Zone euro : le chômage atteint son plus bas niveau depuis 10 ans

 |   |  313  mots
Plus spécifiquement, l'Italie enregistre une baisse importante du chômage avec un taux passé de 10,2 % en juillet à 9,7 % en août. Une performance qui permet à l'ensemble de la zone euro d'atteindre son plus bas niveau de chômage depuis près de dix ans.
Plus spécifiquement, l'Italie enregistre une baisse importante du chômage avec un taux passé de 10,2 % en juillet à 9,7 % en août. Une performance qui permet à l'ensemble de la zone euro d'atteindre son plus bas niveau de chômage depuis près de dix ans. (Crédits : Dado Ruvic)
Le taux de chômage dans la zone euro a reculé en août à 8,1 %, son niveau le plus faible depuis novembre 2008, a annoncé ce lundi 1er octobre l'Office européen des statistiques Eurostat.

Un record vient de tomber. Le taux de chômage dans la zone euro a reculé en août pour s'établir à 8,1 % (contre 8,2 % en juillet) et ainsi atteindre son plus bas niveau depuis près de dix ans (8 % en novembre 2008), a annoncé ce lundi 1er octobre Eurostat. Un record depuis la crise et surtout un chiffre légèrement meilleur que celui attendu par les analystes grâce, notamment, à une forte baisse du chômage en Italie avec un taux de chômage passé de 10,2 % en juillet à 9,7 % en août. En tout le nombre de demandeurs d'emploi a diminué de 102.000 d'un mois sur l'autre, à 13,22 millions.

>> Lire aussi : Réforme de l'assurance chômage : un chantier ouvert depuis plusieurs mois

Si le chômage est en décru dans l'ensemble de la zone euro ce n'est pas le cas dans chaque pays qui la compose. A titre d'exemple, pour la France, Eurostat a communiqué un taux en hausse à 9,3 % contre 9,2 % en juillet et 9,1 %. Toutefois le chômage dans l'ensemble de la zone euro n'a cessé de reculer depuis qu'il est repassé en septembre 2016 sous le seuil symbolique de 10 %. Il reste cependant toujours bien plus élevé que le taux moyen d'avant la crise financière de 2007-2008 où il se stabilisait à 7,5 %.

L' Allemagne fait figure de bon élève

Au pire de la crise de la dette, le chômage avait atteint le taux record de 12,1 % en avril, mai et juin 2013 dans la zone euro. Parmi les 19 pays ayant adopté la monnaie unique, le taux de chômage le plus faible a été enregistré en Allemagne (3,4 %).

Les taux les plus élevés ont quant à eux été relevés en Grèce (19,1 % en juin, dernier chiffre disponible) et en Espagne (15,2 %). Dans les 28 pays de l'Union européenne, le taux de chômage s'est établi à 6,8 % en août, stable par rapport à juillet.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2018 à 10:39 :
La délocalisation n'a qu'aggravé la situation, diminuant les postes de travail, les salaires et la consommation locale, pour relancer la croissance! De plus nous sommes dépendant des importations et favorisons administrativement l'immigration de travail! Donc pas d'optimisme sur la diminution du chômage en dehors du trucage de chiffre et de l'émigration!
a écrit le 01/10/2018 à 22:14 :
Guère brillant pour notre pays où la reprise semble s'être arrêtée net sous l'effet de quelques mesures malheureuses comme la hausse de la CSG des retraités et la hausse délirante, sous prétexte écologique, de la fiscalité sur l'énergie. Après une hausse en trompe l'oeil des ventes de voitures en août (dû au bradage de véhicules ne respectant pas les normes applicables au 1er septembre), le marché auto a plongé de 13% en septembre (exception faite de Dacia qui progresse de 6%... mais clairement, en France les Dacia sont des voitures de crise qui permettent de compenser le prix des carburants devenus démentiels du fait des taxes par un coût d'achat, d'usage et d'entretien faible).
a écrit le 01/10/2018 à 19:55 :
Les artifices statistiques de la baisse du chômage où quand la boite à outils présidentielles se transforme en bidouillage.
https://www.google.com/search?q=upr++vrai++taux++chomage+FRANCE&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b-ab
ou le mensonge et le tromperie sur le chômage au coeur de l' UE et de la zone euro.
CQFD..
a écrit le 01/10/2018 à 15:58 :
A 3 millions de chômeurs, certains pays ont sombré dans l'idéologie la plus sombre par le passé. A 6 millions, la France encaisse le choc. C'est le miracle français. Je ne dis pas qu'il faudrait sombrer, pas du tout ! C'est un constat. Heureux dans un sens.
Réponse de le 01/10/2018 à 18:15 :
Au début de 1933, l'Allemagne compte six millions de chômeurs complets auxquels s'ajoutent huit millions de chômeurs partiels
a écrit le 01/10/2018 à 15:25 :
C'est peut être vrai dans les autres pays mais ce n'est pas vrai en France .
a écrit le 01/10/2018 à 15:23 :
"L' Allemagne fait figure de bon élève"

Avec 1.2 millions de SDF, bravo en effet !

Vite un frexit.

"Forte hausse du nombre des sans-abri en Allemagne - rapport" https://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL8N1NK8U6
Réponse de le 01/10/2018 à 15:59 :
1 million de chômeurs et 1 million de SDF (et encore, je doute de ce chiffre) font moins que nos 6 millions de chômeurs toutes catégories.
Réponse de le 01/10/2018 à 17:17 :
@ multipseudos:

ET oui mas p'tite dame c'est la vie c'est comme ça hein... Le temps qui passe et la pluie qui ne vient toujours pas. Voilà, voilà... Passionnant...
Réponse de le 01/10/2018 à 22:42 :
Une bonne partie des SDF en Allemagne est constituée de migrants (la moitié en 2016) auxquels l'Allemagne a sans doute très inconsidérément ouvert largement ses frontières, sans avoir réellement les capacités nécessaires pour les accueillir. Le pays en est fortement déstabilisé au point d'y avoir ressuscité l'extrême droite AfD.
Réponse de le 01/10/2018 à 22:45 :
@balafenn : surtout qu'entre les chômeurs et les SDF en Allemagne, il y a sans doute des gens comptés deux fois...
Réponse de le 02/10/2018 à 9:25 :
@ multipseudos:

ET donc les migrants ne seraient pas des humains pour vous ? Il faut les éjecter des statistiques ?

Signalé.

"@balafenn : surtout qu'entre les chômeurs et les SDF en Allemagne, il y a sans doute des gens comptés deux fois... "

Ben oui bien sûr et tout ceci seulement pour vous contrarier ! -_-

Signalé deux fois...
Réponse de le 08/10/2018 à 15:52 :
@citoyen : je pense que l'Allemagne a commis une erreur majeure en ouvrant ses frontières aux migrants, loin d'ailleurs de tous venir de zones en guerre comme la Syrie. Non seulement elle s'est elle-même déstabilisée en dopant AfD, elle a renforcé le pouvoir d'Orban en Hongrie, du PIS en Pologne, permis l'arrivée de Babis en république Tchèque, de Salvini en Italie, et il s'en est fallu de très peu en France pour que Marine Le Pen puisse accéder au pouvoir ( je pense même que son parti arrivera largement en tête aux européennes... on sous-estime combien le numéro de Macron faisant des mamours à un braqueur lui faisant un doigt d'honneur à Saint Martin peut avoir des effets ravageurs dans l'opinion) sans même parler du brexit dont nul ne se hasarde plus à affirmer que le Royaume-Uni pourrait en sortir autrement qu'en lambeaux et dont le seul ressort était le refus de l'immigration subie. L'Europe s'est sortie de la crise de l'€, elle devrait survivre au brexit, je doute fort qu'elle survive à la crise migratoire que la décision de Merkel prise sous le coup de l'émotion et non de la rationalité a aggravé et que certaines ONG comme SOS Méditerranée entretiennent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :