois Liu He.

Accord de principe

Il s'agit d'un accord de principe dont le texte doit être signé "au cours des quatre prochaines semaines" entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping. La signature pourrait intervenir mi-novembre au Chili, en marge du sommet de l'Association des pays riverains du Pacifique.

"Nous avons une entente fondamentale sur les points clés. Nous avons fait beaucoup de progrès, mais il nous reste encore du travail à faire", a reconnu de son côté le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. "Nous ne signerons un accord que si nous pouvons dire au président que tout est couché sur le papier."

M. Mnuchin a notamment insisté sur le fait que le vice-Premier ministre chinois devait "retourner travailler avec son équipe", en d'autres termes recevoir l'aval au plus haut niveau de l'Etat chinois.

En mai, les mêmes négociateurs chinois avaient pris des engagements de principe mais s'étaient heurtés à l'opposition de Pékin. L'esquisse du traité n'avait donc pas été signée et la guerre commerciale était repartie de plus belle.

Agriculture

La Chine s'engage à acheter des biens agricoles pour 40 à 50 milliards de dollars par an. Donald Trump a longuement insisté sur ce montant qui est environ deux fois et demi plus élevé que le pic des achats de la Chine. Un montant historique, selon lui.

En 2017 avant le lancement de la guerre commerciale, la Chine importait pour 19,5 milliards de dollars de produits agricoles américains, un nombre tombé à un peu plus de neuf milliards en 2018.

Services financiers et devises

 Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a affirmé qu'un "accord presque complet" avait été trouvé pour une plus grande ouverture du marché chinois aux sociétés américaines spécialisées dans les services financiers. "Nous avons eu de bonnes discussions avec le gouverneur de la Banque centrale de Chine", a-t-il déclaré ajoutant qu'il y avait aussi un accord sur les devises pour garantir la transparence sur les taux de change.

Début août, les Etats-Unis avaient officiellement accusé --pour la première fois en 25 ans-- Pékin de manipuler sa monnaie et d'être intervenu sur le marché des changes pour la faire baisser, une façon de contrecarrer les tarifs douaniers qui renchérissent les prix des biens chinois.

M. Mnuchin a affirmé qu'il étudierait la question de revenir sur cette accusation.

 Transfert de technologie

 Donald Trump a évoqué des progrès sur la suppression d'une pratique dite "le transfert forcé de technologie américaine". En échange d'un accès au marché chinois, les entreprises américaines doivent partager leur savoir-faire technologique. Le président estime qu'un accord pourrait intervenir "plutôt rapidement".

 Propriété intellectuelle

 "Nous avons un accord sur la (protection de la) propriété intellectuelle", a affirmé l'hôte de la Maison Blanche sans autre détail.

Mécanisme de règlement des conflits

 Robert Lighthizer, le représentant américain au Commerce (USTR) et négociateur en chef américain, a aussi expliqué que les deux parties étaient très proches de se mettre d'accord sur un mécanisme de règlement des différends.

Depuis le début des discussions, les Etats-Unis ont souligné qu'un tel mécanisme était totalement indispensable pour pouvoir s'assurer que la Chine respecte bien un éventuel accord.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2019 à 10:15 :
Les Chinois palabrent, signent des 2 mains et ne respecteront rien!
Parce que la Chine est une dictature, que toutes les dictatures font les mêmes choses et qu'elle est forte d'un milliard et demi d'individus. La Chine est désormais incontournable, sauf à vouloir l'isoler totalement, c'est à dire à voir notre niveau de vue baisser et nous priver de son colossal marché national. Vu les enjeux économiques et financiers, la messe est dite.
Réponse de le 13/10/2019 à 15:44 :
Trump est encore moins crédible que les chinois.
On l'a pris plusieurs fois à s'assoir sur les traités pourtant signés et ratifiés par son pays.
Ce qui n'est pas le cas de la Chine qui fait ce qu'elle dit (même si l'inverse n'est pas avéré... mais qui ne ment pas par ommission ?).

De toutes manières, on ne parle que d'un projet d'accord, autant dire rien. Un petit coup de com, qui fera probablement pschitt.
a écrit le 13/10/2019 à 9:16 :
Tout cela est bien vague et semble se faire en dehors de tout liens internationaux. Du coup, la négociation qui est une question qui semble faire place aux échéances a venir pour trump.

Le problème de la logique est que de fait signer des accords pour les autres continents pays se fera sur le dos de ce type de rapport de force, en sachant ce qui se passe dans le monde et de ce qui nous attend, disons que la carte des personnages limite dictat, sont au pouvoir dans le monde.

Cela dit aussi du moindre évènement qui pourra se passer dans le rapport de l'un a l'autre. Dernièrement l'histoire avec la NHL est aussi ce que l'on peut considérer comme une répartition dans le monde.

Faire dépendre les évènements du monde avec une logique comme trump (macron c'est la même chose) quant a la recentralisation du pouvoir politique dans ce qu'on appel le marché.

Le grand tout doit se nourrir de l'opaque, et réactive toute les haines en finalement rappelant que ces rapports de forces se ferons autour des mêmes item, guerre indirecte, non respect des conventions nous pouvons le voir dans le rapport avec la Chine, les sanctions de la Russie. les évènements en Syrie avec l'armée turque et j'imagine bien d'autres..

Bref tout ce qui tient la période par ceux qui les représentent bien!

Finalement entre le marché et la guerre, cela semble être une réalité qui si l'on regarde a l'échelle de l'humanité, ne pourra apporter que guerre et marché, guerre et marché, ainsi l'avenir?
a écrit le 12/10/2019 à 19:30 :
ce qu'il faut retenir c'est que trump va bientot a nouveau brailler contre la chine, mais d'abord il va essayer de faire la peau a l'europe, un peu avant son election
et la il va se rendre compte qu'en face de lui il a un bloc de 450 millions de personnes dont le pib/habitant est le plus eleve au monde....
et que meme les polonais risquent d'hesiter a prendre parti pour ' mister toupet' vu les avantages qu'ils ont a ne pas prendre un coup de pied au cul en cas de comportement malsain
a écrit le 12/10/2019 à 19:13 :
En fait si je comprends bien Pékin n'a même pas donné un accord de principe. Encore un succès éclatant de l'administration Trump, comme si la Chine allait acheter 50 milliards de dollars de produit agricole par an, ce n'est pas sérieux.
a écrit le 12/10/2019 à 15:37 :
Les négociateurs chinois signent des accords de principe sans avoir l'aval de leurs supérieurs? Curieuse façon de travailler mais cela doit être encore une particularité chinoise qui échappe à nous, pauvres occidentaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :