Le Sénat veut auditionner Trump Jr. et Manafort

 |   |  913  mots
Donald Trump a confirmé avoir rencontré une avocate russe pendant la campagne présidentielle à la Trump Tower.
Donald Trump a confirmé avoir rencontré une avocate russe pendant la campagne présidentielle à la Trump Tower. (Crédits : REUTERS/Brian Snyder)
Les sénateurs de la commission du renseignement veulent interroger le fils aîné de Donald Trump, son ancien directeur de campagne Paul Manafort et toutes les autres personnes présentes lors d'une réunion à la Trump Tower avec des responsables russes lors de la présidentielle en 2016.

La pression monte sur les proches de Donald Trump. Six mois après l'arrivée de l'ancien animateur de téléréealité à la Maison-Blanche, la commission du renseignement au Sénat souhaite auditionner le fils aîné du président américain Donald Trump Jr et son ancien directeur de campagne Paul Manafort. L'instance souhaite également entendre toutes les personnes présentes au cours d'une rencontre avec des responsables russes.

> Lire aussi : La rencontre embarrassante du fils de Trump avec une avocate proche du Kremlin

Huit personnes présentes

Outre le fils aîné du chef d'Etat et Paul Manafort, l'avocat de Donald Trump Jr a précisé à la chaîne américaine CNN que six autres personnes avaient participé à cette réunion. Le fils du président, qui dirige l'entreprise familiale, la Trump Organization, a admis dans un premier temps avoir rencontré en juin 2016 une avocate russe proche du Kremlin Natalia Vesselnitskaïa qui promettait de lui fournir des informations embarrassantes sur la candidate démocrate Hillary Clinton. La rencontre avec l'avocate russe et son traducteur s'est déroulée en présence de Paul Manafort et de Jared Kushner, gendre du président.

> Lire aussi : Qui est Donald Trump Jr, le fils au centre de l'affaire russe

Le publicitaire Rob Goldstone et le lobbyiste américano-russe Rinat Akhmetshin y ont également assisté, et un huitième participant a été identifié mardi. Il s'agit de Scott Balber, un entrepreneur connu de Donald Trump et installé à Moscou, a confirmé l'avocat Scott Balber. L'information avait été annoncée par CNN. Selon la chaîne, il a été identifié par l'équipe de Robert Mueller et coopère à l'enquête.

> Lire aussi : 5 choses à savoir sur le procureur spécial qui inquiète Trump

Une audition reportée

Membre de la commission judiciaire du Sénat, la sénatrice Dianne Feinstein a affirmé que l'audition de Donald Trump Jr. et Paul Manafort était prévue ce mercredi mais a dû être reportée. Selon Reuters, elle n'a pas été en mesure de dire si elle pouvait avoir lieu la semaine prochaine.

Malgré ce report, les membres de la commission du Sénat restent déterminés, à l'image du président républicain de cette organisation Richard Burr.

"Nous devons poursuivre toute information existante suggérant que quelqu'un puisse nous intéresser", a-t-il expliqué. "Nous avons désormais une chaîne de courriels qui fait de cela (l'entretien, ndlr) un aspect très important, que nous devons fouiller."

Le sénateur Mark Warner, vice-président démocrate de la même commission a précisé à l'agence de presse certaines des questions qu'il entendait poser aux participants : "Pourquoi étaient-ils rassemblés là ? Quel était vraiment l'objectif? Sur quoi ont porté les discussions ?"

Des participants au passé trouble

Bien que le fils aîné du milliardaire fait l'objet de toutes les attentions ces derniers jours, les enquêteurs travaillent depuis plusieurs mois sur le passé de son ancien directeur de campagne Paul Manafort. La presse américaine a notamment révélé que ce dernier avait eu des contacts répétés avec les services secrets russes.

-

paul manafort

-

Paul Manafort à une convention des républicains en juillet 2016 lors d'une conférence de presse. (Crédits : REUTERS/Carlo Allegri)

Paul Manafort a également démissionné avant la fin de sa mission en août 2016 à la suite de révélations concernant une affaire de corruption en Ukraine. Ancien conseiller de l'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch renversé en 2014, M.Manafort est soupçonné d'avoir reçu près 25 millions de dollars du parti de Régions. Cette formation politique ukrainienne, anciennement dirigée par l'autocrate Ianoukovitch au passé tumultueux, entretient des relations de proximité avec Vladimir Poutine. Depuis 2014, l'ex-chef d'Etat ukrainien est d'ailleurs exilé en Russie.

> Lire aussi : Qui est Paul Manafort, le conseiller de Trump soupçonné de collaborer avec la Russie ?

De son côté l'avocate russe qui a rencontré Donald Trump Jr, fils aîné du président américain, lors de la campagne électorale 2016 a affirmé qu'elle était prête à témoigner pour dissiper ce qu'elle appelle "une hystérie collective" à propos de cet entretien.

"Je suis prête à clarifier la situation à l'origine de cette hystérie collective - mais uniquement via des avocats ou en témoignant devant le Sénat", a déclaré Natalia Vesselnitskaïa dans une interview à la chaîne russe RT TV diffusée mardi soir.

Une popularité en berne

Seulement six mois après son arrivée au pouvoir, Donald Trump est déjà le chef d'Etat américain le plus impopulaire depuis la fin de la seconde guerre mondiale. D'après plusieurs sondages publiés récemment dans le Washington Post, le pourcentage d'opinions favorables oscillent entre 36% et 42%. Les Américains interrogés seraient même 48% à désapprouver fortement les actions de leur président, un niveau jamais atteint par Bill Clinton et Barack Obama. Seul George W.Bush avait atteint ce score.

Du côté du Capitole, de nombreuses voix critiques même du côté des républicains commencent à désapprouver certains choix politiques comme l'a récemment illustré l'échec de l'abrogation de l'Obamacare. Dans un tel contexte, la prochaine audition de son fils et de son ancien directeur de campagne ne devrait pas améliorer la crédibilité de M.Trump au sein de l'opinion publique.

> Lire aussiObamacare : des républicains torpillent le projet d'abrogation de Trump

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :