Johnson veut suspendre le Parlement : un "coup d'État" dénonce le Labour

 |   |  550  mots
(Crédits : Reuters)
La décision du Premier ministre britannique Boris Johnson de limiter la durée de la session parlementaire avant la date prévue pour le Brexit constitue un coup d'Etat contre le Parlement, a déclaré mercredi la porte-parole du Parti travailliste pour les Affaires intérieures.

[Article publié le 28.08.2019 à 12:03, mis à jour à 14:25 avec déclaration de Diane Abott]

La rentrée parlementaire, qui s'annonce houleuse, est prévue pour mardi. Le Premier ministre a demandé à la reine Elizabeth II de suspendre le Parlement la semaine suivante, après les débats du 9 septembre, et jusqu'au 14 octobre. La session parlementaire reprendrait alors avec le traditionnel discours de la Reine, dans lequel elle expose le programme de son gouvernement.

Mais pour la porte-parole du Parti travailliste pour les Affaires intérieures, cette décision de Boris Johnson de limiter la durée de la session parlementaire avant la date prévue pour le Brexit constitue un "coup d'État contre le Parlement", a-t-elle déclaré.

La réduction des débats, coup dur pour les anti-Brexit

En clair, Boris Johnson annoncera son nouveau programme législatif le 14 octobre, ce qui revient mettre le Parlement hors session à partir de la mi-septembre et réduirait à un peu plus de 15 jours le temps qu'auront les députés à partir du 14 octobre pour tenter de bloquer un Brexit sans accord.

La date de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne est prévue pour le 31 octobre et le successeur eurosceptique de Theresa May a fait savoir qu'il respecterait cette date, avec ou sans accord ("no deal") de sortie avec l'UE.

"Boris Johnson vise un coup d'État contre le Parlement. Contre vous, les électeurs, et contre vos représentants politiques. Pour un "no deal" désastreux", a déclaré Diane Abbott dans un tweet.

La rébellion touche même les rangs conservateurs: le président de la Chambre des communes, le conservateur John Bercow, a ainsi parlé d'"un affront à la Constitution".

Evidemment, le Parti unioniste démocrate (DUP) nord-irlandais, qui soutient le Premier ministre, s'est en revanche félicité de la décision de Boris Johnson.

Chute de la livre sterling

Cette suspension jusqu'au 14 octobre, à deux semaines de la date prévue du Brexit (le 31 octobre) fait hurler l'opposition, et les déclarations du gouvernement britannique l'assure, qui jure que n'est pas pour empêcher l'opposition de faire capoter son plan pour le Brexit n'ont pas convaincu du contraire. Johnson avait ainsi assuré dans une déclaration à la télévision Sky:

"Les députés auront amplement le temps de débattre."

Ce n'est pas ce qui a fait remonter la livre qui avait chuté à cette annonce ni calmé l'opposition qui fustige ici une manoeuvre pour empêcher les députés de stopper un Brexit sans accord le 31 octobre.

Un "No deal" mettrait le pays à la merci de Trump, selon Corbyn

Le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a fait savoir qu'il ferait tout son possible pour empêcher un Brexit sans accord. Une telle éventualité, a-t-il dit, mettrait le Royaume-Uni à la merci du président Donald Trump et des entreprises américaines.

Boris Johnson a fait savoir que le Royaume-Uni quitterait l'UE le 31 octobre, avec ou sans accord.

Corbyn est en train de réussir à unifier l'opposition

Les partis d'opposition ont d'ailleurs annoncé mardi un accord de coopération en vue de prévenir un "no deal", après des discussions entre Jeremy Corbyn, le Parti national écossais (SNP), les libéraux-démocrates, le Parti Vert et le Groupe indépendant pour le changement.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2019 à 4:15 :
Bravo Mr Johnson, il faut employer tous les moyens pour faire respecter la volonté du peuple. Dans quelques années, les français se rendront compte que nos voisins ont eu raison de ne rien lâcher face aux lobbys médiatiques qui déversent leur haine contre la volonté des peuples.L'UE a tout tenté pour préserver les intérêts des nantis du système et quand on voit l’attitude de la Pologne qui se gave des subsides pour s'équiper en matériel américain, il y a de quoi s'interroger sur cette union européenne.
a écrit le 29/08/2019 à 19:43 :
Ceux la memes qui traitent l'UE et la France de dictature a longueur d'année applaudissent a tout rompre la suspension du parlement de la plus vielle démocratie du monde par un politicien qui n'a même pas été élu par les anglais.
.
Réponse de le 29/08/2019 à 21:36 :
Normal, la mode maintenant, c'est d'être anti. Ce n'est pas une idéologie, il faut juste être contre et à force d'être contre , on finit par se contredire.
Il faut donc être contre l'UE et si jamais l'UE fait quelque-chose dans le bon sens, il faut être contre. Ceux qui sont contre l'UE sont forcément des gens bien et si ils font des choses qu'ils reprochent à l'UE, il faut être pour.

Exemple 1:
Argument :Le brexit permet de quitter l'UE néo-libérale et libre échangiste.
Les faits:Theresa May veut signer plein de traités de libre-échange
Conclusion: Theresa May est géniale, elle va réaliser le Brexit qui sera une grande avancée pour le peuple britannique

Exemple 2:
Argument :Le brexit permet de quitter l'UE atlantiste.
Les faits: Boris Johnson cherche à renforcer ses liens avec les USA
Conclusion: Boris Johnson est génial, il va réaliser le Brexit qui sera une grande avancée pour le peuple britannique

Exemple 3:
Argument :Le Brexit permet de quitter l'UE faible et divisée.
Les faits: Les britanniques n'arrivent pas à obtenir des concessions de l'UE
dans les négociations
Conclusion: Boris Johnson va gagner les négociations en obtenant un Brexit sans accord

Exemple 4:
Argument :Le Brexit permet de refermer les frontières.
Les faits: Les britanniques ne veulent pas mettre une frontière en Irlande du Nord.
Conclusion: L'UE veut empêcher le Brexit en posant des conditions pour que la frontière reste ouverte

On pourrait continuer longtemps comme ça, ces gens n'arrêtent pas de se contredire et d'ailleurs ce n'est pas grave puisque leur principe est d'être contre.
Réponse de le 30/08/2019 à 9:23 :
@johnmckagan 29/08/2019 21:36
Excellent
Cordialement
a écrit le 29/08/2019 à 19:13 :
Tout ça pour quoi ? Un référendum gagné avec des mensonges flagrants, les citoyens anglais non résidents en UK sans droit de vote....des politiciens qui rêvent de s'en mettre plein les poches en signant rapidement un accord avec les USA....un No Deal pour être rapidement libre de tout engagement avec leur partenaire commercial principal, la CE.
Les anglais sans parlement vont se réveiller un jour et on leur dira : hé ben voila, on a signé un accord majeur avec les USA , et maintenant, faudra manger suivant les normes alimentaires US : poulet chloriné, bœuf aux hormones et antibiotiques, système de santé américain, médicaments américains et burger obligatoire pour tout le monde...Yeahhh US is the best .... Johnson&Co s'en mettra plein les poches.
Faaaannnntaaaaaaaaassstiiiiiiicc !
a écrit le 29/08/2019 à 16:43 :
Certes, ce dossier est techniquement extrêmement complexe à régler pour les dirigeants du RU et de l'UE, mais cela fait 38 mois que la majorité des britanniques (et oui la majorité!!!) a voté pour le Brexit. Si le premier ministre du Royaume Uni n'avait pas pris cette décision, ces incessants bâtons dans les roues et autres chantages orchestrés par les mauvais perdants de tous poils auraient durée encore au moins 38 mois de plus. Personnellement j'aurai voté contre ce Brexit, mais j'admets que la bienséance et les principes élémentaires de la démocratie impliquent que l'expression des peuples doit être respectée coûte que coûte, et que ceux-ci auraient dû être le moteur des négociations avec l'UE, et non pas les considérations technocratiques et les querelles de clans auxquelles nous avons assistées et dont le commun des citoyens se moque.
Réponse de le 30/08/2019 à 13:52 :
Encore un IMMENSE MENSONGE : majorité des votants certes , mais MINORITE des inscrits soit anglais , gallois , écossais et irlandais du nord .
a écrit le 29/08/2019 à 13:04 :
Cela fait plus de 3 ans - TROIS ANS !! - que l'opposition non seulement a le droit de s'exprimer mais qu'elle sabote le résultat du référendum de juin 2016 !!

Il y a un moment à partir duquel l'obstruction parlementaire de gens qui représentent une minorité du pays doit être brisée net.

Du reste, Boris Johnson laisse encore à l'opposition financée par les euro-atlantistes la possibilité de s'exprimer pendant encore 15 jours avant le Brexit sans accord

Cela suffit de donner raison à des gens qui violent la démocratie et de condamner ceux qui veulent la respecter.
Réponse de le 29/08/2019 à 14:27 :
Bravo ! 100% d'accord
Réponse de le 29/08/2019 à 15:51 :
Oui mais là ou cela cloche c'est que BoJo n'a pas été élu par le peuple mais par le parlement. BoJo n'a aucune légimité populaire, c'est un produit du système qui dit au système "Tais toi".
Enfin, le "Peuple" n'a pas voté pour un Brexit dur mais pour un brexit. Et les conséquences ne sont pas les memes entre un divorce à l'amiable et un divorce contentieux.
Réponse de le 29/08/2019 à 17:35 :
@Menfin
C'est quoi un "euro-atlantiste"?
Pour autant que je sache, c'est bien Boris Johnson qui se prosterne devant les USA pour obtenir un accord commercial et qui fait copain-copain avec leur grand leader. Plus atlantiste que ça tu meurs.
Réponse de le 29/08/2019 à 21:52 :
@ Menfin...Vous droit au contradicteur officiel a la solde idéologique de l'UE de Bruxelles, vous pouvez être fier de l'avoir réveillé!
Réponse de le 30/08/2019 à 9:17 :
@FakeNews : BoJo n'a même pas été élu par le Parlement (ce qui aurait supposé un vote de confiance qui n'a pas eu lieu) où il n'a probablement pas de majorité mais par les adhérents du Parti conservateur (dont on sait depuis les européennes quelle fraction de la population il représente...).
a écrit le 29/08/2019 à 9:44 :
Bizarre, on n'a pas bcp d'articles sur les coups d'Etat "progressistes" d'un Macron en France ou d'un Conte en Italie qui "tiennent" un pays avec 20 % des votes exprimés
Réponse de le 29/08/2019 à 13:03 :
Et Poutine est parfaitement légitime car il a 75% des suffrages exprimés ???
Pourtant, bizarrement, j'ai l'impression que la démocratie française est plus opérante que la démocratie Russe.
Pourriez vous écrire depuis votre pays "Poutine tient le pays car il triche et emprisonne ses opposants" ? Vous tentez ?
Réponse de le 29/08/2019 à 17:38 :
Conte a 58% d'opinion favorables. Il est proche du M5S mais est politiquement indépendant.

Que ça vous gène ou non, il est plus populaire que Salvini qui, me semble-t-il a raté son coup d'état.
a écrit le 29/08/2019 à 9:23 :
"La plupart des Britanniques favorables à un "Brexit par tous les moyens" https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KCN1V308M/la-plupart-des-britanniques-favorables-a-un-brexit-par-tous-les-moyens.html
Réponse de le 02/09/2019 à 7:44 :
54%/46%... la rigueur journalistique aurait exigé de dire "une majorité" au lieu de "la plupart".
a écrit le 29/08/2019 à 8:14 :
Tout est bon, y compris l'obstruction parlementaire, pour discréditer et chercher à empêcher le Brexit voulu par les Anglais dans les urnes. On a bien vu les votes à répétition et se contredisant les uns après les autres au printemps. L'élite contre le Peuple, une fois de plus... Exemple lamentable. Laissons donc les Anglais partir. Et s'ils veulent revenir un jour, on n'aura qu'à mieux négocier avec eux leur ralliement, au lieu de leur donner des passe-droit en permanence comme on l'a malheureusement fait depuis 40 ans sous prétexte de "compromis"...
a écrit le 28/08/2019 à 23:10 :
Les Brexiters se sont appuyés sur le résultat du referendum pour se donner le monopole de la légitimité démocratique, maintenant ils veulent faire taire les parlementaires élus par le peuple . Ce n'est pas parce qu’un britannique a voté pour le Brexit qu'il veut le Brexit que Boris Johnson compte faire.
Bref Johnson a un sens de la démocratie à géométrie variable: la souveraineté retrouvée ne sera pas celle du peuple.
Réponse de le 29/08/2019 à 5:33 :
Que peut il y avoir au dessus d'un référendum... RIEN, absolument rien et surtout pas une assemblée de parlementaires dont on sait fort bien que la moitié n'est pas élue mais annoblie par la Reine en UK. Si un référendum qui est la loi suprême directement votée par une nation devait être systématiquement contredite à chaque flambée contradictoire, il perdrait tout son sens et son utilité. Face à un référendum tout parlementaiore n'a plus qu'un seul devoir : accepter le choix du peuple qui a parlé. C'est celà le sens de la démocratie... et non pas de remettre sa souveraineté en cause.
Réponse de le 29/08/2019 à 13:07 :
Référendum ne veut pas dire démocratie. La démocratie, ce sont des instituions, des contre pouvoirs, des règles, des contraintes...
Si un référendum valide par exemple que les salaires doivent augmenter de 20%, retraite à 55 ans, et chomage 100% du salaire pendant 5 ans", ben même si il y a 80% de '"Oui", cela ne sera pas fait.
Réponse de le 29/08/2019 à 13:08 :
Donc il y a une chose au dessus du référendum, cela s'appelle la réalité.
Réponse de le 29/08/2019 à 14:33 :
Heu ? vous avez vu les élections Européennes ! Qui sort gagnant ? Les médias font leur boulot "anti brexit" c'est assez simple, pour le reste les Anglais (hors Londres) souhaitent le Brexit, difficile d'accepter un résutat (2 fois) et parler de démocratie.

1 millions de voix contre la suspension du parlement ? Et alors ? ça sert à quoi ? dire quoi ? qu'il y a des millions de pro UE ? En effet - de 50% !
en démocratie on appel ça une minorité !
Réponse de le 29/08/2019 à 17:49 :
@Le benêt du peuple
"Que peut il y avoir au dessus d'un référendum... RIEN, absolument rien"
Le peuple a voté pour un Brexit, pas pour que Johnson se l'approprie !
a écrit le 28/08/2019 à 21:31 :
Mais où donc se situe le problème ? Depuis le vote, on sait que l'issue recherchée par les anglais (plus que les "britanniques") c'est de sortir, EN NE PAYANT pas l'ardoise. A partir de là, TOUS les moyens sont bons...
a écrit le 28/08/2019 à 18:32 :
Il est parfois utile d'utiliser les armes de son adversaire bien moins "démocratique" qu'est l'UE de Bruxelles, car si on suit la logique démocratique de chaque nation, cet administration hors sol aura toujours le dernier mot!
Réponse de le 29/08/2019 à 13:14 :
L'UE est parfaitement démocratique, elle n'a pas besoin de suspendre le parlement européen pour avancer.
Réponse de le 29/08/2019 à 21:59 :
Merci pour votre confirmation!
a écrit le 28/08/2019 à 18:14 :
Les démocrates de passage sur cette page sentent cette fois le vent européiste tourner et ont peur de peur de perdre leur job, c' est à hurler de rire!
Vaut mieux suspendre un parlement...que suspendre un référendum, quand je lis les grands démocrates pro-UE défenseur de la démocratie cela prête à rire!
Réponse de le 28/08/2019 à 20:27 :
On peut toujours s'accrocher à un résultat de référendum pourtant bien peu convaincant (52% de leave avec une participation de 72%) ponctuel et obtenu au prix de mensonges éhontés. D'ailleurs comme ce résultat a surtout été obtenu par le vote de vieillards ignares, il est probable que beaucoup ont clapoté depuis. Ce n'est donc pas le respect du résultat de ce référendum (qui, comme tous les référendums, reçoit toujours une réponse à côté de la question posée) qui peut justifier que la Grande Bretagne jette par dessus bord les bases de sa démocratie, qui est d'essence strictement parlementaire.
Réponse de le 29/08/2019 à 10:43 :
@Bruno_bd. D'une part, le résultat du référendum est incontestable sur le plan de la démocratie (comme pour tout vote, les deux camps ont usé et abusé de tous les arguments, y compris la peur du côté remainers), d'autre part, il a été depuis confirmé par tous les sondages et surtout le vote aux européennes. Enfin, la suspension du parlement étant prévue dans la constitution (idem chez nous) elle est tout ce qu'il y a de plus démocratique. Du coup, c'est bien la démocratie elle-même qui vous gêne, à partir du moment où elle ne va pas dans votre sens.
Réponse de le 29/08/2019 à 10:58 :
@bruno-bd Parce que le camp du Remain financé par Soros l' euro-mondialiste qui hait les nations pour faire péter le Leave ;
le dernier sondage d' il y a 15 jours donnait pour l' anecdote à nouveau le Leave gagnant malgré les tombereaux d' agitation du Project Fear et
ce dans tous les médias, cher petit européiste aux abois...
Réponse de le 29/08/2019 à 10:59 :
@ bruno_bd

"Une décision des plus ambigües (52% de leave avec 72% de participation)" "Une telle volonté ne se respecte pas, elle ne mérite que d'être foulée aux pieds." Drôle de vision de la démocratie ? mais alors que dire de l’élection de Mr MACRON élu avec 43.6% des votants (74.4%), alors que le total de l'abstention et des votes blancs et nuls atteint 34%, selon vous, doit on considérer l’élection de Mr MACRON comme nulle, et donc ne pas la respecter, et la foulée aux pieds ?
Réponse de le 29/08/2019 à 13:16 :
Hitler a parfaitement utilisé le référendum pour museler son parlement.
Erdogan a essayé, mais c'est plus compliqué.
Oui, il vaut mieux suspendre un référendum qu'un parlement, c'est une évidence.
Réponse de le 29/08/2019 à 13:50 :
Incontestable... de quel point de vue?

52% de 72% ne font pas une majorité absolue, loin de là.

Ce référendum n'avait qu'une valeur consultative, le gouvernement n'avait aucune obligation constitutionnelle d'en tenir compte et encore moins de réaliser une sortie de l'UE.

Si Cameron a cru devoir le faire, c'est d'abord le problème des anglais (et des écossais, et des irlandais), mais les européens sont également concernés. A ce titre ils ont le droit de faire valoir leurs arguments.
Réponse de le 29/08/2019 à 15:59 :
"D'ailleurs comme ce résultat a surtout été obtenu par le vote de vieillards ignares"
Bref, un peu comme nous avec Macron.

" il est probable que beaucoup ont clapoté depuis".

Pas certain, la génération des peace and love à la peau dure c''est d'ailleurs avec elle que notre gouvernement justifie une hausse de la durée de vie dans notre pays pour augmenter l'âge de la retraite, c'est pour dire.Et quand on regarde bien, la fourchette est de 64 à 75 ans aujourd'hui ,y a donc encore de la marge.
a écrit le 28/08/2019 à 18:10 :
La Reine accepte la demande de Boris Johnson de suspendre les travaux du Parlement.
Réponse de le 28/08/2019 à 20:45 :
Va falloir bientot qu'elle demande un passeport pour retourner à Balmoral...
a écrit le 28/08/2019 à 17:49 :
Mon dieu : un prime minister qui respecte une décision du peuple.... mais où va t'on ???

Vite un plan européen en forme de tomber de culotte pour empêcher ce désastre....!
Réponse de le 28/08/2019 à 21:32 :
Une décision des plus ambigües (52% de leave avec 72% de participation) et obtenue au prix des pires mensonges : le NHS ne recevra pas un cent de plus du fait du brexit, le tout en s'appuyant sur la fraction de la population qui gobe sans réfléchir les fake news distillées par les torchons qu'on y nomme tabloïds. Une telle volonté ne se respecte pas, elle ne mérite que d'être foulée aux pieds.
Réponse de le 29/08/2019 à 11:00 :
@bruno-bd Propagande européiste, vous perdez prise et la situation n' est plus sous le contrôle des européistes en passe d' être bannis
et vous n' avez pas prise malgré votre désinformation ....
Réponse de le 29/08/2019 à 13:18 :
Le peuple n'a rien décidé, il a juste dit "on s'en va". Comme un ado pas content qui quitte la maison familiale.
Et là, confronté à la réalité du monde, il se dit" Euh... J'hésite, je me suis peut etre trompé".
a écrit le 28/08/2019 à 17:12 :
Au RU, c'est un peu chaotique...
On voit les limites du processus référendaire. D. Cameron: où est-t-il ?
Cordialement
a écrit le 28/08/2019 à 16:52 :
Un type qui a été désigné à la main levée par 90 000 fanatiques de son partis et qui maintenant suspend le parlement comme cela lui chante. Elle n'est pas si vertueuse que cela, cette "bonne vieille" démocratie anglaise que l'on ne cessait de nous montrer en exemple, jusque dans nos livres d'histoire.
Réponse de le 29/08/2019 à 10:44 :
C'est vrai que c'est affreux, un premier ministre qui veut appliquer la volonté du peuple démocratiquement exprimée.
a écrit le 28/08/2019 à 15:13 :
A t'il seulement encore une majorité au parlement?

Aux dernières nouvelles, celle ci ne tenait plus qu'à une seule voix et c'était avant ce "putsch" qui fait hurler même dans son camp.
a écrit le 28/08/2019 à 15:05 :
Et c'est BoJo qui racontait que la CE n’était pas une démocratie et que le Backstop est " antidémocratique ", juste un guignol qui suspend la démocratie, il n'en a absolument rien a faire, ni aucune idée, ni aucune valeur....un pseudo-dictateur dangereux pour tout le monde !
a écrit le 28/08/2019 à 14:47 :
La GB a donc le choix, se soumettre au Diktat Franco-Allemand ou se livrer poings et pieds lies au USA de Trump.
Réponse de le 29/08/2019 à 10:45 :
Le monde est vaste, même s'il est vrai que les Américains sont cousins des Britanniques.
a écrit le 28/08/2019 à 14:39 :
POUR EMPÊCHER LES PARLEMENTAIRES BRITANNIQUES DE TORPILLER ENCORE ET ENCORE LE BREXIT, BORIS JOHNSON DÉCIDE DE REPORTER AU 14 OCTOBRE LA RENTRÉE PARLEMENTAIRE.
L'opposition européiste, qui voulait profiter des semaines à venir pour empêcher le Brexit et le reporter aux calendes comme elle le fait depuis 3 ans, crie évidemment au scandale. Elle ose affirmer que sortir de l'UE reviendrait à placer le Royaume-Uni sous la dépendance complète des États-Unis, comme si les pays de l'Union européenne n'était pas déjà totalement vassalisés par Washington cf "qui gouverne réellement la France et l' Europe" de F Asselineau.

Boris Johnson réplique qu'il restera à l'opposition deux semaines pour faire valoir son point de vue avant le 31 octobre.

Au total, le nouveau Premier ministre britannique est en train de tout mettre en place pour parvenir à un Brexit sans accord le 31 octobre.
Source Upr.
Trois longues années que les parlementaires britanniques refusent au peuple anglais l' item pour lequel ils ont voté à la majorité cad le Brexit, il était temps de remettre les pendules anglaises à l' heure de la DEMOCRATIE.
Brexit, Frexit même combat, comme une urgence..
Réponse de le 28/08/2019 à 17:07 :
Résultats élections européennes 2019
Parti Animaliste : 2.16%
Ensemble pour le Frexit (UPR) : 1.17 %
Conclusion: en France, UPR ne représente rien.
Cordialement
Réponse de le 28/08/2019 à 17:30 :
@Bernardino Et 1 % de temps médiatique pour l' UPR logé sous le boisseau quand Macron not démocrate annonce en se lâchant à la BBC que si on demandait leur avis sur le Frexit aux ..français, celui-ci serait très probablement majoritaire en France,
"Macron ayant déclaré sur la BBC que le « Frexit » est majoritaire parmi les électeurs français, l’UPR lui demande de cesser ses « initiatives européennes » illégitimes et de respecter la démocratie en organisant un référendum sur la sortie de l’UE."
Macron et les néolibéraux aux manettes clivent et divisent pour régner mais jusqu' à quand ..? Cordialement,
Réponse de le 28/08/2019 à 19:35 :
@Gédéon 28/08/2019 17:30
Combien de temps médiatique pour le parti animaliste ?
Cordialement
Ps: ce n'est pas la peine de répondre....
Réponse de le 28/08/2019 à 21:36 :
@bernardino : il y a des gens et des idées respectables chez les animalistes, et en plus de ça le beagle de l'affiche européenne des animalistes avait une bonne tête. Rien de tout cela à l'UPR... et sur leur affiche il y avait Asselineau.
Réponse de le 29/08/2019 à 11:03 :
@bruno_bd Réponse médiocre d' une pilier de page européiste, propagandiste de l' UE qui fait le choix de l' attaque ad hominem ..
Réponse de le 29/08/2019 à 14:05 :
@bernardino

"Combien de temps médiatique pour le parti animaliste ?"

Pas besoin, quelques vidéos de L214 dans les JT juste avant font l'affaire.
a écrit le 28/08/2019 à 13:18 :
Et dire que les Brexiters trouvent qu'un nouveau référendum serait un "déni de démocratie". Et court circuiter le Parlement, c'est quoi ? Balayer d'un revers de main les demandes irlandaises ou écossaises, c'est quoi ? :-)
Réponse de le 29/08/2019 à 10:47 :
Cela fait 3 ans que des parlementaires majoritairement élus sur la promesse d'appliquer le Brexit usent de toutes les ficelles pour le torpiller. C'est sans doute assez, non?
a écrit le 28/08/2019 à 12:47 :
Saut erreur de ma part on appelle ça un putsch. Espérons que le moment venu, c'est à dire une fois la démocratie rétablie au Royaume-Uni, BoJo devra en rendre des comptes devant la justice de son pays. Quand on pense aux levées de boucliers que suscite un simple 49-3 en France (qui laisse quand même au parlement la possibilité d'émettre un vote négatif...).
Réponse de le 28/08/2019 à 13:18 :
La constitution Britannique (qui n'est pas écrite) le permet. C'est une tactique illégitime mais pas illégal.
Réponse de le 28/08/2019 à 21:39 :
Le 49-3 est aussi constitutionnel. Espérons donc que le Parlement mettra BoJo au tapis sans ménagement dès le 3 septembre, lui rendant ainsi la monnaie de sa pièce.
a écrit le 28/08/2019 à 12:22 :
Légalement le gouvernement ne pourra pas suspendre le parlement plus de 15 jours suite à une loi votée récemment qui impose au gouvernement de rendre compte régulièrement au parlement de l'avancée des tractation en Ulster entre le sinn fein et les unionistes.

Ensuite, il faut l'accord de la reine, puisque c'est elle qui ouvre, ferme et suspend les sessions parlementaires. Jusqu'ici elle a toujours obtempéré sans interférer avec la volonté des premiers ministres, mais il n'y a jamais eu un tel enjeu.

La Reine est responsable de l'unité du royaume et du respect de la "constitution" et du fonctionnement démocratique du royaume.
Il se pourrait qu'elle refuse cette suspension au nom des intérêts supérieurs du pays.

Le parlement ne serait donc pas dépossédé de son pouvoir et devrait se prononcer sur la sortie sans accord. On sait que Johnson en sortirait battu.

La reine ouvrirait probablement une crise sans précédent, mais le pays la suivrait surement, y compris nombre de députés conservateurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :