Pourquoi la croissance des salaires est trop faible selon l'OCDE

Les séquelles de la crise dans les pays développés sont encore visibles pour de nombreux travailleurs qui n'ont toujours pas retrouvé leur niveau de revenu depuis 2008. La trop faible croissance des gains de productivité explique, en partie, cette lente évolution des salaires selon un nouveau rapport de l'OCDE.
Grégoire Normand

5 mn

(Crédits : BLOOMBERG)

Dix ans après la crise, le marché du travail dans les pays développés est loin d'avoir retrouvé des couleurs. Si l'économie mondiale s'est redressée jusqu'en 2017, la situation de l'emploi demeure dégradée dans un bon nombre de pays. La lente baisse du chômage en France illustre toutes les difficultés pour les chômeurs à retrouver un emploi stable et bien rémunéré. Au delà de l'emploi, la question des salaires est au centre des préoccupations pour beaucoup de travailleurs.

D'après un rapport de l'OCDE publié ce mardi 4 décembre, dans la plupart des pays de développés, "la croissance des salaires reste faible. De plus, la croissance de la productivité est passée de 2,5% environ avant la crise à approximativement 1,25 sur les cinq dernières années, tandis que les inégalités n'ont jamais été aussi marquées."

Pour le secrétaire général de l'institution internationale Angel Gurria, "le revenu disponible moyen des 10% les plus riches est environ neuf fois et demi supérieur à celui des 10% les plus pauvres dans la zone OCDE, alors qu'il n'était que sept fois supérieur il y a 30 ans."

Alors que le gouvernement français est actuellement confronté à l'exaspération et la colère de milliers de gilets jaunes, cette nouvelle publication pourrait venir alimenter les débats sur le pouvoir d'achat et les disparités de revenus.

 

Lire aussi : "Gilets jaunes" : un impact économique "sévère et continu" selon Le Maire

De faibles gains de productivité

La dégradation de la productivité au travail dans les pays développés inquiète particulièrement les experts de l'organisation basée à Paris. "Depuis ces vingt dernières années, la croissance de la productivité tend à ralentir dans presque toutes les économies de marché, développées et émergentes." En parallèle, les salaires médians ont progressé encore moins vite que cette productivité, "rendant la croissance moins inclusive." Pour les travailleurs faiblement ou moyennement rémunérés, les salaires ont stagné, voire diminué.

Les auteurs du rapport expliquent cette érosion "de la productivité par un moindre accroissement de l'intensité capitalistique (croissance du capital par travailleur) et une moindre croissance de la productivité globale des facteurs."

Ce coup de mou des gains de productivité freinerait sérieusement l'amélioration des niveaux de vie. "Les salaires médians réels ont progressé à un rythme inférieur à celui des salaires moyens réels, dans la grande majorité d'entre eux, si bien que les inégalités salariales se sont creusées"  rappelle le document.

Par ailleurs, les économistes soulignent que "la répartition des revenus s'est de plus en plus orientée vers le capital au détriment du travail, et la répartition des revenus et de la richesse est de plus en plus inégale."

 

Lire aussi : Inégalités : Stiglitz plaide pour une autre approche

Le danger de la polarisation du marché du travail

Outre les faibles gains de productivité, la polarisation accrue du marché du travail suscite de vives inquiétudes chez les économistes. Le processus de désindustrialisation entamé depuis plusieurs décennies dans les pays de l'OCDE a profondément transformé le travail. Ce processus "s'est traduit par des transferts massifs d'emplois du secteur manufacturier vers celui des services."

Dans le même temps, le poids de travailleurs dans l'emploi moyennement qualifié a chuté d'environ 10 points de pourcentage tandis que "celle des travailleurs peu qualifiés et très qualifiés a augmenté."

La montée en puissance des robots dans l'économie et les chaînes de production pourraient encore accentuer cette polarisation. Si les chiffres relatifs à la part d'emplois automatisables sont loin de faire l'unanimité, la plupart des économistes s'accordent à dire que beaucoup d'emplois vont être transformés dans les années à venir. Ces mutations posent la question fondamentale de l'apprentissage et des compétences pour des travailleurs parfois confrontés à une accélération des transformations ou des destructions d'emplois.

"Un marché du travail qui offre aux actifs occupés la possibilité de développer constamment leurs compétences non seulement stimule la croissance de la productivité, mais concourt également à en distribuer plus largement les gains."

Lire aussi : Automatisation : l'emploi et les compétences au centre des inquiétudes

Favoriser les emplois de qualité

Face à la précarisation de l'emploi, les experts de l'OCDE préconisent d'élargir les prestations sociales à plus grand nombre de travailleurs. "Mettre en place de nouveaux régimes de prestations spéciaux ; faire une plus grande place aux régimes non contributifs ; appliquer un niveau minimum de prestations sociales."

Par ailleurs, le développement de l'économie des plateformes ces dernières années a parfois amené les travailleurs indépendants à effectuer des missions à la tâche, à l'instar des livreurs à vélo. Si ces travailleurs ne représentent qu'une faible partie de la population active, ils sont parfois confrontés à de véritables difficultés en cas d'accident du travail ou de période d'inactivité. "De plus, ils perçoivent en général une rémunération inférieure, reçoivent moins de formation et souffrent davantage de tensions au travail."

Enfin, certaines catégories de population sont parfois surreprésentées. "En général, les femmes, les jeunes, les travailleurs les moins qualifiés, les salariés de petites entreprises et les immigrés."

Pour améliorer la situation de ces travailleurs, l'OCDE recommande aux pouvoirs publics "de s'efforcer d'offrir une protection adéquate à tous les travailleurs." En France, le dernier arrêt rendu la semaine dernière par la Cour de cassation ouvrant la voie au salariat pour un ancien livreur de Take Eat Easy pourrait constituer un tournant pour tous ces travailleurs au statut souvent précaire.

 

Lire aussi : Coursiers à vélo : et si le salariat était possible ?

Grégoire Normand

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 45
à écrit le 06/12/2018 à 14:26
Signaler
Les premiers responsables sont les banques à qui on permet de prendre des risques énormes avec votre argent sur vos comptes sur lesquels vous payez en sus des agios et des frais extraordinaires.Faites le test de comptabiliser vos frais.Ensuite les co...

à écrit le 05/12/2018 à 23:53
Signaler
L'érosion de la productivité est moins en cause que la finance spéculative et l'optimisation fiscale ! Taxons les GAFA à hauteur de ce que l'économie européenne leur fait gagner. La diminution de la pression fiscale induite par cet impôt sur les entr...

à écrit le 05/12/2018 à 23:31
Signaler
Pour info contraire à ceux qui veulent baisser les salaires: il existe des moyens simples de se débarrasser de ces dettes qui vous terrorisent: barrières douanières et inflation. Ce n’est pas très corporate de dire ça, mais c’est en revanche très eff...

à écrit le 05/12/2018 à 12:33
Signaler
C'est effarant de lire les commentaires débiles.Il semblerait qu'il est impossible d'augmenter les salaires.Comment expliquer la fortune d'Arnault et de Gates dont celle-ci a été possible grâce au travail de tous leurs Salariés.Ils ont investi OK ma...

à écrit le 05/12/2018 à 11:04
Signaler
... de parler de hausses salariales abusives, faudrait peut-être parler d'impératives hausses de productivité; celle-ci étant lamentable en france. ne parlons même pas du manque de compétences, de savoir-faire et de courage des "travailleurs" (ah oui...

le 31/12/2020 à 0:34
Signaler
moi je pense qu'il faudrait donner nos salaires à nos patrons.... mais très clairement je n y connais rien en économie et ça te pétera à la gueule. de plus j 'en ai rien a foutre que tu roule en Ferrari ou Maserati de boeuf ou bofffff

à écrit le 05/12/2018 à 9:09
Signaler
L'OCDE n'est pas au bout de ses mauvaises surprises. Elle oublie que l'activité économique et la fameuse "productivité" reposent sur d'abondantes ressources naturelles (accessibles sans trop d'efforts) alors que beaucoup sont en cours de raréfaction,...

à écrit le 05/12/2018 à 8:40
Signaler
Prenez le cas de la Suisse. Avec un salaire net mensuel équivalent à 4.000 euros, il est impossible de se loger correctement seul à Genève. Et avec des revenus mensuels nets équivalents à 2.500 euros, on a droit à des aides sociales parce que l'on es...

le 05/12/2018 à 12:57
Signaler
raisonnement très juste et même, dirais-je, irréfutable. L'exemple de la Suisse est d'ailleurs bien choisi : les Suisses gagnent beaucoup plus que les français mais payent tout beaucoup, beaucoup plus chers. Et, en plus, eux, ils payent leurs impôts ...

à écrit le 05/12/2018 à 7:35
Signaler
Parce que l'argent s'évapore. Avant on achetait un produit chinois à une marque française dans une boutique française. Tout cet argent restait en France, à part la partie productive (quelques pourcents qui retournait en Chine) et pouvait être ré-inve...

à écrit le 05/12/2018 à 0:45
Signaler
Analyse intéressante, on s'en serait douté tout de même, dans mon coin en pays de la loire il y a partout des panneaux recrute recrute! Ils nous font franchement rigoler!, Le fiston s'est fait un contrat d'intérim dans une boîte comme soudeur, contr...

à écrit le 04/12/2018 à 21:50
Signaler
" Mettre en place de nouveaux régimes de prestations spéciaux ; faire une plus grande place aux régimes non contributifs ; appliquer un niveau minimum de prestations sociales." : L'OCDE qui a pour mission de promouvoir le libéralisme économique, le l...

à écrit le 04/12/2018 à 20:29
Signaler
Comment expliquer que les grands patrons de toutes les grandes entreprises et les quelques (entre 5 ou 10) managers qui les entourent ont des salaires qui augmentent de 10 voir 14%, doublés par des milliers d'actions gratuites et des fortunes en stoc...

à écrit le 04/12/2018 à 18:45
Signaler
Cher Bob,ton commentaire macronien est effarant.C'est bien connu il suffit de traverser la rue(Macron te tiendra la main au passage piétons)pour trouver du boulot et s'enrichir ou prendre un vélo pour livrer des pizzas.Tu est probablement indépendant...

à écrit le 04/12/2018 à 18:41
Signaler
Cher Bob,ton commentaire macronien est effarant.C'est bien connu il suffit de traverser la rue(Macron te tiendra la main au passage piétons)pour trouver du boulot et s'enrichir ou prendre un vélo pour livrer des pizzas.Tu est probablement indépendant...

à écrit le 04/12/2018 à 16:43
Signaler
Les salaires augmentent peu car il y a peu d'inflation, il y a la concurrence des pays en cours de développement, il y a aussi une manque de qualification : cherchez un plombier compétant, c'est très très rare . le lavage de cerveau des 30 dernières...

le 04/12/2018 à 18:16
Signaler
Un exemple : Le CAP soudeur a été fermée par l'Education nationale en 1988.

à écrit le 04/12/2018 à 15:14
Signaler
On se demande pourquoi il y a un nombre grandissant de democratie qui se tournent vers les populistes, la raison est pour partie dans ces chiffres. Stagnation des salaires, explosion des inegalites avec des riches qui ne cessent de s'enrichir... L'hi...

le 04/12/2018 à 15:26
Signaler
"Des riches qui ne cessent de s'enrichir" ??? Mais, cher Bob, personne ne vous empêche d'en faire autant !! Ce serait - improbable en france, certes - le nivellement par le haut et pas le très franchouillard nivellement par le bas. Ah oui mais... Pou...

à écrit le 04/12/2018 à 14:26
Signaler
... rémunérer les salariés français en fonction de leurs compétences et productivité REELLES (ne parlons pas du temps passé à la machine à café ou sur les réseaux sociaux aux frais des employeurs), il faudrait diviser les salaires par deux ou trois; ...

à écrit le 04/12/2018 à 13:05
Signaler
Quel mystère ! Renvoyons à la mesure du mastrichien Delors, ci-devant socialiste, qui a desindexé les salaires… : depuis les dividendes flambent et la part des salaires baisse tous les ans à proportion dans le pib…

à écrit le 04/12/2018 à 13:02
Signaler
Il est complètement stupide et fondamentalement contre-productif de vouloir encore augmenter des salaires, notamment dans la plupart des pays européens, france en tête. Il ne faut pas s'appeler Einstien ni avoir fait de longues études d'économie pour...

le 04/12/2018 à 13:31
Signaler
Et l'augmentation constante des dividendes, tu en pense quoi ? La fortune des riches est inversement-proportionnelle à l'appauvrissement des pauvres. Cet argent est investi dans des niches fiscales comme les œuvres d'art, les bijoux et toute la luxur...

le 04/12/2018 à 13:54
Signaler
Voilà une théorie particulièrement osée, en totale opposition avec les délires actuels, mais qui a au moins le mérite de la franchise, de l'honnêteté et du courage. Et donc : Bravo ! Oui, les salaires français, européens et occidentaux sont beaucoup...

le 04/12/2018 à 14:34
Signaler
D'abord, on parle de "luxe" et pas de "luxure", ce n'est pas du tout la même chose. Ensuite, il n'est que juste, normal et moral que les investisseurs - ceux qui risquent vraiment leurs fonds, contrairement aux salariés qui mendient - soient largemen...

le 04/12/2018 à 15:27
Signaler
l'augmentation constante des dividendes est une partie du probleme, l'evasion, pardon, l'optimisation fiscale en est une autre. Comment ne pas augmenter les salaires quand en parallele les prix des energies augmentent (plus vite que les salaires), q...

le 04/12/2018 à 16:55
Signaler
Discours absolument scandaleux! Lisez l'article, les salaires augmentent moins que la productivité, hors selon la doctrine que vous semblez embrasser à savoir libérale, les salaires doivent être égaux à la productivité marginale, donc ils doivent aug...

le 04/12/2018 à 18:19
Signaler
@Absurde et contre-productif "Des salaires revus à la baisse, c'est plus de compétitivité, moins de chômage et donc plus de croissance". Il te reste plus qu'à montrer l'exemple.

le 07/12/2018 à 8:03
Signaler
A ceux qui traitent les salariés de "mendiants", il faut savoir que ce sont aussi des investisseurs en temps et en savoir faire : ils investissent leur vie. L'argent seul ne produit rien et c'est pourquoi les entreprises pleurent de ne plus avoir de ...

à écrit le 04/12/2018 à 11:34
Signaler
Il est illusoire d'annoncer la prospérité pour tous les peuples européens lorsque l'on supprime les frontières commerciales. "Crise et mondialisation sont liées" comme le rappelle Maurice Allais dans ses écrits et sa belle "Lettre aux Français" - les...

à écrit le 04/12/2018 à 10:34
Signaler
Pour résumer, pour être augmenté dans ce pays ,éviter si possible tout les métiers qui sont en compet avec des pays à bas coûts puisque que l'on nous sort à chaque fois l'augmentation des coûts pour ne rien donner ou alors avoir un statut au sein de ...

à écrit le 04/12/2018 à 10:24
Signaler
Bloomberg a fait un article en juillet reprenant les données de l'OCDE sur l'évolution des salaires réels entre 2000 et 2007. la progression a été plus régulière et importante en France que dans les autres grands pays développés et que la moyenne de ...

le 04/12/2018 à 11:08
Signaler
Ha, ok, mais alors comment se fait-il? Bon, on va vous réexpliquer tranquillement. Vous pouvez d'un coté augmenter les salaires et de l'autre augmenter les impôts, le coût de l'immobilier, les dépenses contraintes, etc... A la fin, il reste un reven...

le 04/12/2018 à 12:58
Signaler
@gfx Pourquoi donc il y autant de precarité, de gilets jaunes et 85 pour cent de la population française qui soutient leur mouvement ? Les chiffres n'expliquent pas tout. Piqûre de rappel à nos technocrates énarques qui n'ont aucune conscience des ...

à écrit le 04/12/2018 à 10:03
Signaler
Il n'y a que des économistes pour croire que l'on peut augmenter notre productivité à l'infini alors que nous vivons dans un monde fini. Tout détenteur de BAC S a les connaissances pour savoir que notre système économique basé sur une croissance du P...

à écrit le 04/12/2018 à 9:32
Signaler
C’est dit en termes bien savant, mais c’est vrai. Dans une usine, un ouvrier de base peut devenir OS, contremaître, chef d’équipe, de ligne de fabrication, de production. L’ascenseur social est là. Les ouvriers qui montent font tourner les commerces ...

à écrit le 04/12/2018 à 9:22
Signaler
Excellent article. On ne peut plus arriver à boucler les fins de mois, alors c'est certainement une volonté de nos néolibéraux qui veulent que l'on s'endette, faire gagner du fric aux banques leur seule raison d'être, mais ça va pas durer longtem...

le 05/12/2018 à 7:35
Signaler
La croissance des salaires est trop faible donc c est la faute des banque ? Belle analyse Vous m avez habitué à mieux quand meme, là c est une peu leger hein ?

le 05/12/2018 à 19:11
Signaler
@ mutipseudos: "La croissance des salaires est trop faible donc c est la faute des banque ?" Non il a pas compris comem d'habitude, le monsieur a dit que le gouvernement nous apauvri afin que nous nous endettions pour payer des intérêts. ...

le 05/12/2018 à 21:45
Signaler
Ha enfin un ne explication de cm1. Vous dites le gouvernement nous apauvri donc nous nous endettons. Parlez pour vous ! Si vous vous appauvrissez, nul besoin d emprunter. Plein de solutions pour ca. Et sachez que les banques font de l argent ave...

le 06/12/2018 à 7:10
Signaler
"On arrive pas à boucler les fins de mois" Donc pour vous ça veut dire que le gouvernement nous appauvri. Donc raccourci. Avec vous,il faut savoir lire entre les lignes et quand ça vous arrange en plus. Continuez votre messe insipide. Sans argum...

à écrit le 04/12/2018 à 9:21
Signaler
la france a un potentiel de croissance nul ( cf artus); ca va , c'est coherent avec les investissements et le poids de l'industrie pourtant les salaires continuent d'augmenter plus vite que la productivite depuis 20 ans...... le cercle vicieux est e...

le 04/12/2018 à 11:43
Signaler
A Churchill. Helas, mille fois, vous touchez dans le mille. Les annees a venir vont etre terribles pour le pays France.

le 04/12/2018 à 11:46
Signaler
Avant Hollande on a eu Sarkozy. C'est lui qui a décuplé la dette de la France. Quand on dit que les caisses sont vides, on ne baisse pas les impots et taxes. C'est Sarkozy qui en fin de mandat constatant son erreur a fait voté des mesures d'augmenta...

le 04/12/2018 à 18:28
Signaler
A Gerard Faut pas abuser, et tout mettre sur le dos de Sarko. Tout a commencé en 81 avec Tonton le démago qui a mis la retraite à 60 ans et la 5ème semaine de congés. La courbe d’évolution de la dette s’est d’un coup infléchie vers le haut, et avec l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.