Un Boeing 737 d'Ukraine Airlines s'écrase en Iran, au moins 170 morts

 |   |  650  mots
Nous sommes au courant des informations de presse qui viennent d'Iran et nous rassemblons davantage d'informations, a réagi Boeing sur Twitter.
"Nous sommes au courant des informations de presse qui viennent d'Iran et nous rassemblons davantage d'informations", a réagi Boeing sur Twitter. (Crédits : WANA NEWS AGENCY)
Le crash a vraisemblablement été causé par "des difficultés techniques", a indiqué PressTV, la télévision d'État iranienne. "La thèse d'un attentat terroriste est pour le moment exclue", a précisé l'ambassade ukrainienne en Iran, quelques heures après des attaques menées par Téhéran contre deux bases abritant des soldats américains en Irak.

[Article publié le 08/01/2020 à 8h18, mis à jour le 08/01/2020 à 11h05]

Un avion de ligne ukrainien transportant 176 personnes, principalement des Iraniens et des Canadiens, s'est écrasé, ce mercredi en Iran, peu après son décollage de Téhéran, tuant tous ceux qui se trouvaient à bord, ont annoncé les autorités iraniennes et ukrainiennes.

L'avion, un Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines, avait décollé avant l'aube de l'aéroport international Imam Khomeiny de Téhéran en direction de Kiev, selon l'agence semi-officielle Isna.

Il s'est écrasé sur des terres agricoles à Khalaj Abad dans le district de Shahriar, à environ 45 km au nord-ouest de l'aéroport, selon des médias d'État.

"Sur les 176 personnes qui ont péri, neuf étaient des membres d'équipage et les autres des passagers" dont 15 enfants, a déclaré le gouverneur adjoint de la province de Téhéran, Mohammad Taghizadeh, cité par Isna. "Il y a actuellement 500 personnels médicaux sur place" pour retrouver les corps.

"De toute évidence, il est impossible que des passagers" du vol PS-752 Téhéran-Kiev "soient en vie", a déclaré à Isna le chef du Croissant-Rouge iranien, Morteza Salimi.

Le chef de la diplomatie ukrainienne, Vadym Prystaïko, a indiqué que 82 Iraniens et 63 Canadiens se trouvaient à bord. Onze Ukrainiens (deux passagers et neuf membres d'équipage), dix Suédois, quatre Afghans, trois Allemands et trois Britanniques s'y trouvaient également, a-t-il précisé.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a confirmé sur Facebook que "tous les passagers et l'équipage" du vol "sont morts".

"S'abstenir de toute spéculation"

M. Zelensky a mis en garde contre toute "spéculation" ou "versions non vérifiées" sur la catastrophe.

L'ambassade ukrainienne en Iran avait auparavant mis en cause "une panne d'un moteur de l'appareil due à des raisons techniques", ajoutant: "la thèse d'un attentat terroriste est pour le moment exclue".

Le crash a vraisemblablement été causé par "des difficultés techniques", a indiqué PressTV, la télévision d'État en langue anglaise, citant Ali Khashani, porte-parole de l'aéroport Imam Khomeiny. "L'avion a pris feu après s'être écrasé", selon cette télévision.

La télévision d'État iranienne a montré des images du site du crash sur lesquelles on voit des équipes de secouristes fouiller un terrain vague sur lequel des débris sont éparpillés.

Selon la compagnie ukrainienne, l'avion était neuf et avait passé son contrôle technique il y a deux jours.

"L'avion a été fabriqué en 2016, il a été reçu par la compagnie aérienne directement de l'usine [Boeing]. L'avion a subi sa dernière maintenance technique régulière le 6 janvier 2020", a déclaré Ukraine International Airlines sur Facebook précisant suspendre la liaison aérienne avec Téhéran sine die.

Tirs de missiles

Boeing, le constructeur américain de l'appareil, a tweeté: "nous sommes au courant des informations de presse qui viennent d'Iran et nous rassemblons davantage d'informations".

Lire aussi : Airbus redevient sans surprise numéro 1 mondial de l'aéronautique devant Boeing (et ça risque de durer)

Le crash est survenu peu après que l'Iran a tiré des missiles dans la nuit de mardi à mercredi sur des bases en Irak utilisées par des militaires américains pour venger la mort du général iranien Qassem Soleimani.

Ce général des Forces Qods des Gardiens de la révolution, a été tué vendredi à Bagdad par une frappe aérienne des États-Unis.

À la suite des tirs de missiles iraniens, l'administration fédérale américaine de l'aviation, la FAA, a annoncé qu'elle suspendait les vols des compagnies enregistrées aux États-Unis au-dessus de l'Irak, de l'Iran et du Golfe."La FAA continuera à surveiller de près les événements au Moyen-Orient", ajoute un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2020 à 17:48 :
Curieux qu'un avion soit pulvérisé suite à un problème technique. Il doit s'agir d'un problème technique très grave.
a écrit le 08/01/2020 à 15:57 :
Dans votre rêve utopiste, vous ignorez que dans tous les régimes totalitaires et donc dans tous les régimes communistes (sauf si pouvez m' en citer un seul qui ne l'est pas ); la corruption est la méthode généralisée pour obtenir n' importe quelle besoin ou faveur, élément que vous pouvez obtenir sans passe droit dans les régimes néolibéraux.(logement, équipement, travail, loisirs, etc, etc...que vous abhorrez.
a écrit le 08/01/2020 à 11:19 :
Pas normal que les Aéroports Ukrainien ou autres ont permis le vol d’avion sur cette région , depuis vendredi les médias parlent de hautes tensions sur cette zone
C’est moche pour les 170 personnes décédés de cet accident
(ou autres causes je ne sais pas )
a écrit le 08/01/2020 à 9:13 :
""Nous sommes au courant des informations de presse qui viennent d'Iran et nous rassemblons davantage d'informations", a réagi Boeing sur Twitter"

Pendant que les gars font leurs valises... et ils le peuvent !
a écrit le 08/01/2020 à 8:52 :
Ca pourrait bien être le coup de grâce pour le constructeur. Si c'est le cas, c'est le chaos.
a écrit le 08/01/2020 à 8:40 :
Ukraine + Iran + USA + Boeing 737...
ce genre de combo qui permet de sortir toutes les vérités permettant de justifier telle ou telle action en représailles.

Mes pensées aux victimes et leurs proches.
Réponse de le 08/01/2020 à 9:13 :
"Ukraine + Iran + USA + Boeing 737...
ce genre de combo qui permet de sortir toutes les vérités permettant de justifier telle ou telle action en représailles. "

Je dirais plutôt que c'est exactement l'inverse, impossible d'en tirer une quelconque supposition la plus vraisemblable des coupables étant la corruption qui s'est accrue avec le néolibéralisme économique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :