Le boeuf français revient en Chine après 17 ans d'embargo sanitaire

 |   |  407  mots
Cet accord, qui met fin à 17 ans d'embargo lié à la crise de la vache folle, concrétise un engagement obtenu par Emmanuel Macron lors de sa visite en Chine en janvier. Il est complété par un protocole pour l'exportation de semence bovine française, des agréments pour deux abattoirs porcins (Bigard et Tradival) et deux établissements de lait infantile (Baby Drink et Candia).
Cet accord, qui met fin à 17 ans d'embargo lié à la crise de la vache folle, concrétise un engagement obtenu par Emmanuel Macron lors de sa visite en Chine en janvier. Il est complété par un protocole pour l'exportation de semence bovine française, des agréments pour deux abattoirs porcins (Bigard et Tradival) et deux établissements de lait infantile (Baby Drink et Candia). (Crédits : Reuters)
L'accord signé lundi à Pékin met fin à 17 ans d'embargo lié à la "crise de la vache folle", une crise sanitaire puis socio-économique survenue notamment au Royaume-Uni et en France au milieu des années 1990. La Chine importe chaque année 1,5 million de tonnes de viande bovine, issue de 14 pays. La France compte redémarrer ses livraisons d'ici à septembre et mise sur un objectif de 30.000 tonnes par an.

Interdite en Chine depuis 2001, la viande bovine française pourra de nouveau être commercialisée, selon un protocole d'accord signé lundi à Pékin en présence du Premier ministre français Edouard Philippe et son homologue chinois Li Keqiang.

Cet accord, qui met fin à 17 ans d'embargo lié à la crise de la vache folle, concrétise un engagement obtenu par Emmanuel Macron lors de sa visite en Chine en janvier.

Il est complété par un protocole pour l'exportation de semence bovine française, des agréments pour deux abattoirs porcins (Bigard et Tradival) et deux établissements de lait infantile (Baby Drink et Candia).

Premières livraisons de boeuf français à la Chine d'ici septembre

"Ces accords sur lesquels les deux chefs d'Etats s'étaient engagés permettront aux consommateurs chinois d'apprécier l'excellence du terroir français", a estimé M. Philippe.

L'accord sur le boeuf porte sur la viande bovine désossée de moins de 30 mois et permettra d'avoir du boeuf français dans les assiettes chinoises d'ici septembre, selon le président de la filière (Interbev) Dominique Langlois.

Le ouf de soulagement de la filière bovine

"C'est une très très grande nouvelle", "une date historique", s'est félicité M. Langlois, en précisant que "sept entreprises" françaises avaient "été auditées par les autorités chinoises, qui vont remettre leur rapport". "Il y aura des allers-retours quelques jours, quelques semaines" avant de déclencher les premières exportations.

"On a déjà des contacts avec des acheteurs chinois en attente", a-t-il ajouté en visant un objectif de "30.000 tonnes" par an, qui "serait déjà formidable".

14 pays exportent 1,5 million de tonnes par an de boeuf vers la Chine

Quatorze pays exportent déjà pour 1,5 million de tonnes de viande bovine par an vers la Chine.

"Il faut qu'on se différencie", a plaidé M. Langlois en vantant "la qualité de nos races, le fait que nous ayons un système de traçabilité remarquable, que nous n'avons pas un mode d'élevage extensif mais à taille humaine".

Il ajoutait :

"Nous avons aussi la perspective d'apporter du savoir-faire dans la découpe de la viande pour les boucheries ou la restauration."

Chine, Edouard Philippe, Li Keqiang, boeuf, Airbus,

[ Lundi, le Premier ministre français Edouard Philippe a annoncé la signature avec son homologue chinois Li Keqiang d'un protocole sanitaire d'exportation de la viande bovine française vers la Chine, mettant fin à dix-sept années d'embargo. Crédit : Reuters]

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2018 à 19:29 :
Je suggère aux "Vegans agités" envers les boucheries, charcuteries de se rendre en Chine pour apprendre à ce peuple du milieu que de manger de la viande n'est pas bon du tout. Là bas, ils montreront au MONDE leur détermination ?
a écrit le 26/06/2018 à 11:40 :
espérons que cette exportation ne se fait pas au détriment des Français ! il faut peut etre stopper l importation de la mauvaise viande de certains pays (Brésil ext ..)
a écrit le 26/06/2018 à 9:27 :
Non ce n'est pas ça, ça c'est la version officielle, la version officieuse c'est qu'après cet énième scandale sanitaire les chinois, qui sont des gens bien informés, moins que les américains mais mieux que le reste du monde, ont vu les pratiques criminelles de l'agro-industrie française se disant que forcément ce genre d'incidents ne pouvaient que recommencer et nos agro-industriels se sont bien appliqués à leur donner entièrement raison soit dit en passant.

La gueguerre avec les états unis se faisant les voilà qui reviennent et espérons qu'ils ont imposé à nos agro-magouilleurs de se calmer côté empoisonnement généralisé, je le pense. Le retour des chinois peut améliorer un temps soit peu la qualité de notre agro-industrie. Remercions les chaleureusement, il n'y aura plus que l'état français compromis avec les actionnaires milliardaires de cette activité à les contrôler. Ouf... Je fais bien plus confiance aux chinois qu'à nos hommes d'affaires et nos politiciens.

"Ces scandales qui ont touché l'industrie alimentaire ces dernières décennies " https://www.rtbf.be/info/societe/detail_ces-scandales-qui-ont-touche-l-industrie-alimentaire-ces-dernieres-decennies?id=9816570
a écrit le 26/06/2018 à 9:25 :
Pourquoi devons nous faire des concessions (il y en a forcément) pour pouvoir les exporter en Chine alors que l'on peut très bien les consommer en France, au lieu d'importer de la viande australienne, USA, brésilienne... toutes très préjudiciables à l'environnement (surtout la dernière) ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :