États-Unis : les 18-34 ans vivent en majorité chez leurs parents, une première depuis 130 ans

 |   |  487  mots
L'étude pointe également une baisse du taux d'emploi des jeunes hommes -seulement 71% en 2014 contre 84% en 1960, ainsi qu'une baisse de leurs revenus.
L'étude pointe également une baisse du taux d'emploi des jeunes hommes -seulement 71% en 2014 contre 84% en 1960, ainsi qu'une baisse de leurs revenus. (Crédits : Etienne Chatiliez. Capture d'écran.)
Les jeunes américains de 18 à 34 ans vivent de moins en moins en couple dans leur propre logement, selon une étude. Une tendance qui s'explique par un recul de l'âge médian du mariage et un taux d'emploi en baisse.

De retour à la maison après un siècle d'émancipation. Ce n'était plus arrivé depuis 1880: aux États-Unis, les jeunes âgés de 18 à 34 vivent désormais plus chez leurs parents qu'avec leur conjoint-e, selon une étude démographique du Pew Research Center publiée mardi 24 mai.

Ce constat, basé sur des chiffres de l'Americain Community Survey (un sondage mené chaque année auprès de plusieurs milliers de personnes), ne s'applique toutefois qu'aux jeunes hommes : 35% vivent au domicile parental et 28% en couple). Les femmes, même si la tendance est clairement à la baisse, vivent encore majoritairement avec leur conjoint dans leur propre domicile (35% contre 29% qui vivent avec leurs parents).

Après un pic atteint en 1960, le nombre de personnes vivant en couple a chuté d'environ 50% au cours des soixante dernières années pour atteindre en 2014 un plus bas en plus de 130 ans. Cette chute s'est faite au profit de la catégorie des personnes vivant au domicile parental -à un niveau proche de celui de 1940- et des personnes vivant seules -en hausse de 280%- entre 1960 et 2014.

Mariage retardé, chômage et baisse du salaire

"Nous avons simplement plus de célibataires. Il s'agit du groupe qui est le plus à même à vivre avec ses parents", a déclaré au Los Angeles Times Richard Fry, principal auteur du rapport et économiste senior au Pew Research Center.

Pour expliquer ce changement, le centre de recherche avance également que les Américains de nos jours n'abordent plus la question du mariage de la même façon. Là où certains repoussent l'âge auxquel ils célèbrent leur union, d'autres décident tout simplement de ne pas s'unir, préférant rester en union libre. Selon des chiffres du département américain du commerce, l'âge médian du mariage est passé chez les hommes de 22,5 ans en 1956 à 29,2 en 2015, et de 20,1 ans en 1956 pour les femmes à 27,1 en 2015.

     | Lire Aider ses enfants, oui mais jusqu'où ?

L'étude pointe également une baisse du taux d'emploi des jeunes hommes -seulement 71% en 2014 contre 84% en 1960-, ainsi que de leurs revenus, ne leur permettant donc plus de quitter le domicile familial. Les salaires ajustés à l'inflation ont ainsi plongé de 34% entre 2000 et 2014, souligne le LA Times, tandis que les loyers, eux, sont loin d'avoir baissés. Outre-Atlantique, le loyer médian est ainsi passé de 841 dollars par mois en 2000 à 1.250 dollars en 2014 selon le portail Statista.

Statistic: Monthly median asking rent for unfurnished apartments in the United States from 1980 to 2014 (in U.S. dollars) | Statista

De fortes divergences apparaissent par ailleurs dans les statistiques entre les jeunes adultes ayant pu suivre des cours à l'université, débouchant ainsi sur un meilleur diplôme, et ceux ayant mis fin à leurs études avant. Même si la tendance est à la baisse, 46% des personnes ayant un niveau universitaire vivent ainsi en couple -marié ou en union libre- et 19% avec leurs parents, contre respectivement 27% et 36% pour ceux moins instruits.

>> Lire aussi À Rome, la « génération Tanguy » oscille entre amertume et désespoir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2016 à 11:38 :
Les américains, leader du monde libre, se sont fait prendre à leur propre jeu, enfin disons plutôt les ogres neo libéraux, pas d’amalgame.
Ils ont voulu et imposé la mondialisation…au forceps ! Tentaculaire propagande, bien peignée. Saupoudrée de liberté, de « gagnez plus », et plus encore ! Que du bonheur…
Ils ont imprimés des billets, des montagnes de billets, sur tous les continents, usd, yen, euros, sterling résultats… vous êtes tous immensément riches ! Quoi ? Non? Ah vous n’avez plus de boulot ? Ah c’est la faute du gouvernement oui oui…
On vous a menti ? Qui ? Les medias ? C’est un peu normal, ils sont sponsorisés sans exception. Vive Charlie !
Retirez cette impression de valeur virtuelle et vous constaterez que ce monde libéral est en faillite. Pire que la regression économique, la faillite est surtout morale, éthique. Et ils continuent de vous promettre un monde meilleur !
La « richesse » est montée tout en haut de la pyramide et la base s’effondre, le milieu aussi.
Le temps presse, le compte à rebours qui a commencé en 2008 ne peut plus être masqué, les blas blas, les fausses stats, la manip médiatique ne marche plus. Les bulles explosent, les marchés lévitent encore un peu. les hedges funds se meurent et les banques sont sous acharnement thérapeutiques.
Ils ne leur restent plus que la guerre pour bruler et occulter les traces de leur méfaits. Ils vont même vous persuader d’y aller, à leur place.
Ils ont trouver des méchants juste à coté de chez vous, mais dormez tranquille ils ont des armes, beaucoup, suffit de leur acheter…
Faites le pour vos enfants !
a écrit le 25/05/2016 à 20:56 :
Avec 12 % de chomage dans cette catégorie, ils n'ont pas trop le choix ! Les chiffre du chomage en Angleterre et en allemagne faut pas trop y croire, 15 millions de temps partiel en Allemagne et smic a 8€50 brut/h, 6 millions en France !
Réponse de le 26/05/2016 à 11:52 :
Effectivement , le nombre de chômeur au Royaume Uni est passé de 3 millions en 1987 à 1,5 environ aujourd'hui .Par contre ce que l'on oublie vite est que parallelement ,le nombre des invalides/longue maladie est passé de moins de 0,6 millions de personnes en longue maladie/invalidité en 1981 à près de 2,7 millions aujourd'hui.Les courbes se sont inversées à partir de 1996.Pour rappel, la France compte environ 0,5 million de longue maladie/invalidité. Y 'a pas de secret , il y a eu juste un transfert d'une caisse à l'autre.
Chômage : 326€/mois
Longue/maladie invalidité : 443€/mois
On peut estimer que le taux de chômage réel se situe autour des 12%
a écrit le 25/05/2016 à 18:44 :
"un taux d'emploi en baisse" Hoo !? Est-ce possible. Eux qui ont une économie flamboyante et un taux de chômage négatif au point qu'ils sont obligés d'importer des Mexicains et des Canadiens... M'aurait-on caché une crise économique mondiale provoquée par les Adorateurs du Dieu Argent..?? A l'insu de mon plein gré, en plus, je parie... Et nous suivons cet "exemple" pour leur ressembler..?? Quelqu'un sait-il encore réfléchir, dans notre pays, ou écoutons-nous trop leur président affirmer que les us sont les Maîtres du Monde et donc, être serviles..?
Réponse de le 26/05/2016 à 11:49 :
vous connaissez la fable de la paille et de la poutre ? on critique une paille dans l oeil du voisin mais on ne voit pas la poutre dans le notre !
Le chomage massif, la choix de sacrifier les jeunes generations au profit des baby boomers, la bulle immobiliere subventionnee par le contribuable c est ici !
a écrit le 25/05/2016 à 17:57 :
Les américains comme les Français avaient la sécurité de l'emploi au XXème siècle, et l'inflation leur garantissait des augmentations de salaires. Ce n'était pas le même type de sécurité : les américains pouvaient facilement changer d'employeurs, alors que les Français étaient fidélisés à leur entreprise. Dans les deux cas, ils pouvaient se projeter dans l'avenir, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Le problème vient tous simplement de la faiblesse du pouvoir d'achat des jeunes qui n'ont pas la garantie de pouvoir subvenir aux besoins une famille sur du long terme. L'argument de l'union libre pour expliquer le fait que les jeunes vivent chez leurs parent ne tiens pas : on vit rarement chez ses parents en couple...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :