Existera-t-il un jour un traitement efficace contre le coronavirus ?

 |   |  904  mots
(Crédits : Handout .)
Plusieurs pistes de traitements sont à l'étude contre le nouveau coronavirus qui a émergé en Chine et pour lequel aucune thérapie n'a encore fait ses preuves, a indiqué vendredi un médecin expert de l'Institut français de la recherche médicale (Inserm).

Le Pr Yazdan Yazdanpanah, directeur de l'Institut d'immunologie, inflammation, infection et microbiologie (I3M) à l'Inserm et expert auprès de l'OMS, a indiqué que "trois stratégies sont à un niveau avancé" lors d'une conférence de presse à Paris.

  • La première consiste à utiliser le kaletra seul, médicament anti-VIH/SIDA (association de deux molécules antivirales lopinavir et ritonavir). "Un certain nombre de collègues chinois l'ont utilisé en Chine dans le cadre des essais cliniques, dont on n'a pas encore les résultats", a-t-il dit.

  • La deuxième option est d'associer ce médicament à l'interféron (antiviral et immunothérapie), une combinaison utilisée sur le coronavirus Mers (syndrome respiratoire du Moyen-Orient) dans un essai clinique en cours.

  • La troisième repose sur le remdesivir, un antiviral ayant servi dans le passé pour Ebola. On a très peu de données sur son efficacité. D'après un article de la revue Nature, l'efficacité "semble plus importante que le Kaletra".

Autres pistes possibles, des traitements à base d'"anticorps monoclonaux", "mais c'est moins avancé", a relevé Pr Yazdanpanah.

"L'OMS va commencer assez rapidement un essai clinique randomisé international (basé sur des tests comparatifs avec tirage au sort, ndlr). En attendant, on voudrait utiliser des traitements chez des patients graves au moins", a-t-il dit.

Les chercheurs peuvent s'inspirer des travaux sur les deux autres coronavirus Srars et Mers à l'origine d'épidémies mortelles, celle du Mers étant toujours en cours. Mais la possibilité de cultiver ce nouveau coronavirus, "permet aussi de tester des molécules, dont certaines déjà disponibles pour d'autres pathologies", souligne le Pr Yazdanpanah.

Le Pr Yazdanpanah a encore évoqué une autre stratégie en cours d'évaluation, qui consisterait à vérifier si des gens exposés ont le virus avant l'apparition des symptômes et, si c'est le cas, de faire un traitement précoce. Pour l'instant, a-t-il résumé, le traitement le mieux connu, et le seul disponible, est le kaletra car il a été utilisé notamment en post-exposition au VIH.

Reste, parmi d'autres, une interrogation:

"Pourquoi la maladie s'aggrave-t-elle au septième jour ?"

Un élément capital à comprendre pour la stratégie thérapeutique, a noté ce médecin, également chef du service maladies infectieuses de l'hôpital Bichat (Paris) qui a admis en réanimation un touriste chinois de 80 ans dans un état grave.

L'Institut Pasteur arrive à cultiver le coronavirus

Les chercheurs de l'Institut Pasteur à Paris sont parvenus à isoler et à mettre en culture des souches du nouveau coronavirus, une première en Europe qui représente "une avancée majeure" dans la recherche d'un vaccin et d'un traitement.

"Toute une gamme de recherches est rendue possible" par le franchissement de cette étape, a expliqué vendredi Arnaud Fontanet, directeur du département de Santé globale de l'Institut Pasteur, au cours d'une conférence de presse.

"Il s'agit d'un virus très difficile à isoler. Les Chinois ont réussi à isoler une souche, une équipe australienne y est parvenue cette semaine et nous sommes les premiers en Europe", a-t-il souligné.

Les chercheurs ont utilisé des prélèvements réalisés sur les premiers cas de coronavirus confirmés en France, vendredi 24 janvier, qu'ils ont inoculés dans des cellules déjà connues pour permettre la multiplication d'autres coronavirus proches.

Certains prélèvements n'ont rien donné, mais pour deux prélèvements issus d'un même patient, "dès le lundi", une bonne partie des cellules étaient détruites, "suggérant la présence du virus", ce qui a ensuite été confirmé par l'analyse, détaille Sylvie Van der Werf, responsable du centre national de référence des virus respiratoires de l'Institut Pasteur.

"Identifier des talons d'Achille" du coronavirus

La mise en culture de ce nouveau virus, apparu en décembre dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, le rend "désormais disponible pour la recherche", explique l'organisme de recherche.

On pourra notamment tester sur lui l'efficacité de "molécules antivirales connues", le modifier "avec pour objectif de proposer un candidat vaccin" ou encore étudier son fonctionnement pour "identifier des talons d'Achille qui permettraient de développer des stratégies thérapeutiques" et mettre ainsi au point de nouveaux traitements.

L'analyse des anticorps présents chez les patients infectés par le virus permettra aussi de "mettre au point un test sérologique adapté pour le dépistage de l'infection" à plus large échelle.

Différent du test de diagnostic rapide, qui recherche directement le virus et non les anticorps, ce test sérologique est important "à plus long terme", selon Sylvie ban der Werf. Il permettra en effet de savoir "parmi les personnes qui ont été en contact" avec le virus, "quelle proportion a pu être infectée sans développer de symptômes", ce qui donnera "des données plus précises sur la capacité de transmission de ce virus".

L'espoir d'un vaccin... d'ici 20 mois

L'Institut a constitué un groupe chargé de mettre au point un vaccin contre le "coronavirus de Wuhan" et espère qu'il sera disponible d'ici 20 mois, a déclaré vendredi Christophe d'Enfert, directeur scientifique au sein de la fondation.

"Nous avons développé une plateforme qui en huit mois nous permettra d'obtenir un virus atténué pouvant être testé sur un animal", a-t-il déclaré.

"Fin août on pourrait rentrer dans des phases cliniques et si tout se passe bien avoir un vaccin disponible d'ici à 20 mois."

(avec l'AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2020 à 9:38 :
Brrr... difficile de savoir ce qui est le plus inquiétant, le coronavirus ou le lobby pharmaceutique !

Vous précipitez pas les gars svp hein ! D'une part vous n'y êtes as habitués puisque repus à consacrer plus de budget à la communication qu'à la recherche et d'autre part la nature fera de toutes façons mieux que vous à terme !

Rendormez vous de grâce et reprenez vous ! Afin de ne pas passer d'une pandémie à un massacre... sémantique au moins.
a écrit le 02/02/2020 à 23:32 :
Oui comme la construction de l hôpital en 10 jours bientôt un vaccin cotres le cornoravirus en 10 jours c est des chinois

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :