Commerzbank écope d'une amende de 1,4 milliard de dollars

 |   |  234  mots
La deuxième banque allemande veut en finir avec les poursuites américaines sur des soupçons de non-respect d'embargo.
La deuxième banque allemande veut en finir avec les poursuites américaines sur des soupçons de non-respect d'embargo. (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Cette amende est beaucoup moins élevée que celle qui a été infligée l'été 2014 à BNP Paribas. Les deux banques sont soupçonnées d'avoir enfreint les embargos contre certains pays comme l'Iran et le Soudan.

La deuxième banque allemande Commerzbank va devoir payer au moins 1,4 milliard de dollars (soit environ 1,27 milliard d'euros) pour mettre fin à des poursuites américaines pour avoir enfreint des sanctions économiques, a rapporté l'agence Bloomberg en citant une personne proche du dossier.
Commerzbank est soupçonnée d'avoir contrevenu aux règles sur les embargos américains à l'encontre de certains pays dont l'Iran et le Soudan. Le règlement du litige, qui inclut également des infractions aux règles américaines anti-blanchiment, pourrait intervenir dès le mois de mars, a écrit jeudi soir l'agence de presse, toujours sur la foi de cette source qui n'a pas souhaité être identifiée.

Contactée par l'AFP, la banque allemande n'a pas commenté ces informations.
Selon Bloomberg, Commerzbank a passé 484 millions d'euros de provisions pour risques juridiques en 2014, qui s'ajoutent aux 934 millions d'euros déjà mis de côté en 2013.

Le précédent BNP Paribas

Commerzbank avait révélé en 2010 que ses opérations en dollars en lien avec l'Iran faisaient l'objet d'une enquête aux États-Unis. Au printemps 2014, la banque française BNP Paribas a passé un accord amiable avec les autorités américaines: elle a accepté de plaider coupable et d'acquitter une amende de 8,9 milliards de dollars (6,6 milliards d'euros) pour des transactions avec plusieurs pays (Soudan, Iran, Cuba) sous embargo des Etats-Unis, considérées à ce titre comme illégales outre-Atlantique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2015 à 11:36 :
Les épargnants se font spolier, les banques s'enrichissent, et l'état encaisse les amendes. C'est une mécanique bien huilée. Les banques deviennent des auxiliaires du trésor. Pour le client, c'est perdant-perdant.
a écrit le 07/03/2015 à 10:03 :
Le racket des banques européennes par les USA se poursuit.
Et l'Europe ne poursuit pas Goldman Sachs pour des faits beaucoup plus fauduleux qui plombent encore l'euro : faux et usages de faux, falsification de comptes.
Non seulement l'Europe n'a rien fait mais en plus pour remercier Goldman Sachs, elle a mis à la tête de la BCE un de ses anciens cadres dirigeants européens impliqué d'ailleurs dans l'affaire grecque.
Citi bank, AIG et cie ont aussi pas mal de choses à se reprocher, de même toutes les banques anglaises tenues à bout de bras par l'Europe grâce notamment au renfluement de l'Irlande, parmi d'autres choses.
L'Europe, incapable de défendre ses vrais intérêts (par ceux de sa classe dirigeante corrompue) le dindon de la farce qui doit bien faire rire. Ce n'est cepe,da,t pas en votant pour apprentis fascistes qu'on changera quoique ce soit.
a écrit le 06/03/2015 à 16:59 :
les banques suisses, anglaises et autres ont pille notre base fiscal, et on regarde sans rien dire alors que les US sur des questions qui releve de la conformite a leur politique etrangere nous mettent a l'amende!!!
Réponse de le 07/03/2015 à 3:51 :
Encore et encore la corruption des bankster. Et personne ne va derrière les barreaux ils paie des amendes. Bien-sûr !! Ils sont des banquiers. Et nous quant ont vol milles dollars on vâs en prison. Ce système est sur le point de s'effondrer comme un chater de carte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :