Allemagne : le Brexit n'inquiète pas la Bundesbank

 |   |  379  mots
Le produit intérieur brut (PIB) allemand a crû de 0,4% au deuxième trimestre selon la première estimation publiée vendredi.
Le produit intérieur brut (PIB) allemand a crû de 0,4% au deuxième trimestre selon la première estimation publiée vendredi. (Crédits : © Wolfgang Rattay / Reuters)
Dans son rapport mensuel, la banque centrale allemande estime que les conséquences économiques du Brexit seront limitées à court terme pour l'Allemagne.

Publié le 15/08/2016 à 13:32. Mis à jour le 15/08/2016 à 14:48.

Le vote britannique du 23 juin en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne devrait avoir dans l'immédiat un impact économique limité en Allemagne, a estimé lundi 15 août la Bundesbank, notant que les chefs d'entreprise gardaient confiance.

Dans son rapport mensuel, la banque centrale allemande ajoute que l'économie du pays devrait avoir poursuivi sa croissance pendant l'été grâce aux exportations, à la production industrielle, à la construction et à la consommation des ménages.

"Les anticipations favorables des entreprises allemandes, modérément remises en cause"

"Dans le contexte du débat public nourri sur les conséquences économiques de la sortie annoncée du Royaume-Uni de l'UE, les anticipations favorables des entreprises allemandes n'ont jusqu'à présent été que modérément remises en cause", explique la Buba.

"Cela conforte l'opinion selon laquelle les conséquences économiques en Allemagne du vote du Brexit seront limitées, du moins à court terme."

Le produit intérieur brut (PIB) allemand a crû de 0,4% au deuxième trimestre selon la première estimation publiée vendredi. S'il est inférieur à celui enregistré sur les trois premiers mois de l'année, ce chiffre place l'Allemagne nettement devant les autres grandes économies de la zone euro.

Un programme de dépenses publiques en Allemagne est "peu approprié"

Par ailleurs, la Bundesbank a souligné dans son rapport qu'un programme d'investissements publics allemand, souvent appelé de leurs vœux par les voisins de l'Allemagne pour relancer l'économie de la zone euro, n'aurait que de faibles répercussions économiques à l'étranger.

"En tant qu'outil destiné à relancer fortement la conjoncture internationale, il semble qu'un programme de dépenses publiques en Allemagne soit peu approprié", a jugé la banque centrale allemande, au terme d'une analyse approfondie.

Une relance des investissements aurait, en stimulant la demande intérieure allemande et par le biais des échanges commerciaux, "des effets positifs visibles, surtout dans quelques économies de petite et moyenne taille dans le voisinage direct de l'Allemagne et en Europe centrale". Mais les répercussions seraient "faibles" sur la croissance des grandes économies de la zone euro, à savoir de la France, l'Italie et l'Espagne (+0,1% de croissance du PIB) ou encore du Portugal et de la Grèce (+0,2%), assure la Bundesbank.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/08/2016 à 19:15 :
ça tombe bien moi non plus parce que d'ici à 2019, j'ai le temps de voir venir les Rosbifs !!
a écrit le 15/08/2016 à 15:11 :
Nouveau épisode insinuant que l'EU est le nouveau Reich, voilà qu'on se souci de la réaction de la Bundesbank au sujet du Brexit.
Réponse de le 15/08/2016 à 20:44 :
@****************b 15/08/2016 15:11
Encore du "Germain bashing"
Le gouverneur de la Banque de France, monsieur F. Villeroy de Galhau, a fait une déclaration à peu près similaire dès le mercredi 6 juillet.
Cordialement
Réponse de le 15/08/2016 à 23:16 :
Ouais merci, on a encore des nouvelles de ce qui se passe dans notre pays. Et donc?
Réponse de le 16/08/2016 à 9:31 :
Que ça vous plaise ou pas l'économie allemande est de loin la plus importante de l'UE. Il vaut mieux que l'Allemagne domine l'Europe par son économie florissante que par la Wehrmacht et ses Panzerdivisions. Et quand l'Allemagne éternue l'Europe s'enrhume. N'oubliez pas que si la dette française nous coûte si peu cher, c'est grâce à la confiance qu'inspire l'€... donc la force économique de l'Allemagne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :