Royaume-Uni : une banque s'est séparée de tous ses actifs... un mois avant le Brexit

Pour ne pas se laisser surprendre par les conséquences économiques du Brexit, une banque suédoise a décidé de se séparer de ses 17,2 milliards de dollars d’actifs britanniques un mois avant les résultats du référendum.
Anaïs Cherif
Un mois avant le Brexit, la banque suédoise Carnegie Investment Bank AB a vendu tous ses actifs britanniques en se fiant aux sondages.
Un mois avant le Brexit, la banque suédoise Carnegie Investment Bank AB a vendu tous ses actifs britanniques en se fiant aux sondages. (Crédits : © Reuters Photographer / Reuters)

Pour déserter la Grande-Bretagne, Carnegie Investment Bank AB s'est fié à son instinct... et aux sondages qui pronostiquaient un vote en faveur du Brexit. Avant même de connaître le résultat du référendum, l'établissement bancaire basé à Stockholm a vendu la totalité de ses actifs en Grande-Bretagne - soit 17,2 milliards de dollars (environ 14 milliards de livres). Henrik Drusebjerg, responsable de la stratégie de l'établissement, a déclaré mardi à Bloomberg : "Nous avons commencé à vendre nos avoirs britanniques jusqu'à ne plus en détenir peut-être un mois avant le vote."  La banque suédoise n'a pas communiqué le montant de cette opération.

Et celle-ci a eu le nez fin : dans la journée de l'annonce de la victoire du Brexit, les valeurs bancaires s'étaient effondrées en Bourse. Les banques européennes ont perdu en moyenne 16%, comme BNP Baribas ou la Deutsche Bank. La Société Générale quant à elle a décroché de plus de 20%.

| LIRE AUSSI : Royaume-Uni : trois PDG sur quatre envisagent de délocaliser après le Brexit

Les banques internationales envisageraient des relocalisations

Au regard des négociations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, Henrik Drusebjerg a précisé à Bloomberg que la banque suédoise ne comptait pas revenir sur le marché britannique. Il estime : "A la fin, il paraît évident que l'accord qu'ils vont signer sera très, très mauvais pour l'économie." Un avis partagé par Anthony Browne, directeur du lobby bancaire British Bankers' Association.

Dans une tribune publiée fin octobre par The Observer, il assure que la plupart des banques internationales installées au Royaume-Uni ont "la main sur le bouton relocalisation". Il détaille : "La plupart des banques internationales ont maintenant des équipes qui travaillent à déterminer quelles opérations doivent déménager pour qu'elles puissent continuer à fournir un service à leurs clients, ainsi que la date à laquelle cela doit arriver, et quelle est la meilleure manière de s'y prendre." Selon lui, les banques les plus petites pourraient commencer à déménager d'ici la fin de l'année 2016 quand les établissements plus grands pourraient attendre début 2017.

| LIRE AUSSI : Brexit : quelle ville va profiter de l'aubaine ?

Anaïs Cherif

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 02/11/2016 à 23:59
Signaler
ils ont vendus des avoirs britanniques ? mais le footsie n'a pas été affecté par le brexit, ses entreprises opérant surtout à l'étranger (matières 1eres, etc). Quant à Bnp et Deutsche Bank, ils sont côtés à Londres ? De quels avoirs britanniques se s...

le 03/11/2016 à 22:08
Signaler
Et oui. Les multinationales du FTS100 ont une grosse partie de leur chiffre d'affaires en dehors de l'UE, soit en dollars et euros. Leur valorisation en livre est donc augmentée par la baisse de la livre (leur CA en livre) A l'inverse, si vous ave...

à écrit le 02/11/2016 à 21:04
Signaler
Bonjour, A qui appartient cette banque ? Quels sont les actionnaires principaux ? Merci, Cdl

à écrit le 02/11/2016 à 20:45
Signaler
Tiens, vous ne parlez plus de sondage publié le week-end dernier qui établissait que 75% des banques établies en Grande Bretagne considéraient que celle-ci allait rester un grand pays d'accueil du secteur bancaire ? Parce qu'il existe certes aussi de...

le 03/11/2016 à 6:41
Signaler
Les banques ont probablement raison de penser qu'elles parviendront à tordre le bras de l'exécutif britannique pour lui imposer de demander le maintien au sein du marché unique (moyennant maintien de la contribution britannique au budget, application...

à écrit le 02/11/2016 à 19:39
Signaler
Bad England ! Bad, bad, bad...

le 03/11/2016 à 11:23
Signaler
Comme je vous avais prévenu à plusieurs reprises et étant donné que vous continuez à n'apporter aucun intérêt au débat, je vous ai signalé. J'aimerais bien comprendre pourquoi la modération vous laisse autant rien dire de la sorte quand même hein...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.