Yanis Varoufakis estime que l'action des créanciers relève du "terrorisme"

 |  | 371 mots
Lecture 2 min.
quand il s'agit de répandre la peur, on nomme ce phénomène du terrorisme, a indiqué Yanis Varoufakis
"quand il s'agit de répandre la peur, on nomme ce phénomène du terrorisme", a indiqué Yanis Varoufakis (Crédits : ALKIS KONSTANTINIDIS)
Dans une interview à El Mundo, le ministre grec des Finances dénonce les manoeuvres des créanciers pour peser sur le vote du 5 juillet.

Dans une  interview au quotidien espagnol El Mundo, Yanis Varoufakis, le ministre grec des Finances a estimé que « ce que les créanciers font à la Grèce a un nom : du terrorisme. » « Pourquoi nous ont-ils forcé à fermer les banques ? Pour insuffler la peur parmi les gens. Et quand il s'agit de répandre la peur, on nomme ce phénomène du terrorisme. Je suis cependant confiant : la peur ne gagne pas », a-t-il poursuivi. Yanis Varoufakis dénonçait ainsi la décision de la BCE de ne pas relever le plafond des liquidités disponibles pour les banques grecques dans le cadre du programme ELA dimanche 28 juin. Cette décision avait contraint le gouvernement à fermer les banques durant toute la semaine qui précède le référendum prévu dimanche 5 juillet sur les propositions des créanciers. Un acte de « guerre » pour Yanis Varoufakis : « c'est difficile de ne pas sentir que cela est une guerre lorsque l'on nous oblige à fermer les banques au moment où l'on demande son avis au peuple grec. »

Démocratie

Dans la même interview, Yanis Varoufakis a défendu l'appel au peuple par le référendum : « Lors de l'Eurogroupe du 27 juin on me dit clairement que la proposition d'accord était trop complexe pour laisser la décision finale dans les mains du peuple grec. Ceci, permettez-moi de le dire, est une attaque gigantesque contre la démocratie. La démocratie, je vous le rappelle, est un système où les gens normaux prenne des décisions très complexes. »

Cercle vicieux de la dette

Enfin, il rejette les accusations d'intransigeance et de légèreté de son gouvernement. « Ceci est ce que Goebbels appelait de la propagande, non ? Il pensait que le meilleur moyen d'imposer un mensonge était de choisir un grand mensonge et de le répéter sans cesse. Et c'est cela que l'on était en train de faire avec nous. Mais ce n'est pas la vérité. Les Grecs sont des gens très fiers et nous voulons payer nos dettes. Mais on ne peut payer ses dettes si la dette ne cesse d'augmenter et les revenus de baisser. Et c'est exactement ce qui se passe dans notre économie. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2015 à 22:47 :
La Grèce...berceau de la démocratie contemporaine.Le peuple s'exprime et cela devient une fronde bien évidemment à ce monde dirigé par "l'argent".C'est un peuple en souffrance qui s'exprime.Les vrais coupables de cette tragédie sont au soleil actuellement!!
a écrit le 05/07/2015 à 15:41 :
Plaisantin ! De la part d'un gauchiste, rompu à ce genre de méthode cela ne manque pas de sel..
a écrit le 05/07/2015 à 10:16 :
"Yanis Varoufakis estime que l'action des créanciers relève du "terrorisme"" -->C'est son avis. Il parait normal que les créanciers posent des conditions pour continuer de prêter . Les appeler terroriste montre comment il est difficile de discuter avec Mr Varoufaskis, cela est visible depuis plusieurs mois (en fait il n'arrive même pas à discuter avec ses homologues des autres pays Européens : arrogance, changement d'avis, malhonnêteté). "la BCE aurait du relever le plafond des liquidités disponibles pour les banques grecques dans le cadre du programme ELA dimanche 28 juin" --> rien n’obligeait la BCE de faire cela, c'est un fond temporaire de stabilité et non un fond gratuit à disposition des états. L'appel à un referendum avec une demande gouvernementale de dire non aux créanciers aurait même du conduire à l'arrêt immédiat de cette aide car c'est exactement ce qui se produira si le non est adopté. J'ai le sentiment depuis plusieurs mois que le gouvernement Grec essaye de prendre un maximum d'Euros d'aide des autres états sachant pertinemment qu'il a pris la décision de faire défaut et de quitter l'Euro.L'erreur en trop a été le referendum, on a pu voir Merkel dire stop et rejoindre l'avis d'une partie de son gouvernement pour dire dehors la Grèce. Hollande est apparu ambigu ne sachant pas trop que faire pour ne pas réveiller son aile gauche en appelant à un compromis lointain (la ou Sarkozy "agité" serait monter immédiatement dans son avion pour agir). Les jeux sont faits : lundi ça sera pour la Grèce - fin de ce gouvernement avec plan de rigueur ou sortie rapide de l'Euro et défaut.
Réponse de le 05/07/2015 à 14:04 :
Les trolls pro européismes s'accrochent désespérément aux branches afin de museler le peuple. L'avenir est en marche, et que que soit le résultat de ce référendum Grecques, les murs de l'asservissement commence à fissurer.
Réponse de le 05/07/2015 à 15:18 :
La Grèce est entrée en Europe alors qu'elle ne satisfaisait pas aux conditions requises. L'Europe l'a "arrosé" d'argent sachant pertinemment qu'elle ne pourrait rembourser. En démocratie, il est inadmissible qu'un Référendum soit qualifié d'erreur. D'ailleurs, si la l'état Français avait respecté le résultat du référendum sur le traité européen, nous ne serions pas dans la situation actuelle... Arrêtez d'insulter les électeurs alors que leur avis est systématiquement ignoré par des élites totalitaires.
a écrit le 05/07/2015 à 7:24 :
Le secteur privé a déjà avalé un haircut de 100 mds lors du premier plan de sauvetage.Ça ne leur a pas suffi.Il y a des grecs pauvres qui souffrent mais tous se sont bien accommodés d'être entré dans l'euro par effraction de bénéficier des largesses de l'Europe et de vivre à son crédit avant d'être rattrapés par la patrouille. Quelle est la contrepartie ? Mettre aujourd'hui en place ce qui aurait du l'être il y a 20 ans ? Qui est le terroriste ici ?
a écrit le 05/07/2015 à 0:40 :
C est a la BCE maitresse de maison de calmer le jeu. Quand a tous ces vieux papi en superbe uniforme ils n ont qu a aller se fumer un CALUME. SINON C EST PAS LE HAIRCUTT A LA TARAS BOULBA MAIS LE LANCE ROQUETTE A LA KE TE SI CHER !!! Piges ?
Réponse de le 05/07/2015 à 7:27 :
Apprenez à écrire correctement et essayez de mettre un peu de sens dans votre propos et surtout informez vous avant d'écrire n'importe quoi à longueur de posts.
a écrit le 04/07/2015 à 22:40 :
Lundi on rase gratis ,c'est le jour du Haircutt
Réponse de le 04/07/2015 à 22:53 :
A voir sa tête ça sera un haircutt à la taras boulba
a écrit le 04/07/2015 à 22:17 :
Maintenant je me presente , je suis le Prince. et vous ? vous savez de qui je suis le Prince ?
Réponse de le 05/07/2015 à 14:07 :
Le prince des emmerdeurs ?
a écrit le 04/07/2015 à 22:11 :
D ailleurs messieurs les presidents, si on sonnait la cloche en vous demandant expressement de vous aquitter , on vous trouverait tous forts embarassés, L europe survivra de cette épreuve. L ouverture du marché Fx est une honte pour ceux et celles qui orchestres ce simulacre. Ce matraquage injuste aucquel est sujet le peuple grec vise pour l essentiel la parité de notre monnaie, combien de cousins de neveux de copains de ces creanciers se gavent tous les matins sur le Fx market ? A bon entendeur !!! Vive la grece et vive le peuple grec !!!
a écrit le 04/07/2015 à 21:44 :
Rappelez vous la 1ere election de Mr Obama. En 2008 les states etaient dejà en situation de faillite, cela n a semble t il pas empeché le gouvernement Obama de contracter le plus gros emprunt de tous les temps pres de 8000 Mds de $. Il y a une difference entre vouloir emmener l humanité a son apogée ( le fameux age d or d Alan Greenspan) et on ne vous prete plus car vous ne pouvez pas rembourser. L austérité tue la croissance, l austérité tue la créativité, l austerité tue la volonté d entreprendre et d innover. Nous peuples d Europe nous voulons entrer dans un age d or dans lequel nous pourrions mieux vivre ensemble dans un environnement preservé. Nous voulons partager nos decouvertes, donner libre cours a notre creativité et démontrer au monde notre capacité d innover. A travers la grece c est toute l europe qui est touchée! L AUSTERITE CA SUFFIT !!!
a écrit le 04/07/2015 à 21:14 :
J'espère qu'on va arrêter de les terroriser dès lundi matin et qu'à l'avenir, ils ne tenteront même pas de s'approcher de nous pour les aider :-)
a écrit le 04/07/2015 à 20:54 :
On ne négocie pas avec des terroristes !
Alors, si Varoufakis est logique, alors il n'y a plus à négocier : c'est à prendre...ou à laisser !
Que l'Europe reste ferme sur ses positions : si la Grèce n'en veut pas...bye bye !!
Réponse de le 05/07/2015 à 12:40 :
+1
a écrit le 04/07/2015 à 20:15 :
« Que viva... Que viva Syriza ! »

‪#‎Tsipras‬ recommande à l'Union européenne (‪#‎Ue‬ ‪#‎Ep‬ European parliament) de s'adresser aux traders - vautours - créanciers pour rembourser la dette !... en attendant c'est bras d'honneur !... il est "souverain"... cette "souveraineté" implique de considérer que le gouvernement Tsipras y est au gouvernement et qu'il n'en est plus à la protestation ou à la simple contestation ‪#‎Syriza‬... à cet effet et dans le cadre du respect de la ‪#‎démocratie‬, l'Ue devrait être là pour faire vivre la ‪#‎politique‬ grecque actuelle et non pas pour lui imposer un point de vue extérieur qui continuerait d'étouffer son ‪#‎économie‬... plus absurde encore serait d'essayer, comme auraient tendance à le faire de nombreux socialistes français, de comparer Tsipras avec le Front populaire... Que ne feraient-ils pas pour tirer à eux la couverture !... Alors que la ‪#‎Grèce‬ sort quasiment d'une guerre civile et que tout un troupeau de fascistes-nationalistes (aube dorée) est prêt à lui faire la peau ce qui arrangerait probablement l'ensemble européen à majorité forte de droite, cette Grèce actuelle ressemble plus à un état Kurde anéanti ou a des Républicains espagnols assassinés mais certainement pas au socialisme du Front populaire...

« Que viva !… Que viva Syriza ! »
__________________________
a écrit le 04/07/2015 à 17:51 :
L'histoire leur donnera raison et l'Europe a signé sa fin
Personne ne peux croire que ces palabres politiques sont faites pour le bien d'un peuple mais uniquement pour le bien des banques pour laquelle on ne cesse de payer depuis 2008
Réponse de le 05/07/2015 à 7:17 :
Vous ressortez des fantasmes éculés. Je vous rappelle que le secteur privé (donc essentiellement les banques) a déjà effacé 100 milliards de dette grecque lors de la mise en place du premier plan de sauvetage. Tsipras demande à repasser à la caisse sans complexes. Quelle est la contrepartie ? Devons-nous payer pour eux alors que comme le dit Jean Tirole, ne pas payer l'impôt est de toute façon culturel pour le grecs et depuis plus de 300 ans. Armateurs, clergé, il y a beaucoup d'argent grec, mais pas en Grèce ou intouchable. Il faut choisir. Bosser ou taper les voisins toute honte bue.
a écrit le 04/07/2015 à 17:32 :
avec cette guignolade grecque pathétique ...nous mesurons mieux , après la chute du mur de Berlin , les limites des résurgences marxo/socialistes en Europe ....bon , prochaine échéance la nomenklatura au pouvoir en France....
Réponse de le 05/07/2015 à 20:46 :
Elle est déjà en place et elle fonctionne !!!!!!
a écrit le 04/07/2015 à 17:20 :
Le spécialiste de la théorie des jeux est un joueur minable. Il n'a pas vu que ses adversaires avaient tous les as en main. Ce faisant il ruine son pays. Il doit retourner à ses études.
a écrit le 04/07/2015 à 16:30 :
Il y a une chose qui est gardée sous silence dans les medias: la Grèce est riche en gaz et pétrole !
Le gouvernement grec de Tsipras avait en début d’année prolongé de 2 mois l’appel d’offre permettant ainsi au géant russe Gazprom de participer. L’échéance est au…14 Juillet 2015, puis vient l’heure du choix des nouveaux partenaires.
Les gouvernements grecs précédents n’osaient pas se tourner vers la Russie ou la Chine.
Certaines puissances font payer cher à Tsipras et à la Grèce d’avoir osé ce changement.
Ce que vit la Grèce ces derniers jours est une tentative extérieure et intérieure -car il y a de puissants collaborateurs - de faire tomber son gouvernement.
On pouvait bombarder l’Iraq, pour la Grèce ce sera la ruine, l’embargo monétaire, on pourra ensuite demander les clés du pays.
http://www.skai.gr/news/finance/article/278494/nea-diadikasia-diagonismon-gia-to-fusiko-aerio-apo-lafazani/
http://russia-insider.com/en/greece-invites-russia-take-part-bidding-process-natural-gas/5293
Réponse de le 04/07/2015 à 16:41 :
Le probleme de fond c'est que tsipras a déclare la fin de l austérité et veux revenir au déficits avec nos sous

Croire que les russes ou les chinois vont les aider c'est comme attendre l'aide des vautours dans le désert
a écrit le 04/07/2015 à 16:20 :
Terroriste ???
Les prêteurs veulent récupèrer leurs sous qui sont les nôtres
Les dettes se sont quand même les grecs qui les ont faites non??

Vivre avec ces revenus c'est plus difficile que de dépenser sans compter comme ils ont fait pensant 30 ans (comme la France d'ailleurs )

Ce genre de personnage n a rien a faire en Europe
Réponse de le 04/07/2015 à 18:01 :
Non ces sous ne sont pas les vôtres. D'ailleurs si ils les récupèrent, vous n'en verrez pas la couleur. Par contre si ils ne les récupèrent pas, c'est vous qui payerez. Vous avez compris la logique ?
Réponse de le 04/07/2015 à 18:35 :
Donc, selon vous il est nécessaire de virer la France, qui accumule environ 2100 milliards de dettes (pour 2800 milliards de PIB). Combien la dette grecque, déjà ? 180% d'un PIB de 242 milliards (2014, en 2015 il s'effondre) de dollars, soit 435 milliards ? Le prêteur qui confie son argent à un emprunteur trop faible est un mauvais gestionnaire. Quand on prête, on valide la capacité de l'emprunteur, ou bien on s'assure...
a écrit le 04/07/2015 à 15:23 :
Il faut lire "les confessions d'un assassin financier" de John Perkins (ou visionner ses entretiens sur YouTube), qui explique précisément comment on pille une Nation et asservit son peuple, par la dette - ceci explique également les objectifs visés par la désastreuse (et en apparence aberrante) politique qu'ont mené nos dirigeants aux ordres ces quatre dernières décennies. Bref hier c'était le tour de l'Afrique et des pays du sud, et aujourd'hui ils s'attaquent aux pays développés.
Réponse de le 04/07/2015 à 16:01 :
Absolument partagé, l'UPR parti politique hors des clivages droite gauche le démontre depuis 2012, avec un gros travail de sourçage des informations, qu'il ne reste qu'une alternative, une inconditionnelle sortie de l'Union, de l'euro, de l'otan.
Réponse de le 04/07/2015 à 16:59 :
Justement, @ptitpere, Perkins est de ces types sans morale qui ont mis volontairement leur intelligence au service du monde occidental en général -pas des seuls USA- pour "contenir"de nombreux pays par des moyens monétaires. Viré, il prétend ensuite dénoncer ce qu'il a fait : refrain bien connu. Il reste néanmoins un agent d'influence financé comme il l'était avant. Il a juste changé de pied. Dénoncer, devenir un héros, est un autre moyen de tromper dans ce qu'il attire tous les zorro et zozos du monde vers une destination le plus souvent encore plus incertaine. On voit ce que donne le modèle Tsipras. Mais... son bouquin est sorti en 2004 et permettez moi de vous dire que ces pratiques monétaires que j'évoque souvent sur ce fil existent depuis très longtemps. Elles sont connues des chefs d'état. Alors pourquoi ces derniers n'y trouvent-ils aucune parade et ne s'en éloignent-ils pas ? Pourquoi des solutions ne sont-elles pas proposées ? Il serait possible d'instituer un plancher monétaire mondiale : un seuil bas indépassable pour toutes les devises concernées qui serait relevé régulièrement afin que la guerre monétaire s'en trouve limitée. Mais, je ne veux pas échapper à la réponse : Parce que vous, nous y avons tous intérêt, tous; nous voulons que notre salaire augmente pour augmenter la pression sur les autres, pas qu'il baisse pour partager. Tous les programmes politiques vont dans le sens de la hausse. Il faut se rendre à l'évidence.
Réponse de le 04/07/2015 à 20:26 :
La rédemption ça existe hein. Fusse t elle opportuniste (puisque selon vous elle l'est).
Pour le reste, concernant les questions monétaires et autres, le sujet est bien trop complexe pour que je m'y "mouille". Néanmoins, qu'un pays comme la Grèce qui marche au tourisme et à l'huile d'olive, ait une monnaie plus forte que celle de la Suisse me pose question...
a écrit le 04/07/2015 à 15:09 :
Une démocratie qui vit sur la dette pour ses dépenses courantes est un déni de réalité et une dictature en devenir ...
Réponse de le 04/07/2015 à 17:52 :
C'est le cas de la France. Mais la situation est pire pour la France, et cela va exploser, comme la dette française. Les Grecs ont fait bien plus d'efforts que les français pour rembourser la dette. Il va bien falloir que les français paient ! De toute façon, la zone euro est devenue une magouille allemande depuis l'abandon du projet Gaulliste par la droite française atlantiste. Ce marché UE permet par son ouverture à l'est, par la main mise des marchés sur l'économie et la sphère publique (ce qui n'aurait jamais dû arriver), le pouvoir total de gens sans scrupules sur les populations.
Mon avis est que cet atlantisme forcené va faire exploser les pays les uns après les autres. En fait c'est l'Allemagne qui devrait sortir de la zone euro. Et puis faire crever les populations, comme les grecs, c'est la volonté politique de marginaux (car anti-européenne) de ne pas vouloir régler les problèmes mais casser les oppositions. Cela sent la guerre, la vraie.
a écrit le 04/07/2015 à 15:01 :
Lire valeurs actuelles ! Les grecs ont fait le casse du siècle en mentant a l Europe ! Le tonneau des danaïdes
On a déjà en france payer 50000€ par g foyer fiscale pour les grecs ! Basta
On veux un référendum pour in contre le grexit ! Je voterai oui les yeux fermés
Réponse de le 04/07/2015 à 17:07 :
Ce ne sont pas les "petits Grecs"qui ont créé la dette, mais les " les gros"(armateurs....etc...) et ce seraient comme d'habitude aux petits de payer
L'affrontement est politique, c'est l'opposition entre le libéralisme qui écrase et La Défense des petits par le partage (encyclique du Pape)
Réponse de le 04/07/2015 à 17:12 :
Faux, @L'héritier. Il s'agit de création monétaire nouvelle qui ne pèse en aucun cas sur un foyer fiscal français. Nous avançons uniquement notre garantie pays et nous en retirons un peu d'argent des intérêts avec l'ouverture totale du pays selon la doctrine européïste. C'est à dire la destruction progressive de ce dernier. Mais cela ne nous coûte rien. Il s'agit d'un mécanisme autonome qui roule sur lui même. Nous serons remboursées tôt ou tard de façon certaine par lui tandis que notre PIB en sera favorisé. Les grecs eux ne rembourseront pourtant jamais leur dette. Nous leur faisons bénéficier d'un mécanisme auquel ils ne pourraient accéder sans nous mais nous les détruisons aussi en les aidant. D'une certaine manière une mort douce. C'est donc sur la validité et l'autonomie des nations, leur justification comme barrière ou frein à la concentration qu'il faut poser la réflexion.
Réponse de le 04/07/2015 à 18:04 :
50000€ par foyer fiscal ? Juste pour la France ? Je pense que vous avez du oublier encore 2 ou 3 zéro pour que ça semble encore moins crédible !
Mais sinon, cet argent, ce n'est pas votre. D'ailleurs meme si la Grece rembourse, vous n'en verrez pas la couleur. Mais si elle ne rembourse pas, la par contre, c'est vous qui payerez. La Grece n'est pas la fautive, elle n'est qu'un moyen de vous faire payer !
a écrit le 04/07/2015 à 14:58 :
Je tiens à saluer le courage de ce jeune chef d état qui se bat pour son peuple avec force, opiniatreté, fraicheur et seduction. Cet homme, Alexis Tsipras ne peux se defendre seul contre les creanciers de son pays, c est pourquoi je considere que ce referendum est une chance pour la grece, pour qu Alexis Tsipras legitimé par son peuple souverain revienne plus fort aux tables des négociations et defendre comme il sait si bien le faire les interets de son peuple et de son pays. VOTER NON , c est federer tout un peuple derriere son chef de file, VOTER NON c est dire OUI a l europe des Nations et à l Euro et la Grece y á toute sa place en terme geographique, spatiale et culturelle, voter NON c est dire l austerité ca suffit. VOTER NON c est dire rembourser c est normal , etre pris en otage apres les agissements des fonds speculatifs sur notre dette souveraine PAS QUESTION. Pourquoi ne pas rappeler nommement aux tables des negociations les speculateurs qui ont ruinés le pays? L acces a ce type de marché devrait etre interdis , tout comme l ouverture grand public au marché Fx. VOTER NON c est dire rembourser c est normal , mais pas a n importe quelles conditions. C est pourquoi, en tant que citoyen Europeen, j invite les grecs a voter NON au referendum Dimanche. VIVE LA GRECE, VIVE LE PEUPLE GREC ET QUE DIEU ACCORDE LA VICTOIRE AU GOUVERNEMENT D ALEXIS TSIPRAS. AMINE !!!
Réponse de le 04/07/2015 à 15:26 :
Amen ou amine dada ! Ça finira en dictature ! Si toi tu veux continuer à payer pour les grecs c est ton problème nous on as assez donné !😷😡
Réponse de le 04/07/2015 à 16:05 :
@l'heritier troll Nuland Ben voyons, on veut plus payer pour les banksters US first, ensuite on verra pour ce qui concerne la France et l' Europe..
Réponse de le 04/07/2015 à 17:00 :
Bravo Explorer Amine, je n'arrête pas d'écrire dans le même sens que vous
Réponse de le 04/07/2015 à 22:21 :
Assez amusant ceux qui considère qu'il suffit de faire un referendeum pour obtenir encore plus d'aide de son banquier... sur quelles planètes vivez-vous les jeunes?
a écrit le 04/07/2015 à 14:52 :
Terroriser les braves gens pour qu'ils acceptent un plan de rationnement qui ne pourra que les enfoncer davantage dans la crise, oui c'est du terrorisme. Pas vraiment du terrorisme sanglant (quoique..) mais plus que du terrorisme intellectuel.
Tous les medias grecs, noyautés par les partis qui ont mené la Grèce au bord de l'abime, mentent et reprennent les mensonges de Juncker ou Schultz, expliquant que voter non c'est voter pour s'exclure de l'euro, de l'Europe, faire défaut, revenir à l'ère pré-industrielle... ce qui est faux puisqu'il ne s'agit que de refuser un programme inapplicable pour obtenir un programme plus pro-groissance. Et dans ce but, améliorer la position de la Grèce pour les négociations qui commenceront dès lundi... (Tout ce que répètent Tsipras et Varoufakis sur tous les tons depuis cinq mois).

Cette crise est ridicule et, à mon avis, signe la fin de l'euro pour cause de pusillanimité pathologique de ses gestionnaires.
Réponse de le 04/07/2015 à 15:39 :
Alain Solal ?
a écrit le 04/07/2015 à 14:51 :
L'UE euh pardon LaTribune a censuré mon commentaire qui disait seulement que Varoufakis est un "scholar" qui a été formé, et qui fut ex-conseilleur et ex-professeur dans les meilleurs écoles et milieux du libéralisme économique anglo-saxon et commence maintenant à critiquer les banquiers !!!

Dites moi, peuple de France, qu'y a-t-il de tellement FAUX dans mes propos pour être censurés sans la moindre pitié ?????
Réponse de le 04/07/2015 à 15:33 :
Chépar je n'ai pas lu votre article. Mais ce que je sais de Varoufakis c'est qu'il est spécialiste de la théorie des jeux qu'il met en application (dans les négociations) pour obtenir toujours plus pour son pays. Je pense que l'annonce du referendum a mis un coup de sifflé final car cette annonce a fait basculer certains pays vers "dehors la Grèce" nous ne voulons plus discuter avec vous sortez de l'Euro. Le référendum a été une erreur dans la stratégie Grecque car si c'est oui j’accepte les conditions des créanciers ca fait tomber le gouvernement actuel alors que Varoufakis voyait cela comme une arme pour obtenir plus dans les négociations persuadé que ca serait non. A trop jouer on finit par perdre un jour.
a écrit le 04/07/2015 à 14:42 :
Et il faudrait tendre l'autre joue?
a écrit le 04/07/2015 à 14:38 :
C'est exact , la méthode des banquiers et autres bureaucrates : Trier , menacer , apeurer , désespérer...Confondre volontairement la dette et la faute ( Une particularité de la langue allemande) - Jacques Lacan (1963) " Les camps de concentration totalitaires préfigurent nos sociétés actuelles ..."
a écrit le 04/07/2015 à 14:36 :
Voir un gouvernement qui gouverne effectivement une démocratie en Europe est un soulagement. Alors qu'en France, les gouvernements successifs se contentent d'administrer maladroitement le pays... Les attaques politiques qui sont menées contre la Grèce par la bande des trois ne trompent personne : cette situation ne se fonde sur aucune réalité économique ! Le remboursement de la dette et sa soit-disante impossible restructuration ne sont qu'un mauvais prétexte pour humilier, asservir, se venger du peuple grecs. Les gouvernements grecs précédents ont laissé la corruption se développer et ont détruit économiquement le pays ; soit. Il reste que, dans ce contexte, la bande des trois se comportent comme des mafieux, des ursuriers, des terroristes avec le système financier comme arme. Le gouvernement grec actuel me parait agir avec courage et bon sens, à la fois dans l'intérêt de son peuple, et sans fuir ses responsabilités vis-à-vis des créanciers du pays.
a écrit le 04/07/2015 à 14:25 :
Combien de temps pour décider de la validation ou non d'un commentaire ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

Marie a écrit le 04/07/2015 à 12:26:

Le terrorisme n'est pas que l'apanage d'individus. Il est aussi le fait d'organisations de toute sorte et des Etats. Il prend des formes multiples et tue de manières très diverses. Je suis d'accord avec Varoufakis.
a écrit le 04/07/2015 à 14:18 :
Tout a été dit et ça ne sert à rien. Xavier transmet dans son commentaire John Kenneth, parmi les innombrables références à maints prix Nobel de l'économie. Bien sûr qu'il y a un problème continental, un ministre américain ayant qualifié ce continent de vieille Europe.
la fin de l seconde guerre mondiale a soumis le continent à la tutelle du principal vainqueur d'un Nouveau Monde crispé contre un adversaire de ce vieux continent. L'artifice de l'OTAN et de l'Union Européenne, elle magma d'antagonismes soumis au suzerain est éclatant. Que les leaders de la vieille Europe ne connaissent pas l'économie, veut dire qu'ils s'adaptent mal au système crée sous Reagan et Thatcher, commanditaires de la Finance commanditée pour faire régner leur hégémonie mondialisée. Ne pas avoir senti la crise grecque est une supercherie pour ne pas dire qu'on l'a considérée comme epsilon, comme le poids ( 1,8%de PIB ) économique de la Grèce.
Varoufakis emploie des mots violents, pour désigner une évidence tabou ; ce qui n'exonère pas les Grecs du devoir de s'assumer ou de s'asservir.
a écrit le 04/07/2015 à 14:17 :
la Grèce est un pays sous développé qui n'est pas autosuffisant pour son alimentation . Sorti d' Athènes et de quelques lieux touristiques le pays est semblable à la Macédoine ou le Kosovo . Sa richesse est sa fonction publique ! ça ne vous rappelle rien ?
Réponse de le 04/07/2015 à 14:46 :
Moins sous-développé que la france qui ne survit que grâce au racket sur la Grèfce. Moins de fonctonnaires en Grèce qu'en france. Moins de fraude fiscale en Grèce quen France. Mins d'eures de ravail prestée par "travailleur (un mot qui fait rigoler quand on parle des français !) en france qu'en Grèce. La france ne survit que parce qu'elle parasite la Grèce :l'enttrée de la Grèce dans la zone euro et l'"aide" à la Grèce n'ayant eu que pour seuls et uniques buts de renflouer les bq françaises foireuses. Un pays qui ne survit qu'en pillant ses colonies puis en rackettant ses partenaires, voilà un parasite. Voilà un pays sous-développé.
a écrit le 04/07/2015 à 14:01 :
C'est du déni de réalité !!
a écrit le 04/07/2015 à 13:32 :
J'espère que les Grecs auront le bon sens d'aller jusqu'au bout de la démarche et qu'ils s'en sortiront. L'Europe n'a fait qu'appauvrir les peuples.
a écrit le 04/07/2015 à 13:28 :
Comment, à l'égard de son propre pays, peut-on appeler le fait de ne pas payer ses impôts pendant des années et qu'on veut les faire payer par les autres ? Bon, on atténue le propos en disant que les gouvernements successifs avaient des difficultés à collecter l'impôt, les pauvres, ils ne sont même pas responsables ni même coupables. C'est comme Mélanchon qui préconisait de piquer l'argent directement dans les poches des riches.... sans dire à partir de quel niveau on est riche !...

Un vote non serait quand même une bonne chose surtout pour confirmer ou infirmer la fragilité des institutions européennes gérées par des nantis et entièrement tournées vers les profits de l'Allemagne. On saurait enfin à quoi s'en tenir au sujet de la catastrophe sans cesse prédite.

Quant à la France, pas de surprise, elle a le sort qu'elle mérite et que les française ont délibérément choisi par leur vote et leur comportement. Il ne faut pas se plaindre !... normal comme notre président !...
a écrit le 04/07/2015 à 13:07 :
Il faut demander un conseil avisé à la France...entre 5 à 6 millions de chômeurs et une dette de 2100 milliards en autre...tout en étant le pays le plus imposé et taxé au monde...
Mais pour l'instant, nos élus sont occupés à sauver les marionnettes de l'info...Et oui, chacun ses priorités...
a écrit le 04/07/2015 à 13:00 :
Au risque de voir mon commentaire censuré dans ce journal, j'oserai néanmoins vous présenter les propos du grand économiste John Kenneth Galbraith au sujet de la crise grecque et du rôle de l'Union Européenne. Je vous prie modestement de me pardonner pour la traduction.

"Les leaders de l'Europe d'aujourd'hui sont de gens superficiels, fermés, préoccupés avec leur politique locale et peu doués, moralement ou intellectuellement, pour faire face à un problème continental. Ceci est autant vrai pour Angela Merkel en Allemagne, que pour François Hollande en France et c'est vrai aussi pour Christine Lagarde du FMI. Dans le détail les leaders de l'Europe du Nord n'ont pas senti la crise et ne connaissent pas l'économie et pour cause, à ces deux égards, ils se trouvent directement opposés aux Grecs."

Galbraith espère un vote de "Non" au référendum grec. On refuserait "l'offre" la Troïka faite. Ceci donnerait au gouvernement de la Grèce un nouveau mandat pour négocier et pas se rendre aux impositions injuste de Bruxelles.
Réponse de le 04/07/2015 à 14:01 :
Oui voilà Merkel ne connaît pas l'économie et les Grecs ont tout compris. C'est pour ça que l'Allemagne a 5% de chômage, des excédents budgétaires et commerciaux et une paix sociale bien établie. La Grèce, nul besoin d'être cruel en citant les chiffres...disons seulement que le jour où la Grèce arrivera à la cheville de l'Allemagne, elle ira BEAUCOUP mieux !

Le déni de réalité de certains est quand même hallucinant.
Réponse de le 04/07/2015 à 14:29 :
L'Allemagne supporte un coût des retraites plus faible que nous, mais cela se retournera contre elle, et dans 10-20 ans, son économie implosera sur l'explosion du ration retraité/actif.
De plus, elle pratique allègrement le dumping social,en interne, avec des contrats de travail et des taux horaires inférieurs aux nôtres, et en externe en exploitant une constellation de pays satellites d'Europe de l'Est, où la main d'oeuvre est 6 fois moins chères que chez nous!
Un tout petit exemple: il y a 15 ans, la Bretagne était la plus importante région d'Europe dans la production porcine; aujourd'hui, ce secteur y est sinistré, et cette production s'est déplacée en Allemagne, où une main d'oeuvre sous-payée est utilisée!
Le plein emploi allemand est du même acabit que l'anglais: contrat à 0 heures et taux horaires à 4€!!
Quand à la paix sociale??? Lufthansa et DB ont eu les mêmes grèves que nous!
Voilà l'exemple à suivre?
Réponse de le 04/07/2015 à 18:08 :
Sans compter le déficit structurel qui s'accroit chaque jour. Les ponts tombent en ruines, les autoroutes ne sont plus entretenue, tout tombe en ruine et risque a tout instant de paralyser l'économie. Les experts estiment a 3000 milliards d'euros le retard d'investissement en allemagne. On appelle ça avoir une vue a court terme, et c'est généralement une tres mauvaise chose !
Réponse de le 04/07/2015 à 19:29 :
@ Compar..... : Vos reproches à l'Allemagne ne sont compréhensible que parce que vous généralisez votre propre situation. Le niveau des salaires est une question de productivité et de concurrence au plan mondial, comme l'Allemagne exporte de plus en plus hors UE. Pourquoi devrait-elle copier la contribution du smic français au chômage en France? Et les pays de l'Est sont loin d'être une chasse garde pour l'Allemagne, expliquez-moi le succès des Dacias.
Réponse de le 04/07/2015 à 21:03 :
Ah cette passion française inconsolable pour l'Allemagne et sa chancelière , issue des jeunesses communistes ...
a écrit le 04/07/2015 à 12:58 :
Un handicapé frustré et une obèse qui voudrait ressembler à Claudia Schiffer font payer leur hystérie à toute l'Europe. Au secours Freud.
Réponse de le 04/07/2015 à 14:53 :
Vous parlez de François Hollande et de son ex-femme ou…. ? ;-)
a écrit le 04/07/2015 à 12:55 :
Tout comme le socialisme, on est bien d'accord la dessus. Maintenant, ce peuple de fraudeur en est là de part la faute de qui? De leurs nombreuses fraudes depuis belle lurette ...
a écrit le 04/07/2015 à 12:53 :
Varoufakis me fait penser à un drogué qui accuserait son médecin de l'avoir shooté.
Lever les peuples contre les financiers , c'est facile surtout lorsque , c'est cette même classe politique grec qui a falsifié ces comptes avec goldman & sachs pour mener grand train pendant 15 ans .
Faire les réformes de la fonction publique et lever l'impôt , c'est plus dur .
Réponse de le 04/07/2015 à 18:10 :
Ni Tsipras ni Syriza n'ont jamais été au pouvoir, et jamais été condamné pour quelque affaire que ce soit. Vous ne pouvez pas leur attribuer les fautes de leurs predecesseurs !
a écrit le 04/07/2015 à 12:27 :
Ces Grecs Ils vivent ou ? en Europe ? sur Terre? ou dans les airs? Je suis en Asie, je regarde TV5 en étant assis heureu.. sement, j'entends les interviews les retraités Grecs se plaindre en direct : je n'ai plus que 1.500/2200 euros par mois, l' on m'a réduit ma retraite ???? Dans quel monde vit-on. ? C'est NOUS qui payons pour ces types . Merkel a raison Virons les !!!! Virons les !!!! Please et plus vite sera le mieux
Réponse de le 04/07/2015 à 18:11 :
La moyenne des retraites en Grece, c'est 700€, avec un seuil de pauvreté a 660€.
N'écoutez pas tout ce que vous dit la TV, c'est mauvais pour vous !
a écrit le 04/07/2015 à 12:26 :
Yanis Varoufakis estime que l'action des créanciers relève du "terrorisme",

ce qu'estime Yanis Varoufakis est de bon sens, le terrorisme économique va de paire avec le renouveau de l'esclavage humain,

le point commun entre l'esclavage humain nouveau du 21ème siècle et le terrorisme bancaire,

c'est que ce sont les mêmes voyous financiers qui agissent en bandes organisée, soutenus par les classes politiques dépravées,

Question de bon sens, y a-t-il des liens avec la colonisation terroriste des colons Juifs d'Israel qui massacrent les bébés, les enfants, femmes et vieillards Palestiniens, et surtout qui déstabilise la planète entière, en générant les extrémismes ?
Réponse de le 04/07/2015 à 14:35 :
Ce sont les mêmes qui ont favorisé et soutenu la seconde guerre mondiale qui veulent mettre la Grèce à genou, et pour les mêmes raisons!
Le terrorisme est pratiqué chaque jour par les Etats Unis, sous forme d'ingérence et de complot, et ses affidés que sont le FMI et les institutions européennes, bien drivés par Goldman Sachs et consorts!
a écrit le 04/07/2015 à 12:26 :
Le terrorisme n'est pas que l'apanage d'individus. Il est aussi le fait d'organisations de toute sorte et des Etats. Il prend des formes multiples et tue de manières très diverses.
Je suis d'accord avec Varoufakis.
a écrit le 04/07/2015 à 12:18 :
Un adolescent: on accuse papa-maman de tous les maux, mais on ne peut vivre que grâce à l'argent de papa-maman.
Sois adulte et fier, mon gars: gagne ta vie et vis avec l'argent que TU as gagné.
Réponse de le 04/07/2015 à 15:36 :
Donnez-nous des arguments valables, plutôt que de poster des messages d une condescendance crasse.
a écrit le 04/07/2015 à 12:12 :
N importe quoi !!
Terrorisme bancaire ?? On aura vraiement tout vu !
a écrit le 04/07/2015 à 12:09 :
Le ministre des finances, oublie certainement que c'est lui qui a le pouvoir et le seul pour faire emerger l'économie souterraine, faire que les flux transitent par les banques grecques, et renouvellent les liquidités grecques.
a écrit le 04/07/2015 à 12:05 :
ah bon, maintenant, ce sont les autres qui ont fermé les banques grecques ! Tsipras et Varouf ne veulent pas prendre la responsabilité de leur incompétence et cherchent donc des lampistes. Comme quoi, il est temps de les virer et de passer aux choses sérieuses !
a écrit le 04/07/2015 à 11:54 :
le model européen à bien des soucis à se faire ! Arriver à mettre un état hors la loi pour des questions d'argent, est le signe d'une société malade. Il faut commission de surendettements qui doit permettre à la Grèce de redemmarer sans s'amputer de tous ces bijoux de famille, n'être contraint de faire mieux que ce qu'elle est en meure de faire.
Réponse de le 04/07/2015 à 13:09 :
Il y a beaucoup de pays, y compris dans la zone €, plus pauvres que la Grèce et qui ne se sont pas mis dans un tel imbroglio. Il est d'ailleurs totalement injuste que ces pays (Espagne, Portugal, Italie, Irande, Pays Baltes...) qui ont fait des efforts pâtissent de l'incurie grecque. En cas de non, il faudra surtout protéger ces états quel qu'en soit le prix. En particulier veiller à ce que les taux auxquels ils se refinancent renstent assez bas. Et que les grecs aillent se faire voir chez les grecs.
Réponse de le 04/07/2015 à 14:12 :
@bruno_bd
Les pays qui sont passés sous les fourches caudines de l'UE sont dans une situation économique catastrophique, à part peut-être l'Irlande qui fait du dumping social, est un paradis fiscal pour nombre d'entreprises US. La Grèce a eu au moins le courage d'essayer autre chose. Le gouvernement Tsipras a été plus que responsable dans les négociations. La conclusion est que l'on sait maintenant que l'UE est antidémocratique, ultra-libérale ,dirigée par des voyous
(Les 3 vont ensemble). Le prochain pays qui s'attaquera à l'Europe sait ce qu'il lui reste à faire et j'espère que ce sera l'Espagne qui fera rapidement tomber l'UE, car il est maintenant assuré que l'Europe est morte.
Réponse de le 04/07/2015 à 14:27 :
@bruno
C'est assez juste et je pense que les pays que vous citer ne vont pas se priver de montrer leur mécontentement quand il s'agira de mettre la main au portefeuille.
De plus, quand on est demandeur de quelque chose on le fait avec "amabilité" ce qui est loin d'être le cas de ce monsieur.
a écrit le 04/07/2015 à 11:53 :
C'est le "scholar" formé, ex-conseilleur et ex-professeur dans les meilleurs écoles et milieux du libéralisme économique anglo-saxon qui critique les banquiers !!! aujourd'hui on voit bien c'est LUI le cheval de Troie, le sacré cadeau empoisonnée qui Bruxelles et le FMI ont donné au peuple grec.

Arrêtons cette mascarade, ce n'est qu'un secret de Polichinelle, l'UE et son euro sont bel et bien finis. La question qui s'impose c'est comment les institutions Système-Bruxelles vont-elles faire pour sauver leur face et finir par dire que c'étaient ELLES qui ont décidé d'en finir avec l'euro. Les masque, finalement, sont tombés et du plus haut !
a écrit le 04/07/2015 à 11:35 :
Utiliser ce mot est un manque de politesse évident par rapport aux familles qui ont subis le terrorisme.
Au lieu de vociférer, que le pays fasse quelques choses. Depuis 2010 le peuple européen a financé ce pays pour qu'il ne sombre pas. Maintenant ce serait bien qu'il bouge pour être autonome puis qu'il nous rembourse. Les français ont cruellement besoins de l'argent qui a été prêté aux grecs.
Réponse de le 04/07/2015 à 12:22 :
C'est irrespectueux pour les familles qui ont subi le terrorisme mais aussi envers les autres européens qui les ont financés jusqu'à maintenant....
On ne peut pas aider une personne contre sa volonté....
Perso: je ne pense pas qu'on puisse récupérer l'argent prêter un jour mais je souhaites que notre gouvernement s’arrête de s'acharner à subvenir des gens qui ne souhaitent pas faire des reformes. Nous aussi, on a des gens qui ont du mal a finir leur mois.... Mais je souhaiterais que la valeur du travail soit supérieur à celle de assistanat ..... Ok: j'ai une vision liberaliste
Réponse de le 04/07/2015 à 12:22 :
@againparis Vous devez etre le genre de type a avoir de l assurance vie, vous donnez de l'argent à un état en faillite , vous endettez vos enfants et petits enfants pour en tirer de petits bénéfices et souhaitez que cette escroquerie perdure ...
Vendre de l argent (obtenu gratuitement) à quelqu'un qui n'a pas les moyens de vous rembourser est une escroquerie pour encaisser des plus-values d'un capital qui n'existe pas. Fallait pas prêter !
Réponse de le 04/07/2015 à 12:41 :
leducmichael: si againparis prend une assurance vie, c'est qu'il n'a pas confiance dans l'Etat providence et qu'il pense donc que l'Etat en faillite ne pourra plus payer sa pension. Et, pour être aussi court que vous, "fallait pas emprunter"...
Réponse de le 04/07/2015 à 12:47 :
Qu'ils commencent a collecter sérieusement l'impôt et ils trouveront des sources de financement
Réponse de le 04/07/2015 à 13:04 :
Encore une fois ce ne sont pas les banques ou les compagnies d'assurance-vie qui ont poussé la Grèce à s'endetter au delà du raisonnable et de falsifier ses comptes pour pouvoir continuer à le faire.
Réponse de le 04/07/2015 à 13:57 :
"Fallait pas prêter"...un peu facile. On pourrait dire "fallait pas emprunter" aussi, et surtout "fallait pas emprunter sans RIEN mettre en oeuvre pour pouvoir rembourser un jour".

Et si ces prêts avaient été refusés en 2010, je suis sûr que vous auriez crié au déni de démocratie, à grand renfort de "elle est belle cette Europe incapable de la moindre solidarité envers les pays les plus faibles", bla bla bla. Et maintenant c'est de l'usure bien évidemment. Donc quoi qu'elle fasse, l'Europe a de toute façon tort à vos yeux. Intellectuellement malhonnête comme discours, comme tous ceux ne mettant la "faute" uniquement sur une seule des deux parties.
Réponse de le 04/07/2015 à 14:21 :
Non malheureusement je n'ai pas d'assurance vie.
Juste 1 livret A et 1 ldd.
Les prêts ont été fait par nos politiques pas par le peuple vivant en France ou en Europe.
Réponse de le 04/07/2015 à 14:25 :
@beber
Oui, l'Europe a tous les torts, elle est irresponsable et antidémocratique.
L'Europe n'a pas prêté aux Grecs sur leur seul bon vouloir d'emprunter...Vous ne ferez croire à personne que les prêteurs étaient des naïfs, des banquiers tombés de la dernière pluie...Prêter massivement à la Grèce fut une décision politique, parce qu'il y avait un consensus politique européen, et surtout une pression US, (OTAN) pour des raisons de géopolitique évidentes. La dette de la Grèce, c'est le prix de cette géopolitique qu'on veut leur faire payer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :