Hausse des taux : la BCE va encore frapper fort pour juguler l’inflation

Pour la troisième fois, la Banque centrale européenne devrait annoncer, ce jeudi, un resserrement de sa politique monétaire avec une hausse de ses taux directeurs. Comme en septembre dernier, ce relèvement devrait être de 75 points de base. Cette réunion des gouverneurs sera également l'occasion d'aborder le sujet de la réduction de son bilan, qui a grimpé à 8.800 milliards d'euros sous l'effet de ses programmes d'achat d'actifs en soutien à l'économie.
Christine Lagarde, présidente de la BCE, devrait annoncer une nouvelle hausse de ses taux, ce jeudi.
Christine Lagarde, présidente de la BCE, devrait annoncer une nouvelle hausse de ses taux, ce jeudi. (Crédits : Reuters)

Il semble y avoir peu de suspense : la hausse des taux de la Banque centrale européenne devrait être, à nouveau, de 75 points de base. L'institution financière doit, en effet, annoncer, ce jeudi, un nouveau resserrement de sa politique monétaire pour tenter d'endiguer l'inflation qui a atteint 10% en septembre sur un an au sein de la zone euro (les 19 pays à avoir adopté la monnaie unique).

Ce sera la deuxième fois consécutive que le conseil des gouverneurs de la BCE, composé de 25 membres, optera pour une hausse de 75 points de base. Le 7 septembre dernier, la banque centrale européenne avait déjà procédé à un relèvement de la même ampleur, après avoir augmenté ses taux d'intérêt en juillet pour la première fois en dix ans, de 50 points de base. Cette hausse a mis fin à plus d'une décennie de taux d'intérêt extrêmement bas, voire négatifs et aujourd'hui, le taux sur les dépôts bancaires à la BCE, qui est l'un des trois taux directeurs et qui fait référence, se situe actuellement à 0,75%. Avec la hausse attendue ce jeudi, il se rapprocherait ainsi d'un niveau de 2%, qui est peu ou prou considéré comme neutre pour l'activité.

La présidente de la BCE, Christine Lagarde avait prévenu, en septembre, que les taux étaient encore « loin » d'un niveau qui « aidera à ramener l'inflation à 2% ». Elle avait ainsi déclaré que les hausses suivantes, qui « dépendront des données » économiques, devaient « être d'une amplitude qui nous rapproche plus rapidement » de cet objectif, assurant que la BCE allait « continuer à augmenter les taux ».

Lire aussiBCE : jusqu'où porter les taux pour ramener l'inflation à 2% ? Et faut-il s'accrocher à cet objectif ?

L'institut francfortois semble calquer son action sur la Réserve fédérale américaine, qui pourrait à nouveau relever de 0,75 point de pourcentage son taux directeur en novembre, comme lors des trois réunions précédentes, selon les économistes. Mais aux Etats-Unis, l'inflation est nourrie par les dépenses des ménages aidés par Washington pendant la pandémie, tandis qu'en zone euro ce sont les prix de l'énergie et des matières premières importées qui font bondir l'agrégat.

Risque de récession

Cette politique n'est pas sans conséquence sur l'économie de la zone euro. Freiner la demande pour ralentir l'inflation peut, en effet, s'avérer délétère pour la croissance de la zone euro et provoquer une récession. Ce scénario semble d'ailleurs se préciser d'autant plus à en croire les propos du vice-président de la BCE, Luis de Guindos, le 14 octobre dernier. Selon lui, une interruption durable des flux de gaz russes vers l'Europe pourrait provoquer une récession de près de 1% dans la zone euro en 2023. Un scénario déjà assuré pour l'Italie et l'Allemagne selon le FMI. La première économie européenne devrait par exemple voir son PIB reculer de 0,4% l'an prochain. Dans un contexte de ralentissement économique, c'est donc un choix délicat que fait l'institution de Francfort, mais les gardiens de l'euro estiment que laisser les prix grimper serait encore plus néfaste.

Lire aussiUne légère récession, est-ce si grave ?

Certains Etats membres s'inquiètent toutefois des conséquences de ces relèvements successifs à l'instar d'Emmanuel Macron qui a appelé à ne pas « briser la demande » pour contenir l'inflation. La nouvelle présidente du Conseil italien, Giorgia Meloni, entrée en fonction cette semaine, a, quant à elle, souligné « le risque » d'une hausse des taux, notamment « pour les États membres qui ont une dette publique élevée ». Berlin n'est pas sur la même longueur d'ondes et il est important aux yeux du gouvernement allemand de ne « pas contrer les mesures des banques centrales » par un soutien trop fort de la demande. Ce qui ne l'empêche pas de soulager les consommateurs allemands face à l'inflation galopante comme il le fait avec son plan massif de 200 milliards d'euros pour plafonner les prix de l'énergie.

Un bilan à 8.800 milliards d'euros

La BCE devrait également profiter de la réunion de cette semaine pour discuter de l'alignement des autres instruments de politique monétaire avec ses efforts de lutte contre l'inflation. Il devrait notamment être question des TLTRO, ces prêts à plus long terme à des coûts avantageux et qui encouragent les banques à prêter aux entreprises et aux consommateurs de la zone euro, ce qui est favorable à la consommation et à l'investissement. Quand il s'agissait de soutenir les prix dans les plans anti-crises et que l'inflation se situait en dessous de 2%, plusieurs vagues de ces prêts géants et bon marché ont d'ailleurs été accordés aux banques. Mais avec une inflation à 10%, la priorité est désormais de freiner cette consommation, remettant en cause l'intérêt de ces TLTRO.

La BCE se sait aussi attendue sur la réduction de son bilan, qui a grimpé à 8.800 milliards d'euros sous l'effet de ses programmes d'achat d'actifs en soutien à l'économie.  Mais, compte tenu du risque d'ébranler les marchés financiers, les analystes estiment que le début de tout « resserrement quantitatif » - ne pas réinvestir les obligations arrivant à échéance - est encore loin. « Les récents événements au Royaume-Uni, qui ont forcé la Banque d'Angleterre à faire volte-face sur les achats d'obligations, pourraient être considérés comme un rappel utile que tout retrait agressif de liquidités risque d'être très perturbant pour le marché obligataire et la transmission de la politique monétaire », note Frederik Ducrozet, chef économiste chez Pictet Wealth Management.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 27/10/2022 à 14:02
Signaler
Sur le principe que la monnaie n'est pas un but, mais un simple moyen d'échange, et sachant que toute création monétaire est thésauriser a l'autre bout de la chaîne, seul, la vitesse de circulation de la monnaie a de la valeur ! Et, toutes monnaies l...

à écrit le 27/10/2022 à 9:37
Signaler
Quand l'argent était gratuit ceux qui possèdent et détruisent le monde en ronflant se gavait comme les empiffrés qu'ils sont, maintenant qu'il devient plus cher ce sont les gens qui vont en payer le prix le plus fort. Le néolibéralisme c'est la socia...

le 27/10/2022 à 10:07
Signaler
Le consommateur lambda a aussi profité de ces taux bas : ptet immo a 0.65 , prêt auto à 1%, prêt conso a 1,5 … vous avez la mémoire courte et bien sélective … maintenant comme il s agit de freiner la demande donc la consommation … que les citoyens - ...

le 27/10/2022 à 10:12
Signaler
Le consommateur lambda a aussi profité de ces taux bas entre 2016-2020 : pret immo a 0.65 max 1,5, prêt auto à 1%, prêt conso a 1,5 … vous avez la mémoire courte et bien sélective … maintenant comme il s agit de freiner la demande donc la consommat...

le 27/10/2022 à 10:14
Signaler
Le consommateur lambda a aussi profité de ces taux bas entre 2016-2020 : pret immo a 0.65 max 1,5, prêt auto à 1%, prêt conso a 1,5 … vous avez la mémoire courte et bien sélective … maintenant comme il s agit de freiner la demande donc la consommat...

le 27/10/2022 à 10:49
Signaler
Ce n'est pas le consommateur qui a profité de ces taux, les prêts si on regarde ont toujours la même durée dans le temps, l'argent n'est pas dans la poche de l'acheteur mais celle des vendeurs qu ont fortement augmenté le prix des biens immobiliés, c...

le 27/10/2022 à 13:04
Signaler
Non acheter au dessus de ses moyens c'est pas "profiter" c'est se faire avoir, donc le consommateur c'est encore fait avoir mais c'est son rôle de consommateur. Puis t'es pas obligé de rabâcher une c... 3 fois, merci.

le 27/10/2022 à 14:26
Signaler
Tous les ans en France on socialise bcp plus de la moitié de la richesse produite. Le néoliberalisme en France n'existe pas. C'est le socialisme qui domine.

à écrit le 27/10/2022 à 9:27
Signaler
Dans cette phase inflationniste ce sont les allemands qui ont raison. Certains pays comme la France sont dépendants à l'argent facile de la BCE pour financer leurs déficits budgetaires et commerciaux pour maintenir à flot une économie basée sur l'as...

le 27/10/2022 à 15:39
Signaler
100% OK

à écrit le 27/10/2022 à 8:48
Signaler
Oui, elle va frapper fort, alors que c'est trop tard. Elle aurait mieux fait de frapper moins fort, et un an plus tôt

le 29/10/2022 à 11:54
Signaler
En effet, on devrait la virer. C est quoi la mission de la BCE déjà ? 2% lol

à écrit le 27/10/2022 à 8:43
Signaler
avec 10% d'inflation, il va en falloir, des levees de taux! sinon les incompetents comme macron pensent a leur reelection, mais a force d'avoir mis du charbon dans la chaudiere ca va peter, et c'est eux les (ir) responsables, pas la peine de venir pl...

le 27/10/2022 à 10:17
Signaler
C est ce que voulait la population : consommer plus …. Le reste elle s en fout …

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.