Salaire : les patrons du CAC 40 ont touché plus de 5 millions d'euros en moyenne en 2017

 |   |  323  mots
Carlos Ghosn, le patron de Renault-Nissan-Mitsubishi, arrive en troisième position des patrons les mieux payés du CAC 40.
Carlos Ghosn, le patron de Renault-Nissan-Mitsubishi, arrive en troisième position des patrons les mieux payés du CAC 40. (Crédits : Reuters)
La rémunération totale d'un patron du CAC 40 a progressé, en moyenne, de 14% en 2017, rapporte l'étude publiée, ce mercredi, par Proxinvest. Une première depuis dix ans.

Toujours plus haut. La rémunération des grands patrons français du CAC 40, l'indice phare des 40 valeurs vedettes de la bourse de Paris, a bondi de 14% en 2017 par rapport à 2016. Leur salaire moyen l'an dernier, en moyenne, était de plus de 5 millions d'euros (5,1 millions d'euros), rapporte une étude annuelle publiée ce mercredi par le cabinet Proxinvest spécialisé dans l'analyse de gouvernance et de politique de vote. C'est la première fois en dix ans que l'augmentation des salaires des patrons du CAC 40 franchit ce seuil.

Même son de cloche du côté du SBF 120 - qui regroupe les 120 plus grandes entreprises de la cote parisienne - où un nouveau record a été établit avec une hausse de salaire de 10% soit une rémunération moyenne de 3,8 millions d'euros en 2017 pour les patrons des sociétés cotées dans cet indice, selon Proxinvest.

Aucune justification à la hausse salariale des patrons

Pour Proxinvest, cabinet de conseil aux investisseurs qui fixe la "rémunération maximale socialement acceptable" à 240 SMIC (4,87 millions d'euros), 29 PDG de l'indice phare de la Bourse de Paris dépassent désormais cette limite, contre 23 en 2016. Le cabinet dénonce "une absence de justification de l'ampleur des hausses de 14% en 2017 et de 22% sur la période 2013-2017 pour le CAC 40, tant vis-à-vis de la surperformance actionnariale créée pour les actionnaires que vis-à-vis de l'évolution de la rémunération moyenne de leurs propres salariés".

Le patron de Dassault Systèmes, Bernard Charlès, figure en tête de ce classement avec une rémunération totale estimée "à 24,6 millions grâce à une très généreuse attribution gratuite d'actions de performance", assure le cabinet. Selon ce classement, la deuxième place revient à Gilles Gobin, gérant de Rubis, groupe français de stockage et de distribution d'hydrocarbures, avec 21,1 millions d'euros et la troisième au patron de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, Carlos Ghosn, à 13 millions.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2018 à 20:51 :
Drôle de pays que vous nous faites là... Ceux qui en font le moins gagnent toujours plus et les ouvriers qui produisent réellement de la richesse pour notre pays gagnent tous les ans moins et perdent en pouvoir d'achat... Augmantation de l'essence et du gazoil, augmentation des impots, diminution des APL, augmentation de la nourriture et comme si ca suffisait pas on nous retarde tout les 5 ans nos retraite et on nous les diminue tout les ans... Pourquoi continuons nous a travailler dans un pays qui ne nous remercie pas de ce que nous produisons?
a écrit le 25/10/2018 à 13:24 :
Ben justement, dernier article que je viens de lire sur L.T. : https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/plus-riches-ou-plus-pauvres-les-retraites-sont-ils-maltraites-795308.html !!
a écrit le 25/10/2018 à 7:59 :
A quoi ça sert de toucher un pognon de dingue, que font ils de ces gains hors norme
Réponse de le 25/10/2018 à 10:32 :
Comme tout les monde ils le dépensent ! Si vous vous imaginez qu'ils sont fondamentalement plus heureux alors vous faites fausse route ! Ils flippent d'être malade, de leurs enfants ... COMME TOUT LE MONDE ! Ce qui change c'est juste la taille et le prix des jouets ! Heureusement que cela existe sinon la France qui vend du "luxe" serait totalement cuite ! Maintenant quand le patron prend un bonus alors qu'il coule l'entreprise ça devient TRES CLAIREMENT du vol !
Réponse de le 02/01/2019 à 12:04 :
Ok ils le dépensent mais surtout ils le réinvestissent (pour du rendement ou du patrimoine), avec lequel ils vont re-toucher des gains (moins fiscalisés que le revenu sur le travail)

Ca reste un cercle fermé. Personnellement ce sont pas les montants qui me dérangent mais l'inégalité
a écrit le 24/10/2018 à 21:38 :
Un patron se paye cher mais ne coûte pas cher. Et si, pour une fois, nous nous penchions sur la rémunération du monde politique; d'accord, c'est hors sujet, mais c'est ce monde qui gère notre vie de tous les jours; il nous a même persuadés que les entreprises n'avaient pas pour objet de satisfaire un besoin mais celui de payer du personnel, fut-ce en mettant en péril leur propre existence. On en voit les résultats: le chômage et l'appauvrissement général. Et à part François HOLLANDE, ce monde politique a-t-il baissé sa rémunération?
Réponse de le 02/01/2019 à 11:59 :
Et les footballeurs ?
Pas du tout constructif comme commentaire
a écrit le 24/10/2018 à 19:27 :
Les dividendes des actionnaires augmentant on ne voit pas pourquoi le salaire des patrons n'augmenteraient pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :