Sénatoriales de Géorgie : la victoire du démocrate Warnock place Biden en position de contrôler le Sénat

 |  | 767 mots
Lecture 4 min.
On nous disait que nous ne pouvions pas gagner cette élection. Mais ce soir, nous avons prouvé qu'avec de l'espoir, un travail acharné et des gens à nos côtés, tout est possible, a déclaré Raphael Warnock, un pasteur baptiste, à ses partisans dans un message en ligne.
"On nous disait que nous ne pouvions pas gagner cette élection. Mais ce soir, nous avons prouvé qu'avec de l'espoir, un travail acharné et des gens à nos côtés, tout est possible", a déclaré Raphael Warnock, un pasteur baptiste, à ses partisans dans un message en ligne. (Crédits : Reuters)
En cas de coup double des démocrates en Géorgie (Raphael Warnock serait en passe de s'imposer tandis que l'autre démocrate, Jon Ossoff, est crédité d'une courte avance), le Sénat sera divisé en deux camps égaux de 50 parlementaires. Mais la vice-présidente élue Kamala Harris aura le dernier mot pour trancher en cas d'égalité, donnant de facto la majorité au parti de Joe Biden qui contrôle déjà la Chambre des représentants.

Le Parti démocrate a remporté l'un des deux sièges en jeu mardi en Géorgie pour le Sénat américain et paraissait en mesure de gagner le deuxième, ce qui lui permettrait de prendre de fait le contrôle de la chambre haute du Congrès des Etats-Unis et faciliterait la mise en oeuvre des projets du futur président Joe Biden.

Dans deux scrutins très serrés, le candidat démocrate Raphael Warnock s'est imposé face à l'élue républicaine sortante Kelly Loeffler, selon les projections des chaînes de télévision américaines et l'institut Edison Research, tandis que l'autre démocrate, Jon Ossoff, était crédité d'une courte avance sur le républicain David Perdue.

Les résultats définitifs devraient être connus ce mercredi au plus tôt.

Après dépouillement de 98% des bulletins, Raphael Warnock devance Kelly Loeffler de 1,2 point, soit environ 50.000 voix, et Jon Ossoff dispose d'une avance de plus de 12.000 suffrages, selon Edison Research.

Pour les démocrates, gagner la Géorgie signifie contrôler le Sénat

En cas de coup double des démocrates, le Sénat sera divisé en deux camps égaux de 50 parlementaires mais la vice-présidente élue Kamala Harris aura le dernier mot pour trancher en cas d'égalité, donnant de facto la majorité au parti de Joe Biden, qui contrôle déjà la Chambre des représentants.

Si les républicains remportent au moins l'un des deux sièges, ils conserveront une étroite majorité au Sénat et seront en mesure d'entraver l'action de Joe Biden ou de faire obstacle à ses choix pour certains postes au sein de l'administration ou du système judiciaire.

La plupart des bulletins qui restent à dépouiller proviennent de comtés remportés par Joe Biden lors du scrutin présidentiel du 3 novembre, ce qui nourrit les espoirs démocrates d'un "grand chelem" inattendu dans cet Etat qui n'avait plus voté en faveur de leur candidat à une présidentielle depuis 1992 et n'a plus élu de sénateur démocrate depuis 20 ans.

Warnock deviendrait le premier sénateur noir de Géorgie

"On nous disait que nous ne pouvions pas gagner cette élection. Mais ce soir, nous avons prouvé qu'avec de l'espoir, un travail acharné et des gens à nos côtés, tout est possible", a déclaré Raphael Warnock, un pasteur baptiste, à ses partisans dans un message en ligne.

Il devrait devenir le premier sénateur noir de Géorgie, tandis que Jon Ossoff, en cas de succès, deviendrait à 33 ans le plus jeune élu de la chambre haute du Congrès.

Participation record estimée à 4,5 millions d'électeurs

Ce second tour en Géorgie, une particularité de l'État, a été rendu nécessaire par le fait qu'aucun candidat n'a obtenu de majorité absolue au premier, le 3 novembre.

Brad Raffensperger, secrétaire d'État de Géorgie, a déclaré qu'une pause allait être observée durant la nuit dans les opérations de dépouillement mais qu'elles reprendraient mercredi matin, heure locale. "Espérons que d'ici midi nous aurons une meilleure idée de la situation", a-t-il dit sur CNN.

Traditionnel bastion républicain, la Géorgie a surpris le 3 novembre en donnant une courte majorité d'environ 12.000 voix à Joe Biden sur Donald Trump et ce second tour des sénatoriales, en raison de l'importance de son enjeu au niveau national, a suscité une forte mobilisation dans les deux camps, avec une participation record estimée à 4,5 millions d'électeurs.

Pressions répétées de Trump qui conteste toujours la victoire de Biden

Les derniers jours de la campagne ont en outre été marqués par les efforts de Donald Trump en vue d'obtenir une inversion du résultat de la présidentielle dans cet État.

Le président sortant, qui ne reconnaît pas la victoire de son rival démocrate, a fait pression samedi sur Brad Raffensperger pour qu'il "trouve" suffisamment de voix en sa faveur, selon un entretien téléphonique rapporté par le Washington Post.

Donald Trump, qui dénonce des fraudes sans fournir de preuves, a prévu de s'exprimer mercredi lors d'une manifestation près de la Maison Blanche pour contester la certification par le Congrès de la victoire de Joe Biden.

Une dizaine de sénateurs et de représentants républicains ont prévu de s'opposer à ce processus, sans réelle chance de succès.

__
(avec David Morgan, Brad Heath, Michael Martina, Dan Burns, Will Dunham, Joseph Ax et John Whitesides, Reuters. Version française: Jean Terzian et Bertrand Boucey, Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2021 à 16:10 :
Le triomphalisme démocrate est totalement abject en l'absence de résultat définitif...

Par ailleurs, il semblerait que près de 10 000 votes par correspondance seraient l'objet d'inscriptions sur les listes électorales de non-résidents de l'état de Géorgie ce qui est complètement illégal dans cet état.
a écrit le 06/01/2021 à 13:19 :
Rien sur la tentative de corruption d'un officiel par le caïd Trump, conversation enregistrée, pour tenter de modifier le résultat de la Géorgie, qui après le recompte, lui affichait toujours 18 000 voix de retard ?
Dévoilé par le Washington Post
"Tout ce que je veux, c'est trouver "11.780 votes, ce qui est un peu plus que ce que nous avons. Parce que nous avons gagné l'État."
Biden est diminué, mais Trump a vraiment une case de vide !
Dangereux, il faudrait l'interner.
Il s'est pris une déculottée phénoménale avec un différentiel de 7 millions de votes, alors que Clinton ne l'avait battu que de 3 millions de voix.
Le système américain est vraiment nul, déjà pour la représentation (droite vs gauche, en ratio d'élus par rapport au ratio de votants), et on constate qu'avec 7 millions de votes d'avance, le Congrès pourrait encore bloquer le nouveau gouvernement. Le délai de transition, lui, permet au perdant de savonner un maximum de planches pour viser l'élection suivante.
Du grand n'importe quoi !
Réponse de le 06/01/2021 à 15:52 :
On se demande bien qui est le "caïd"... le président américain qui mobilise ses alliés républicains pour renverser une fraude électorale massive ou bien son opposant faisant appel à des petites "frappes" médiatiques pour salir l'image de la démocratie américaine en rendant public un enregistrement d'une conversation privée obtenu illégalement.

Par ailleurs, il n'y a rien de frauduleux dans les propos tenus par Donald Trump.
Réponse de le 07/01/2021 à 9:38 :
@ templar
"la démocratie américaine" à l'évidence, ça n'a jamais été une priorité pour Trump. Il l'avait annoncé, et il le prouve maintenant.
Et enregistrement illégal ou pas, la tentative de manipulation électorale est un fait anti-démocratique acté par Trump.
a écrit le 06/01/2021 à 11:49 :
Zut Trump ne pourra plus du tout empêcher de passer des contrats avec des entreprises étrangères dans lesquelles les salariées sont violées... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :