Grèce : le ministre des Finances Yanis Varoufakis démissionne

 |   |  210  mots
Je considère qu'il est de mon devoir d'aider Alexis Tsipras à exploiter, comme il l'entend , le capital que le peuple grec nous a accordé par le référendum d'hier, précise Yanis Varoufakis.
"Je considère qu'il est de mon devoir d'aider Alexis Tsipras à exploiter, comme il l'entend , le capital que le peuple grec nous a accordé par le référendum d'hier", précise Yanis Varoufakis. (Crédits : © Alkis Konstantinidis / Reuter)
Yanis Varoufakis explique que l'Eurogroupe aurait souhaité son "absence" des réunions, et qu'Alexis Tsipras aurait considéré une telle option comme utile à la conclusion d'un accord.

Rebond inattendu dans le feuilleton grec lundi matin. Au lendemain de la victoire du "non" au référendum sur les propositions des créanciers d'Athènes qu'il avait soutenues, le ministre des Finances Yanis Varoufakis a annoncé sa démission.

Il s'est ainsi expliqué sur son blog:

"Peu de temps après l'annonce des résultats du référendum, on m'a informé d'une certaine préférence de certains membres de l'Eurogroupe, et de 'partenaires' associés, (...) pour mon 'absence' des réunions; une idée que le Premier ministre (Alexis Tsipras) a jugé potentiellement utile à l'obtention d'un accord. Pour cette raison je quitte le ministère des Finances aujourd'hui."

Un "non" qui doit devenir un "oui"

"Je considère qu'il est de mon devoir d'aider Alexis Tsipras à exploiter, comme il l'entend , le capital que le peuple grec nous a accordé par le référendum d'hier", précise-t-il.

Yanis Varoufakis estime en effet "essentiel" que le "non" soit "investi immédiatement" dans "un accord impliquant une restructuration de la dette, moins d'austérité, une redistribution en faveur des gens dans le besoin et de réelles réformes".

"J'endosserai l'aversion des créanciers avec fierté", conclut Yanis Varoufakis, qui assure continuer de soutenir le gouvernement d'Alexis Tsipras.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2015 à 8:30 :
" l'Eurogroupe aurait souhaité ...son absence ..." : ILS L'ONT VIRE !
s'il doit se retrouver ...à la rue ..., Tsipras pourrait peut etre le recycler ...en collecteur d'impots ...par exemple .
a écrit le 06/07/2015 à 17:04 :
Quand le ministre allemand des Finances parle d'un "programme d'aide humanitaire" pour la Grèce, c'est normal. En revanche, quand l'ironie est maniée en sens inverse, c'est irrespectueux et insultant... Si l'Union Européenne n'existait pas, il faudrait l'inventer !
Réponse de le 06/07/2015 à 17:42 :
bah faut savoir, c'est pas Tsipras/Syriza qui parlait de crise humanitaire en Grece justement?
Réponse de le 06/07/2015 à 18:47 :
Eh oui, vous avez raison, le "cinquième colonne" des américains va retourner à sa patrie bien-aimée et reprendre son poste de professeur dans une université du Texas. Qui dirait…..
Réponse de le 06/07/2015 à 19:51 :
@Kotcho: Varouf n'est pas professeur, mais "visiting professor". Cela veut dire que dans le cadre des accords entre universités occidentales, il a fait 1 ou plusieurs conférences à l'Université d'Austin. Nous vivons dans une société de marketing qui a tendance à tout exagérer :-)
Réponse de le 06/07/2015 à 22:26 :
Je trouve que vous au contraire, vous avez tendance a dénigrer, sans trop savoir d'ailleurs ce que signifie "visiting professor".
Bref, Varoufakis habite depuis plusieurs années a Austin, vous en déduirez ce que vous voulez !
Réponse de le 07/07/2015 à 9:11 :
@Patrickb: il habite à Austin, banlieue d'Athènes nest-ce pas :-) et "visiting" veut dire "visitant", mais encore faut-il parler anglais pour connaître la signification :-)
a écrit le 06/07/2015 à 16:34 :
Deux des principaux responsables de Syriza viennent de confirmer que c'était un référendum pour rire, où il n'avait jamais été question de sortir de l'euro : . a)- Gabriel Sakellaridis, porte-parole du gouvernement, vient de déclarer que « les négociations qui vont s'ouvrir doivent déboucher très rapidement, peut-être même d'ici 48 heures ». . b)- Nikos Filis, porte-parole du groupe parlementaire de Syriza, a renchéri : « Je pense que cela montre une orientation au gouvernement, pour avancer rapidement vers la recherche d'un accord et vers la normalisation du système bancaire ». . Cette confiance affichée dans l'imminence d'un accord tend à confirmer l'existence d'un accord secret préalable de Tsipras pour accepter toutes les conditions des créanciers. Je rappelle que le Financial Times a donné la primeur de cet accord à ses lecteurs dès le 1er juillet : http://www.ft.com/…/tsipras-prepared-accept-all-bailout-con… . Etonnant, non ? SYRIZA, un parti pour rire uniquement destiné à détourné l'attention sur ses intentions profondément européïstes..
Réponse de le 06/07/2015 à 17:18 :
Ca fait presque 6 mois que l'UPR nous annonce qu'un jour Tsipras va ceder, que tout ça n'est qu'un cirque destiné a détourner l'attention. En attedant, ça fait 6 mois que l'UPR se trompe, il serait peut être temps de changer de disque ?
Réponse de le 06/07/2015 à 18:00 :
@Dimitri: il faut en effet changer de disque et prendre une décision courageuse en virant la Grèce de l'UE. Chacun se renvoie la balle et cette situation n'est bonne pour personne, en particulier le contribuable européen pris en otage !!!
Réponse de le 06/07/2015 à 22:29 :
Virer la Grece de l'euro serait malheureusement la solution la plus couteuse. Un cabinet d'analyste a chiffré plusieurs scénarios, et l'effacement d'un tiers de la dette grecque serait la solution la plus économique tout en permettant une relance efficace du pays ! Mais le sujet est tabou du coté allemand, qui manque de pragmatisme !
a écrit le 06/07/2015 à 16:28 :
Maintenant, il faut pousser l'avantage, sortir de cette Union mortifère qui n'a fait qu'aggraver les maux grecs..
a écrit le 06/07/2015 à 14:54 :
Je pense que la situation n'évoluera pas par la démission de Varoufakis ... Il y a quelques mois, le fait qu'il ait été relégué au second plan dans les négociations n'a pas empêcher les choses de 'envenimer... D'ultimatums en ultimatums : ce n'était juste qu'un prétexte, espérant de voir la position de Syriza s'affaiblir .... La prochain ministre des finances grec, même si le style sera moins provoquant que celle de Varoufakis, fera exactement les mêmes constats que son prédécesseur .... Tout ça pour se sauver la face ! L'attitude de l'UE est des plus médiocres !
Réponse de le 06/07/2015 à 15:30 :
L'UE n'a probablement rien a voir avec le départ de varoufakis, et ce car, comme vous le dites, le fond ne changera pas. Donc Varoufakis ne change pas la donne pour trouver ou pas un accord. En réalité, ca ressemble surtout a un gage fait pas Tsipras aux Européens en vue des negociations de demain. Gage dont varoufakis etait d'ailleurs peut etre au courant des avant le referendum.
Réponse de le 06/07/2015 à 16:38 :
@sakis: l'UE est médiocre, les créanciers sont des terroristes, etc. C'est peut-être une excellente occasion pour les Grecs de sortir de l'UE, non :-)
a écrit le 06/07/2015 à 14:36 :
Dans le monde virtuel (référentiel melenchoniste où tout est merveilleux et tout le monde, il est gentil et et il est beau), on ne peut qu'applaudir. Il a explosé les compteurs. Les banques sont fermées mais les gens sont en liesse. Ils ont fait la fête, se sont embrassés et rererererereveulent négocier. L'abandon de la dette grecque contre 1 tonne de sable et des coquillages. Ils promettent également des rencontres gratuites les 6ers mois pour serrer la main de Tsipras...

Dans le monde réel, les banques sont fermees, les gens vont bientôt faire la tête. Une nouvelle monnaie pipeau va entrer en circulation. La dette va continuer à grimper. Ils auront peut etre droit à leur rideau de fer comme les russes si Tsipras n'est pas Charlie.

Non, la France prendra ses pertes mais refusera de perdre 1 euro de plus.
Réponse de le 06/07/2015 à 16:41 :
@il est extraordinaire
rigolo, qu'est qui vous permet de croire que vous représentez la France et pouvez parler en son nom?
Réponse de le 06/07/2015 à 19:11 :
@oreste06: personne ne représente jamais autre chose que sa propre personne, tout simplement parce que nous avons chacun nos propres intérêts. Cela dit, et le vote de la Grèce l'a démontré (y en avait pas vraiment besoin tellement c'était évident), si on demande aux gens de payer, on obtient un NON massif. Et pas besoin d'aller en Grèce pour le constater :-)
a écrit le 06/07/2015 à 13:59 :
Un politique qui a mon respect meme si je ne suis pas tjrs d accord avec lui..
a écrit le 06/07/2015 à 13:30 :
Je lui tire mon chapeau, dommage qu'il parte. C'est rare de voir un homme politique intelligent avec autant de cran et d' honnêteté! Un grec qui fait honneur à son pays et réécrit l'histoire de la démocratie et de la sagesse!
Une Grecque fière de l'être,
M.P.
Réponse de le 06/07/2015 à 14:30 :
@Miky: 1) la démocratie ne dicte-t-elle pas qu'on demande aux autres pays de la zone euro s'ils veulent continuer à payer pour les Grecs. 2) t'inquiètes pas pour Varouf, on sait que sa place c'est le Muppet Show et on s'attend bien entendu à le revoir dans un autre épisode. Pour l'instant, il repart en Australie où il peut sortir plus de 50 euros par jour de son compte en banque :-)
Réponse de le 06/07/2015 à 14:52 :
Ne prenez surtout pas ce risque car cela serait l'occasion d'avoir enfin un vrai débat sur l'euro et le fonctionnement de la commission européenne. Et la ?
Réponse de le 06/07/2015 à 15:14 :
1) la démocratie ne dicte-t-elle pas qu'on demande aux autres pays de la zone euro s'ils veulent continuer à payer pour les Grecs.?... Mais Chiche... allez-y on ne vous retient pas, bien qu'on sait très bien qu'en France... un référendum c'est pour beurre, cela ne compte pas. Evidement, vous étiez pas nombreux à geuler quand l'état Français c'est porté garant et a repris toutes les créances pourries grecques des BNP, SG et du CA (en se sucrant au passage). Personne n'a demandé référendum a ce moment là... La Grecophobie c'est toujours plus facile comme position politique, que de combattre l'oligarchie financière "too big to fail"... Hein Patrickb?
Réponse de le 06/07/2015 à 15:33 :
@Francis: c'est l'Eurogroupe qui fait prend les decisions sur l'Euro, pas la Commission Européenne. En fait, quasiment toutes les decisions sont du fait de gouvernements Européens, au cas ou vous l'ignoriez. Le pouvoir decisionnel de la Commission se résume a faire respecter le droit voté par les gouvernements élus et le parlement européen élu.
a écrit le 06/07/2015 à 12:29 :
Il a joué exactement le rôle qu'il avait prévu avec Tsipras dans la cadre de la négociation. Bravo à lui. Il peut commencer à écrire son livre: "Hard times: how we solved the Greek debt crisis".
Réponse de le 06/07/2015 à 14:22 :
Un peu à coté de la plaque votre commentaire, mais j'aurais encore une toute dernière chose à vous dire, mon très cher Viktor : En tant que gros poisson, vous devriez rester plutôt sur vos gardes parce qu'il ne faut pas se fier aux appâts rances … Réfléchissez-y.
a écrit le 06/07/2015 à 12:15 :
On attends avec impatience les commentaire de KidA et bruno_bd, qui hier encore nous affirmaient sans sourciller que Varoufakis s'accrocherait au pouvoir et ne démissionnerait pas meme en cas de victoire du OUI. Savoureux !
Réponse de le 06/07/2015 à 15:34 :
Je vous met au défi de trouver un seul de mes commentaires disant cela de Varoufakis.
Bon courage pour trouver ce qui n'existe pas.
a écrit le 06/07/2015 à 12:13 :
Deux des principaux responsables de Syriza viennent de confirmer que c'était un référendum pour rire, où il n'avait jamais été question de sortir de l'euro : . a)- Gabriel Sakellaridis, porte-parole du gouvernement, vient de déclarer que « les négociations qui vont s'ouvrir doivent déboucher très rapidement, peut-être même d'ici 48 heures ». . b)- Nikos Filis, porte-parole du groupe parlementaire de Syriza, a renchéri : « Je pense que cela montre une orientation au gouvernement, pour avancer rapidement vers la recherche d'un accord et vers la normalisation du système bancaire ». . Cette confiance affichée dans l'imminence d'un accord tend à confirmer l'existence d'un accord secret préalable de Tsipras pour accepter toutes les conditions des créanciers. Je rappelle que le Financial Times a donné la primeur de cet accord à ses lecteurs dès le 1er juillet : http://www.ft.com/…/tsipras-prepared-accept-all-bailout-con… .
Etonnant, non ? SYRIZA, un parti pour rire uniquement destiné à détourné l'attention sur ses intentions profondément européïstes..
Réponse de le 06/07/2015 à 12:31 :
C'est ce que Varoufakis répétait toute la semaine dernière. Fallait juste l'écouter.
Réponse de le 06/07/2015 à 13:08 :
@Viktor En effet, sauf que SYRYZA est un parti leurre, fiancé par Soros et destiné à ancrer la Grèce dans l' Europe américaine... Etonnant non ..?
Réponse de le 06/07/2015 à 17:21 :
C'est beau comme un discours de Francois Asselineau !
UPR ?
a écrit le 06/07/2015 à 12:12 :
Deux réflexions à chaud:
- La manière d'aborder les négociations n'a pas été efficace. D'une part Tsipras a du cède sur toutes les demandes et d'autre part la relation est franchement détériorée.
- Je mets en doute la spontanéité, de cette décision. Je pense que ceci était déjà décidé mais île gouvernement grec ne voulait pas le dire avant le référendum. Cela aurait jette le trouble sur le choix du NON.
a écrit le 06/07/2015 à 11:53 :
Yanis Varoufakis est maintenant libre, il est le Ministre des Finance dont la France à un impérieux besoin ;

le piètre gouvernement Valls en total échec sur tous les plans, désordres sociaux, envahissement du chômage, abandon de la souveraineté Française sous le joug et la schlague européoallemande

Hollande peut révoquer immédiatement ce groupuscule Valls et reconstruire un nouveau gouvernement avec Yanis Varoufakis ministre des Finances, un homme d'Etat au dessus du lot, qui permettra de mettre en évidence les kolossales carences et gros travers de Mme Lagarde au FMI, le FMI pouvant réintégrer DSK.
a écrit le 06/07/2015 à 11:50 :
pour reconnaître les billets de la Grèce : http://www.ctms.fr/content/16-d-ou-vient-votre-billet-euro-

Nos politiques sont assez tordus pour faire passer l'information après .... dès fois que !!!!!
a écrit le 06/07/2015 à 11:44 :
Bravo, quelle abnégation !

Il est effectivement probable qu'il laisse sa place pour favoriser l'obtention d'un accord.
Les créanciers voulaient sa tête, il leur donne pour qu'ils reviennent à la table des négociations.

Difficile à comprendre pour la plupart chez nous, tant nos ministres considèrent leur intérêt personnel avant l'intérêt général.
a écrit le 06/07/2015 à 11:40 :
La grande question est de savoir qui va financer l'état grec pour payer les fonctionnaires, assurés et assistés. Ce pays va à la guerre civile et Tsipras est un clown dangereux. Intéressant de voir les bonnes âmes bien intentionnées s'enthousiasmer devant cet OXI. Ça me rappelle les réactions de nos démocrates et gens de gauche devant le Printemps Arabe. Ce Tsipras est un faux prophète. Il enfonce son pays qui va retourner où il était avant 2000. Espérons que les militaires ne prendront pas le pouvoir mais quand ils ne recevront plus leur solde, ils vont faire quoi?
Réponse de le 06/07/2015 à 11:47 :
pour rappel, la Grèce est aujourd'hui en excédent primaire, elle a fait des efforts que vous n'accepteriez pas, alors gardez vos invectives au frais.
a écrit le 06/07/2015 à 11:35 :
Je m'interroge sur l'utilité de cette Europe à mille feuilles. N'Est-ce pas la totale absence d'union politique qui nous a conduit là?
Monnaie sans état, frontières fluctuantes ( Schengen, non Schengen), EU à la carte, solidarité de façade, etc....Certes l'euro mais pour faire quoi? l'euro n'est pas responsable de la crise mais c'est bien l'euro qi est stigmatisé. les Européens devraient saisir cette opportunité pour refaire l'Union....imposer l'union politique aux états de la zone euro et officialiser le divorce entre la zone euro et les états qui ne veulent pas d'union politique. Cela fait plus de 10 ans que les européens sont figés ( référendums français et néerlandais) et rien n'a été fait....Cette claque sera soit salutaire ou ce sera le début de la fin....Merkel n'est pas seule responsable.....les français n'ont rien proposé ni sous Sarkozy ni sous Hollande. Si l'Europe doit s'en sortir c'est bien maintenant...
Réponse de le 06/07/2015 à 14:12 :
C'est tellement vrai que celà fait 15 ans que je me demande pourquoi çà n'a pas été fait.
une monnaie unique sans une direction financiére unique, des objectifs clairs et une juste repartition des pertes et profit bref un fédéralisme ou conféderalisme est un non sens.
au vu des résultats qui étaient prévisibles, je crains fort que nous n'entrions dans une période cruciale et peut être fatale de la construction européenne, il nous faudrait au moins deux ou trois grands leaders mais là ce n'est pas parti pour.
a écrit le 06/07/2015 à 11:00 :
on imagine louis alliot ou Philippot...
a écrit le 06/07/2015 à 10:36 :
C'est un homme exceptionnel , une grande pointure de l'économie qui voit qui est à table depuis des années et se goinfre sur le dos des petites gens . Il aura un grand destin en Europe , Président et certainement à la BCE . j'en suis certaine .
a écrit le 06/07/2015 à 10:27 :
comme quoi.... - Oxy gène - tout le monde....!
a écrit le 06/07/2015 à 10:26 :
La teneur des commentaires dans ce forum oscille de l'ignorance la plus crasse à la mauvaise foi la plus enracinée. Nauséabonde. Cependant ce qui compte en fait sont les effets de ce NON pour nous car on vit en France et pas en Grèce. Les bourses dégringolent et dans la rue, au travail, à la maison, les gens commencent à se poser des questions sur cette politique économique qui nous est imposée par Bruxelles…..
a écrit le 06/07/2015 à 10:08 :
Si la Grèce obtient une réduction de sa dette, il serait normal que les autres pays en profitent.Notre dette est de 2100 milliards d'euros plus les 40 que les grecs ne nous paieront jamais.
. Avec Hollande, on peut craindre qu'il ne soit pas à la hauteur, qu'il accepte que la dette grecque baisse sans contreparties. Les taux peuvent remonter, et notre endettement
deviendra insupportable surtout, que ce président ne fait pas les réformes indispensables.
Réponse de le 06/07/2015 à 12:37 :
Et à qui vous voulez que la France demande une réduction de sa dette ? Les Grecs le peuvent parce que 80% de leur dette est détenue par le FMI et la BCE. La dette de la France et détenue par des créanciers privés et la France n'a aucun problème actuellement pour la faire rouler car les taux qu'elle paye sont ridiculement bas. A votre avis, il se passera quoi si la France faisait mine de vouloir la renégocier ?
a écrit le 06/07/2015 à 10:01 :
..Les Allemands vont faire sortir la Grèce de l euro juste pour faire la peur aux autres éventuels pays qui serraient tentés par l envie de rediscuter leurs dettes et remettre en cause leur domination ..
Réponse de le 06/07/2015 à 10:38 :
Un tiers des deputés du parti CDU/CSU = de Merkel sont contre un noucveau plan d aide. 70 % des electeurs sont du meme avis selon un recent sondage sérieux.
Apres toutes les insultes essuyées pensez vous rellement que le Parlement allemand ( entre autres !!) va dire oui en faveur d´un nouveau plan ??
ILLUSOIRE !! et la BCE a les mains liées par ses status.
Les Grecs ont voté pour la corde au cou. Rien d´autre.
Réponse de le 06/07/2015 à 12:19 :
Vous racontez n'importe quoi, mais les faits sont têtus, et vous donnent tort : le porte parole de Merkel vient d'annoncer que la porte était ouverte pour de nouvelles negociations, et que les dernieres propositions grecques allaient être étudiées avec attention !
Réponse de le 06/07/2015 à 16:12 :
@Dimitri:
Le mieux est de le citer:

Compte tenu de la décision d'hier des citoyens grecs, les conditions pour des négociations sur un nouveau programme d'aide ne sont pas réunies », a déclaré M. Seibert

Je vous laisse lire la suite, peu encourageante.
http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/07/06/grise-grecque-merkel-inflexible-avant-sa-rencontre-avec-hollande_4672631_3214.html

En fait, Merkel n'a plus de majorité en Allemagne pour un nouveau plan d'aide depuis hier. Et c'est probablement pareil dans la moitié de la zone Euro.
a écrit le 06/07/2015 à 10:00 :
Decision totalement inatttendue. On a du mal a comprendre ce qu'il signifie.
J'appelle M. Varoufakis "un homme du peuple" au sens le plus noble du terme. Vous avez un Ministres des Finances qu'on n'oubliera pas de sitôt!! On regrettera votre "absence" cher Yanis!!
a écrit le 06/07/2015 à 9:59 :
L'europe risque quand meme de faire la gueule devant son successeur : Tsakalotos.
Parce qu'autant Varoufakis était profondément pro euro et pro institutions, autant Tsakalotos, c'est pas le meme numéro. Accrochez vous, ça va swinguer !
Réponse de le 06/07/2015 à 17:46 :
En effet, Tsakalotos, en quasi-citoyen britannique, est davantage euro-sceptique... mais je ne l'ai jamais lu proner la rupture complete non plus (maintenant je peux me tromper, si vous avez des sources sur le sujet c'es ttoujours appreciable).
Réponse de le 06/07/2015 à 18:25 :
La suite des événements permettra d'en savoir plus. Il se murmure que Varoufakis pourrait prendre la place de Stournaras a la banque centrale grecque ... peut être pour piloter une re-introduction du drachme ?
Réponse de le 06/07/2015 à 22:21 :
@Dimitri:
pour cela il faudrait deux choses:
1- que Stournaras démissione (Tsipras n'a pas le pouvoir de le remplacer, sauf a être préalablement sortie de la zone euro et de l'UE)
2- que varoufakis renie ses convictions, lui qui n'a eu de cesse de clamer depuis 3 ans que la sortie de la zone euro serait catastrophique (et je l'imagine mal renier ses écrits fort nombreux).
a écrit le 06/07/2015 à 9:54 :
Pour mémoire, la Grèce, pays qui représente moins de 2 % du PIB de l’Europe, a qui il a déjà été prêté 240 milliards, à qui un abandon de créances de 110 mds a déjà été accordé….en 2012 par les banques privées…..aujourd’hui, il faudrait encore prêter 30 milliards, encore restructurer la dette….mais que les grecs commencent par balayer devant leurs portes……qu’il mettent en place ce fameux cadastre qu’ils tardent à réaliser depuis plus de 2 siècles, qu’ils boutent dehors tous ces oligarques qui bloquent les réformes structurelles, qu’ils stoppent la corruption à tous les étages, qu’ils fassent rentrer les impôts….de toutes les catégories sociales…..

Ce n’est pas la politique d’austérité imposée par les allemands et la troïka qui a provoqué le chaos en Grèce, ce sont les politiques irresponsables décidées à Athènes par les gouvernements successifs que le peuple grec, jusqu’à preuve du contraire , avait démocratiquement choisis et élus.
Rappelons à l’euro groupe et à M Juncker un peu d’histoire, et leur mettre en exergue que les grecs n’en sont pas à leur coup d’essai avec leurs partenaires européens….

« Le 20 mai 1833……déjà,….l’ordre du jour de la Chambre des députés en France, appelait la discussion d’un projet relatif à la « garantie de l’emprunt grec »…..
Pour mémoire, en 1830, les grecs s’étaient affranchis de la domination turque, avec l’aide de l’Angleterre, de la Russie et de la France. En 1832, ces 3 gouvernements garantirent chacun pour un tiers, un emprunt grec de 60 millions de francs or. CET EMPRUNT, LE PREMIER D’UNE LONGUE SERIE NE FUT JAMAIS REMBOURSE ;
Ravagé par une décennie d’insurrections, dépourvu de toute administration, ce pays de 800.000 Hab était hors d’état de faire face.
Ces trois pays placèrent la Grèce sous une tutelle étroite, exercée par une troïka (déjà en 1832……) et vous voulez continuer à soutenir ces habitants incapables de prendre des décisions pour sortir le pays de l’ornière.
En France, en 1843, le ministre des affaires étrangères déclarait : Toutes nos instances auprès du gouvernement grec pour le porte à réformer lui-même son administration n’ont pas réussi, il a fallu, il faut aujourd’hui l’intervention de 3 puissances pour amener ce gouvernement à engager des réformes, l’établissement d’un cadastre, faute duquel la répartition et le recouvrement de ‘l’impôt étaient impraticables…….près de 2 siècles après nous en sommes toujours au même point…….et vous voulez accorder de nouveaux délais à ce pays……c’est un mirage, réveillez vous…..

La Grèce est le seul pays civilisé ou les impôts sont payés en nature ;;;quand ils le sont. Les contribuables ne payent point l’Etat qui ne paye pas ses créanciers
A l’époque le ministre concluait déjà : « Il n’ya a qu’une chose que les Grecs n’ont pas volée, c’est leur réputation. »
Réponse de le 06/07/2015 à 12:04 :
Merci, enfin un peu de bon sens.
a écrit le 06/07/2015 à 9:54 :
Et Schäube va t-il démissionner pour faciliter les négociations ?
a écrit le 06/07/2015 à 9:36 :
Pas fou !
Il sait que la situation va devenir plus que catastrophique pour le peuple grecs.
Il ne veut veut pas finir guillotiné en place publique sous les hourra de la foule comme Robespierre.
a écrit le 06/07/2015 à 9:33 :
Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables, qui ont tous été remplacés.
Georges Clemenceau
Cordialement
a écrit le 06/07/2015 à 9:27 :
Qu'il soit sur le devant de la scène ou à tirer les ficelles derrière Tsipras, cela ne change pas grand chose, il y a toujours les gros efforts à faire par les Grecs mais sont-ils conscients ?
a écrit le 06/07/2015 à 9:05 :
Il devait rencontrer les banquiers aujourd'hui ,et maintenant ?? il ne voulait pas assumer le haircutt qui va avoir lieux et rester dans l'histoire comme celui qui a siphonné les comptes en banque.
a écrit le 06/07/2015 à 9:04 :
le peuple grec a parlé mais hier soir Tsipras a montré son vrai visage, uniquement pour sa personne il est maintenant tombé au niveau de hollande et la valseuse c'est peu dire.
a écrit le 06/07/2015 à 8:50 :
Il est très regrettable que le ministre des Finances Yanis Varoufakis démissionne.

Le premier point qu'il faut remettre sur la table, c'est l'équilibre des dettes en Europe,

puisque les allemands veulent imposer leurs domination comme en 36,

sur ce point les dettes de guerre gravissimes de l'Allemagne ont été annulées et il convient donc de réactiver les dettes de l'Allemagne, en priorité,

car in finé, ce sont tous les Peuples européens qui ont perdu des sommes considérables en faisant ce geste injustifié envers les allemands.
Réponse de le 06/07/2015 à 9:52 :
Regrets, vous mélangez tout !
Réponse de le 06/07/2015 à 9:57 :
@Regrets: on reconnaît là les partisans de Hollande, du genre on signe un contrat, mais attention il ne vaut rien, car on peut l'annuler du fait qu'il n'est pas d'esprit synallagmatique :-) Les relations, y compris internationales, vont devenir extrêmement difficiles, voire impossibles, si les signatures ne valent plus rien !!! Bon, pour rester positif, on va pouvoir faire des économies en supprimant le poste de Fabius :-)
Réponse de le 06/07/2015 à 10:13 :
De la belle germanophobie pur jus.

Et sinon vous pensez quoi des opinions publiques et des gouvernements élus de Finlande, Pays Bas, Slovaquie, Lithuanie, Lettonie ou France (même en France l'opinion publique est hostile aux positions grecques).
Réponse de le 06/07/2015 à 10:38 :
@KidA
qu'est ce qui vous permet d'affirmer sans la moindre preuve que "l'opinion publique en France est hostile aux positions grecques"? Rien ...
Donc que vous veniez ici pour vous défouler est une chose, mais de grâce épargnez nous ce genre de commentaires totalement subjectifs et qui n'engagent que vous!
Réponse de le 06/07/2015 à 10:43 :
@ KidA a répondu le 06/07/2015 à 10:13:

Les Citoyens Français constatent 2 cancers de l'Europe :

1er cancer, les Pays Bas, le Luxembourg, la Belgique, le Liechtenstein sont des paradis fiscaux qui déstabilisent les fiscalités européennes en organisant l'évasion fiscale

2ème cancer, les Allemands tirent leur autorité de leur économie dopée par les abandons de leurs dettes de guerre,
si les allemands commençaient par payer leur dettes, ils montreraient leur sincérité,
de surcroit ce sont des entreprises allemandes qui ont collaboré avec la NSA pour espionner les entreprises industrielles françaises,

dans ces conditions, il est bien devenu impossible de faire confiance aux allemands.

Pour le reste, la Slovaquie, Lithuanie, Lettonie et la Finlande recoivent plus de l'Europe qu'ils ne contribuent au budget de l'Europe ;

L'Europe, il y a un dindon de la farce, c'est la Nation Française.

De Gaulle disait : "l'europe, l"europe, ce machin ..." devenu bâton gourdin pour mater les petits peuples !
Réponse de le 06/07/2015 à 11:19 :
D'accord avec KidA, et si on a été arrangeant avec l'Allemagne après la deuxième guerre mondiale c'était pour éviter la main mise soviétique sur l'Europe continentale. Ca a d'ailleurs été sanglant en Grèce où il y a eu une guerre civile entre Communistes et pro Occidentaux. Dans le contexte actuel, l'Allemagne est un Pays qui se porte bien, comparativement à la France et à d'autres, et il n'y a pas de raisons qu'ils doutent d'eux et qu'ils préconisent pour les autres les solutions qui leur ont réussies.
Réponse de le 06/07/2015 à 17:40 :
@oreste06: tout à fait, et c'est la raison pour laquelle il faudrait organizer dans tous les pays de l'UE un référendum, en excluant bien entendu ceux qui ne paient pas d'impôts...parce que comme je l'ai déjà dit, c'est un peu facile d'augmenter la facture des autres :-)
a écrit le 06/07/2015 à 8:33 :
Il fallait offrir un scalp (si l'on ose cette image) aux zeuropéens pour qu'ils puissent danser autour du totem. Varoufakis a accompli sa mission avec brio, il laisse maintenant la place à un espoir d'accord.
Réponse de le 06/07/2015 à 14:39 :
Mais où trouver 60 milliards d'Euros? (je rappelle que la France va mettre plusieurs années à en économiser 40.)Ca durera six mois comme d'habitude, et retour aux négociations. Aucune banque ne veut plus leur prêter d'argent depuis quatre ans, et maintenant, l'EU, leur dernier ressort, n'en peut plus.Leur dette a déjà été réduite de 120 milliards, c'est un puits sans fond qui menace l'avenir des 330 millions d'habitants de la zone Euro, et de transformer la monnaie commune en une Drachme informe. Vous verrez les 18 pays membres réunis poser un dernier ultimatum de 24 heures à la Grèce et son gouvernement irresponsable. Il ne lui restera plus qu'à demander de l'aide humanitaire (en nature, croyez moi), et une dernière rallonge,pour pouvoir rouvrir les banques, le temps d'imprimer des billets.
a écrit le 06/07/2015 à 8:28 :
Dommage qu'il parte, j'aurais voulu qu'il reste jusqu'au bout pour le voire humilier quand le peuple Grec allait enfin morfler...
a écrit le 06/07/2015 à 8:27 :
Dommage qu'il partent, j'aurais voulu qu'il reste jusqu'au bout pour le voire humilier quand le peuple Grecque allait enfin morfler...
Réponse de le 06/07/2015 à 12:25 :
vous ne vous sentez pas humilié quand votre orthographe morfle autant ?
a écrit le 06/07/2015 à 8:22 :
Et le cirque continue...
et la prochaine etape ? Il pose nu dans Playboy ? il participe a la Ferme Celebrites ?
c'est vraiment n'importe quoi, ce serait risible si le sort de 10 millions de personnes n'en dependait pas.
Franchement les thureferaires de Tsipras devraient se poser des questions quand on voit l'Argentine et l'Equateur feliciter chaleureusement la Grece...
Réponse de le 06/07/2015 à 9:33 :
++
Réponse de le 06/07/2015 à 10:43 :
@Brutus
vous devriez garder pour vous ce genre de commentaires qui ne vous honorent pas..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :