En Europe, l'industrie dans le rouge fin 2019

 |   |  703  mots
(Crédits : © Dave Kaup / Reuters)
L'activité du secteur industriel de la zone euro s'est contractée en décembre pour le 11e mois consécutif, montre l'enquête mensuelle d'IHS Markit, qui suggère qu'une amélioration début 2020 est peu probable.

L'industrie européenne continue de souffrir. Selon les derniers résultats du cabinet Markit publiés ce jeudi 2 janvier, la contraction du secteur manufacturier s'est amplifiée au mois de décembre. L'indice PMI qui mesure l'activité a fléchi passant de 46,9 à 46,3 entre novembre et décembre. Il reste ainsi sous le seuil fatidique des 50 points pour le 11ème mois consécutif. L'activité apparaît en progression lorsque l'indice dépasse 50 points et un score inférieur à ce niveau témoigne d'une baisse de l'activité. Le chef économiste, Chris Williamson s'est montré pessimiste pour 2019.

"Le secteur manufacturier de la zone euro a terminé l'année 2019 sur une note très décevante, l'enquête de décembre mettant en évidence le plus fort repli de l'activité manufacturière depuis 2012. Les dernières données PMI préfigurent ainsi une baisse de la production industrielle de l'ordre de 1,5 % au quatrième trimestre, ces mauvaises performances risquant de peser fortement sur la croissance économique globale de la région".

L'Allemagne toujours dans le rouge

Les déboires de l'industrie allemande se prolongent. L'indice PMI s'est de nouveau contracté entre novembre et décembre pour atteindre 43,7, soit le plus bas niveau des 8 pays étudiés. La premières puissance économique de la zone euro reste plongée dans de profondes difficultés liées à une industrie exposée aux soubresauts de l'économie mondiale et aux exigences environnementales. Si le taux de chômage et l'emploi résistent au niveau global, les destructions de postes signalés par les industriels allemands pourraient avoir des répercussions sur l'économie outre-Rhin. L'industrie italienne, confrontée à une très faible croissance depuis des années, a enregistré sa plus forte contraction depuis plus six ans et demi. Aux Pays-Bas, la conjoncture de la production industrielle est également morose.

La France au ralenti

La morosité gagne également les industriels tricolores. En effet, les économistes de Markit indiquent que "le secteur manufacturier français a enregistré sa plus faible croissance depuis trois mois en décembre, tendance reflétant notamment un ralentissement de la hausse de la production et un retour à la baisse des nouvelles commandes". L'environnement international a pesé en fin d'année sur l'appareil industriel hexagonal. Les économistes de l'Insee et ceux de la Banque de France insistaient particulièrement sur ce point lors de leurs dernières projections en décembre dernier. Selon les conjoncturistes, la croissance du PIB devrait néanmoins se maintenir autour de 0,3% même si de nombreuses incertitudes subsistent sur la durée du mouvement social en France.

Des signes d'apaisement

Malgré ces chiffres décevants, quelques signaux favorables sont apparus ces dernières semaines. Après de multiples reports, le Brexit devrait se réaliser à la fin du mois de janvier. Il reste que ce divorce n'est que le que le début de nouvelles négociations commerciales entre l'Union européenne et le Royaume-Uni qui peuvent également jouer les prolongations, surtout que tous les scénarios restent sur la table.

Sur le front de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, il semble qu'une période de relatif apaisement pourrait se profiler. Le 31 décembre, Donald Trump a indiqué qu'il signerait le 15 janvier, à la Maison blanche, la "phase 1" de l'accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis avant de se rendre à Pékin "à une date ultérieure" pour lancer la prochaine étape des discussions. Lors d'un point presse à la mi-décembre, le chef du département de la conjoncture à l'Insee, Julien Pouget estimait que "certaines incertitudes se réduisent un peu".

"La perspective d'un Brexit dur semble s'éloigner compte tenu de l'accord négocié il y a deux mois et des résultats des élections générales. Les Etats-Unis soufflent le chaud et le froid sur les négociations commerciales mais ils semblent désireux de vouloir aboutir à un accord avec l'élection présidentielle à venir [...] Sur le plan économique, la crainte d'un retournement conjoncturel global semble s'atténuer. En même temps, on peine à discerner les facteurs qui seraient susceptibles de redonner du souffle à l'économie mondiale. Il faut se contenter d'un tableau en clair obscur avec des facteurs de soutien monétaire et budgétaire".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2020 à 2:59 :
Le gouvernement Micron s’intéresse plus aux colifichets et autres effets de manche qu'à l'industrie ou à l'agriculture
a écrit le 03/01/2020 à 2:31 :
et tous les industriels avaient prévu que la voiture électrique serait une catastrophe. Seuls les rentiers écolo ponctionnaires voulaient la voiture électrique !
a écrit le 02/01/2020 à 19:28 :
Il est plus que temps de démonter cette UE mortifère qui condamne tous les peuples à l' austérité et qui ne sait produire autre choses qu' une récession institutionnalisée depuis plus de dix ans et des GJ et des grèves à domicile.

Pour 2020 le militant que je suis souhaite au rassemblement UPR fort de désormais 38 517 adhérents de poursuivre avec le succès qu'il mérite, que le Brexit se passe au mieux afin que les européens constatent l'escroquerie et l'enfumage de la prétendue "construction" européenne qui possède désormais 80% des manettes de notre pays et qui est entrain de détruire et de tiers-mondialiser le peuple français..
UPR, Frexit, vite-
Réponse de le 03/01/2020 à 5:30 :
"Il est plus que temps de démonter cette UE mortifère qui condamne tous les peuples à l' austérité et qui ne sait produire autre choses qu' une récession institutionnalisée depuis plus de dix ans" : Tout-à-fait d'accord Gédéon.
L'Europe va s'effondrer et je ne la pleurerai pas !
Mais je n'ai pas quitté l'UPR pour y retourner....
Réponse de le 03/01/2020 à 11:35 :
Mouais.. sauf que si l'union européenne s'effondre, la France s'écroulera définitivement car nous seront laminés économiquement.

Si à 500 Million on est incapable de rivaliser face à la Chine, l'Inde ou les Etats-unis, c'est pas avec nos 70 millions d'habitants qui consomment en masse des produits importés (plutôt que français sinon on n'en serait pas là) qu'on s'en sortira.

Mais bon si cette idée peut contribuer à votre bonheur, tant mieux pour vous.
a écrit le 02/01/2020 à 18:10 :
Une bonne nouvelle selon les marchés financiers européens aujourd'hui euphoriques !
a écrit le 02/01/2020 à 17:53 :
La production industrielle dépend de la disponibilité des ressources naturelles. Or, celles-ci s'épuisent. Donc, il est normal que la production industrielle diminue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :