Présidentielle 2017 : la dynamique de Fillon s'essouffle

 |   |  351  mots
François Fillon subit les moult débats sur son programme qui ont suivi la primaire de la droite.
François Fillon subit les moult débats sur son programme qui ont suivi la primaire de la droite. (Crédits : GONZALO FUENTES)
Un sondage montre que l'écart se resserre entre François Fillon et Marine Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle. Le candidat LR subit les polémiques récentes concernant son programme.

La dynamique post-primaire de droite de François Fillon commence à s'essouffler. Il ne devancerait plus Marine Le Pen que d'une courte tête au premier tour de l'élection présidentielle, selon un sondage un sondage Elabe pour « Les Echos » et Radio Classique. Et ce, quel que soit le candidat qui l'emportera à la primaire de la gauche. Lors du sondage précédent réalisé par cet institut, François Fillon était crédité de plus de 30% des intentions de vote.

Mais désormais, il ne dépasserait les 26 % que dans l'éventualité où Vincent Peillon l'emporterait à la primaire de la gauche, et François Bayrou ne se présenterait pas à l'élection présidentielle. Marine Le Pen le talonnant à chaque fois. Le débat sur le programme de François Fillon dans le domaine de la santé et la protection sociale ont probablement contribué à interrompre la « dynamique Fillon », estime Elabe.

Le naufrage annoncé du Parti socialiste

En revanche, du côté du Parti socialiste, le premier tour de l'élection présidentielle s'annonce comme un naufrage. Ainsi, dans le cas où Manuel Valls l'emporterait à la primaire de la gauche le 29 janvier prochain, il n'arriverait qu'en cinquième position au premier tour de la présidentielle fin avril avec 12% des voix derrière Fillon, Le Pen, Macron et Mélenchon. Si Arnaud Montebourg l'emportait, il réunirait 7% des suffrages au premier tour de la présidentielle, Benoît Hamon 6% et Vincent Peillon... 3% !

Sondages... insondables

Evidemment, l'expérience Fillon à la primaire de la droite montre qu'il faut prendre ces sondages avec des pincettes.

Enfin, de son côté, Emmanuel Macron est toujours aussi bien loti dans les enquêtes d'opinion. Selon Elabe, il est désormais clairement le troisième homme de cette élection. Dans un cas de figure, il pourrait même se qualifier pour le second tour si Arnaud Montebourg gagnait la primaire, et que François Bayrou ne se présentait pas. Ce serait alors... Marine Le Pen qui en ferait les frais, et serait éjectée de la victoire finale dès le premier tour de l'élection.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2017 à 9:08 :
M.Fillon, candidat de la vérité, nous explique qu'il veut réduire le nombre de fonctionnaires qui ne produisent que des normes mais qu'il va instaurer des quotas d'immigrants, réduire les délais d'examen des demandes d'immigration, mettre une autorité de surveillance des mutuelles, augmenter le nombre de prisons...un bel exemple d'intelligence artificielle.
a écrit le 08/01/2017 à 10:01 :
Le programme de Fillon est un projet qui est bien pour les gens aisés.
Si je payait l'ISF , je voterais à coup sûr pour lui.
a écrit le 06/01/2017 à 9:29 :
Et ses soutiens, le pauvre, il a pas besoin de concurrents hein, hier je lisais sur une dépêche afp la réaction d'un d'entre eux à sa baisse dans les sondages:"C'est normal c'est comme cela que ça se passe, c'est tout à fait logique !"

???
a écrit le 06/01/2017 à 9:24 :
Oyez oyez compagnons ! Revêtez vos plus belles armures que nous allions conquérir le trône de France !

Vous êtes marrant vous, François du duché de Sartre est parti en campagne à cheval aussi, pas étonnant qu'il s'essouffle.

Non mais sans rire en quoi cette candidature peut elle être considérée comme sérieuse ? Les militants de droite se rendent ils bien compte de ce qu'ils ont mit à leur tête là ? Quand je le vois je ne peux pas m’empêcher de penser au film "Sacré Graal" des Monty Pythons.

Pour avoir une minuscule chance de gagner il faudrait que les élections aient lieu la semaine prochaine parce qu'il est évident que plus les gens vont s’intéresser à lui et moins ils vont avoir envie de voter pour lui.

Dommage c'était un bon candidat pour une révolte.
a écrit le 06/01/2017 à 8:52 :
Normal, il croit que c'est arrivé et en oublie aussi qu'il a été 5 ans collaborateur de Sarkozy pire que Valls qui n' a été celui de Hollande que pendant 2 ans. Bref, rien n'est joué d'autant que le clan FN peut très bien exploser en route.
Par certains cotés, il me fait penser à Antoine Seillères l'ancien patron du Medef, et ce n'est pas un compliment.
a écrit le 06/01/2017 à 6:54 :
Merci aux journalistes de la Tribune de publier toutes les propositions précises de M.Fillon pour permettre aux électeurs de se forger une opinion et de les analyser au vu de la reprise actuelle de l'inflation.
a écrit le 05/01/2017 à 23:49 :
Du moment que la foi le sauve... Mais en économie, depuis 2008, ça marche moins.
a écrit le 05/01/2017 à 23:44 :
Les estimations seront crédibles entre Mi-Février et Mi-mars : c'est ainsi depuis 36 ans.
a écrit le 05/01/2017 à 21:34 :
Pouvez-vous confirmer ou infirmer les relations de grandes amitiés du sieur FILLON avec le patron d'AXA ? Par que si cette vieille amitié existe, cela pourrait expliquer certaines positions du candidat FIllon sur la Sécu.
L'innocence et la nouveauté de ce monsieur qui est resté Premier ministre de Sarkozy pendant toute la durée de son mandat, sans rien dire, me laisse perplexe.
a écrit le 05/01/2017 à 21:33 :
Trop catholique !
a écrit le 05/01/2017 à 21:14 :
Il était déjà à bout de souffle dès le départ....le vote s'est résumé à deux votes contre : d'abord N. Sarkozy pour son quinquennat désastreux et ensuite contre A. Juppé un homme déjà âgé même s'il avait la pêche....la preuve : personne n'avait pris connaissance du programme de M. Fillon qui ne sait plus quoi faire pour l'amender. Sa rentrée sur tf1 est ratée....il a été mauvais et propose des solutions de boutiquier. Etre gaulliste et chrétien n'est pas un programme en soi. Au surplus il faut créer un élan pour susciter l'envie et non pas avoir comme seul objectif le rétablissement d'un passé qui fait partie de l'Histoire. Il lui appartient de démontrer qu'il est l'homme de la situation. Mais est ce que M. Fillon en est capable? J'en doute, il a davantage l'attitude d'un notaire de province. Or, la France n'est pas un office notarial.
a écrit le 05/01/2017 à 20:57 :
Les électeurs recherchent un programme original mais tous sont prémâcher par la commission de Bruxelles qui veut imposer ses réformes pour adapter les États a son dogme, depuis l'extérieur!
Réponse de le 06/01/2017 à 7:23 :
Bien súr ! C'est seulement en dépassant les simples souverainetés étatiques que l'Europe sera réellement aboutie ! Il faut voir plus loin sue ces frontières ! L'Europe est un formidable élément qui ne demande qu'à se réaliser vraiment depuis 50ans
Réponse de le 09/01/2017 à 10:11 :
Le problème est que personne n'a vraiment voulu donner sa chance à une Europe fédérale. Nous préférons faire un bouc émissaire de quelque chose qui existe pas. Si je croyais encore en l'ambition des gens et en de beaux rêves, je hurlerais : faisons-la maintenant !
a écrit le 05/01/2017 à 20:43 :
les sondages on a vu leurs effets aux dernières élections US
a écrit le 05/01/2017 à 19:55 :
Je ne crois en M. Fillon sa proposition floue car seulement le titre mais pas l'écriture sur la sécu qui laisse présager en dehors de laisser au privé, les groupes d'assurances mutuelles, le soin de gérer notre santé, une augmentation salée des mutuelles pour encore la classe moyenne. Cette proximité avec l'ancien président d'AXA est elle saine ou une intrusion lobbyiste directement auprès d'un présidentiable. Il commence à ne pas tenir ses promesses comme nous communiquer le nom des futurs ministres s'il était élu. Un comité de plus de 100 personnes de la quantité pas de la qualité. Avec tous ses vieux lascars qui sont des éléphants de la politique depuis des décennies dans cette jungle corrompue de l'assemblée et du sénat, sans grande compétence car ils ont été acteurs du chômage de masse et de cette dette insupportable. Enfin inadmissible de nous mettre la religion à toutes les sauces, a t il prévu une guerre de religion dans notre pays? Ses prises de positions religieuses ne sont elles pas du pain "béni" pour les terroristes et puis assez de baiser les pieds des sectaires, type sens commun. L'économie libérale n' a pas besoin de connaître les convictions religieuses de ce Monsieur. Mon bulletin est revenu dans ma poche j'attends autre chose que le blabla chrétien et gaulliste, tout respect pour la mémoire de de Gaulle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :