L'Ukraine vote un budget de rigueur pour débloquer l'aide du FMI

 |   |  488  mots
Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk
Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk (Crédits : reuters.com)
A l'issue de débats tumultueux, le Parlement ukrainien a voté son budget 2016, qui prévoit un déficit représentant 3,7 % du PIB. Ce qui pourrait lui permettre de continuer de bénéficier de l'aide financière internationale.

Le Parlement ukrainien a voté vendredi, à l'issue d'une nuit de difficiles débats, son budget 2016 qui prévoit un déficit représentant 3,7% du PIB, soit la limite fixée pour poursuivre l'aide financière internationale à ce pays ravagé par la crise économique et un conflit armé dans l'est.

Au total, 263 parlementaires ont apporté leur soutien à ce document - le minimum nécessaire était de 226 - au cours d'un vote survenu vers quatre heures du matin, après de houleuses discussions. "Cela a été un processus long et pénible", a commenté la ministre des Finances Natalie Jaresko, selon laquelle les députés ont proposé plus de 600 amendements au texte gouvernemental.

Le FMI ne s'est pas encore prononcé sur le texte

Le budget étant "resté équilibré et responsable", "le versement de la prochaine tranche" du prêt du FMI pourra avoir lieu, a-t-elle précisé. Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk s'est félicité de l'adoption du budget, estimant que "tous les projets pour déstabiliser le pays, renvoyer le gouvernement et saper les réformes avaient échoué" au cours d'un conseil des ministres vendredi soir. "Nous devrons encore mener des pourparlers difficiles avec nos partenaires internationaux pour continuer de recevoir l'aide internationale", a-t-il toutefois ajouté.

Les difficultés du gouvernement pour se mettre d'accord avec le Parlement sur ce budget avaient poussé le Fonds monétaire international à menacer de suspendre son aide financière, cruciale pour Kiev. Le Fonds, qui ne s'est pas encore prononcé sur le texte adopté, exigeait un déficit budgétaire limité à 3,7 % du PIB, et des réformes structurelles en vue d'abolir les privilèges fiscaux, d'élargir la base fiscale et de réduire les dépenses d'Etat.

Eviter la catastrophe économique

Dans ce contexte, le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, dont le gouvernement a passé la nuit dans l'hémicycle avec les députés, avait exhorté mercredi ces derniers à voter d'urgence un budget répondant aux conditions posées par le FMI pour éviter une "catastrophe économique". Le nouveau budget, qui doit encore être promulgué par le président Petro Porochenko, table sur un retour à la croissance économique après plusieurs années de crise (hausse de 2 % du produit intérieur brut prévue pour 2016 contre une chute de 11 % attendue cette année) et un ralentissement de l'inflation (12,5 % attendus pour 2016 contre 50 % en 2015).

Comme cette année, 5 % du PIB est consacré à la défense, une priorité pour l'Ukraine dont les autorités sont confrontées à un conflit armé avec les rebelles pro-russes dans l'est de cette ex-république soviétique, qui a fait plus de 9.000 morts depuis son déclenchement en avril 2014. La dette publique et celle garantie par l'Etat ne doivent pas dépasser 86 % du PIB, selon ce document, qui prévoit aussi une hausse de 12 % des allocations sociales dans ce pays où une très grande partie de la population vit sous le seuil de pauvreté.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2015 à 21:45 :
L'Ukraine a de nombreux atouts et s'en sortirait mieux sur le modèle de la Pologne si elle n'avait pas été gangrenée par la corruption via le gouvernement actuel à Moscou et ses invasions, qui ne cherche qu'à l'affaiblir pour la mettre sous sa coupe comme les autres pays dits de l'Eurasie de Poutine qui ne fonctionne pas. Poutine est le mauvais élève qui soutient les partis séparatistes en Europe préfère abaisser les autres plutôt que de se mettre à niveau. Sous son gouvernement la Russie va encore enregistrer un déficit notoire en 2016 et les russes en subissent de plus en plus les conséquences.
a écrit le 28/12/2015 à 9:31 :
La rigueur, c'est 0% de déficit, pas 3% et plus.
Bonne nouvelle que les Ukrainiens se gouvernent un tant soit peu.
Et que l'Otan ne rêve plus d'un bon petit conflit limité dans ce coin là, qui n'est même pas dans l'Union, pour justifier son existence.
a écrit le 27/12/2015 à 23:35 :
L'UE a déjà accordé un prêt de 1.8 milliard d'€ en mars 2015 à l'Ukraine, qui ne fait pas partie de l'UE pour maintenir ses paramètres budgétaires acceptables. A des conditions plus que correctes. Alors qu'elle est bien plus sévère avec la Grèce. Rien sur ce prêt dans l'article,
Réponse de le 29/12/2015 à 6:59 :
La Grèce n'est pas en guerre, l'Ukraine oui!
Demandez donc à la Pologne, la Roumanie ou la Turquie ce qu'ils pensent l'avancée des russes en direction de leurs frontières.
L'Ukraine n'est pas l'UE-28, mais elle a été envahie parce qu'elle avait décidé de ne plus être le pion de Moscou et de se rapprocher plus vite de L'UE-28 au détriment de la Russie.
a écrit le 27/12/2015 à 11:56 :
La réalité 2, Les USA se servent de l'Ukraine pour continuer leur guéguerre "froide" contre la Russie par Europe interposée. Leur objectif est économique plus qu'idéologique et à long terme. L'Europe n' a pas les moyens de soutenir l'Ukraine, surtout à un moment où l'économie mondiale risque d'exploser et pourquoi le ferait-elle?, C'est seulement l'intérêt de certains pays de l'Est associés aux USA qui n'ont pas compris, le changement d'idéologie Russe. Pour comprendre l'économie au niveau mondial, il faut d'abord lire un économiste contemporain neutre comme André Jacques Holbeck et après on peut émettre des avis sur la situation économique puis politique locale de certains pays.
Réponse de le 28/12/2015 à 0:47 :
1. Oui, les E.-U. se servent de l'Ukraine, parce que cela correspond à leurs intérêts. Merci de nous expliquer pourquoi la Russie continue de financer cette Ukraine en 2014 et 2015. 2. De quelle idéologie russe parlez-vous? 3. Une question de curiosité. Le Kremlin a trahi les rebelles de l'Est de l'Ukraine et la population locale. Dans la politique de Kremlin depuis 2 ans il n'y a presque que les actions stupides ou infâmes. Pourquoi êtes-vous pro-russes?
a écrit le 27/12/2015 à 11:04 :
Un coup d'état néo-nazie sponsorisé par les USA et on parle de démocratie, des pantins venus tout droit du département d'état américain ( voir la ministre de l'économie) et payé par celui ci, heureusement le ridicule ne tue pas pour certains auteurs de commentaires.
L'Ukraine grâce aux USA et leurs larbins européens va imploser rien de nouveau sous le soleil, ensuite cela sera le tour de l'UE enfin une bonne nouvelle en vue pour les peuples européens.
Réponse de le 27/12/2015 à 22:21 :
Le taux de croissance de l'Ukraine 2016 est anticipé par tous les économistes de plus du double de celui de la Russie. On voit où sont les gens lucides et ceux qui se trompent d'analyse et sont dans la propagande du Kremlin et ce au dépens des russes qui trinquent d'avoir poutine au pouvoir.
Réponse de le 28/12/2015 à 0:14 :
@ Vive...: L'Ukraine libre est une jolie blague. L'existence à crédit, les ministres étrangers, dans certains cas, venus du tiers monde, l'execution de tous les ordres des chefs américains. La croissance économique en Ukraine n'est pas impossible, même supérieure celle en Russie, mais pour des raisons simples: la Russie va mal à cause de la baisse des matières premières et à cause de niveau actuel déplorable, déjà au niveau des pires pays d'Afrique. Par contre il est sûr et certain que malgré cette croissance éventuelle le niveau de vie de la plupart des gens continuera de baisser.
Réponse de le 29/12/2015 à 7:12 :
Vous nous prenez pour des imbéciles?
Lorsque le baril était à plus de 100$ et les cours des minerais aussi très hauts, avant les sanctions, la Russie avait déjà une croissance à peine supérieure à 1%.
Si l'Europe était productrice d'hydrocarbure et de minerais sa croissance serait à 4, 5, 6 %, ou plus!
De toutes façon, tous le monde a envie d'aller faire des affaires dans les nations de l'ex-URSS, mais seuls les grands groupes s'y risquent étant donné le niveau élevé de corruption et la main mise des gouvernements dans les affaires.
Alain d
a écrit le 26/12/2015 à 21:25 :
L'Ukraine a bon ça existe encore ? Vivement qu'on réanime le blabla sur la démocratie et tout le blabla, il y a encore des naifs pour croire à tout ce baratin !
a écrit le 26/12/2015 à 19:55 :
3.7% du PIB de déficit ce n'est pas un budget de rigueur. Merci de ne pas utiliser un titre mensonger.
a écrit le 26/12/2015 à 18:41 :
pour acheter des armes , non , surtout pas
Réponse de le 26/12/2015 à 19:15 :
les ukrainiens agressés ont le droit de se défendre..............?
a écrit le 26/12/2015 à 17:59 :
Le prêt accordé par l'actuel gouvernement mafieux du kremlin à l'ancien gouvernement de l'Ukraine était destiné comme pour beaucoup d'autres pays à la maintenir sous la dépendance des énergies fossiles russes dans le cadre du traditionnel chantage à l'énergie, avec tous les pots de vin qui vont avec auprès des politiques. Pareil que pour tenter de casser l'Union européenne en finançant des partis comme le FN. Normal donc que le FMI ait modifié ses règles afin que les pays dans cette situation de domination puissent sen sortir malgré tout.
a écrit le 26/12/2015 à 17:35 :
l'Ukraine a fait défaut sur une dette de 3 milliards de $ due à la Russie ; comment le FMI peut-il consentir un nouveau prêt à cet Etat ?
y aurait-il un régime dérogatoire envers ce pays ?
mauvais exemple en tous cas pour les pays qui font des efforts pour honorer leurs engagements de remboursement auprès du FMI et autres institutions .
Réponse de le 26/12/2015 à 17:56 :
vu que la russie soutient les rebelles de l est, il faut quand meme pas demander aux ukrainiens de financer leurs agresseurs ....
C est un peut comme si la france aurait du en 39 financer Adolf ...
a écrit le 26/12/2015 à 14:58 :
Cela serait bien d'indiqué le chiffre du budget, pas seulement des pourcentages.
Réponse de le 26/12/2015 à 16:02 :
Déficit : 3,7% de PIB
Revenu : 595 Mrd UAH
Fonds de réserve spécial d'énergie : 700 M$
Dette publique : 1,5 trillion UAH
Garanties d'état : 28,2 Mrd UAH.
Prêts 202,997 Mrd UAH.
Salaire minimum :
1378 UAH au 01/01/2016, inchangé
1450 UAH au 01/05/2016,
1550 UAH au 01/12/2016
Réponse de le 26/12/2015 à 16:08 :
1 euro ~ 25 Hryvnia

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :