Ne pas « briser la demande » : l'inquiétude d'Emmanuel Macron face à la hausse des taux de la BCE

Alors que la Banque centrale européenne pourrait relever une nouvelle fois ses taux, fin octobre, de 75 points de base, le président français a, lui, appelé à ne pas « briser la demande » au sein de la zone euro pour contenir l'inflation puisque l'économie européenne « n'est pas en surchauffe ».
Emmanuel Macron a alerté, dans une interview aux Echos, ce lundi, sur les conséquences de resserrements trop forts de la politique monétaire européenne.
Emmanuel Macron a alerté, dans une interview aux Echos, ce lundi, sur les conséquences de resserrements trop forts de la politique monétaire européenne. (Crédits : LEONHARD FOEGER)

« À mon avis, des hausses supplémentaires de taux d'intérêt seront nécessaires afin de ramener l'inflation (dans l'objectif) de 2% à moyen terme, et pas seulement à la réunion de politique monétaire de fin octobre »prévoyait Joachim Nagel, président de la Bundesbank, samedi dernier. Le chef de la banque centrale allemande faisait ainsi référence aux relèvements successifs réalisés par la Banque centrale européenne depuis juillet dont le dernier, en septembre, était de 75 points de base. Et c'est un relèvement d'une même ampleur qui pourrait être décidé lors de la prochaine réunion du conseil des gouverneurs de l'institution, prévue le 27 octobre, évoquée par Joachim Nagel.

Lire aussiPour ou contre : fallait-il remonter les taux directeurs face à l'inflation ? (Stéphanie Villers face à Joseph Leddet)

Ce resserrement de la politique monétaire a pour objectif de freiner la demande au sein de la zone euro (les 19 pays qui ont adopté la monnaie unique) où l'inflation atteint désormais 10% en septembre sur un an contre 9,1% en août. Avec comme principal risque de provoquer une récession. Le 14 octobre, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a, en effet, déclaré que « les perspectives de croissance sont principalement orientées à la baisse, notamment en raison des conséquences économiques de la guerre en Ukraine ». Sans prononcer le mot de récession, elle a souligné que « les perspectives se sont assombries » depuis cet été en raison d'une « inflation élevée ». « La diminution des effets de réouverture (post crise du Covid-19) », « l'affaiblissement de la demande mondiale » et « la baisse de la confiance » pèsent également. Ces facteurs « sont susceptibles de provoquer un ralentissement significatif de la croissance du PIB de la zone euro au second semestre et au début de 2023 », a-t-elle conclu.

« Il faut faire très attention »

C'est également ce que craint le président français selon qui l'économie européenne n'est « pas en surchauffe » et il ne faut pas « briser la demande » pour contenir l'inflation, car cette dernière « a d'abord été importée de l'extérieur, elle n'est pas liée à une demande trop forte », souligne-t-il. La flambée des prix depuis plusieurs mois s'explique, en effet, majoritairement par la hausse croissante des tarifs de l'énergie liée à la guerre en Ukraine. En septembre, les prix de l'énergie connaissent, de nouveau, la hausse annuelle la plus élevée, à 40,8% en septembre, après 38,6% en août.

« Je suis inquiet de voir beaucoup d'experts et certains acteurs de la politique monétaire européenne nous expliquer qu'il faudrait briser la demande européenne pour mieux contenir l'inflation », pointe Emmanuel Macron dans une interview au quotidien français Les Echos ce lundi. « Il faut faire très attention. Contrairement aux Etats-Unis, nous ne sommes pas dans une situation de surchauffe européenne », met-il en garde.

Lire aussiBCE : jusqu'où porter les taux pour ramener l'inflation à 2% ? Et faut-il s'accrocher à cet objectif ?

« Coopération entre la politique monétaire et budgétaire »

Si le discours du président français se heurte à celui de l'instance monétaire européenne qui, après avoir longtemps repoussé cette décision, semble désormais prête à remonter ses taux autant que nécessaire, il en va de même pour la politique mise en place au sein du pays. Les nombreuses aides instaurées en France, en particulier le bouclier tarifaire qui réduit considérablement l'effet de la hausse des prix de l'énergie sur les factures des ménages, s'opposent aux tentatives européennes pour freiner la demande. Le risque de cette politique est de continuer à alimenter l'inflation et de contrecarrer les plans des banques centrales de ralentir l'activité.

Lire aussiSans le bouclier tarifaire, « les prix de l'énergie doubleraient en 2023 » (Bruno Le Maire)

C'est ce qu'ont récemment signalé les grandes institutions internationales à l'instar du Fonds monétaire international qui appellent à davantage orienter ce soutien budgétaire vers les plus vulnérables. De son côté, la présidente de la BCE Christine Lagarde a plaidé le 12 octobre pour une « coopération entre la politique monétaire et budgétaire ».

L'Allemagne pointée du doigt

Si la France ne manque pas de répondre aux difficultés de sa population par des aides, son voisin allemand est davantage pointé du doigt tant son plan de soutien aux ménages et aux industriels est massif : il s'élève à 200 milliards d'euros, ce que n'a pas manqué de souligner Emmanuel Macron. Le président français a, ainsi, appelé l'Allemagne à la « solidarité » européenne face à l'envolée des prix de l'énergie, mettant en garde contre les « distorsions » de concurrence auxquelles le plan allemand pourrait conduire. « Nous ne pouvons pas nous en tenir à des politiques nationales, car cela crée des distorsions au sein du continent européen », a-t-il déclaré dans l'interview aux Echos. « Notre Europe, comme lors de la crise Covid, est à un moment de vérité (...) Nous devons agir avec unité et solidarité », a-t-il plaidé.

« L'Allemagne est à un moment de changement de modèle dont il ne faut pas sous-estimer le caractère déstabilisateur », a concédé le chef de l'Etat, ajoutant toutefois que « si on veut être cohérent, ce ne sont pas des stratégies nationales qu'il faut adopter mais une stratégie européenne ».

Emmanuel Macron s'est dit toutefois confiant « dans la force du couple franco-allemand et dans notre capacité ensemble à porter une stratégie ambitieuse ». Et de conclure : « Il y a une solidarité européenne à l'égard de l'Allemagne et il est normal qu'il y ait une solidarité de l'Allemagne à l'égard de l'Europe ! ».

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 17/10/2022 à 23:58
Signaler
Pas en surchauffe? a t il seulement constater le prix des logement ou simplement des locations en France? lui veut davantage enrichir les banquier en leur demandant d’octroyer toujours plus de credit.Lui vit dans les luxueuses demeure mis à dispositi...

à écrit le 17/10/2022 à 23:29
Signaler
Comme Macron ne comprend rien à l'économie, ses résultats sur 5 ans et même plus en comptant son temps comme ministre des finances le démontrent il faut faire exactement le contraire de ce qu'il préconise. Commerce extérieur massacré à - 90 milliards...

à écrit le 17/10/2022 à 13:52
Signaler
Mais qui croit encore au couple franco-allemands à part des personnes coincées dans leurs dogmes ? Les allemands ont toujours fait cavalier seul, voir sujet sur la défense et approvisionnement en gaz. Et sinon, quand une économie fonctionne normaleme...

le 17/10/2022 à 18:02
Signaler
il faut changer le logiciel de m macron. il est incapable de comprendre que les allemands ne roule que pour leur pays. ce qu'il doir faire c'est simplement la meme chose imposer de force la france dans tout les domaines ont bradé notre industrie ...

à écrit le 17/10/2022 à 13:48
Signaler
L'héritage barbare et brutal allemand de l'UERSS, empire prévu pour durer mille ans mais ce serait étonnant. NE sachant plus raisonner ils résonnent.

à écrit le 17/10/2022 à 12:31
Signaler
Et oui, Christine a perdu la main ! Avant il ordonnait, maintenant il vient pleurer sur les méchants allemands qui en ont marre de payer pour nous

à écrit le 17/10/2022 à 12:27
Signaler
Le monsieur adore les bulles créées par de la monnaie de singe. Tant que ça dure encore 4 ou 5 ans, c'est bon !

à écrit le 17/10/2022 à 12:10
Signaler
En tout cas la demande d'essence est bien là! Voilà de quoi supporter la croissance ...à condition de pouvoir faire le plein. Les souhaits et les voeux pieux, ça ne remplit pas le réservoir.

à écrit le 17/10/2022 à 9:54
Signaler
Bien sûr il suffit de regarder le déficit du commerce extérieur plus de 10 millards par mois pour s’apercevoir que notre système économique basé sur la demande nous entraîne à la catastrophe. Consommer à crédit voilà le crédo de la France depuis plus...

à écrit le 17/10/2022 à 9:26
Signaler
"L'inquiètude de ne pas "briser la demande"" c'est rester dans le monde artificiel de la "politique de l'offre" permanente, de sa publicité et éternelles innovations, qui n'apporte aucun réel progrès ! Bref ! Vouloir pédaler dans la semoule demandant...

à écrit le 17/10/2022 à 9:11
Signaler
la séduction; la plus durable; n est pas gagnée par la flatterie ! chaque jour deviendra t il l apprentissage du lendemain?

le 17/10/2022 à 9:46
Signaler
six au pouvoir plus avec les postes de ministres et conseiller et il n'a toujours pas compris que l'allemagne ne roule que pour elle meme et en extreme recours voir en sixiemme voir dixiemme cas elle se renseigne au niveau de l'europe mais bien ap...

à écrit le 17/10/2022 à 8:58
Signaler
evidemment qu'il y a un exces de demande par rapport a ce qu'on peut produire! et d'ou ca vient? des credits gratuits payes par personne, des depenses d'etat nconsiderees ' payees par personne via des prets bce sans interet non remboursables'......cr...

le 17/10/2022 à 9:29
Signaler
Oui, pour nos dirigeants l'argent de la planche à billets sans contrepartie est devenu le new normal. Impossible pour eux d'y renconcer, Il faudrait faire des choix difficiles et lez expliquer aux citoyens: mais ça s'appelle de la politique et ils ne...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.