Chine : l'activité industrielle au plus bas depuis 2009

 |   |  415  mots
L'Académie chinoise des sciences sociales, un organisme proche du pouvoir, attend un PIB en hausse de 6,9%.
L'Académie chinoise des sciences sociales, un organisme proche du pouvoir, attend un PIB en hausse de 6,9%. (Crédits : © Pichi Chuang / Reuters)
L'activité manufacturière chinoise recule fortement en septembre, selon des chiffres provisoires de Markit, en raison de la baisse des commandes. L'indice est tombé à 47.

Le président chinois Xi Jinping a démarré mardi une tournée aux États-Unis avec une marotte : rassurer sur la santé de l'économie de son pays. Mais il est rattrapé par les mauvais chiffres de l'activité manufacturière, qui s'est encore lourdement détériorée en septembre.

L'indice PMI des directeurs d'achat pour la Chine s'est établi à 47 en septembre, contre 47,3 en août, selon un chiffre provisoire calculé par le cabinet Markit publié mercredi 23 septembre. Pour rappel, un PMI sous la barre des 50, indique que l'activité manufacturière se contracte. Au-dessus, c'est le signe d'une expansion du secteur. L"indice de l'activité manufacturière est ainsi au plus bas depuis 78 mois, soit mars 2009.

Les marchés ont mal réagi à cette annonce puisque la Bourse de Shanghai a terminé en baisse de 2,19% et celle de Shenzhen de 0,83%.

Baisse des commandes

"Le repli du PMI provisoire est surtout alimenté par la baisse des nouvelles commandes", soulignent les analystes de la banque Nomura, dont les propos sont rapportés par l'AFP. En effet, le sous-indice est tombé à 46 avec une accélération du recul des commandes à l'exportation, note Markit.

Autre preuve d'une demande plus faible, l'indice qui mesure l'évolution des prix à la vente à la sortie d'usine a plongé le mois dernier de 5,9% sur un an, son plus fort recul en six ans. Cela montre que l'industrie baisse ses prix de vente.

"Pas d'aggravation de la crise économique"

"Le PMI plus faible qu'attendu va intensifier les inquiétudes (...) mais en même temps, il ne faudrait pas lui accorder trop d'importance", nuance Julian Evans-Pritchard, expert du cabinet Capital Economics. Selon lui, "d'autres données sur l'activité au sens large ne signalent pas actuellement une aggravation de la crise économique". Markit tempère également, estimant que :

"Cette nouvelle contraction montre que le secteur manufacturier a atteint l'étape cruciale dans le processus de transformation structurelle. Il faut se montrer patient en attendant que les politiques destinées à stabiliser (l'activité) fassent effet."

L'organisme fait notamment référence au plan du gouvernement pour "revigorer les entreprises d'État qui somnolent" -les autorités appellent les entreprises non étatiques à acheter des parts au capital des entreprises d'État- ainsi qu'aux efforts de relance budgétaire engagés par les autorités, notamment via des rabais fiscaux aux entreprises.

En attendant, l'objectif du gouvernement chinois d'atteindre 7% de croissance en 2015 s'éloigne. L'Académie chinoise des sciences sociales, un organisme proche du pouvoir, attend un PIB en hausse de 6,9%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2015 à 12:51 :
Bien sur qu'il ne faut pas se préoccuper de cette descente continue. Le fret aérien chute aussi. Les tensions sociale vont monter en Chine, pas grave. Non rien de grave. Pourquoi tant d'inquiétudes? On se moque de nous.
Réponse de le 23/09/2015 à 17:07 :
Sans oublier la dérégulation du crédit, les dettes, les retraites, la santé, les défis chinois de demain sont énormes et sans oublier les habitudes de consommation qui ne sont pas les mêmes...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :