Quand les financiers recourent à des CDS imaginaires

Confronté à la contraction des échanges sur le marché des dérivés de crédit, Markit a choisi d'intégrer dans un de ses indices trois CDS qui n'existent tout simplement pas.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

L'imagination des financiers est sans limite. Confronté à une très forte contraction des échanges sur le marché des dérivés de crédit (CDS*), Markit, qui en dix ans s'est imposé comme la référence pour la cotation de CDS et la fourniture d'indices, a choisi d'intégrer dans un de ses indices trois CDS qui n'existent tout simplement pas, indique le Financial Times dans son édition de mardi.

Un indice qui accueille des produits sous-jacents fictifs

L'indice en question est le "CDX North American high-yield index", un produit financier qui retrace l'évolution d'un "panier" de 100 dérivés de crédit portant sur des entreprises nord américaines émettrices de dette à haut rendement (junk bonds). Le problème de Markit est que le nombre de CDS échangés s'est considérablement réduit. Selon la chambre de compensation américaine, DTCC (depositary trust & clearing corporation), les volumes de CDS "corporate" (sur des entreprises) traités sur le marché ont diminué de 23% cette année. Manquant de produits sous-jacents, Markit a donc choisi d'intégrer trois dérivés de crédit fictifs, respectivement sur CIT Group, Charter Communications et Calpine Corporation.

De quoi inciter les banques à créer ces CDS ?

Cité par le Financial Times, le responsable des indices de crédit américains de Markit explique que le choix s'est porté sur les trois entreprises présentant l'encours de dette le plus important. Selon les spécialistes de ce marché, leur appartenance à un indice incitera les banques à créer des CDS sur ces entreprises et apportera davantage de liquidité à ce marché.

Des contributeurs qui sont à la fois juges et parties

Une telle pratique pose un certain nombre de questions. "De le même façon que pour le libor ou l'euribor, les indices de dérivés de crédit sont calculés sur la base de contributions d'acteurs de marché qui sont à la fois juges et parties. Les risques de conflits d'intérêt sont évidents", estime Thierry Philipponnat, secrétaire général de Finance Watch. Deux ingrédients complètent ce cocktail potentiellement explosif. "Les banques fourniront des prix sur des produits fictifs et Markit est une entreprise commerciale, que l'on ne doit pas soupçonner sans raison mais dont la vocation n'est pas de défendre l'intérêt général", explique-t-il.

Finance Watch plaide pour un contrôle des indices de CDS

Dans ces conditions, la tentation de manipuler le marché pourrait bien être trop forte pour les opérateurs de marché, dont on connaît la faiblesse coupable. Hier, le Parlement européen recevait justement plusieurs spécialistes des marchés pour évoquer les problèmes liés au Libor et à la «culture de la manipulation de marché». «Les indices de crédit ont un impact très important sur l'intérêt public. Ils serait normal qu'ils soient contrôlés par des superviseurs publics», a déclaré à cette occasion Thierry Philipponnat.
 

* Les Credit Default Swap permettent de se protéger contre le risque de défaut d'un émetteur. Formellement, il s'agit d'un contrat par lequel un vendeur de protection s'engage, contre le paiement d'une prime, à dédommager l'acheteur en cas d'événement (on parle de "credit event") affectant la solvabilité d'un émetteur de dette

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 26/09/2012 à 13:45
Signaler
Et ensuite, vous retrouverez ces CDS fantômes dans vos placements financiers. Vous penserez avoir placé votre épargne dans l'économie réelle, mais en fait vous aurez acheté du vent (car inutile de se leurrer, les établissements financiers ne pourront...

le 26/09/2012 à 14:32
Signaler
tous en Prison + indemnisations pour escroquerie.Pourquoi laisse-t-on FAIRE.

à écrit le 25/09/2012 à 21:30
Signaler
Et on on va encore nous dire que les gens de la finance sont des personnes vertueuses,competentes,pas du tout des gangsters....Ca serait un mec lambda qui irait voler le portefeuille de mamy,on aurait droit au deplacement du president pour denoncer c...

à écrit le 25/09/2012 à 21:07
Signaler
Original, ils y a des "créatifs" chez Markit!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.