Blockchain : PayPal investit pour la première fois dans une startup du secteur

 |   |  492  mots
Fondée en 2015, Cambridge Blockchain emploie 15 personnes dont 3 à Paris.
Fondée en 2015, Cambridge Blockchain emploie 15 personnes dont 3 à Paris. (Crédits : Cambridge Blockchain)
Le géant américain du paiement rejoint notamment le fonds Partech au tour de table de Cambridge Blockchain, qui fournit une solution d'identité numérique destinée aux institutions financières s'appuyant sur la technologie de chaîne de blocs, née il y a dix ans avec le Bitcoin. Les deux sociétés vont "rechercher des collaborations potentielles pour exploiter la technologie blockchain".

Un nouveau poids lourd du secteur financier mise sur la Blockchain, cette technologie de stockage et de transmission d'informations née il y a dix ans avec le Bitcoin. Le géant américain PayPal réalise son tout premier investissement dans une startup du secteur, Cambridge Blockchain, pour un montant non précisé. Il s'agit d'un financement venant compléter un tour de table de 7 millions de dollars, annoncé en mai dernier par la startup installée près de Boston dans le Massachusetts, près du MIT. Un investissement sans doute limité ceci dit, surtout à l'échelle des moyens de PayPal et ses 123 milliards de dollars de capitalisation boursière.

« Ce financement est une extension du tour de financement de Série A de Cambridge Blockchain, qui comporte de nouveaux investissements d'Omidyar Network et de Flourish, une entreprise du groupe Omidyar », [de l'entrepreneur franco-américain Pierre Omidyar, fondateur d'eBay], indique Cambridge Blockchain dans un communiqué.

Le tour de table (par augmentation de capital et conversion de dette) avait été mené par le fonds HCM Capital du géant chinois Foxconn, aux côtés du fonds français Partech, du fonds de capital-risque new-yorkais Future Perfect Ventures et du fonds spécialisé Digital Currency Group (également présent au capital des français Ledger et Coinhouse). Ce complément de financement serait de l'ordre de 3 millions de dollars.

Collaboration potentielle

Fondée en 2015, Cambridge Blockchain, qui emploie 15 personnes dont 3 à Paris, conçoit des solutions d'identité numérique destinées aux institutions financières, en s'appuyant sur la technologie Blockchain, qu'elle associe à un service de données personnelles "off-chain", pour créer un système décentralisé de tiers de confiance, une alternative aux "logins" par identifiants Facebook.

« Notre service contribue à optimiser la conformité des identités numériques, tout en donnant aux clients le contrôle de leurs données d'identité » explique Matthew Commons, le directeur général de Cambridge Blockchain.

Sa plateforme a pour objectif de simplifier le processus de connaissance client (KYC), en améliorant l'expérience utilisateur tout en respectant les réglementations en matière de respect de la vie privée, en particulier le RGPD en Europe.

« Nous avons investi dans Cambridge Blockchain car [la startup] utilise la blockchain pour l'identité numérique d'une manière qui, selon nous, pourrait bénéficier aux sociétés de services financiers, y compris PayPal » a déclaré un porte-parole de PayPal à Forbes.

En mars 2018, PayPal avait déposé un brevet pour un "système de transaction accéléré en monnaie virtuelle", avec un système de clés privées et de portefeuilles secondaires avec des montants prédéfinis

Les deux sociétés pourront « rechercher des collaborations potentielles pour exploiter la technologie blockchain. » Cambridge Blockchain s'apprête à lancer pour la première fois en conditions opérationnelles sa plateforme au Luxembourg, avec la société LuxTrust (qui a l'Etat luxembourgeois au capital).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :