Le patronat appelle à mettre en œuvre "de toute urgence" le plan de relance européen

 |  | 448 mots
Lecture 3 min.
Geoffroy Roux de Bézieux, le patron du Medef, fait partie des trois personnalités à l'origine de cet appel.
Geoffroy Roux de Bézieux, le patron du Medef, fait partie des trois personnalités à l'origine de cet appel. (Crédits : DR)
Trois organisations patronales de trois pays européens (Allemagne, France, Italie) ont appelé ce jeudi à accélérer la mise en œuvre du plan de relance européen à hauteur de 750 milliards d'euros adopté en juillet dernier. "Tout doit être fait pour préserver le tissu productif", a déclaré pour sa part le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux.

Les présidents des organisations patronales allemande BDI, française Medef et italienne Confindustria ont appelé ce jeudi à "mettre en œuvre de toute urgence tous les éléments du plan de relance européen" face à la crise sanitaire.

Lors d'un forum économique trilatéral, Dieter Kempf, Geoffroy Roux de Bézieux et Carlo Bonomi entendent ainsi "limiter les incertitudes pour les entreprises", selon un communiqué conjoint.

Ils se disent "profondément préoccupés par les ramifications sociales, économiques et politiques de la pandémie" qui "nécessite des décisions fortes, urgentes et coordonnées pour relever les défis collatéraux tels que la lutte contre la pauvreté".

Lire aussi : Covid-19 : 500 millions de personnes menacées de pauvreté dans le monde

"Tout doit être fait pour préserver le tissu productif"

Les eurodéputés et les États membres de l'UE se sont accordés jeudi sur un mécanisme visant à subordonner le versement de fonds européens au respect de l'État de droit, levant l'un des principaux obstacles pour l'approbation du plan de relance post-Covid de 750 milliards d'euros adopté en juillet par les chefs d'État et de gouvernement de l'UE.

M. Roux de Bézieux souligne dans le communiqué que "tout doit être fait pour préserver le tissu productif. Il est impératif que les activités économiques, production et commerces, ainsi que les écoles, puissent rester ouvertes".

Lire aussi : Covid-19: l'OMS s'inquiète de l'"explosion" des cas en Europe, appelle à garder les écoles ouvertes

M. Bonomi juge pour sa part "absolument nécessaire" l'existence d'"un cadre européen flexible pour les aides d'État, permettant aux États membres de soutenir et de financer la reprise au niveau national".

Le BDI, le Medef et la Confindustria appellent les "gouvernements à mettre en place des projets communs de relance pour promouvoir la solidarité, la croissance verte et la numérisation, par le biais d'investissements privés et publics".

Coopérer sur le plan sanitaire

Sur le plan sanitaire, les organisations patronales demandent "des critères communs pour évaluer la situation de l'épidémie, des règles communes aux frontières, la coopération hospitalière pour le traitement des patients et la recherche sur les traitements et les vaccins".

Enfin, le président du BDI Dieter Kempf estime que "la mise en place d'un marché européen intégré de l'hydrogène est une priorité absolue" et souhaite que les Européens soutiennent ensemble le projet Gaïa X qui doit les rendre plus indépendants sur le traitement des données face aux Américains et aux Chinois.

Lire aussi : notre dossier spécial intitulé "Le pari de l'hydrogène"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :