Trump écrit l'histoire avec quelques pas en Corée du Nord

 |   |  769  mots
Prenant la parole devant les journalistes, le président américain a annoncé qu'il avait invité M. Kim à se rendre aux États-Unis, mais sans préciser de date. Cela se fera un jour ou l'autre, a-t-il simplement remarqué.
Prenant la parole devant les journalistes, le président américain a annoncé qu'il avait invité M. Kim à se rendre aux États-Unis, mais sans préciser de date. "Cela se fera un jour ou l'autre", a-t-il simplement remarqué. (Crédits : Leah Millis)
Donald Trump a quitté Séoul dimanche soir à bord d'Air Force One, au terme d'une visite historique dans la péninsule coréenne, qui l'a vu fouler le sol de la Corée du Nord, une première pour un président américain.

Le milliardaire doit regagner Washington après avoir rencontré dans la journée le numéro un nord-coréen Kim Jong Un dans la Zone démilitarisée entre les deux Corées.

Cette rencontre a permis de réamorcer les discussions sur le programme nucléaire de Pyongyang, un peu plus d'un an après leur premier sommet de Singapour et l'échec de celui de Hanoï en février dernier.

Les deux hommes se sont retrouvés, pour la troisième fois, dans un cadre emblématique: la Zone démilitarisée (DMZ) qui sépare les deux Corées depuis la fin de la guerre (1950-53), qui a vu s'affronter également la Chine et les États-Unis.

Accompagné du numéro un nord-coréen vêtu de son traditionnel costume Mao anthracite, Donald Trump a franchi la ligne en béton qui matérialise la frontière, et marché brièvement en territoire nord-coréen avant de faire demi-tour.

Une photo derrière la ligne de démarcation


Les deux hommes ont ensuite posé pour les photographes derrière la ligne de démarcation du village de Panmunjom, où fut signé l'armistice de 1953.

"C'est un grand jour pour le monde", s'est félicité le président américain, se disant "fier d'avoir franchi cette ligne".

De son côté, Kim Jong Un a espéré "surmonter les obstacles" grâce à ses liens "merveilleux" avec M. Trump.

"Le fait que les deux pays, en dépit d'une longue relation d'hostilité, aient pu se serrer la main pour la paix à l'endroit qui symbolise la division (...) démontre que le présent est meilleur que le passé", a observé Kim Jong Un.

La veille, Donald Trump lui avait lancé sur Twitter une invitation surprise "juste pour lui serrer la main et lui dire bonjour". Cette initiative est intervenue peu avant une rencontre très attendue avec le président chinois Xi Jinping portant sur la guerre commerciale, en marge du sommet du G20 au Japon.

Reprise des discussions "d'ici à 2 ou 3 semaines"

Après un entretien d'environ 45 minutes côté Sud, M. Trump a ensuite raccompagné Kim Jong Un vers son pays, cette fois en compagnie du président sud-coréen Moon Jae-in.

Prenant la parole devant les journalistes, le président américain a annoncé qu'il avait invité M. Kim à se rendre aux États-Unis, mais sans préciser de date. "Cela se fera un jour ou l'autre", a-t-il simplement remarqué.

A plus court terme, le milliardaire a annoncé que des négociateurs des deux pays reprendraient leurs discussions "d'ici à deux ou trois semaines" à propos du programme nucléaire de Pyongyang.

La question de la dénucléarisation de la Corée du Nord continue de bloquer le processus de détente. L'administration Trump exige que Pyongyang renonce définitivement à son programme nucléaire avant d'envisager une levée des sanctions internationales, ce que le Nord refuse.

La rencontre de Panmunjom ne suffira probablement pas à régler le délicat dossier nucléaire nord-coréen, remarquent les analystes. Mais le symbole est important pour deux pays qui se menaçaient mutuellement d'annihilation il y a encore un an et demi.

Tous les présidents américains ont visité la frontière, sauf Bush père

La rencontre a "le potentiel de redémarrer les négociations", observe David Kim, analyste au Stimson Centre, un centre de réflexion de Washington, soulignant toutefois que les nouvelles discussions en préparation seront "cruciales".

"Ce qu'il faut, c'est du contenu, pas du théâtre", selon l'analyste.

A l'exception de George Bush père, tous les présidents américains ont effectué une visite chargée de symbole sur la DMZ. Donald Trump aurait dû sacrifier à la tradition lors d'une première visite en Corée du Sud en 2017, mais le brouillard avait empêché son hélicoptère d'atterrir.

Avant d'arriver samedi en Corée du Sud, Donald Trump avait adressé via Twitter une invitation surprise à Kim Jong Un à venir lui dire "bonjour". Mais quelques heures à peine avant l'heure prévue pour la rencontre, on ignorait encore si M. Kim se rendrait ou non au rendez-vous.

"Ce sera très court mais ça ne fait rien. Une poignée de main signifie beaucoup", avait estimé le milliardaire américain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2019 à 20:16 :
Jamais je n'ai lu autant de commentaires aussi négatifs, pour ne pas dire destructeurs. On dirait que certains n'aiment pas le changement et veulent rester au statut quo d'autrefois. Moi je dis que la réunification est possible à l'instar des deux Allemagnes.
Donc priez et cessze d'envoer vos rayons négatifs car ils voyagent très vite et se propagent tout autour de la terre, y compris en Corée du Nord.
a écrit le 01/07/2019 à 11:04 :
La Corée du Nord est maintenant dotée de l'arme nucléaires et de vecteurs capables d'atteindre le territoire US. Et la visite de Trump termine le processus de reconnaissance internationale que les Kim attendaient depuis des décennies.

Il n'y a aucune chance pour qu'elle renonce au volet stratégique et plus les USA se montreront agressifs, moins elle sera tentée d'y renoncer.

Trump a perdu... Il n'y a plus rien à négocier.

La Corée a vécu 40 ans sous embargo US, elle sait faire sans l'oncle Sam. De plus, la politique de Trump, fabricant des opposants à une vitesse croissante, c'est un pays qui sera de moins en moins isolé selon le principe, "les ennemis de mes ennemis sont es amis".
a écrit le 01/07/2019 à 10:09 :
D'aucuns ici ne se trompe.
Le peroxyde se fait de la promo en vue des prochaines elections US.
Quant au petit kim, il ne se departira jamais de son arsenal, puisqu'en depend sa survie.
Les naifs en seront pour leurs frais. Tout ca n'est que du vent.
a écrit le 01/07/2019 à 10:01 :
Heureusement juste après il a pété un coup ce qui a immédiatement rassuré les marchés financiers.

Ouf ! :-)
a écrit le 30/06/2019 à 17:34 :
Quel cinoche ! on se croirait à Bollywood, ce sont des nains, une façade, une devanture, le pouvoir est ailleurs, le complexe militaro industriel. On ne peut avoir deux fers au feu, piuor attaquer l'Iran Trump modère ses relations conflictuelles avec les chinois et les nord coréens, c'est pas un bonne nouvelle.
Réponse de le 30/06/2019 à 17:48 :
Et la chute du mur de Berlin : c’était pourquoi ? Alors ?
Réponse de le 01/07/2019 à 9:07 :
Tout à fait d'accord Zappa, il s'agit là de calmer le front Nord-Coréen pour pouvoir se consacrer à l'Iran hélas...
Idéalement il va aussi calmer le jeu avec les Chinois en échange de leur promesse de ne pas intervenir en Iran et ainsi affronter l'axe Iran-Russie sans les chinois.
Dès que la guerre commerciale s'apaisera ce sera l'attaque de l'Iran donc
a écrit le 30/06/2019 à 17:13 :
Monsieur TRUMP, vous ne devez pas connaître le dicton " Un chien qui a mordu, remordra! "
Réponse de le 30/06/2019 à 17:47 :
Un chien reste «  un chien »
Qu’il morde ou pas :
un chien ? donc un animal.
Réponse de le 01/07/2019 à 10:17 :
J'ai trois chiens. Jamais aucun n'a mordu quiconque, libres dans le jardin ou dans la rue lors des ballades.
Toujours au pied et a remuer la queue..
Ni le livreur de pizza, le facteur ou le releveur du compteur de gaz.
Un chien agressif, l'est par la faute de son maitre, qui est soit con, soit frustres, voire les deux tares melangees.
Quant au petit kim, c'est un asiatique. Si on le laisse peinard il n'attaquera pas ce qui n'est pas le cas d'un ricain agressif par nature puisque aimant la guerre et le conflit en general.
Aujourd'hui c'est la Coree du nord qui mene le jeu avec en sous main Beijing qui se frotte les mains.
L'Iran ? Jamais trompette n'ira se fourrer dans ce bourbier.
Les iraniens ne sont pas des breles, loin de la.
Ils ont les moyens d'en rabattre a l'oncle sam.
a écrit le 30/06/2019 à 15:27 :
La réunification de la Corée serait la victoire des hommes du monde sur l’histoire du passé.
Nous pouvons être tous différents , penser différemment , mais se respecter humainement avec nos différences en faisant des compromis pour la paix et la continuité de la démocratie et l’hymne à dignité de la vie humaine ( sans haine , sans jugement , sans violence pour tous et toutes dans exception ) sur terre est le plus grand Challenge de l’humanité sur terre.
Réponse de le 30/06/2019 à 15:37 :
Erreur de frappe :
Ce n’est pas «  dans » l’exception mais plutôt «  sans exception »
En clair : ( ça veut dire)
sans racisme , stigmatisation, discriminations de toutes sortes et toutes formes, respect pour toutes les «  vies » humaines, sans violence.

Cordialement ,
Réponse de le 01/07/2019 à 10:30 :
Vous etes un idealiste et un doux reveur.
Jamais les deux Corees ne seront reunies, c'est trop tard desormais.
Trop de differences economiques et surtout la Chine ne se risquera pas a laisser cette zone tampon qu'est la CdN aux mains des USA.
Par ailleurs, la population du sud n'est en rien interessee par ce scenario, ce serait comme marier une carpe et un lapin.
Le sud a ete attaque un dimanche par le nord, aucune confiance par consequent.
Le parapluie US + l'armee de la Coree du sud sont suffisants pour dissuader toutes velleite de la part du nord.
Vous n'avez pas idee du degre d'entrainement des unites sud coreennes et surtout de la qualite de l'armement livre par les USA.
Kim est un agite tout comme trompette, rien de plus.
Réponse de le 03/07/2019 à 9:30 :
@ matins calmes,

Il n’est jamais trop tard pour choisir : l’humanité , la paix.

Des familles séparées par «  des idéologies terriennes »
C’est quoi le communisme ?
C’est quoi le libéralisme ?
Qu’est ce qui est au dessus de toutes ces idéologies «  de gestion et de fonctionnement « ?

Les humains , les familles , la paix.

Le rejet , les divisions ,les blocages rendent « normalement « les humains méchants , agressifs, menaçants , malades .... sauf ... ceux qui savent que la «  seule issue » sur terre est :
La bienveillance pour soi et les autres
malgré cet «  acharnement » de X à pourrir la vie des humains sur terre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :