Mondial-2018 : Moscou dit avoir déjoué "25 millions de cyberattaques"

 |   |  316  mots
(Crédits : CC / Pixabay)
La Russie a été ciblée par près de "25 millions de cyberattaques" pendant la Coupe du monde de football, a affirmé le président russe Vladimir Poutine, sans préciser la provenance de ces attaques informatiques ni si elles étaient menées par des individus ou des logiciels. Dans le même temps, les États-Unis font état d'une accentuation des attaques informatiques, notamment en provenance de la Russie.

« Pendant la période de la Coupe du monde, près de 25 millions de cyberattaques et d'autres actes criminels sur les structures de l'information en Russie, liés d'une façon ou d'une autre à la Coupe du monde, ont été neutralisés », a déclaré Vladimir Poutine lors d'une rencontre le 15 juillet avec les services de sécurité russes.

Le président russe, dont les propos ont été retransmis ce lundi 16 juillet par le Kremlin, n'a pas donné plus d'informations sur la nature de ces cyberattaques. « Derrière ce succès, se cache un très important travail préparatif, opérationnel, d'analyse et d'informations, nous avons utilisé toutes nos forces, notre concentration était à son maximum », a-t-il souligné.

Essor des cyberattaques aux États-Unis, notamment russes

La Russie, qui a accueilli la Coupe du Monde du 14 juin au 15 juillet dans onze villes et douze stades, a été à plusieurs reprises accusée par les pays occidentaux de mener des attaques informatiques. Le 15 juillet, le chef du renseignement américain Dan Coats a affirmé que les piratages informatiques menaçant les États-Unis s'accentuaient, notamment en provenance de la Russie.

« Les acteurs russes et autres tentent aussi d'exploiter nos vulnérabilités dans nos infrastructures vitales », a-t-il assuré.

Selon lui, les "pires" auteurs de cyberattaques sont donc la Russie, mais aussi la Chine, l'Iran et la Corée du Nord. Mais la Russie est « l'acteur étranger le plus agressif, sans aucune doute ».

Le 13 juillet, douze agents du renseignement russe ont été inculpés par les autorités américaines pour avoir piraté les ordinateurs du parti démocrate lors de la campagne présidentielle de 2016, qui a été remportée par Donald Trump. Moscou a toujours démenti toute ingérence dans l'élection.

Ces annonces russes et américaines interviennent peu avant avant le tête-à-tête entre Donald Trump et Vladimir Poutine ce lundi à Helsinki.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2018 à 18:46 :
Quel que soit l'information on ne peut que douter des médias qui la diffuse surtout quand des intérêts particuliers sont en jeux!
a écrit le 16/07/2018 à 12:32 :
Oui mais comme on le constate bien avec la russosphère qui vient régulièrement commettre des trollages ici-même ils sont quand même un poil mythos les gars hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :