Sanctions : la Russie expulse 755 diplomates américains en représailles

 |   |  480  mots
Quelques heures après le vote du Congrès américain en faveur de nouvelles sanctions contre elle, la Russie a annoncé qu'elle allait procéder à l'expulsion de plusieurs diplomates américains présents sur le sol russe.
Quelques heures après le vote du Congrès américain en faveur de nouvelles sanctions contre elle, la Russie a annoncé qu'elle allait procéder à l'expulsion de plusieurs diplomates américains présents sur le sol russe. (Crédits : Reuters/Carlos Barria)
La Russie a mis en place des sanctions diplomatiques contre les Etats-Unis, a annoncé ce vendredi le ministère russe des Affaires étrangères. Appliquées dès le 1er août, elles devraient aboutir à l'expulsion de 755 diplomates américains et à la fermeture de deux locaux utilisés par l'ambassade.

(Article publié le 29 juillet à 8h42 et mis à jour le 31 juillet à 10h48)

La réponse apportée par la Russie aux nouvelles sanctions votées par les États-Unis aura été très rapide. Le pays dirigé par Vladimir Poutine a expliqué, quelques heures après le vote du Congrès américain, qu'il allait procéder à l'expulsion de 755 diplomates américains.

Dans un communiqué, le ministère russe des Affaires étrangères a estimé que les sanctions votées par le Sénat, contraires selon lui au droit international, "confirment l'extrême agressivité des États-Unis dans les affaires internationales".

"Sous le prétexte fallacieux d'une interférence russe dans leurs affaires intérieures, les États-Unis prennent, en toute agressivité, des mesures grossières, les unes après les autres, contre la Russie. Toutes vont à l'encontre des principes du droit international", peut-on également lire dans le communiqué.

Le ministère russe a également prévenu que si les États-Unis venaient à prendre de nouvelles sanctions visant les diplomates russes à Washington, la réponse de Moscou serait immédiate.

Des représailles sur le terrain diplomatique

La Russie a frappé fort dans le communiqué publié vendredi matin puisqu'une résidence et un entrepôt utilisés par l'ambassade n'auront plus le droit d'accueillir du personnel américain dès le 1er août. Cette restriction s'accompagne également d'une réduction drastique des effectifs puisque ce sont 755 diplomates américains qui devront quitter le pays d'ici le 1er septembre. Cette baisse importante ramènerait le nombre de personnes travaillant au sein des différentes missions américaines dans le pays à 455.

Le nombre de 455 est loin d'avoir été choisi au hasard. C'est en effet l'effectif que comptent représentations diplomatiques russes aux Etats-Unis depuis les expulsions en décembre de 35 diplomates. Ces dernières ainsi que la fermeture de deux propriétés russes avaient été imposées en réaction au piratage informatique ayant visé le Parti démocrate pendant la campagne électorale de 2016, Washington accusant la Russie d'être à l'origine de ce piratage, ce que Moscou a toujours démenti.

"Nous avons attendu assez longtemps, en espérant que la situation changerait peut-être vers le mieux. Mais il semble, que même si la situation change, ce n'est pas pour bientôt", a déclaré le président russe Vladimir Poutine après avoir annoncé le nombre de diplomates qui seraient expulsés.

Peu après cette annonce, un responsable du département d'Etat a qualifié la mesure      "d'acte regrettable et injustifié" et expliqué "étudier l'impact d'une telle limitation et la manière dont nous allons y répondre".

Selon un rapport de l'administration américaine daté de 2013, 1.279 personnes travaillaient dans les représentations diplomatiques américaines en Russie dont l'ambassade à Moscou et trois consulats. Toutefois, parmi ces personnes, 934 étaient des "employés locaux" et seules 301 des "embauches directes américaines".

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2017 à 9:51 :
Au moins cela évite, a la nouvelle administration américaine, de faire le nettoyage dans son personnel à l'étranger!
a écrit le 01/08/2017 à 7:24 :
Le 30 juin 2017, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, est intervenu à un forum d’experts à Moscou et a laissé échapper des propos qui n’ont peut-être pas été suffisamment relevés en France. Il a, en effet, évoqué les « critiques selon lesquelles [ils se seraient] à tort mêlés aux conflits dans le Donbass et en Syrie ». Lle ministre reconnaissait ainsi publiquement, pour la première fois, l’engagement de la Russie dans la guerre se déroulant depuis le printemps 2014 sur le sol ukrainien. Si certains ergotent sur le sens à donner aux termes employés – « se mêler », « conflits » –, la responsabilité russe est déjà bien connue: le colonel Igor Strelkov, l’un des officiers russes envoyés pour déstabiliser d’abord la Crimée, puis le Donbass, a raconté ses missions en détail, dans la presse russe, dès novembre 2014.

Dans cette guerre qu’il a déclenchée, le Kremlin a violé les traités internationaux par lesquels la Russie s’engageait à respecter l’intégrité territoriale et les frontières de l’Ukraine : le mémorandum de Budapest de 1994 et le traité d’amitié russo-ukrainienne, signé le 31 mai 1997 et ratifié le 17 février 1999. En août 2008, même Vladimir Poutine affirmait encore que la Crimée n’était pas «un territoire disputé» et que la Russie avait «reconnu depuis longtemps les frontières de l’Ukraine actuelle ». C’est donc la parole des autorités russes qui se trouve, de nouveau, décrédibilisée.
Réponse de le 01/08/2017 à 20:03 :
@Sanctions justifiées

On ne voit pas très bien quel est le rapport entre l'article qui parle de sanctions contre la Russie qui aurait interféré dans les élections américaines et votre message. Que viennent faire la Syrie et l'Ukraine dans cette galère ? Apprenez à rester dans le sujet, SVP, merci. Ceci dit, dommage que l'article soit passé au second plan car très peu de chances d'être lu.
a écrit le 31/07/2017 à 13:45 :
L'UE doit se rapprocher de la Russie, ce pays ne doit pas être isolé du reste du monde.
Les Russes sont nos alliés contre le fléau de Daech et un partenaire indispensable dans nos approvisionnements énergétiques , pétrole et matières premières. Par ailleurs, ce pays peut progresser et devenir plus démocratique, ce n'est pas une solution de la marginaliser.
a écrit le 31/07/2017 à 11:54 :
La nouveauté dans cette affaire, ce n'est pas les contre-sanctions des méchants russes, mais la réaction hostile de certain européens qui subissent le contre-coup économique des " sanctions " de Washington ". En particulier l'Allemagne, favorable à la fourniture de gaz russe meilleur marché et plus fiable avec le projet Nord Stream 2, mais banni par les américains et leur GNL, en contradiction avec les belles règles de l'OMC ...
a écrit le 31/07/2017 à 11:39 :
Des sanctions, surtout orientées sur les choix de l'Europe pour l'accès à son énergie,nos amis Américains privilégient leurs intérêts et ceux des pays Arabes modèles de démocratie, il sera donc interdit aux Européens de se fournir chez leur voisin Russe en gaz moins cher pour les consommateurs...Mr Trump à l'évidence semble dans l'impossibilité de faire bouger la position des USA en politique étrangère vis à vis de la Russie!
a écrit le 31/07/2017 à 10:28 :
ILS NOUS REJOUENT LA GEGUERRE NORD SUD? LE PROBLEME C EST QUE SE SONT LES EXPORTATION QI EN SOUFFRE LE PLUS? DONC C EST BIEN COMME TOUJOURS UNE GUEGUERRE ECONOMIQUE???
a écrit le 31/07/2017 à 9:59 :
755 diplomates américains vont être expulsés. 755 !!!

On nous dit qu'il faut nous serrer la ceinture mais il y a des dizaine de milliers de gens qui bénéficient d'emplois fictifs à vie qui eux à 100000 dollars par mois ne connaitront jamais la crise, tout ceci seulement pour favoriser telle ou telle marge bénéficiaire.

Nous apprenons beaucoup en cette période de chaos politique, rien que cette semaine nous avons appris que les députés français se faisaient corrompre légalement par les lobbys et maintenant que les emplois fictifs luxueux sont pléthores.
a écrit le 30/07/2017 à 15:21 :
Entres le Kim, le Donald, le Vladimir pour ne citer qu'eux trois, on est dans de beaux draps !
a écrit le 29/07/2017 à 21:48 :
Arrangement entre amis!! Remise a zéro des échanges! Bien joué!
a écrit le 29/07/2017 à 19:42 :
L'ingérence des russes n'est ici qu'un prétexte. En effet c'est le gaz d’Azerbaïdjan
( Nabucco, USA ) et non celui de la Russie ( Gazprom ) qui alimentera l’UE avec des profits phénoménaux. Le vrai problème c'est encore et toujours l'énergie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :