Airbus redevient sans surprise numéro 1 mondial de l'aéronautique devant Boeing (et ça risque de durer)

L'avionneur a livré 863 appareils en 2019, ce qui représente une hausse de 7,9% par rapport à 2018, reprenant ainsi à Boeing la place de premier constructeur aéronautique mondial. Airbus l'emporte également en termes de prises de commandes.
Fabrice Gliszczynski

2 mn

(Crédits : Regis Duvignau)

Sans surprise avec les déboires du Boeing 737 MAX, Airbus a repris sa couronne de numéro un mondial de l'aéronautique que détenait son rival américain. Selon l'agence Reuters, l'avionneur européen a livré 863 appareils en 2019, 7,9% de plus que les 800 livrés en 2018. L'objectif de dépasser les 860 livraisons est tenu.

Ressources supplémentaires

En raison de difficultés industrielles sur la production de l'A320 Neo, cet objectif avait été révisé à la baisse cet automne. Jusque-là, Airbus tablait sur 880-890 livraisons. Des ressources supplémentaires ont été déployées en toute fin d'année et des salariés ont annulé leur congés pour permettre d'atteindre l'objectif. Pour bien mesurer la performance propre à Airbus, reste à savoir quelle est la part d'A220 dans ces 863 livraisons. L'A220 est en effet l'ancien C-Series de Bombardier. Airbus en a pris le contrôle en juillet 2018 en mettant la main sur 51% du programme. A fin septembre, 33 A220 avaient été livrés.

A titre de comparaison, Boeing a annoncé avoir livré 345 appareils entre janvier et novembre, moitié moins qu'au cours des 11 premiers mois de 2018, quand l'américain avait livré 704 avions. Le constructeur américain est pénalisé par la crise du 737 MAX, dont les livraisons sont suspendues depuis l'accident d'un exemplaire d'Ethiopian Airlines le 10 mars dernier. Avant l'accident, Boeing livrait 52 B737 MAX par mois et comptait passer à 57 en juin.

La production de 737 MAX est suspendue

Airbus maintiendra à coup sûr son leadership en 2020. Et probablement après. En effet, après avoir stoppé les livraisons de 737 MAX il y a près de 10 mois, Boeing a suspendu la production de l'appareil le 1er janvier. Une décision motivée par l'incertitude sur la remise en vol de l'avion. Même une  reprise des vols ne sera pas synonyme de reprise immédiate de la production.

Boeing devra en effet s'atteler au préalable à remettre en service les quelque 400 appareils produits depuis 10 mois mais non livrés, ainsi que les 400 autres qui étaient en opération avant leur immobilisation. Tout ceci sera long et complexe. Quand la production repartira, il faudra également beaucoup de temps pour qu'elle atteigne son rythme de croisière.

Pendant ce temps-là, Airbus, qui produit déjà une soixantaine d'A320 par mois, aura réglé ses problèmes industriels et pourra augmenter plus fortement ses cadences. Airbus l'emporte également sur Boeing en termes de prises de commandes. Le constructeur européen a engrangé plus de 1.000 nouvelles commandes en 2019.

Lire aussi : Pendant que Boeing coule, Airbus vole très haut : plus de 1000 commandes en 2019

Fabrice Gliszczynski

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 30
à écrit le 03/01/2020 à 12:32
Signaler
Tant mieux pour Toulouse.... mais il y a trop d'avions dans le ciel.

à écrit le 02/01/2020 à 19:08
Signaler
Et par les vases communicants cptables, B. est en permanence subventionné par le budget du Pentagone ou de la NASA ( cf la cde du siècle des avions ravitailleurs de l'US Army acquise initialement à Airbus avec un nvelle cellule dérivée de l'A330 et ...

à écrit le 02/01/2020 à 16:13
Signaler
Dans cette histoire, on a toujours pas compris si le thsa du 737 a refait sa certification avec les nouveaux cas de charge du max, de mm on a toujours pas compris la politique d indépendance des faa dgac et easa dans le cadre des certifications par i...

à écrit le 02/01/2020 à 16:07
Signaler
Les pisse-froid sont chagrins, l Europe et la France se hissent sur le podium de l'aéronautique ! C'est certainement de la propagande macroniste, tant la haine les étouffe.

le 02/01/2020 à 16:59
Signaler
Commentaires prétentieux et arrogants comme tous ceux venant des Macronistes. Egocentrismes, arrogances et convaincus d’être les meilleurs dans la pensée unique. Bravo. Airbus n'a rien à voir avec Macron et son pseudo parti. Il est le résultat d'une ...

le 02/01/2020 à 19:28
Signaler
Arrêtez votre film. La sucess story d'Airbus n'a rien à voir avec les politiques, si ce n'est à sa création qd ceux-ci ont eu l'humilité et le flair d'écouter des ingénieurs de talent. Peu importe que A ou B soit à la 1ere marche du podium. Ce qu'il ...

le 03/01/2020 à 6:48
Signaler
@réponse à Jean-Luc et consorts Pompidou, je veux bien et Giscard aussi, pour Mitterrand non car en 80, la part de marché d’Airbus était déjà de 30 pour cent. De même, voyez l’ extraordinaire histoire du moteur CFM 56 ou Pompidou a arraché l’ ac...

à écrit le 02/01/2020 à 16:07
Signaler
Airbus devient numéro un de l'industrie aéronautique civile, car si on inclut l'aéronautique militaire, Boing est loin devant.

le 03/01/2020 à 10:40
Signaler
l'aéronautique militaire chez Boeing, c'est une suite de ratés, de scandales de corruption et de combines politicardes.Surtout sur le marché des ravitailleurs ou le KC-46 "Pegasus" à 5 ans de retard et pour lequel Boeing a subi plus de 3 milliards de...

à écrit le 02/01/2020 à 16:02
Signaler
Pour redevenir, il faut avoir déjà été......ce qui n'est pas le cas. La dernière fois qu'Airbus a coiffé Boeing fut en 2011 par le nombre d'avions livrés, Airbus bradant ses A320 et non pas par le montant des livraisons, Boeing livrant bien plus d...

à écrit le 02/01/2020 à 16:01
Signaler
Pour redevenir, il faut avoir déjà été......ce qui n'est pas le cas. La dernière fois qu'Airbus a coiffé Boeing fut en 2011 par le nombre d'avions livrés, Airbus bradant ses A320 et non pas par le montant des livraisons, Boeing livrant bien plus d...

à écrit le 02/01/2020 à 12:57
Signaler
Si Airbus se maintient au premier rang, les américains prendront une participation majoritaire au capital, … et un point c'est tout ! Alors pas de Cocorico ! On a vu ce qui est arrivé à Latécoère, Alsthom etc.

le 03/01/2020 à 15:10
Signaler
Impossibe la majorité des actions Airbus a hauteur de 80% est detenue par les états allemande et francaise

le 08/02/2020 à 0:35
Signaler
Détrompez-vous, le gouvernement français détient environ 11% et le gouvernement allemand à peu de choses près la même chose. Le reste est détenu par des acteurs institutionnels et des fonds de pension (dont BlackRock).

à écrit le 02/01/2020 à 11:08
Signaler
Fort de cet avance, Airbus ne doit pas relâcher ses efforts sur l'attractivité et la fiabilité de ses produits, gages du maintien d'un haut niveau de cdes. Il doit également prévoir d'accroître ses cadences sur l' A320 par la création d'au moins une...

le 02/01/2020 à 11:32
Signaler
Vous devriez en parler à G. Faury, il attend certainement votre analyse avec impatience. Sans doute avez-vous également un avis sur le design des avions, Airbus piaffe d'impatience de le connaître.

le 02/01/2020 à 17:30
Signaler
Manifestement, ici c est concours de chupa chups...

le 02/01/2020 à 19:45
Signaler
Laissons M Faury qui a bien d'autres occupations que la lecture de commentaires anonymes ss lendemain, n'est ce pas. Par ailleurs, l'article ne traite pas du design, dc restons ds le sujet, voulez vous. Puisque vous le citez, n'a t il pas été recru...

le 02/01/2020 à 23:03
Signaler
"n'a t il pas été recruté par Tom Enders en raison de son passé industriel ds l'automobile avec l'objectif d'appliquer aux lignes d'assemblage et à la supply chain une organisation similaire à l'industrie automobile ?" Votre connaissance des pensées...

le 03/01/2020 à 10:36
Signaler
@ @Fred06 Il faut vraiment être mauvais en R&D et en process pour ne pas comprendre que l'aviation à beaucoup à récupérer de l'automobile. Créer ou recréer une ligne de production et moderniser une ligne existante n'ont pas les mêmes effets. Pour ...

le 03/01/2020 à 18:31
Signaler
"Il faut vraiment être mauvais en R&D et en process pour ne pas comprendre que l'aviation à beaucoup à récupérer de l'automobile." Heureusement de brillants penseurs de votre acabit sont disponibles ici même. Curieux que Airbus ne recrute pas plus pa...

le 04/01/2020 à 10:57
Signaler
L'optimisation et la modernisation vaut pour tous les rythmes de productions. L'automobile galère pour moderniser sans cesse les usines qui ont une quarantaine d'années et plus. Moderniser une usine, c'est poser des pansements, bien moins efficaces q...

le 04/01/2020 à 11:30
Signaler
Eclairez notre lanterne ! Vous semblez être ds le secret des Dieux, puisque les commentateurs de base que nous sommes ne lisent que les effets d'annonce des journaux éco ou autre ( Usine Nvelle, L'expension, Les Echos, La Tribune...). Peut'être que ...

le 04/01/2020 à 16:37
Signaler
Mes formations sont mécanique, physique et chimie Et je terminerai ma carrière comme je l'ai commencé: dans des bureaux d'études. L'encadrement autre que celui d'une petite équipe de R&D ne m'a jamais intéressé. Réunions, Mails et PowerPoint, indis...

le 04/01/2020 à 17:05
Signaler
C'est évident, mais dans le doute, le 1er gain c'est la robotisation. Il suffit de regarder une vidéo d'un robot de soudure sur une ligne de caisse automobile pour comprendre. Combien de temps passerait une personne pour opérer toutes ses soudures....

à écrit le 02/01/2020 à 10:15
Signaler
On espère qu'il n'arrivera pas à Airbus un sinistre industriel sur sa vache à lait, l'A320, comparable à celui qu'a subi Boeing sur la sienne, le B737 Max.

le 03/01/2020 à 15:15
Signaler
Oui effectivement! Comment on voit un géant trébucher du fait de deux accidents proches ! Le passage du succès à la déchéance ne tient, comme souvent, qu'à de "petites" (attention à ne voir qu'en aspect relatif à la flotte de boeing en circulatio...

le 04/01/2020 à 19:35
Signaler
On peut espérer que cette terrible éventualité a une probabilité assez faible chez Airbus pour à mon sens 3 raisons essentielles: 1) La pression des actionnaires privés majoritaires est moins forte sur le court terme que l'actionnariat US sur Boeing...

à écrit le 02/01/2020 à 9:55
Signaler
Par défaut mais c'est toujours la même histoire en Union Européenne.

le 02/01/2020 à 10:18
Signaler
On voit que ça vous troue le c*l, hein, une réussite européenne indéniable. Et en cas de brexit sans large accord douanier, il faudra regarder comment rapatrier les productions britanniques pour Airbus dans l'UE. Tout ce qui peut nuire à la fluidité ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.