Brexit : l'UE ouverte aux négociations après la victoire de Boris Johnson

 |   |  578  mots
(Crédits : Hannibal Hanschke)
Les Européens se sont dits "prêts" vendredi à négocier avec le Royaume-Uni la future relation, quelques heures après la large victoire du Premier ministre Boris Johnson aux législatives, qui ouvre la voie à un Brexit le 31 janvier.

Après la victoire de Boris Johnson, l'UE doit désormais faire face à la sortie effective de la Grande-Bretagne, prévue pour le 31 janvier 2020, et une redéfinition de ses rapports avec l'île. Un défi pour lequel "nous sommes prêts", a lancé le président du Conseil européen Charles Michel au deuxième jour d'un sommet européen à Bruxelles. "Nous avons défini nos priorités". Le Belge espère "une ratification rapide par le parlement britannique" de l'accord de sortie négocié entre Londres et l'UE, "afin que l'on puisse démarrer dans la sérénité, tranquillement, mais avec une grande détermination, la négociation sur la phase suivante".Les Européens veilleront tout particulièrement "à l'intégrité du marché intérieur" et à ce que la future relation garantisse des règles du jeu équitables ("level playing field") entre les deux parties, a-t-il insisté.

Boris Johnson s'est imposé vendredi comme l'homme fort du Royaume-Uni après son triomphe aux législatives qui devrait lui permettre d'honorer sa promesse de sortir son pays de l'UE le 31 janvier. Les résultats publiés jusqu'à ce vendredi matin ont confirmé la tendance donnée par les premières estimations : nune majorité écrasante pour les conservateurs, qui n'avaient plus exercé un tel contrôle sur le Parlement britannique depuis Margaret Thatcher. Les 27 dirigeants européens doivent charger vendredi l'actuel négociateur de la Commission européenne sur le Brexit, Michel Barnier, de négocier cette relation commerciale étroite avec le Royaume-Uni. Selon la dernière version de leurs conclusions, vues par l'AFP, ils vont réaffirmer leur soutien à un "retrait ordonné" du Royaume-Uni "sur la base de l'accord" signé par Boris Johnson lors du précédent sommet, en octobre.

"Equilibre"

Ils appellent de leurs voeux une "future relation aussi étroite que possible avec le Royaume-Uni" tout en soulignant qu'elle devra être "fondée sur un équilibre des droits et obligations et garantir des règles du jeu équitables" en matière de concurrence. Le traité sur le retrait du Royaume-Uni prévoit une période de transition jusqu'au 31 décembre 2020, pendant laquelle les Britanniques continueront d'appliquer les règles européennes et d'en bénéficier. Mais la plupart des experts doutent que ce délai soit suffisant pour négocier la future relation.

Lire aussi : Brexit : victoire triomphale de Boris Johnson aux législatives britanniques

Le gouvernement britannique a jusqu'au 1er juillet pour demander une extension de cette période, date à laquelle il ne pourra présenter qu'une demande unique: un ou deux ans supplémentaires. Mais Boris Johnson a affirmé qu'il ne comptait pas demander une telle extension, ce qui laisse l'incertitude planer sur les relations futures entre Londres et l'UE. "Il faut rebâtir des relations avec la Grande-Bretagne qui est un partenaire important", a affirmé vendredi le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, sur la radio RTL. "La Grande-Bretagne est un partenaire très important de l'UE, mais nous sommes et de loin le premier partenaire commercial de la Grande-Bretagne", a rappelé le Français.

"Il faut que les normes sociales, environnementales qui s'appliquent au niveau de l'UE soient bien appliquées dans le cadre des échanges" avec la Grande-Bretagne, a-t-il prévenu. La présidente de la Commission européenne, l'Allemande Ursula von der Leyen avait elle affirmé dans la nuit que Bruxelles se mettrait rapidement au travail pour fixer le cadre de ces négociations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2019 à 12:04 :
L'UE est encore une fois humiliée dans cette histoire, jamais elle n'avait imaginé qu'un pays veuille s'en libérer.

Le déclin c'est encore plus long vers la fin.
a écrit le 14/12/2019 à 14:04 :
Huit ans de négociations avec le Canada, quinze avec le Mercosur (?) ce qu'il faut est déjà de savoir comment ça fonctionnera "temporairement" une fois le Brexit en marche, une simple transition avant des accords futurs à négocier point par point. A voir quels seront les magnifiques accords avec les USA, se méfier des annonces tonitruantes, ça peut-être magnifique uniquement pour l'Oncle d'Amérique. Wait & see.
a écrit le 13/12/2019 à 20:37 :
Enfin une bonne nouvelle .Les britanniques vont faire la c . bêtise du siècle .Demander à sortir de l'Union Européenne Pour obtenir un statut très proche sans droit à discussion ou rien du tout.
a écrit le 13/12/2019 à 17:36 :
Pour la 3 ièm fois l'UE se prend une tarte, ils doivent aimer ça !
BOJO va les faire plier sur tout, cette fois l'arrogance de l'UE va coûter cher !
Bravo c'est super bien joué avec un super timing, l'UE est complètement disloqué, l'industrie en mutation, tout change. L'époque est au repli et à plus performant, l'UE c'est l'A380 reste plus qu'à tout démanteler tranquillement, les Anglais sont justes les premiers !.
Réponse de le 13/12/2019 à 17:59 :
Je ne vois ps en quoi l'UE prend une tarte. Maintenant que les choses sont claires après des mois atermoiements. Il va falloir maintenant que l'UK paie l'ardoise de 45 milliards d'euros pour les engagements pris avec l'UE.
a écrit le 13/12/2019 à 14:04 :
Encore un délai ? Mais ils se moquent vraiment du monde ! Les négociations avaient déjà eu lieu, c'est ce que l'UE disait avant les élections et c'était à prendre ou à laisser. Peut-on être à ce point "collant"...
Réponse de le 14/12/2019 à 14:08 :
négociations de transition, pas sur le long terme, sachant que l'incertitude est néfaste (si un point juridique n'est pas réglé, comment le gérer le jour où il survient ? Être dehors veut dire avoir des règles différentes si envie, la viande aux hormones, miam, le poulet javellisé, super mais que ça reste sur l'île GB.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :