Régionales Hauts-de-France  : quelles sont les préoccupations des patrons ?

Alors que le MEDEF Hauts-de-France a fourni une liste de 40 recommandations à celui ou celle qui présidera le conseil régional, Patrice Pennel, son président, revient sur les six années écoulées et les préoccupations des patrons concernant l'emploi, le recrutement mais aussi la recherche et développement.

6 mn

Patrice Pennel, président du MEDEF Hauts-de-France.
Patrice Pennel, président du MEDEF Hauts-de-France. (Crédits : MEDEF Hauts-de-France)

« Le pouvoir politique ne peut pas avancer efficacement sans le retour d'expérience du monde économique », estime Patrice Pennel, à la tête de l'une des antennes les plus importantes de France du syndicat patronal MEDEF. Pour autant, la politique a-t-elle eu assez de poids à l'échelle régionale pour peser sur l'économie ?

« Nous avons eu, ces six dernières années, un président de conseil régional qui a changé la donne, en écoutant d'une oreille attentive les chefs d'entreprises, là où au cours du mandat précédent (j'étais alors à la tête de l'IUMM, l'Union des industries et métiers de la métallurgie), nous n'avions de contact qu'avec un vice-président, qui faisait ce qu'il pouvait », résume Patrice Pennel, à la tête du groupe REG, industrie mécanique qui emploie 130 collaborateurs dans la région.

Le MEDEF a donc invité la semaine dernière les têtes de liste à débattre. « Nous avons pu organiser des échanges avec trois candidats, Xavier Bertrand (droite ex-LR), Laurent Piétraczewski (LREM) et Karima Delli (Union de la gauche et des Verts) », explique Patrice Pennel, président du MEDEF Hauts-de-France qui précise que « seul Sébastien Chenu (RN) n'a pas souhaité venir personnellement : on peut en déduire qu'il ne connaît pas grand-chose en économie. Aux dernières élections, Marine Le Pen était pourtant venue présenter ses idées ».

Bilan attendu sur l'emploi

Le président sortant Xavier Bertrand (divers droite ex-LR) avait fait de l'emploi une priorité de son mandat, alors que cette compétence reste à la marge du spectre régional. Six ans plus tard, le chômage reste préoccupant, même s'il atteint désormais son taux le plus bas depuis 10 ans (9,3 % au 4e trimestre 2020). Les entreprises, notamment industrielles, ne peuvent que constater une pénurie de main d'œuvre.

Comme il l'a répété à plusieurs reprises, ce bilan ne satisfait pas Xavier Bertrand. « Le chômage a baissé plus vite dans la Région que dans le pays (NDLR : -1,6 contre -1,4) notamment parce que nous avons créé un environnement favorable », a-t-il souligné lors du débat France 3/ Radio France.

Le dispositif phare de Proch'Emploi, créé par la Région en 2016 pour faire le lien entre les demandeurs d'emploi et les employeurs, a beau permis de trouver 21.000 solutions, il reste dans le viseur des opposants, qui pointent le coût du dispositif et sa superposition au millefeuille administratif. Patrice Pennel y voit pourtant un intérêt non quantifiable : « Le dispositif Proch'emploi a bien fait bouger les choses à Pole Emploi : depuis cinq ans, l'agence nationale a changé de braquet, en se mettant plus à l'écoute des entreprises et en apportant des réponses », constate le président du MEDEF.

 Question de mobilités

"Le conseil régional a en parallèle travaillé sur les questions de mobilité géographique, le transport étant une compétence majeure du conseil régional (NDLR : la majorité de la population étant concentrée sur 15% du territoire) mais également la formation et l'apprentissage", poursuit-il.

En février dernier, la Cour des comptes s'est d'ailleurs intéressée notamment aux actions visant à faciliter la mobilité géographique des chômeurs en Hauts-de-France, comme « illustration des enjeux nationaux » (la mobilité serait la cause d'1 à 2,5 points de chômage). Si l'impact des aides (à l'obtention du permis de conduire, pour la garde d'enfants ou pour les transports en commun, etc.) est incontestable, « son action en région touche un public assez réduit et se heurte in fine aux mêmes obstacles d'accès aux aides », souligne le rapport.

Le deuxième frein à la recherche d'emploi reste la mobilité professionnelle, à savoir la capacité de changer de métier ou de compétences. Un champ d'action qui est pleinement du ressort du conseil régional pour le coup. En 2018, sur près de 90.000 personnes formées par le Programme régional de formation du conseil régional des Hauts-de-France, un stagiaire sur deux a trouvé un emploi six mois après la fin de la formation. Et près de 6 sur 10 accèdent un emploi durable à savoir un CDI ou un contrat de plus de six mois, selon une enquête menée par le Conseil régional et Pôle emploi auprès des sortants de formation Hauts-de-France .

Voie royale de l'apprentissage

Pour le MEDEF, l'apprentissage reste la voie royale. La région comptait justement 40.000 apprentis fin 2019, avec des soutiens du conseil régional au transport, à l'hébergement, à la restauration, à l'équipement et aussi à l'accompagnement social. Le budget primitif 2021 maintient un investissement de 26,3 millions d'euros sur ce volet, un effort d'ailleurs remarqué par le Conseil économique, social et environnemental régional (CESER).

Est-ce que cette politique a d'ores et déjà porté ses fruits ? « Il est encore trop tôt pour y répondre », élude Patrice Pennel, qui compte près de 51.000 apprentis dans la région, contre 40.000 avant la pandémie. « Il faut que d'une manière générale, le système éducatif promeuve l'entrepreneuriat. Le MEDEF a d'ailleurs multiplié les dispositifs avec le rectorat, comme le Clubster Ecole-Entreprise, avec 250 professeurs qui emmènent chaque année des lycéens au cœur des entreprises », explique-t-il.

L'un des thèmes chers au président du MEDEF Hauts-de-France, "c'est l'accompagnement des entreprises dans l'innovation technologique. Or, la région ne consacre que 1,2% du PIB à la recherche et développement. Seule la Corse fait pire que nous. La moyenne nationale est de 2,3%. L'Occitanie, qui n'est pas spécialement exemplaire, est à 3,5%. Les Hauts-de-France manquent clairement de laboratoires en recherche et développement : le conseil régional peut faire bien mieux. »

Pas étonnant donc que les deux premiers chapitres des préconisations du MEDEF au futur président du conseil régional concernent l'enseignement, la recherche et aussi la formation. Ou comment mieux valoriser les métiers en tension au sein des établissements, accompagner la formation et les transitions professionnelles des salariés et rapprocher le monde de la recherche de celui de l'entreprise.

Développement durable et transition énergétique

Parmi la liste des propositions, on trouve évidemment le sujet du développement durable et de la transition énergétique (soutien au mix énergétique, à la rénovation des bâtiments, à l'économie circulaire, à la gestion de l'eau, transport propre, report modal, etc.). Avec un soutien public au nucléaire. Si Xavier Bertrand ne veut plus d'éolien, il s'est d'ores et déjà positionné pour accueillir un deuxième EPR, pour succéder à la centrale de Gravelines et ainsi maintenir toute la filière régionale.

 « Le mouvement Rev3 est aussi un formidable vecteur pour l'accompagnement des entreprises à la transition écologique », souligne Patrice Pennel. « Même si le mouvement était au départ très technologique, il a su évoluer sur les thèmes industriels importants, comme le CO2 ou l'hydrogène », constate-t-il. Rev3 revendique aujourd'hui 1.400 projets accompagnés depuis son lancement il y a huit ans.

Le dernier chapitre des recommandations du MEDEF porte sur l'aménagement, les infrastructures et le logement. « Notre commission dédiée à ce sujet a été particulièrement force de propositions : ce domaine économique porte près de 100.000 emplois dans la région sans compter les artisans », constate le président du MEDEF Hauts-de-France. La question de la rénovation énergétique, notamment dans l'ex-bassin minier, est aujourd'hui cruciale. La construction neuve, qui a chuté de 20%, devrait très vite le devenir aussi.

6 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.