La Grèce va chercher 3 milliards d'euros de ressources supplémentaires

 |   |  219  mots
Le gouvernement grec a assuré que cette liste de réforme ne comporte pas de mesures à caractère de récession.
Le gouvernement grec a assuré que cette liste de réforme "ne comporte pas de mesures à caractère de récession". (Crédits : © Alkis Konstantinidis / Reuter)
Le gouvernement grec a dévoilé à ses créanciers une liste de réformes dans l'espoir d'obtenir une nouvelle aide financière.

Le gouvernement grec envisage des mesures permettant d'augmenter les recettes de l'Etat de trois milliards d'euros cette année dans la liste de réformes soumise aux créanciers du pays dans l'espoir de débloquer de nouvelles aides, a déclaré vendredi un haut fonctionnaire gouvernemental.

A lire aussi : Yanis Varoufakis sur le départ ?

Il a ajouté que le Groupe de Bruxelles, qui réunit les créanciers de l'Union européenne et du Fonds monétaire international, commencerait à débattre de cette liste samedi, alors qu'un responsable de la zone euro déclarait que la discussion débuterait vendredi soir.

Pas de réduction des traitements

"Les mesures proposées dans la liste de réformes prévoient des recettes de trois milliards d'euros en 2015, lesquelles ne seront en aucun cas le produit d'une réduction des traitements ou des retraites", a dit le haut fonctionnaire grec. "La liste ne comporte pas de mesures à caractère de récession".

La liste évoque par ailleurs un excédent budgétaire primaire (hors service de la dette) de 1,5% du produit intérieur brut (PIB) en 2015, inférieur de moitié à l'objectif figurant dans le programme de renflouement de l'UE et du FMI, et une croissance de 1,4%.

A lire aussi : Derrière les sourires, le noeud coulant se resserre encore

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2015 à 15:12 :
C'est sur que l'excuse de ne pas taxer les armateurs sous prétexte qu'ils risquent de déménager ailleurs n'est pas pour inciter les autres à payer des impôts, d'ailleurs le mot "impôts" existe t'il dans le dictionnaire grec?
a écrit le 28/03/2015 à 8:22 :
Ils ont commencés a imprimer des IOU petits papier qui distribués en lieu et place des euros permetent de faire circuler unne monaie inexistante mais acceptée car emise par l'etat
ils peuvent etre rédigés en drachmes ou en euros retour au troc aussi pas mal pour les avancées sociales promises
Réponse de le 28/03/2015 à 16:15 :
Ils n'ont rien commencé du tout, arrêtez la desinformation. Tout ce que vous lisez dans les médias ne sert qu'a provoquer un soutient artificiel a l'Europe, qui part perdante dans ces negociations, contrairement a ce que disent les journaux.
Vous verrez que l'europe cedera comme par magie a la derniere minute. Apres tout, on parle d'une goute d'eau comparé au milliers de milliards d'euros qu'imprime la BCE en ce moment !
Réponse de le 28/03/2015 à 18:37 :
@daralmat: tu ne connais pas du tout les Grecs :-) Meme entre eux, ils ne voudraient pas de tes bouts de papier. C'est le pays ou la notion meme de respect d'un contrat n'existe pas :-)
Réponse de le 29/03/2015 à 10:15 :
j'espere que Patrickb et Fx vous avez raison et qu'une fois encore les peuples ne seront pas les dindons de ceux qui les ont entrainés dans ce desastre par leurs positions insensées
a écrit le 28/03/2015 à 1:00 :
Qui peut croire en un excédent? Avec des impôts qui ne rentrent plus?
Réponse de le 28/03/2015 à 16:14 :
Par exemple, la mensualisation des dettes des entreprises et des particuliers envers l'état (cotisations sociales, TVA, etc ) est une bonne idée qui ferait rentrer pas mal d'argent. L'Europe n'en veut pas, on se demande pourquoi ?
a écrit le 27/03/2015 à 21:29 :
Fun, il vont encore tendre la sébille ... Ils ont raison : il n'y a qu'à demander et ça tombe ... en échange de vagues promesses. C'est bien nous les idiots.
Réponse de le 28/03/2015 à 16:12 :
Relisez l'article, on parle de l'argent des recettes de l'etat, il ne s'agit pas d'argent venant de l'Europe.
a écrit le 27/03/2015 à 18:26 :
sachant qu'ils ne veulent toucher ni aux retraites ni a la secu, ni au nombre de fonctionnaires, ni a leurs remunerations, que les impots ne rentrent pas vu qu'ils payent tt au noir, qu'ils ne veulent pas non plus des privatisations, engagees ou pas, et qu'il leur reste une semaine, on est curieux de voir comment ils vont faire
( je parle des ACTES, hein, pas du pipo qu'ils vont mettre sur un n-eme bout de papier)
Réponse de le 27/03/2015 à 19:15 :
+1
Réponse de le 28/03/2015 à 5:03 :
Peu importe comment ils feront ou pas, de toute façon ce sont les grecs qui nous tiennent, et vous verrez qu'in fine l'UE continuera à payer car elle a trop peur de prendre des décisions .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :