Inflation et rouble faible : la Russie relève encore ses taux

Ce vendredi, la Banque centrale de Russie a annoncé relever son taux directeur à 15%, l'inflation restant persistante, malgré les précédentes hausses de taux effectuées ces derniers mois.
« Les pressions inflationnistes actuelles ont augmenté de manière significative pour atteindre un niveau supérieur aux attentes de la Banque de Russie », a indiqué la BCR dans un communiqué.
« Les pressions inflationnistes actuelles ont augmenté de manière significative pour atteindre un niveau supérieur aux attentes de la Banque de Russie », a indiqué la BCR dans un communiqué. (Crédits : MAXIM SHEMETOV)

La Russie continue de muscler son économie de guerre. La Banque centrale russe (BCR) a annoncé ce vendredi 27 octobre relever son taux directeur de 13% à 15%. Par cette décision, les autorités concrétisent la quatrième hausse consécutive en un peu plus de trois mois. Objectif, lutter contre l'inflation, et l'affaiblissement du rouble, qui reste en difficultés, malgré les précédents relèvements de taux. Cette hausse est plus importante qu'anticipée par les observateurs qui tablaient sur une augmentation à 14% du taux directeur.

« Les pressions inflationnistes actuelles ont augmenté de manière significative pour atteindre un niveau supérieur aux attentes de la Banque de Russie », a indiqué la BCR dans un communiqué. « Par conséquent, il est nécessaire de resserrer davantage la politique monétaire », a-t-elle justifié.

Lire aussiRussie : Vladimir Poutine agacé de la politique des groupes pétroliers russes qui fait grimper les prix à la pompe

Cette décision intervient au lendemain de l'annonce de la banque centrale de Turquie qui, elle aussi, est contrainte de rehausser - faute de résultats probants, l'inflation restant supérieure à 60% sur un an - une nouvelle fois son taux à un niveau inédit depuis l'arrivée d'Erdogan au pouvoir en 2003.

Un exécutif qui minimise la situation

Les députés russes ont acté jeudi l'explosion des dépenses militaires fédérales en 2024 (+68% sur un an). Or, chaque jour, le conflit en Ukraine pèse fortement sur les finances et l'économie russes. Pour rappel, la hausse générale des prix en Russie, elle, a atteint 6% sur un an en septembre, contre 5,15% en août, selon les chiffres publiés par l'agence nationale des statistiques Rosstat, à la mi-octobre. Elle poursuit ainsi la tendance à la hausse observée depuis le printemps (2,31% en avril).

L'inflation s'inscrit dans une conjoncture économique toujours délicate pour la Russie, après plus d'un an et demi de sanctions internationales, mises en place après son offensive en Ukraine en février 2022. Face à la flambée des prix à la pompe le mois dernier, le gouvernement russe a poussé les autorités à interdire temporairement l'exportation de produits pétroliers à l'étranger, dans l'espoir de faire baisser les prix et limiter les risques de pénuries, en pleine période de récoltes agricoles.

Pas de quoi s'alarmer pour autant du côté de l'exécutif. « Il n'y a pas d'explosion sociale. Rien », avait ainsi déclaré fin septembre le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, répondant à une question de l'AFP dont il a jugé les termes « disproportionnés ».

Le président russe, lui aussi, s'est affiché rassurant début octobre. « Nous avons surmonté tous les problèmes qui sont apparus après la mise en place des sanctions contre nous et nous avons commencé une nouvelle étape de développement ». Et d'affirmer : « La situation en gros est stable ».

Le rouble à la peine

Des propos qui tranchent avec la réalité. Le rouble est en effet à la peine depuis des mois sous l'effet des dites sanctions, ce qui pèse directement sur le pouvoir d'achat de la population. À la Bourse de Moscou, il fallait encore 93 roubles pour 1 dollar et 97 roubles pour 1 euro ce vendredi.

Face au dévissage de la devise nationale, la Banque centrale russe s'était empressée en août et en septembre de relever coup sur coup son taux directeur de 8,5% à 12%, puis à 13%. Mais cette mesure n'a pas eu l'effet escompté, le rouble restant encore à des niveaux très faibles.

Lire aussiLe rouble s'affaiblit, la Russie contrainte de rehausser une nouvelle fois son taux directeur

De façon générale, malgré une adaptation de l'économie menée au pas de course, la Russie fait face à une série de difficultés qui durent : chômage très faible (3% en août) symbole de la contraction de la main-d'œuvre, pénuries de pièces mécaniques et technologiques auparavant importées, fuite des cerveaux à l'étranger...

Croissance néanmoins attendue pour 2023

Malgré ce contexte global, le Fonds monétaire international (FMI) a relevé ses prévisions pour la Russie : l'institution estime la croissance de son produit intérieur brut (PIB) à +2,2% pour 2023. Soit 0,7 point de plus que les précédents chiffres en juillet. Elle prédisait même il y a un an une sévère récession de l'économie russe. Pourtant, cette dernière ne cesse de se montrer résiliente.

Idem du côté de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd). Celle-ci table sur une croissance de +1,5% pour la Russie en 2023, alors qu'elle anticipait jusqu'ici une contraction d'ampleur équivalente. Une croissance qui sera par conséquent supérieure à celle prévue cette année dans la zone euro par la Commission européenne (+0,8%).

C'est aussi la fourchette sur laquelle mise la Banque centrale russe. Selon sa directrice, la croissance du PIB devrait atteindre « entre +1,5% et +2,5% » en fin d'année, après une hausse de +4,9% selon les statistiques officielles entre avril et juin.

Lire aussiEn 2023, la croissance économique de la Russie va dépasser celle de la zone euro, malgré les sanctions occidentales

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 28/10/2023 à 10:18
Signaler
La Russie a de meilleurs résultats économiques que la France, déficit budgétaire, dette, croissance sans sanctions. Comment est ce possible alors que nous avons les plus brillants économistes à la tête du gouvernement? Le sous doué de Lemaire et le p...

à écrit le 27/10/2023 à 23:48
Signaler
Fuite des cerveaux? : 850000 ingénieurs high tec, nucléaire, technologique , artistes et intellectuels ont fui la Russie en 2022 : ils sont en Géorgie, Arménie Sk’éss s une, Gb, Usa .. et un peu en France ( surtout des écrivains et journalistes) au...

le 28/10/2023 à 10:22
Signaler
comment font ils, en vous lisant, pour concevoir des missiles et des avions de chasse les plus performants du monde? selon vos estimations, la Russie devrait être balayée par les armes de l'OTAN.. Pourquoi ce n'est pas le cas.. interrogez vous et mer...

à écrit le 27/10/2023 à 14:51
Signaler
"Il n'y a pas d'explosion sociale" .Tu m'étonnes! Qui a envie de finir en prison? L'objectif de l'affaiblissement puis du démantèlement de la Russie passe par l'economie. Idem pour la Turquie, mais avec moins de risques parce que dans l'Otan. Reste...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.