Axa envisage de se retirer d'Europe centrale

 |   |  365  mots
Selon l'une des sources interrogées par Reuters, Axa prévoit de vendre ses activités en Pologne, en République tchèque et en Slovaquie.
Selon l'une des sources interrogées par Reuters, "Axa prévoit de vendre ses activités en Pologne, en République tchèque et en Slovaquie". (Crédits : Yves Herman)
Le deuxième assureur européen, derrière Allianz, songerait à vendre ses activités en Pologne, en République tchèque et en Slovaquie, selon l'agence Reuters. Le groupe s'est déjà retiré d'Ukraine et d'Azerbaïdjan.

Le recentrage se poursuit chez Axa. L'assureur français envisage de vendre ses activités en Europe centrale dans le cadre d'une réorganisation destinée à quitter les marchés où il ne dispose pas d'une taille critique, a appris l'agence Reuters de trois sources proches du dossier.

Lire aussi : Axa Banque à vendre en Belgique pour 500 millions d'euros

"Axa prévoit de vendre ses activités en Pologne, en République tchèque et en Slovaquie", a dit l'une des sources à Reuters, selon laquelle des documents d'information ont été transmis à des acquéreurs potentiels. Deux autres sources ont confirmé ce projet de cessions et selon l'une d'elles, le premier assureur de Pologne, PZU, l'italien Generali et l'allemand Allianz feraient partie des potentiels acquéreurs.

Le montant de ces éventuelles ventes varie du simple au double selon les sources. L'une d'elle évoque la somme de 400 millions d'euros alors qu'une autre mentionne un montant d'environ 800 millions d'euros.

Premiers retraits en Ukraine et en Azerbaïdjan

Le deuxième assureur européen, derrière l'allemand Allianz, a déjà décidé de quitter l'Ukraine, via la cession de ses activités dans ce pays à Fairfax Financial Holdings, et l'Azerbaïdjan. Le chiffre d'affaires d'Axa en Pologne a baissé de 6% au premier semestre 2019 à 288 millions d'euros, selon le rapport semestriel du groupe.

Lire aussi : Axa va récupérer 1 à 2 milliards en s'allégeant dans sa filiale américaine EQH

En novembre 2017, un peu plus d'un an après sa prise de fonction officielle à la tête du groupe Axa, Thomas Buberl avait annoncé lors d'une journée investisseurs que l'assureur allait se concentrer sur 16 pays parmi les 64 où il était présent. Ces pays se décomposent en deux listes : d'abord la France, l'Allemagne, la Belgique, l'Espagne, l'Italie, le Royaume-Uni, la Suisse, les États-Unis, Hong Kong et le Japon, où le groupe réalisait, il y a deux ans, 84% de son chiffre d'affaires. Auxquels s'ajoutent six autres pays (Brésil, Chine, Indonésie, Mexique, Philippines et Thaïlande), sélectionnés en raison de leur potentiel de croissance. "L'activité dans les autres pays sera rationalisée et des cessions pourront être réalisées", avait alors indiqué la compagnie d'assurance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/10/2019 à 11:03 :
Pourquoi ?
Le rapport des risques mentionne quoi ? ( quelles catastrophes ?)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :