Une appli pour mieux réprimer les violations des droits humains

 |  | 402 mots
Lecture 2 min.
Téléchargeable gratuitement par tous les possesseurs d'un smartphone fonctionnant sous un système Android, l'application est surtout destinée aux journalistes et activistes du monde entier qui dénoncent crimes contre l'humanité, génocides, tortures et crimes de guerre.
Téléchargeable gratuitement par tous les possesseurs d'un smartphone fonctionnant sous un système Android, l'application est surtout destinée aux journalistes et activistes du monde entier qui dénoncent crimes contre l'humanité, génocides, tortures et crimes de guerre. (Crédits : © Stringer . / Reuters)
L'International Bar Association lance, ce lundi, une application très particulière de stockage de photos et vidéos. Elle vise à garantir l'authenticité des images dénonçant les pires atrocités, afin qu'elles puissent être utilisées devant les tribunaux.

Finis les débats judiciaires et médiatiques interminables sur l'authenticité des images dénonçant les violations des droits humains ? C'est ce que promet l'International Bar Association (IBA) lundi 8 juin, nouvelle appli à la main.

L'association internationale réunissant avocats et barreaux du monde entier vient en effet de développer un nouvel instrument avec l'objectif de faciliter la documentation de ces atrocités. Baptisé eyeWitness to Atrocities, il permet non seulement de sécuriser le stockage des photos et vidéos, mais surtout de garantir la vérifiabilité de leur authenticité, et ainsi de booster sensiblement l'action des défenseurs des droits humains.

Des métadonnées de mise en contexte

L'appli a en effet été conçue sur le fondement de recherches sur les règles nationales et internationales régissant l'admissibilité judiciaire des preuves. Simultanément à l'image, elle enregistre ainsi un ensemble de métadonnées indispensables afin de permettre la vérification et la mise en contexte de l'information: les coordonnées GPS, la date et l'heure de la prise de vue, mais aussi les caractéristiques du capteur utilisé, voire l'existence sur le lieu de réseaux bluetooth et wi-fi.

Afin de garantir que le document ne soit pas modifié ex post, l'application garde également en mémoire tous les enregistrements effectués.

Une base de données sécurisée

Encryptées et stockées de manière sécurisée, ces informations sont ensuite conservées dans une base de données développée par le groupe d'édition professionnelle LexisNexis, sur la base de la technologie qu'il utilise pour sauvegarder les informations sensibles provenant de ses clients. Seul un groupe d'experts juridiques aura le droit d'y accéder et d'analyser les données, pour éventuellement engager par la suite des poursuites devant les autorités, nationales ou internationales, compétentes.

Téléchargeable gratuitement par tous les possesseurs d'un smartphone fonctionnant sous un système Android, l'application est évidemment surtout destinée aux journalistes et activistes du monde entier qui dénoncent crimes contre l'humanité, génocides, tortures et crimes de guerre.

Pour garantir sa diffusion auprès de cette population, l'IBA, qui a alloué 1 million de dollars au projet, a ainsi noué des partenariats avec des associations de défense des droits humains. L'application garantit à la source la possibilité de rester anonyme et prévoit divers outils lui permettant d'occulter son activité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/06/2015 à 14:38 :
marchera t elle dans le golfe, car il est étrange de constater comment nos bobos et droits de l' hommiste évitent à chaque fois de parler des émirs du golfe qui condamnent par exemple ce blogueur à 1000 coups de fouets et 10 ans de prison pour insulte à la religion, sans que cela ne provoque chez eux la moindre réaction...il est vrai qu'en ce moment, leur seule missions s'apellent Assad et Poutine..le reste, c'est pas grave, on ne mort pas la main qui nous nourrit n'est ce pas...
a écrit le 08/06/2015 à 14:14 :
Bravo très bien pour les droits des minorités !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :