Révocation du droit à l'avortement : pour les États-Unis, une décision aux graves conséquences sociales et économiques

La très conservatrice Cour suprême américaine résulta de quatre années de présidence Trump, a annulé cette nuit l'arrêt « Roe vs Wade » rendu par les États-Unis sur la question de la constitutionnalité des lois qui criminalisent ou restreignent l'accès à l'avortement. Une majorité d'Américaines et d'Américains soutiennent le droit à l'avortement, montrent les enquêtes d'opinion, mais l'annulation de l'arrêt est depuis des décennies un objectif affiché des conservateurs chrétiens et militants "pro-vie", qui organisent des marches annuelles à Washington.
(Crédits : EVELYN HOCKSTEIN)

La Cour suprême américaine a révoqué vendredi l'arrêt Roe vs Wade de 1973 qui avait ouvert la voie à la légalisation de l'avortement aux États-Unis, offrant une victoire historique aux républicains et religieux conservateurs qui veulent limiter ou interdire ce droit.

"C'est un jour triste pour la Cour suprême et le pays", a réagi le président Joe Biden, estimant que la décision de l'institution garante de la Constitution américaine ramenait les États-Unis 150 ans en arrière.

La Cour, où les conservateurs siègent en force, a voté par cinq voix contre quatre pour l'annulation de l'arrêt Roe et parallèlement validé par six voix contre trois une loi républicaine du Mississippi interdisant l'avortement après quinze semaines de grossesse. Le président de la Cour, John Roberts, a fait savoir dans une opinion séparée qu'il s'était contenté de voter en faveur de la loi du Mississippi, contestant que la Cour se prononce sur le fait de savoir si l'avortement était ou non un droit fédéral.

Les juges favorables à la révocation de l'arrêt Roe ont estimé que ce texte autorisant l'interruption volontaire de grossesse au niveau fédéral était une décision erronée, car la Constitution des États-Unis ne fait aucune mention spécifique du droit à l'avortement.

La Cour suprême américaine avait reconnu le 22 janvier 1973 le droit à l'IVG comme un droit constitutionnel, se fondant sur le respect de la vie privée. L'arrêt Roe vs Wade autorisait les avortements tant que le foetus n'est pas viable - soit entre 24 et 28 semaines de grossesse.

En 1992, la Cour avait également, dans un arrêt intitulé "Planned Parenthood of Southeastern Pennsylvania vs Casey", réaffirmé le droit à l'avortement et prohibé des lois imposant des obstacles pour accéder à l'IVG. La décision intervenue vendredi signifie que chaque État est désormais libre d'autoriser ou non l'avortement.

Dans la foulée, le Missouri a annoncé qu'il interdisait l'IVG. Vingt-cinq autres États pourraient suivre. Une dizaine d'États libéraux autorisent au contraire le droit à l'avortement.

Dans son allocution télévisée, Joe Biden a déploré une "erreur dramatique" de la Cour suprême et appelé les Américains à élire des représentants et sénateurs démocrates aux élections de mi-mandat en novembre dans le but de rétablir le droit à l'IVG au niveau fédéral.

"Le Congrès doit agir (...). La lutte n'est pas terminée", a dit le chef de la Maison-Blanche. "Les électeurs doivent faire entendre leurs voix. Cet automne, ils doivent élire davantage de sénateurs et de représentants qui codifieront le droit des femmes à choisir"

Des conséquences "néfastes" sur l'économie américaine

Un retour sur le droit à l'avortement aux États-Unis aura des conséquences "très néfastes sur l'économie", empêchant des femmes de continuer leurs études et gagner correctement leur vie, augmentant leurs chances de tomber dans la pauvreté, avait pourtant averti début mai la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen.

"Je crois que retirer le droit des femmes à décider quand, et si, elles veulent avoir des enfants, aurait des effets très néfastes sur l'économie et ferait régresser (la condition des) femmes de plusieurs décennies", avait déclaré la ministre de l'Économie et des Finances de Joe Biden, lors d'une audition au Sénat.

Elle notait que "refuser aux femmes l'accès à l'avortement augmente leurs chances de vivre dans la pauvreté ou d'avoir besoin de l'aide publique".

"L'élimination d'un droit qui existe depuis un demi-siècle, en particulier pour les femmes à faible revenu et appartenant à des minorités, qui ont déjà subi une grande partie du fardeau de la pandémie de Covid, serait un désastre", avait-elle averti.

La décision Roe vs Wade "a contribué à accroître la participation au marché du travail pour de jeunes femmes", avait rappelé Janet Yellen.

Cela "a permis à de nombreuses femmes de terminer leurs études, ce qui augmente leurs possibilités de gagner de l'argent. Il a permis aux femmes de planifier et d'équilibrer leur famille. Et les carrières".

Par ailleurs, avait ajouté la ministre, "la recherche montre également qu'elle a un impact favorable sur le bien-être (...) des enfants".

"Absolument erroné"

Début mai, le projet de décision revenant sur l'arrêt Roe vs Wade, rédigé par le juge conservateur Samuel Alito, avait fuité dans la presse, provoquant de vives réactions politiques et des manifestations.

La décision votée vendredi ne diffère guère de la version originale.

"La Constitution ne fait aucune mention de l'avortement, et aucun droit de la sorte n'est implicitement protégé par une quelconque disposition constitutionnelle", a écrit Samuel Alito.

"Roe était absolument erroné depuis le début. Son raisonnement était exceptionnellement faible et la décision a eu des conséquences dommageables. Et loin d'installer un consensus national sur la question de l'avortement, Roe et Casey ont enflammé le débat et approfondi les divisions", a-t-il ajouté.

L'un des juges conservateurs de la Cour, Brett Kavanaugh a semblé cependant rejeter l'idée, défendue par les militants anti-IVG, d'une inscription dans la Constitution d'une interdiction de l'avortement sur tout le territoire des États-Unis.

"La Constitution ne proscrit ni ne légalise l'avortement", a écrit ce juge qui pourrait jouer un rôle pivot dans de futures décisions de la Cour concernant l'IVG.

Brett Kavanaugh a ajouté que la décision rendue vendredi ne permettait pas aux États d'empêcher leurs résidentes de se rendre dans un autre État pour avorter ni de punir rétroactivement des IVG.

Dans leur opinion dissidente également rendue publique, les trois juges progressistes de la Cour - Stephen Breyer, Sonia Sotomayor et Elena Kagan - ont estimé que, "quelle que soit la portée exacte des lois à venir, un résultat de la décision d'aujourd'hui est certain : la limitation des droits des femmes, et de leur statut de citoyennes libres et égales".

En conséquence de cette décision, ont-ils souligné, "dès le premier instant de la fécondation, une femme n'a aucun droit à la parole".

Une "décision terrifiante"

L'ancien président républicain Donald Trump, qui avait promis pendant sa campagne de 2016 de nommer une majorité de juges favorables à l'annulation de l'arrêt Roe vs Wade, a salué une décision "redonnant les droits aux États, là où ils auraient toujours dû rester".

Au Vatican, l'Académie pontificale pour la vie s'est également félicitée de la décision de la Cour. "Le fait qu'un grand pays à la longue tradition démocratique ait changé de position sur cette question interpelle le monde entier", a-t-elle dit.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a estimé que "la Cour suprême sous contrôle républicain" avait atteint son "objectif sombre et extrême d'arracher le droit des femmes à prendre elles-mêmes des décisions sur la santé reproductive".

L'ancien président Barack Obama a déclaré que la décision "intensément personnelle" d'avorter était désormais soumise "aux caprices des politiciens et des idéologues, attaquant les libertés fondamentales de millions d'Américaines".

À l'étranger, le président français Emmanuel Macron a déclaré que l'avortement, "droit fondamental", devait être "protégé" et exprimé sa solidarité avec les femmes américaines. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a déploré une décision "terrifiante" et son homologue britannique Boris Johnson a regretté "un grand pas en arrière".

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exprimé sa déception. "Les droits des femmes doivent être respectés, j'aurais attendu de l'Amérique qu'elle protège de tels droits", a-t-il dit.

(avec l'AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 02/07/2022 à 11:21
Signaler
Les Américains avec les désirs d'abolir le droit d'avortement, nous parlent beaucoup Spéculons et si... avec cette décision les décideurs Américains mobélise (Contre leurs volontés en majorité) le peuple pour une surpopulation. Le but? rivaliser ...

à écrit le 26/06/2022 à 2:07
Signaler
Une décision qui risque de faire du mal au business de la prostitution tout en soulageant la prise en charge publique du meutre foetal de confort. Par ailleurs, il faut s'attendre à ce que certains états puissent augmenter les effectifs de leur...

à écrit le 25/06/2022 à 16:59
Signaler
La constitution américaine ne parle pas de l'avortement, la question était donc de savoir si on peut interpréter un de ses articles, par exemple sur la liberté d'opinion, pour en déduire un droit à l'avortement. La Cour a jugé que ce n'est pas le cas...

le 25/06/2022 à 22:01
Signaler
On ne "plaint " pas. On fait du droit, à un niveau qui vous échappe.

à écrit le 25/06/2022 à 13:27
Signaler
Il faudrait, en France, un droit à l'avotement... (D'où la phrase sans cesse répété dans les bureaux de tabac, pardon de vote : avoter ! Qui signifie : on s'en fout !)

à écrit le 25/06/2022 à 13:08
Signaler
Tout ce qui contribue à diviser les Américains (dont ce jugement de la Cour Suprême US) est une bonne chose pour les autres peuples.

à écrit le 25/06/2022 à 11:59
Signaler
C est bien le problème qui se généralise chez nous également le pouvoir des juges est plus fort que le pouvoir des politiques qui eux ont une légitimité démocratique. Nos juges qui condamnent sans avoir aucune responsabilité ni contrôle, le Conseil d...

à écrit le 25/06/2022 à 11:52
Signaler
Bonjour, Personnellement je regrette cette attaque au droit des femmes a disposé de le corps.... Mais l'avortement est je crains le dernier des moyens de contraception a envisager... Notre société doivent protéger les femmes (des agressions sexuel...

le 26/06/2022 à 2:22
Signaler
Vous faites erreur, l'interdiction de l'avortement n'attaque en rien le droit des femmes à disposer de leur corps cependant celles-ci ne ne pourront plus légalement ôter la vie à un foetus qui ne demande que de vivre avec au moins l'un de ses pare...

à écrit le 25/06/2022 à 11:50
Signaler
Si je ne m'abuse, c'est le retour de la liberté de décision de chaque Etats qui revient et donc des électeurs locaux! Le contraire de ce qui est en cours en "Europe"!

à écrit le 25/06/2022 à 10:53
Signaler
Est-ce les valeurs progressistes que défend l'Europe qui apporte tout son soutien aux USA ?

à écrit le 25/06/2022 à 10:44
Signaler
Ce qui interpelle est la contradiction des jugements de la cour suprême qui légifére sur l'avortement au nom de la protection de la vie et sur l'autorisation à chacun de sortir armé de son domicile ce qui met la vie en danger semble t il. Ou alors...

à écrit le 25/06/2022 à 9:55
Signaler
Curieux pays où il ne semble pas poser problème de "flinguer" à tout va des enfants bien vivants dans les écoles et par ailleurs denier aux femmes le droit de disposer de leur corps, de vouloir où pas avoir des enfants qui un jour iront à l'école! ...

le 25/06/2022 à 10:44
Signaler
quel pays et qui comme dirigeants vas oser demander un boycot des etats unis pas les pays d'occident il prefere copier en france les juges reve du pouvoir que certain leur ont deja confier contre la democratie

le 26/06/2022 à 7:32
Signaler
l'europe se doit de sanctionner les auteurs de ce delit a savoir les juges et les gouverneur qui ont permi ce crime contre les femmes interdire de sejour en europe et bien saisi

le 27/06/2022 à 7:58
Signaler
il faut que l(europe interdise le venus de ces juges et des gouverneurs meme pour des voyages d'affaires et leur interdire de posseder des bien en europe qui doivent etre confisquer , y compris epouse et enfants

à écrit le 25/06/2022 à 9:06
Signaler
Magnifique pays des libertés. Celle de pouvoir acheter autant d’armes à feu ,au bon vouloir de chacun mais ne ne pas pouvoir disposer librement de son corps!

à écrit le 25/06/2022 à 8:50
Signaler
Bouh l'abominable Trump ! Le vilain facho !!! Ah non en fait pardon... ^^ Lé fécondité américaine baisant elle aussi sans arrêt, ils en sont à 1.6 enfants par femme, la pyramide risque bientôt de manquer de bétail à exploiter.

le 25/06/2022 à 10:02
Signaler
@citoyen blasé Sur le sujet de la démographie, les US ne valent pas mieux que la Russie. WHY? Si profondément, voire inconsciemment, on a le sentiment de vivre dans un pays décadent, cette situation n'incline pas à faire des enfants pour les fair...

le 25/06/2022 à 11:47
Signaler
La dictature mondiale financière et son nihilisme sociétal qu'elle nous impose ne donne en effet pas envie d'avoir des enfants.

le 25/06/2022 à 11:55
Signaler
Bonjour, Personnellement avec la mondialisation, le capitalisme sauvage de Mr Trump trouvera toujours de pauvres gents a exploitée.... Bien sûr ils ne faut pas le dire... Tous vas bien dans ce monde.

le 25/06/2022 à 18:00
Signaler
En effet la baisse de la démographie reste une solution secondaire.

le 26/06/2022 à 2:30
Signaler
Pas d'inquiétude il y a suffisamment d'asiatiques illettrés en Californie pour coloniser le reste des USA...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.