Taxe Gafa : Bruno Le Maire répond aux menaces de Donald Trump

Il ne faut pas mélanger tarifs douaniers et taxe digitale, a estimé Bruno Le Maire, qui souhaite trouver un accord avec les Etats-Unis d'ici la fin août. Le ministre de l'Economie a réagi aux menaces du président américain qui envisage d'infliger des taxes douanières supplémentaires au vin français en représailles de la taxe Gafa adoptée par la France.
On ne devrait pas mélanger tarifs douaniers et taxe digitale, a estimé Bruno Le Maire, réagissant aux menaces de Donald Trump sur la filière viticole française en représailles de la taxe Gafa.
"On ne devrait pas mélanger tarifs douaniers et taxe digitale", a estimé Bruno Le Maire, réagissant aux menaces de Donald Trump sur la filière viticole française en représailles de la taxe Gafa. (Crédits : Philippe Wojazer)

La France veut trouver un accord avec les Etats-Unis d'ici au G7 fin août sur la taxation des géants du numérique, a dit samedi le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, lors d'un point presse à Bercy.

Le ministre réagissait aux attaques de Donald Trump vendredi contre la taxe française sur les géants du numérique récemment votée. Le président américain a dénoncé la "stupidité" d'Emmanuel Macron à propos de cette taxe et menacé de rétorsion le vin français.

Selon le ministre de l'Economie, "la question clé n'est pas celle des droits de douane sur le vin mais le moyen de parvenir à une juste taxation des activités digitales dans le monde". "On ne devrait pas mélanger tarifs douaniers et taxe digitale", a-t-il ajouté.

Trouver un accord au niveau des pays de l'OCDE d'ici fin 2020

"Nous souhaitons travailler étroitement avec nos amis américains à une taxation universelle des activités digitales", a dit Bruno Le Maire lors d'un point presse à Bercy. "Nous souhaitons entre maintenant et la fin août - le G7 de Biarritz des chefs d'Etat - parvenir à un accord sur cette taxation universelle des activités numériques", a-t-il ajouté.

A cette fin, Bruno Le Maire doit s'entretenir ce samedi à 17h00 avec son homologue américain, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, afin d'avancer vers un accord. Il a rappelé que l'objectif était d'aboutir à un accord au niveau des pays de l'OCDE d'ici fin 2020.

"Il n'y a aucune volonté de cibler spécifiquement les entreprises américaines"

Le ministre a aussi souligné que la taxe française sur les géants du numérique, souvent surnommée taxe Gafa, ne toucherait pas uniquement des entreprises américaines. "Il n'y a aucune volonté de cibler spécifiquement les entreprises américaines", a déclaré le ministre. "Des multinationales américaines, européennes ou chinoises ont une activité digitale, parfois sans présence physique dans un territoire, et ne paient que peu ou pas d'impôt", a-t-il rappelé. "Cette situation n'est pas acceptable et c'est notre intérêt collectif de parvenir à une juste taxation des activités digitales dans le monde", a-t-il souligné.

La taxe française sur le numérique impose les entreprises à hauteur de 3% du chiffre d'affaires réalisé en France notamment sur la publicité ciblée en ligne, la vente de données à des fins publicitaires et la mise en relation des internautes par les plateformes

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 33
à écrit le 29/07/2019 à 14:45
Signaler
Je ne pensais pas que BBLM aurait autant de c.....C'est comme cela qu'il faut faire avec Trump,lui tenir tete,et après il vous respecte!

à écrit le 29/07/2019 à 14:09
Signaler
Le jour où on enseignera aux énarques que toute taxe entraîne directement ou indirectement une baisse du pouvoir d'achat des consommateurs on aura fait un grand pas en avant.....

à écrit le 28/07/2019 à 19:10
Signaler
On aurait pu commencer par empêcher optimisation fiscale intra européenne vers le Luxembourg et l'Irlande...

à écrit le 28/07/2019 à 19:06
Signaler
C'est la mesure phare que devrait prendre notre président en France. Comme Mr Trump, augmenté la TVA sur le vin et les alcools. Mr Trump fait cela pour lutter contre l'alcoolisme aux USA. Tout simplement.

à écrit le 28/07/2019 à 17:06
Signaler
"Les spiritueux d'origine française seront taxés à raison de x% des ventes réalisées sur le territoire des US" ou "La taxe française sur le numérique impose les entreprises américaines à hauteur de 3% du chiffre d'affaires réalisé en France". La seul...

à écrit le 28/07/2019 à 13:03
Signaler
Attention ! j'ai autant de souffle que Louis Armstrong !

à écrit le 28/07/2019 à 12:15
Signaler
Bref on fait profil bas parce que l'idée était débile. Le Ridicule En Marche

à écrit le 28/07/2019 à 11:11
Signaler
un accord ? sérieusement ? avec la première puissance économique mondiale qui se fout royalement des intérêts des autres ? langue de bois, toujours et encore....

à écrit le 28/07/2019 à 11:03
Signaler
Bruno Le Maire a tord, cette décision de taxer les Gafas doit-être prise par l'UE et non par la France toute seule. Nous ne faisons pas le poids , la décision du gouvernement va exposer nos exportateurs pour une recette fiscale ridiculement petite.

le 28/07/2019 à 16:44
Signaler
@PIC SOUS En taxant les gafas, on savait qu'il y aurait des représailles, on ne fait pas d’omelettes sans casser les œufs...

le 29/07/2019 à 13:00
Signaler
Ils y avaient pas pensé !! Ce projet de taxation a l'échelle de l'ue est sur la table depuis des années mais se heurte à l'opposition des pays pratiquant l'optimisation fiscale, a commencer par l'Irlande (qui s'était même opposé au redressement fisca...

à écrit le 28/07/2019 à 10:50
Signaler
Incroyable pour moi, on prend des décisions sans se concerter mondialement et établir des régles

à écrit le 28/07/2019 à 9:13
Signaler
Taxe à 10 % minimum. En cas de non-paiement, blocage des noms de domaine du service : par ex, rendre facebook.com injoignable depuis la France jusqu'au paiement complet de la taxe.

à écrit le 28/07/2019 à 8:25
Signaler
Oui enfin, Lemaire peut difficilement se cacher derrière son petit doigt. La taxe "Gafa" a été parfaitement calibrée pour les entreprises américaines... et pour ne pas trop pénaliser les françaises !

à écrit le 28/07/2019 à 7:29
Signaler
Le problème en France c'est que les gouvernements depuis 40 ans ne savent que créer des taxes et impôts même si celle-ci peut sembler justifiée. Nous sommes le pays où les prélèvements obligatoires sont parmi les plus élevés au monde. Il faudrait ...

à écrit le 27/07/2019 à 21:53
Signaler
Je suis souvent en désaccord avec Lemaire, mais je pense qu'il a raison d'insister sur ce terrain. Ce ne sont pas les quelques dizaines de millions d'euros qui sont en jeu, mais la volonté d'entraîner l' UE et dans son sillage un maximum de Pays dan...

le 28/07/2019 à 10:12
Signaler
Ce n'est pas une question d'argent mais d'ego. Trump n'acceptera jamais le diktat de micron qui represente l'insignifiance totale face aux USA.

le 28/07/2019 à 11:43
Signaler
Tant que l'Europe se laissera manipuler par le roi de la zizanie, le trumpetiste en chef, on pourra se brosser...

à écrit le 27/07/2019 à 21:05
Signaler
Le Maire discrédite la parole politique par ses saillies ridicules: - "mon handicap c'est mon intelligence" - Ne sait pas expliquer ce qu'est qu'un hectare alors qu'il est ministre de l'agriculture Et la dernière en date: La France est un état s...

le 28/07/2019 à 2:44
Signaler
Cher Septic. Vous allez vous faire des ennemies sur la Tribune. Vous dites trop d'evidences.

à écrit le 27/07/2019 à 19:44
Signaler
Bruno ne sait plus comment actionner sa com ; c' est impossible de taxer sans les autres membres de 'l UE et Trump est le papa de ..l' UE comme le rappelle Asselineau dans "qui gouverne réellement la France et l' UE". Quelle...

à écrit le 27/07/2019 à 19:39
Signaler
Aller on attaque leurs "space assets" avec nos laser de l'espace !! On se passe de toutes leurs technologies ! Est ce qu'on peut ?

à écrit le 27/07/2019 à 19:29
Signaler
Dommage! Trump n'aura pas sa réponse puisqu'elle est faites pour la communication interne!

à écrit le 27/07/2019 à 18:23
Signaler
Nono, au lieu de faire le barbot tu devrais l'ecouter le donald ""Si quelqu'un devait les taxer, cela devrait être leur pays d'origine"" Lui s'occupe de son pays, il le gere dans l'interet de ses habitants, en france on laisse même les entre...

le 27/07/2019 à 18:49
Signaler
""revenir les benefices des geants ""

le 28/07/2019 à 11:48
Signaler
"les benefices des geants" (En debut de mandat avec sa reforme fiscale)

à écrit le 27/07/2019 à 17:16
Signaler
Si Trump met ses menaces à exécution,il faut augmenter la taxe GAFA à 10% de leur chiffre d'affaires,en France.C'est beaucoup plus juste de taxer à 10 qu'à 3%.La marge de ces entreprises numériques est énorme.

le 27/07/2019 à 18:27
Signaler
Oui, taxons, taxons.

à écrit le 27/07/2019 à 17:08
Signaler
cette taxe européenne ne verra jamais le jour.Dixit les paradis fiscaux tel Irlande Luxembourg.Quand on parle de souveraineté je rigole Alsthom etc tous vendu au USA mr Lemaire n'est pas crédible meme l'allemagne n'y est pas favorable vu les voiture...

à écrit le 27/07/2019 à 16:58
Signaler
est-ce-qu'on va laisser cet excité du bocal insulter tout le monde, tous les dirigeants des pays européens ou autres. Comme on dit c'est celui qui dit qui est.

le 28/07/2019 à 9:21
Signaler
Trump défend les intérêts des étasuniens. A nous de défendre les nôtres ! Mais, Macron méprise la France : dans sa tête, elle n'existe déjà plus. Son gouvernement ne se donne pas les moyens de défendre nos intérêts, se contentant de déclarations d...

le 29/07/2019 à 18:48
Signaler
jean: Maron ne méprise pas la France comme vous le dites, mais il a parfaitement compris que la France en dehors de'UE ne pèse absolument pas dans le concert international, sauf à la rigueur dans les livres d'histoire. La France ne peut exister qu'à ...

à écrit le 27/07/2019 à 16:03
Signaler
Le maire entre dans le jeu de Trump. En commentant ses insultes, il leur donne une visibilité et un caractère officiel qui n'apporte rien au débat public. D'autant plus que le personnage étant plus versatile qu'une girouette il peut avoir changé d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.