« La Chine est impatiente de travailler avec la Russie pour porter les relations sino-russes à un degré supérieur dans une nouvelle ère » (Pékin)

La Chine et la Russie sont "plus résolues" à développer des relations bilatérales et renforcer leur coopération, a déclaré mercredi le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, après un entretien avec son homologue russe Sergueï Lavrov, cinq semaines après le début de la guerre en Ukraine. Les deux hommes ont condamné les sanctions "illégales et contre-productives" imposées à Moscou par "les Etats-Unis et leurs satellites" depuis l'invasion russe le 24 février, selon Moscou.
(Crédits : FLORENCE LO)

Moscou et Pékin font bloc face aux Etats-Unis. Ce mercredi, la Russie et la Chine ont en effet réaffirmé leur amitié «sans limite », trois semaines après qu'elle fut qualifiée de « solide comme un roc » par le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi. Au grand dam des puissances occidentales, en particulier les Etats-Unis, qui ne cessent de soupçonner Pékin de vouloir soutenir la Russie pour atténuer l'impact des sanctions alors que les autorités chinoises n'ont pas condamné la guerre russe en Ukraine. Ce mercredi, à Tunxi, dans la province d'Anhui, dans l'est de la Chine, après un échange avec Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, le même Wang Yi a déclaré que la Chine et la Russie étaient « plus résolues à développer des relations bilatérales et plus confiantes de promouvoir leur coopération dans différents domaines ». Le 7 mars déjà, les perspectives de coopération future étaient déjà jugées par Wang Y comme « immenses ». La relation politique et économique avec Pékin s'est considérablement renforcées depuis l'invasion russe de la Crimée en 2014 et de précédentes sanctions contre le régime poutinien.

Un nouvel ordre mondial

Selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères, les deux hommes ont condamné les sanctions "illégales et contre-productives" imposées à Moscou par "les Etats-Unis et leurs satellites" depuis l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février.

Sergueï Lavrov voit même dans ces sanctions l'avènement du nouvel ordre mondial.

"Nous vivons une étape très sérieuse dans l'histoire des relations internationales", a-t-il déclaré, dans une vidéo de l'entretien diffusée par Moscou.

« Je suis convaincu qu'à l'issue de cette étape, la situation internationale sera nettement plus claire et que nous (...) nous dirigerons vers un ordre mondial multipolaire, juste, démocratique », a-t-il lancé à Wang Yi.

« La Chine est impatiente de travailler avec la Russie pour porter les relations sino-russes à un degré supérieur dans une nouvelle ère, sous la conduite du consensus atteint par les chefs d'Etat », a ajouté Wang Yi.

« Notre opposition à l'hégémonie est sans limite », a assuré un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin, interrogé sur la visite du ministre russe.

Les deux ministres sont convenus mercredi que la Russie et la Chine allaient continuer à renforcer leur partenariat stratégique et à parler « d'une même voix » des affaires mondiales. Quelques semaines avant la guerre en Ukraine, Vladimir Poutine avait lui-même été chaleureusement reçu par son homologue chinois Xi Jinping à Pékin. Les deux pays avaient déjà célébré une amitié « sans limites » et dénoncé « l'extension » de l'Otan.

"Il nous incombe avec les Etats-Unis de travailler à la paix" (Xi Jinping)

Les prises de parole chinoises contrastent avec les déclarations du président chinois Xi Jinping à Joe Biden tenues lors d'un échange le 18 mars. Le président chinois avait estimé que des conflits militaires n'étaient « dans l'intérêt de personne ». « La crise ukrainienne n'est pas quelque chose que nous souhaitions voir » arriver, avait dit le chef d'État chinois.

« En tant que membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et en tant que deux premières économies mondiales, il nous incombe non seulement de conduire les relations sino-américaines sur la bonne voie, mais aussi d'assumer nos responsabilités internationales et de travailler à la paix et la tranquillité dans le monde », avait-il assuré Xi Jinping à Joe Biden.

Selon un bref compte-rendu diffusé par la chaîne publique CCTV, le président chinois avait aussi estimé que « les relations entre États ne peuvent aller jusqu'à la confrontation armée ».

-----------------

Les droits de douane américains n'ont aucun effet sur la Chine

Le recours aux droits de douane massifs n'a aucun effet sur les pratiques commerciales de la Chine, a expliqué mercredi Katherine Tai, l'ambassadrice américaine au Commerce, appelant à avoir une stratégie défensive en misant sur le retour de la production aux Etats-Unis. Washington reproche notamment à Pékin de subventionner ses entreprises pour dynamiser ses exportations, ce qui a eu pour effet au fil du temps de laminer de nombreux secteurs industriels aux Etats-Unis. De plus, la Chine est critiquée pour imposer des transferts de technologies aux entreprises souhaitant faire des affaires dans le pays asiatique.

"Nous avons en ce moment des droits de douane sur plus de 300 ou 400 milliards de dollars d'importations chinoises", a rappelé l'ambassadrice américaine.  "Cela n'a pas incité la Chine à changer" et cela affecte les entreprises américaines, a-t-elle observé.

"Nous devons poursuivre nos efforts pour faire pression sur la Chine pour qu'elle change", a-t-elle toutefois déclaré.

Mais Katherine Tai exhorte à développer rapidement de "nouveaux outils": "ce sont les investissements, c'est la relocalisation et la reconstruction de notre base manufacturière". "C'est le plan que nous devons poursuivre à l'avenir", a-t-elle souligné.

Lire aussi 6 mnAchats de pétrole : la Chine et l'Arabie Saoudite veulent remplacer le roi dollar par le yuan

(Avec AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 31/03/2022 à 20:35
Signaler
"« Notre opposition à l'hégémonie est sans limite », a assuré un porte-parole de la diplomatie chinoise" ben oui, pour installer la leur, qui sera meilleure de leur point de vue (une hégémonie juste et équilibrée).

à écrit le 31/03/2022 à 9:16
Signaler
"Pour un monde multipolaire, juste, démocratique et non hégémonique" dixit le monsieur Chinois...il se foutrait pas un peu de la gueule des gens le monsieur Chinois ?

à écrit le 31/03/2022 à 9:08
Signaler
Article intéressant. L'avenir géopolitique façon George Orwell se dessine sous nos yeux. Trois blocs se condensent, l'Empire d'Occident dominé par les anglo-saxons du réseau Echelon, autoproclamé démocratique auxquels adhèrent le Japon et quelques pa...

à écrit le 31/03/2022 à 8:08
Signaler
Cela devait faire partie du deal proposé par la souveraineté chinoise à Poutine, moins d'agressivité militaire qui fait chuter les bourses tandis que la chine est endettée à 300% mais plus d’agressions verbales, moins de pertes humaines c'est toujour...

le 31/03/2022 à 12:57
Signaler
La Chine qui a 300% de dette, oui mais c'est un chiffre qui regroupe le secteur public + privé+ locaux. En fait, en calculant comme ca, la dette française ou américaine est même bien plus élevé que celle des chinois. En plus, le problème, c'est que...

le 31/03/2022 à 16:33
Signaler
Et donc selon vous quelles sont nos dettes réelles ? Que nous ayons des croissances pourries est une vérité mais que la chine aie réellement 5.5% de croissance économique après deux ans de covid et maintenant une guerre est peu crédible par contre el...

à écrit le 31/03/2022 à 6:55
Signaler
La Chine faisant la leçon aux USA sur un mode patelin et généreux, c'est savoureux ! Et dire que la stratégie de l'administration américaine a conduit tout droit à cette situation ! Quand on a des amis comme eux, on n'a pas besoin d'avoir d'ennemis.....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.