L'Assurtech dopée à l'IA Lemonade lève 300 millions de dollars pour se lancer en Europe

 |   |  561  mots
Lemonade propose des polices d'assurance, en s'appuyant sur l'intelligence artificielle et l'économie comportementale : elle a recours à des chatbots et au machine learning pour réduire les formalités administratives.
Lemonade propose des polices d'assurance, en s'appuyant sur l'intelligence artificielle et l'économie comportementale : elle a recours à des chatbots et au machine learning pour réduire les formalités administratives. (Crédits : Lemonade)
La startup américaine a réalisé un nouveau tour de table XXL mené par SoftBank, au côté d'Allianz, General Catalyst et du fonds de Google notamment. Lemonade, qui veut "incarner la compagnie d'assurance du XXIe siècle", entend accélérer son expansion aux États-Unis et s'attaquer à l'Europe.

Nouvelle levée de fonds record chez les startups de l'assurance : l'américaine Lemonade a annoncé jeudi soir la finalisation d'un tour de table de 300 millions de dollars mené par le japonais SoftBank, qui était déjà le premier investisseur du précédent tour de 120 millions en décembre 2017, au côté de l'assureur allemand Allianz, du fonds General Catalyst, de GV, l'ex-Google Ventures, de la plateforme de financement participatif OurCrowd et du fonds Thrive Capital. Lemonade, qui a un agrément d'assureur, compte utiliser cet argent frais « pour accélérer son expansion aux États-Unis et en Europe en 2019 » et « explorer de nouvelles gammes de produits ».

La jeune entreprise new-yorkaise serait désormais valorisée plus de 2 milliards de dollars, contre 500 millions lors de la précédente levée. Ce tour de table la classe dans les trois plus importantes opérations dans l'assurance, derrière Oscar Health (375 millions en août dernier) et Cambridge Mobile Telematics, qui analyse les données de conduite auto et est considérée comme une Assurtech (500 millions de dollars en décembre, tour mené par SoftBank). L'Allemand Wefox a levé 125 millions de dollars en mars auprès du fonds d'Abou Dabi Mudabala.

Lemonade propose des polices d'assurance, en s'appuyant sur l'intelligence artificielle et l'économie comportementale : elle a recours à des chatbots et au machine learning pour réduire les formalités administratives. Elle « recueille 100 fois plus de données que les assureurs traditionnels » affirme-t-elle, ce qui lui permet « de générer des informations fortement prédictives, avec la garantie d'améliorer sans relâche la souscription et la tarification. » Certifiée BCorp, l'entreprise s'engage à reverser le solde des cotisations après remboursement des sinistres à des organismes à but non lucratif.

« En moins de trois ans, Lemonade s'est déployé aux États-Unis, a effectué des dons à des dizaines d'associations caritatives choisies par notre communauté, et a changé en profondeur les interactions entre une nouvelle génération d'assurés et d'assureurs », déclare Daniel Schreiber, PDG et cofondateur de Lemonade, dans un communiqué.

L'assurance du XXIe siècle

Lemonade revendique le rang de « premier émetteur d'assurance aux locataires » aux États-Unis. Elle aurait plus de 500.000 clients.

« Nous avons vu Lemonade transformer le secteur de l'assurance grâce à l'utilisation des mégadonnées et de l'IA, et disposer d'un portefeuille d'un demi-million de foyers en à peine plus de deux ans, ce qui représente une croissance absolument époustouflante », fait valoir Shu Nyatta, responsable des investissements chez SoftBank Group et membre du conseil d'administration de la startup.

D'origine britannique, Daniel Schreiber avait annoncé en novembre dernier l'arrivée de Lemonade en Europe, « berceau de l'assurance moderne, un des plus gros marchés mondiaux, patrie des deux plus gros assureurs mondiaux, Axa et Allianz. Les deux ont investi dans Lemonade et sont de chers amis », relevait-il. Citant en exemple Uber et Spotify, il observait que « les grandes marques digitales transcendent les frontières ». L'entreprise a déjà ouvert un bureau européen à Amsterdam, a-t-il expliqué à Forbes.

« Nous aspirons à incarner la compagnie d'assurance du XXIe siècle : une marque internationale appréciée et pérenne sur plusieurs générations ; une organisation fondée sur une architecture numérique, permettant une exécution encore plus rapide et efficace des opérations, pour garantir une clientèle encore plus satisfaite », déclare-t-il dans le communiqué de jeudi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2019 à 11:26 :
Félicitations à eux, c'est vraiment impressionnant ce qu'arrivent à réaliser les VC étrangers. Comment voulez-vous que ce type de boites émergent en Europe et surtout en France lorsque nos investisseurs sont prêts à financer nos start-ups au plus 100 K€ et que French Tech vous baratinent avec leur subventions à quelques miettes. On fait pas d'argent sans argent et c'est sans doute le plus triste dans l'histoire : à la fin ce sont toujours les américains qui gagnent...
a écrit le 12/04/2019 à 10:42 :
oui oui
les assureurs veulent rendre obligatoires des modules genre ' boite noire' dans les voitures ' pour mieux comprendre en cas d'accident' (<--- ceci est le meme genre de pipo que la loi sapin2 ' qui protege les epargnants si les marches s'ecroulent', alors que tt le monde sait que ca vise a bloquer l'epargne le jour ou la france ne peut plus emprunter)......
de la bonne data qui permettra de faire de la tarification comportementale ( oui, ca permet de gerer le risque en facturant plus, soyons honnetes, et c'est pas forcement les bons conducteurs qui vont recuperer la mise!)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :