"Nous allons gagner", assure Biden ; "les procédures judiciaires ne font que commencer", répond Trump

Nous allons gagner cette élection avec une majorité claire", a déclaré hier Joe Biden. Déjà crédité de 253 grands électeurs, il pense en remporter plus de 300 sur les 538 formant le collège électoral, et donc dépasser largement la barre des 270 nécessaires pour remporter l'élection. Dans le camp présidentiel, Donald Trump a réaffirmé sa volonté de contester certains résultats devant la justice et la direction du Parti républicain entend lever 60 à 100 millions de dollars pour financer ces recours.

6 mn

(Crédits : REUTERS PHOTOGRAPHER)

Trois jours après l'élection présidentielle américaine, Joe Biden fonce vers la Maison Blanche. Certes le candidat démocrate s's'est abstenu vendredi soir de revendiquer formellement la victoire à l'élection présidentielle aux Etats-Unis mais n'a laissé aucun doute quant à ses certitudes d'être sur le point de battre Donald Trump.

"Nous allons gagner cette élection avec une majorité claire", a-t-il déclaré hier dans son fief de Wilmington, dans le Delaware, en estimant être en mesure de remporter plus de 300 des 538 grands électeurs formant le collège électoral.

Joe Biden s'est montré sûr vendredi soir de sa victoire, tandis que Donald Trump l'a mis en garde contre toute revendication "illégitime".

"Je pourrais moi aussi la revendiquer. Les procédures judiciaires ne font que commencer!", a indiqué ce dernier.

Déjà crédité de 253 grands électeurs contre 214 pour Donald Trump, Joe Biden est assuré de franchir la barre fatidique des 270 voix au collège électoral s'il décroche les 20 grands électeurs attribués par la seule Pennsylvanie. S'il perd en Pennsylvanie, il pourra aussi devenir président élu en empochant deux des Etats du trio Géorgie (16 grands électeurs)-Nevada (6)-Arizona (11); trois Etats où il fait aussi la course en tête.

La Pennsylvanie, le Nevada, l'Arizona et la Géorgie penchent vers Biden

Il pourrait tous les gagner. Le candidat démocrate pense en effet que la Pennsylvanie, où son avance sur Donald Trump ne cesse de croître depuis qu'il a viré en tête vendredi matin, lui est désormais acquise et qu'il va également l'emporter en Arizona et dans le Nevada. En Géorgie, son avance s'accroît au fur et à mesure du dépouillement. Il dispose désormais de 7.248 voix de plus que Donald Trump, d'après les estimations de l'institut Edison Research.

Pour Donald Trump en revanche, la voie s'est nettement rétrécie: il lui faut gagner absolument la Pennsylvanie et la Géorgie, mais aussi devancer Joe Biden dans le Nevada ou l'Arizona s'il ne veut pas devenir le premier président battu au terme d'un premier mandat depuis George H. Bush en 1992.

Le dépouillement continue

Après les premières fermetures de bureau de vote mardi dans le Kentucky et l'Indiana, et alors que la Pennsylvanie dépouille depuis mercredi 01h00 GMT, aucun des grands réseaux de la télévision américaine n'a osé franchir le pas et le déclarer président-élu.

Pour autant, le suspense du dépouillement électoral semble toucher à sa fin.

"Les chiffres nous racontent une histoire claire et convaincante: nous allons gagner cette élection", a dit le candidat démocrate, ajoutant que sa colistière Kamala Harris et lui préparaient déjà la transition.

Agé de 77 ans, élu pour la première au Sénat des Etats-Unis en 1972, Joe Biden a renouvelé ses appels au calme, à la patience et à l'unité de la nation.

"Nous pouvons être des adversaires, nous ne sommes pas des ennemis, nous sommes américains", a-t-il dit, appelant l'ensemble de ses compatriotes à "mettre la colère et la diabolisation derrière nous" pour affronter les défis sanitaires, économiques, climatiques, sociétaux.

"La démocratie fonctionne"

Biden, qui a dit espérer pouvoir s'exprimer de nouveau samedi, a appelé au rassemblement.

"Il est temps de nous rassembler", a-t-il déclaré. "Nous devons surmonter la colère".

"L'objet de notre politique, l'oeuvre d'une nation, n'est pas d'attiser les flammes du conflit mais de régler les problèmes, de garantir la justice, de donner à chacun sa chance, d'améliorer la vie des gens".

Quant au processus électoral et aux lenteurs du dépouillement, il a dit: "Nous devons nous souvenir qu'il faut rester calmes, patients, laisser le processus se dérouler jusqu'à que tous les votes soient comptés (...) La démocratie fonctionne, vos votes seront comptés."

Les Républicains vont lever des fonds pour financer des recours

Dans le camp présidentiel, Donald Trump a réaffirmé sa volonté de contester certains résultats devant la justice et la direction du Parti républicain entend lever 60 à 100 millions de dollars pour financer ces recours, laissant présager qu'un nouveau suspense, judiciaire celui-là, débutera aussitôt après la fin du suspense du dépouillement.

"J'avais une telle avance dans tous ces Etats tard lors de la nuit de l'élection, et voilà que j'ai vu ces avances disparaître comme par miracle à mesure que les jours passaient. Peut-être ces avances reviendront avec nos procédures en justice", a tweeté le président.

Des doutes se sont pourtant fait jour parmi certains de ses conseillers et soutiens sur l'opportunité de poursuivre sur la voie des recours devant les tribunaux.

"L'élection est jouée, et la seule personne qui ne le voit pas, c'est Donald Trump" confiait vendredi un haut responsable républicain sous couvert d'anonymat.

(Avec Reuters et AFP)

Encadré : La bataille pour le contrôle du Sénat pourrait durer jusqu'au 5 janvier

Alors que le dépouillement des bulletins de vote pour l'élection présidentielle aux Etats-Unis était toujours en cours vendredi soir, la bataille pour le contrôle du Sénat, autre enjeu des élections du 3 novembre dernier, pourrait se prolonger elle jusqu'au 5 janvier prochain.

Sur les 35 sièges remis en jeu à la haute assemblée, 23 étaient détenus par des élus républicains, laissant aux démocrates l'espoir de menacer la courte majorité du parti de Donald Trump (53 voix contre 47 pour l'opposition démocrate et indépendante).

Au vu des résultats partiels et des projections, chacune des deux formations semble d'ores et déjà assurée de décrocher 48 sièges sur les 100 que compte le Sénat. En Caroline du Nord et en Alaska, les républicains Thom Thillis et Dan Sullivan semblent bien partis pour l'emporter. Il restera alors les deux sièges en jeu en Géorgie, où, particularité locale, un second tour devrait être nécessaire le 5 janvier, épilogue de cette course au Sénat. Pour l'un des deux sièges, la sénatrice républicaine sortante Kelly Loeffler affrontera le démocrate Raphael Warnock: pour l'autre, le sortant républicain David Perdue sera défié par le démocrate Jon Ossoff.

Si les deux démocrates l'emportent, le Sénat se retrouvera à égalité parfaite entre les deux camps, la voix prépondérante revenant alors au ou à la vice-présidente, soit Kamala Harris si Joe Biden est élu à la Maison blanche, soit Mike Pence si Donald Trump venait à l'emporter. A l'inverse, un seul succès en Georgie suffirait aux républicains pour conserver leur majorité. Dans l'éventualité d'une victoire de Biden, cette issue pourrait compliquer sa tâche, notamment sur les questions liées à la santé et à la lutte contre le changement climatique.

(Reuters)

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 07/11/2020 à 22:43
Signaler
Je suis le premier à me moquer de Trump .Mais je sais que dans les opérations spéciales ,au Sahel par exemple , l'armée américaine ,avec ses moyens techniques exceptionnels ,nous aide. Donald doit il être remercié ?

à écrit le 07/11/2020 à 17:11
Signaler
d'un coté c'est le pays des GAFA dominateurs . De l'autre , c'est le ridicule électoral. MAIS ils ont raison de mettre les dollars dans les GAFA , là ou ça compte pour l'économie et les jobs et de laisser le décompte électoral à l'abandon car ce se...

à écrit le 07/11/2020 à 17:11
Signaler
Cela tient de la maladie mentale, on aura probablement des analyses sur cet aspect dans le futur.

à écrit le 07/11/2020 à 16:29
Signaler
On s'en tape, nous ne sommes pas américains ! Ich bin keine americanish !

à écrit le 07/11/2020 à 15:29
Signaler
Selon certains et après vérification Trump sera élu mais il s'en suivrait des graves émeutes sur tout le territoire des USA. Probable que des fraudes massives aient été opérées. A suivre,...

à écrit le 07/11/2020 à 14:42
Signaler
Quand il en a deux qui se dispute, un troisième en profite et c'est lui qu'il faut surveiller car susceptible d'être le provocateur!

à écrit le 07/11/2020 à 13:58
Signaler
" Vous êtes viré "aboyait Trump lors de ses émissions de télévision .Maintenant ce pourrait être lui ...dur ,dur .La réalité est méchante pour les petits garçons .

à écrit le 07/11/2020 à 12:57
Signaler
De manière légale, Biden n'est en mesure d'annoncer ...rien du tout. Il y a des actions de justice en cours dans quatre états (NV, AZ, MI, PA) et il y aura moins un recomptage total des bulletins dans deux autres (WI, GA). Selon le code électoral, ...

le 07/11/2020 à 15:01
Signaler
Il est inutile de venir pleurer ici, c'est aux USA que cela se joue. Je ne sais pas ou vous allez chercher votre code électoral mais depuis toujours les candidats annoncent ce qu'ils veulent, à leurs risques et périls ....seulement pour leur crédi...

à écrit le 07/11/2020 à 12:22
Signaler
Il n'est pas loin des portes de la Maison Blanche mais il va perdre les clefs.

à écrit le 07/11/2020 à 11:22
Signaler
Les résultats sont très contestés par les avocats de Trump avec cette conséquence, la Cour suprême demande à tous les comtés de Pennsylvanie de s’assurer que les bulletins reçus après 20 heures le jour de l’élection sont bien comptés séparém...

à écrit le 07/11/2020 à 11:17
Signaler
C'est un "pu....n" de " me....r" les élections aux US! A croire qu'ils compliquent à souhait pour faire le bonheur des avocats. C'est d'ailleurs la principale caractéristique des US, une société judiciarisee à outrance, ce qui revient à tout ramener ...

à écrit le 07/11/2020 à 11:02
Signaler
que dire de ce triste spectacle offert par cette Amérique A l'avenir il devrait s'abstenir de faire la leçon au monde entier.

le 07/11/2020 à 17:32
Signaler
@geronimo 07/11/2020 11:02 Je ne vois pas un triste spectacle. Il y a 50 états plus DC et les procédures sont différentes dans chacun des états. De plus, certains états ont voté pour renouveler une partie de la Chambre et une partie du Sénat, mais a...

le 08/11/2020 à 8:22
Signaler
@geronimo 07/11/2020 11:02 Comme d'habitude, j'ai été censuré donc je remets ma contribution d'hier: Bernardino a répondu le 07/11/2020 à 17:32: @geronimo 07/11/2020 11:02 Je ne vois pas un triste spectacle. Il y a 50 états plus DC et les p...

à écrit le 07/11/2020 à 10:38
Signaler
Quand la tricherie énorme, que l'on découvre, que du côté Démocrate, et dans un certains nombre de Comtés, ceux qui sont concernés doivent être éliminés de la course à la Présidentielle, notamment tous les comtés dont le nombre de votants a dépassé l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.