1,9 million d'euros : c'est la rémunération moyenne des grands dirigeants français

 |   |  852  mots
L'AMF invite les sociétés cotées à se montrer plus transparentes sur le sujet des administrateurs indépendants. REUTERS.
L'AMF invite les sociétés cotées à se montrer plus transparentes sur le sujet des administrateurs indépendants. REUTERS. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
L’Autorité des marchés financiers (AMF) a publié son rapport 2013 sur le gouvernement d’entreprise et la rémunération des dirigeants des sociétés cotées. Le gendarme de la Bourse salue la féminisation et l’internationalisation des conseils d’administration, mais souhaite des précisions sur la notion d’administrateur indépendant.

Stigmatiser les mauvais élèves peut avoir des vertus. Et pas seulement à l'école. En 2012, dans son rapport annuel sur le gouvernement d'entreprise et la rémunération des dirigeants des sociétés cotées, l'Autorité des marchés financiers (AMF) avait, pour la première fois, donné les noms des entreprises les moins vertueuses en la matière.

Un an plus tard, le gendarme de la Bourse constate dans son rapport 2013, publié le 10 octobre, une "amélioration générale des pratiques de gouvernance et de rémunération", sur la base des documents de référence 2012 des sociétés et de l'ancien code Afep-Medef, en vigueur jusqu'à juin 2013. "Cet aperçu nominatif de la gouvernance des sociétés cotées a sans doute contribué à la propagation des bonnes pratiques", sourit Benoît de Juvigny, secrétaire général de l'AMF.

 Dans plus de 60% des entreprises, président et DG sont une seule et même personne

 Ainsi, le gendarme des marchés financiers salue "une nette augmentation" des sociétés ayant nommé un administrateur référent. Sur les 60 plus grands groupes cotés à la Bourse de Paris, 18,4% disposent aujourd'hui de cette sorte de "super administrateur en chef", à même, par exemple, de réunir le conseil d'administration en vue de remplacer le PDG, s'il juge que ce dernier n'est pas à la hauteur de sa tâche. En 2010, 9% seulement des entreprises comptaient un administrateur référent.

"Le modèle moniste, qui consiste à unifier les fonctions de président et de directeur général, est de nouveau en croissance, en France, puisqu'il concerne plus de 60% des sociétés, contre 50% environ en 2011. Or, pour faire contrepoids au PDG, les entreprises ont recours à un administrateur référent", explique Benoît de Juvigny.

 La part des administrateurs indépendants dans les conseils est de 55%

 De la même façon, l'AMF se réjouit de la féminisation et de l'internationalisation des conseils d'administration, où l'on trouve aujourd'hui en moyenne un quart de femmes et un quart d'étrangers, contre des proportions respectives de 10% et de 20% il y a trois ans. Toujours au chapitre des conseils d'administration, le gendarme de la Bourse salue le maintien "à un niveau élevé" (55%) de la part des administrateurs indépendants. Le groupe de BTP Colas fait ainsi figure d'exception, en ne qualifiant aucun des membres de son conseil d'indépendant.

Mais qu'entendent exactement les sociétés par "indépendant" ? Pas entièrement convaincue que leur acception du mot soit la même que la sienne, l'AMF "invite les sociétés à se montrer plus transparentes" en la matière. "Des banquiers d'affaires qualifiés d'indépendants se trouvent dans certains conseils d'administration", s'étonne Benoît de Juvigny.

 La rémunération due aux dirigeants, au titre de 2012, s'élève à 1,9 million, en moyenne

 Autre domaine où les sociétés cotées ont encore des progrès à faire : le non-cumul des mandats. Moins de la moitié (48%) des dirigeants mandataires sociaux se contentent de leur fonction exécutive. Ils sont encore 18% à exercer au moins trois mandats, et 10% à en avoir au moins quatre. Avec une mention spéciale à Vincent Bolloré, PDG du groupe éponyme, qui cumule neuf mandats. Or le nouveau code Afep-Medef, publié en juin dernier, n'autorise plus que deux mandats extérieurs à l'entreprise, contre quatre auparavant.

 Quid du sujet souvent très polémique des rémunérations des dirigeants des sociétés cotées ? Au titre de l'exercice 2012, les rémunérations globales (comprenant le salaire fixe, la part variable, les bonus exceptionnels, les jetons de présence et les avantages en nature) dues aux 68 PDG, directeurs généraux, présidents de directoire et gérants des 60 sociétés étudiées par l'AMF s'élèvent à quelque 131 millions d'euros, au total. Soit une moyenne de 1,9 million d'euros environ par dirigent, un montant qui recouvre d'importantes disparités, les rémunérations s'échelonnant entre 200.000 euros et…4,8 millions d'euros.

 8 sociétés ne disent pas si la rémunération variable de leurs dirigeants est plafonnée

 "Dans une large mesure, les rémunérations variables respectent le code Afep-Medef, qui recommande un équilibre entre la part fixe et la part variable, laquelle doit être indexée sur des critères qualitatifs et quantitatifs objectifs", estime Martine Charbonnier, secrétaire générale adjointe de l'AMF. Seul bémol, huit sociétés - Colas, Euler-Hermes, Eutelsat, Financière de l'Odet (qui détient 79,8% de Bolloré), Havas, Lagardère, Métropole TV (M6) et Plastic Omnium - se sont bien gardées de préciser si les rémunérations variables de leur état-major étaient plafonnées, contrairement à ce que recommande le code Afep-Medef.

 Enfin, toujours au chapitre des émoluments, trois sociétés - Accor, Eurazeo et Remy Cointreau - ne soumettent pas la totalité des options ou des actions gratuites attribuées à leurs dirigeants à des conditions de performance. Or ces options et actions gratuites ont représenté pas moins de 30% de la rémunération globale des dirigeants, en moyenne, l'an dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2013 à 15:50 :
on nous bassine avec les quelques patrons de multinationales, les entreprises et l'emploi ce sont le millions de pme où les patrons sont fiers de leur réussite et emplois créés, et qui n'hésitent pas à sacrifier leur salaire pour garder l'entreprise en vie. arrêtez de stigmatiser une marge non représentative pour dresser les employés contre les patrons, on n'est pas en corée du nord, bien que de temps en temps on pourrait se le demander !!!
a écrit le 13/10/2013 à 15:40 :
pour y voir clair il faut aussi intégrer les dividendes, car le patron de freee, le millardaire du minitel rose, qui avait fustigé les patrons du cac 40 (un smicard !) a 60% d'actions et donc 14 millions d'euros par an de dividende, soit plus d'un million par mois !!! attention aux arnaques et gains cachés
a écrit le 11/10/2013 à 16:29 :
pas plus choquant que les salaires des sportifs professionnels, des artistes...
a écrit le 11/10/2013 à 14:50 :
Et cela c'est de l'argent de poche. Car les frais divers sont pris en charge par leur entreprise. Et dire que ce sont ceux qui n'investissent pas un rond dans leur entreprise qui se font le plus de blé.
a écrit le 11/10/2013 à 7:33 :
Arrêtez d'appeler "patrons" des oligarques cupides qui n'ont jamais rien entrepris et qui ne prennent aucun risque. Quand ils échouent, contrairement aux vrais patrons, ils s'enrichissent.
Réponse de le 11/10/2013 à 10:11 :
Exact + 1
Réponse de le 11/10/2013 à 10:24 :
Il faut différencier entre les managers (cadres employés d'entreprises) et les entrepreneurs (créateurs d'entreprises, vrai "patrons"). Pour faire carriere dans une grande entreprise un cadre ne doit prendre aucun risque et etre surtout doué pour la politique. Ils ne sont pas jugés sur le bénéfice qu'il générent mais plus sur le budget qu'ils gèrent et le nombre de pesones qu'ils dirigent. Ils sont donc motivés à dépenser pas à créer de la richesse pour l'économie! Il y'a un gros parallele entre ces "managers" et les fonctionnaires: la plupart n'apportent rien et coutent beaucoup à l'organisation dans laquelle ils se sont établis. Les entrepreneurs, eux, prennet des risques parfois existenciels. Quand ils ont du succès, ils créent des emplois et de la richesse pour l'economie. Il me semble que ces derniers méritent plus de gagner en fonction de leur succes, mesuré en bénéfices et croissance de leur entreprise. S'ils prennent trop d'argent il détruisent leur boite... Donc en général il y'a une autorégulation.
Réponse de le 11/10/2013 à 12:09 :
+ 100 ceux qui parlent de création de richesses ici ne savent même pas de quoi ils parlent (fonctionnaires, cadres, rentiers immobiliers ...)
Réponse de le 13/10/2013 à 15:47 :
qu'un manager d'entreprise privé ait tendance à dépenser plutôt que créer de la valeur est un vrai délire de ceux qui n'ont jamais mis les pieds dans une entreprise, le contrôle de gestion a des tas de ratios implacables, unités d'oeuvre... toute sles dépenses passent en conseil de validation avec justification via des dossiers clairs et cuisinés et il y a obligatoirement des suivis de performance et de résultats, un tel manager serait vite détecté et épinglé en conseil de direction et rapidement viré... de plus si le management créaient la dépense inutile, c'est l'entreprise qui disparait rapidement..le propos concerne les administrations où tout est en roue libre, aucun management, aucun objectif, aucun pilotage par les résultats... l'usine fantôme qui nous coûte la dépense publique record d'europe en montant, effectifs, résultats médiocres et la dette publique de 2000 milliards
Réponse de le 13/10/2013 à 21:01 :
+ 10000 avec délire total, on est le musée de l'idéologie, il ne reste plus que la corée du nord pour tenir des propos aussi démagos et idéologiques et dénués de toute relation avec la vraie vie
a écrit le 11/10/2013 à 7:04 :
5200 euros par jour, dimanche compris. Mais que font-ils de tout ce fric ?
Réponse de le 11/10/2013 à 10:13 :
la cupidité n'a pas de limites...Quand on voit que des gens ont une misère pour pouvoir manger et vivre, c'est hallucinant de honte ! scandaleux!
a écrit le 11/10/2013 à 2:17 :
Encore un article pour enflammer les foules... Personnellement ces sommes ne m?émeuvent guère? (et pourtant je gagne moi-même mille fois moins). Pour deux raisons : d?abord parce qu?il s?agit de l?argent des actionnaires et qu?ils sont les meilleurs juges pour savoir si leur argent est justement investi dans ces personnes (et sincèrement vu ce qu?on leur ponctionne avant par rapport au risque financier, à eux de voir). Ensuite parce que ce n?est pas en diminuant par la loi les salaires de ces quelques top managers que notre situation personnelle va s?améliorer. Alors si certains se sentent mieux juste parce que la loi interdit tel niveau de salaire, tant mieux pour eux, mais leur satisfaction risque de vite de retomber face à la réalité de notre économie.
A la limite, ce qui m?offusque le plus, c?est l?absence de méritocratie pour accéder à ces postes de très haut niveau dont l?accès est affaire de tractations politiques obscures et de belles étiquettes clinquantes (X-Mines, ENA, etc.)? Plus de transparence et des parcours modèles en feraient peut-être des référents comme dans nombre d?autres pays.
Réponse de le 11/10/2013 à 7:27 :
Les actionnaires décident ? Vous n'avez pas bien compris comment fonctionne l'oligarchie des anciens hauts fonctionnaires à la tête de ces boîtes...
Réponse de le 11/10/2013 à 14:30 :
C'est justement cette oligarchie que je dénonce en fin de commentaire. Et je n'ai pas dit que les actionnaires décidaient, j'ai dit qu'il s'agissait de leur argent. Le problème encore une fois ne me semble pas le niveau de salaire mais la gouvernance obscure de ces groupes où tout le monde est administrateur de tout le monde dans une sorte de cénacle inattaquable, ce qui fait que bon ou mauvais vous restez en poste.
Par-ailleurs ces salaires me semblent moins indécents que ceux des sportifs médiatisés traités en exemple par la société et qui montent à la tête de nombreux jeunes en quête d'argent facile.
a écrit le 10/10/2013 à 22:25 :
Quand on voit les gens qui galèrent avec des emplois à temps partiels, des aides sociales, des salaires de misère et les autres au bout avec des millions à plus savoir quoi en faire on comprend que le monde tourne pas rond
Réponse de le 10/10/2013 à 22:58 :
Ben voilà! c'est exactement ça! les uns qui bouffent toute la laine sur le dos des autres, sous prétexte qu'ils prennent des risques ou se défoncent", on comprendrait s'il y avait une différence conséquente, mais là, c'est plus qu'indécent, plus que scandaleux! les uns=rien, les autres, de l'argent à plus savoir qu'en foutre!!tant qu'il en sera ainsi, le monde sera loin de tourner rond...
Réponse de le 11/10/2013 à 10:07 :
@ @ pascal74 : c'est sur ... On a vu ce que cela donne votre approche ... Le communisme et la misère généralisée pour tous ... et au passage près de 100 millions de morts pour faire taire les récalcitrants ... Non merci.
Réponse de le 11/10/2013 à 11:05 :
@Paulo : vous réalisez la co**erie de votre commentaire ? Il vous arrive de faire fonctionner correctement votre cerveau ? Pour vous le monde est soit tout noir soit tout blanc ? Et dire que ça a le droit de voter...Retourner à votre PMU c'est encore là que vous faites le moins de mal.
Réponse de le 11/10/2013 à 11:50 :
+ 1
Réponse de le 11/10/2013 à 11:57 :
@Chich: le PMU d'ou vous nous écrivez?
a écrit le 10/10/2013 à 19:36 :
Bonjour, Qu'un patron propriétaire de sont usine ,qui prend des risques avec ses biens personnel gagne des sous ; Ok! Mais un dirigent ? Souvent mis en place à cause de liens familiaux, ou renvoie d?ascenseur entre initiés...Gagnent des sommes pareille, je trouve cela scandaleux voir juridiquement condamnable, surtout comme c'est souvent le cas , ils lui font bouffer la grenouille . Et sans rire, on leurs trouve une autre boite à "" gérer""".
Réponse de le 10/10/2013 à 20:18 :
D'accord avec vous; que ceux qui créez leur entreprise et qui gagne autant c'est normal mais c'est jamais le cas. Celle les grandes filiale peuvent ce permettre de payer un dirigeant comme dit précédemment et dans ce cas c'est une véritable honte d'autant que ce type de "personnage" ne voit que les profit au détriment de leur homme et de la qualité des matières premières et des produits vendus. Ils finissent par délocaliser en s'octroyant une petite augmentation...
a écrit le 10/10/2013 à 19:29 :
Quelle indécence ! Par rapport à la moyenne des français. C'est combien le salaire médian ? 1700? me semble t'il. Rien n'a changé depuis le moyen âge ... Une poignée d'immensément riches, et les autres qui galerent pour boucler les fins de mois. Quelle société injuste et stupide.
Réponse de le 10/10/2013 à 20:10 :
Effectivement indécent. Ce n'est pas assez. ENtre le travail sans imagination, sans risque et celui qui demande des compétences rares, des efforts de chaque jour, des prises de décision permanentes, une "tension" sans équivalent, ce salaire n'est pas si élevé que ça. Diriger 10.000 personnes n'a rien à voir avec le travail d'emballer des objets sur une chaine (travail tout à fait respectable en passant). Il faut arréter d'être jaloux.
Réponse de le 10/10/2013 à 20:52 :
Exactement comme vous nous l'annoncez : indécence, scandale société pourrie , remplie d'une poignée de dégueulasses qui bouffent la peau et les os du plus grand nombre : société, absurde, injuste" et stupide, oui, mais que faisons nous pour essayer de changer tout ça? on peut y penser, non?..je n'ai pas perso la solution immédiate, mais toute idée et initiatives seront les bienvenues....
Réponse de le 10/10/2013 à 21:49 :
IL n'est nul question de jalousie, mais de bon sens..Vous arrivez à faire la différence au moins??? un salaire bien mérité pour un travail à responsabilités, d'accord, mais ça ne veut pas dire écraser et appauvrir à mort , les autres!
Réponse de le 11/10/2013 à 7:31 :
Henry Ford, un grand communiste comme chacun sait, disait exactement le contraire. Ces dirigeants cupides sont comme le capitaine du Concordia d'ailleurs : les premiers à quitter le navire avec la caisse quand il coule. Tout l'inverse de l'entrepreneur qui lui ne se surpaye pas et reste pour sauver sa boîte.
Réponse de le 11/10/2013 à 11:51 :
de votre avis, complètement
Réponse de le 11/10/2013 à 11:59 :
@PAT34 Un Entrepreneur qui crée son Entreprise risque ses biens, peut tout perdre s'il échoue, doit pouvoir s'enrichir TRES VITE s'il réussit. Malheureusement celui-ci est trop taxé pour pouvoir sortir la tête de l'eau et grossir rapidement. Celà contrairement aux dirigeants de grands groupes nommés souvent par copinage une sorte de caste. Ce qui est écoeurant dans celà est qu'ils ne gèrent pas 10.000 employés seul, mais qu'ils ont la plus grande récompense financière. Sans une équipe performante on ne gère pas ce genre de groupe et contrairement à ce que l'on croit la réussite ne vient pas d'une personne mais de la totalité des employés. (pour exemple j ai arrêté de faire du biz avec certaines sociètés car trop de problèmes pour accéder à la bonne personne, sans compter le standard avec un disque qui peut vous faire simplement raccrocher au bout de 3 mn. Ces dirigeants nommés entre eux, portent la responsabilité du dénigrement du patronnat en général par amalgamme, alors qu'il n'existe vraiement qu'une minorité de patrons "voyous". Le pompon étant que même lorsqu'il coulent une entreprise ils sont remerciés avec un coffre "parachute" pour compléter un peu plus leur richesse personnelle et replacé immédiatement par la caste fidèle. Le medef est responsable de ce genre de dérive.
a écrit le 10/10/2013 à 19:28 :
Encore des chiffres à l'emporte pièce qui masquent de grandes disparités. Parlez-nous plutôt de médiane dans les différents secteurs de l'économie (alimentation, habillement, énergie, etc).
a écrit le 10/10/2013 à 18:53 :
et après on nous dit que c'est la crise??? Belle moyenne. Dans une vie une personne touchant 2000? se fera pour quelqu'un qui vis 100 ans et qui commence a travailler à 20 ans ....... mmm ...... 1 920 000? durant TOUTE ça vie. C'est beau la crise quand même. Un patron qui ce fait en 1 an ce qu'un travailleur TRES BIEN PAYE ce fait en UNE VIE bel performance. Et ce n'est qu'une moyenne imaginer ceux qui touchent le plus!
Réponse de le 10/10/2013 à 20:18 :
jusqu'à quand, va t-on tolérer ça?? !
a écrit le 10/10/2013 à 18:48 :
...pour bibi, cette année, dans un grand groupe international, 10 euros d'augmentation par mois pour bon travail...!
Réponse de le 10/10/2013 à 20:36 :
Bas c'est bien pour moi c'est 0? d'augmentation et un loyer augmenté de 10? comme tous les ans d?ailleurs. Les logement sociaux deviennent cher "pour du social"!!!
Réponse de le 11/10/2013 à 10:17 :
un monde d'excès qui n'est pas prêt, hélas de s'améliorer !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :