Blockchain : pourquoi JP Morgan crée sa propre crypto-monnaie JPM Coin

 |   |  1298  mots
Le schéma expliquant le transfert d'argent en utilisant le JPM Coin la monnaie digitale créée par JP Morgan s'appuyant sur la technologie Blockchain.
Le schéma expliquant le transfert d'argent en utilisant le JPM Coin la monnaie digitale créée par JP Morgan s'appuyant sur la technologie Blockchain. (Crédits : JP Morgan)
La plus grande banque américaine en termes d'actifs et la première au monde en capitalisation boursière, JP Morgan, a annoncé ce jeudi le test réussi d'une monnaie digitale, indexée sur le dollar, pour des paiements entre acteurs institutionnels. Explications.

[Article mis à jour à 22h10]

Incroyable, mais vrai. La banque JP Morgan Chase, dont le patron Jamie Dimon, avait traité le Bitcoin d'arnaque, est la première banque au monde à lancer sa propre crypto-monnaie, le JPM Coin. Il s'agit d'une monnaie digitale, s'appuyant sur la technologie Blockchain, née avec le Bitcoin, justement, il y a dix ans, mais elle est indexée sur le dollar et sert à des transferts d'argent instantanés entre des comptes d'acteurs institutionnels, de grands investisseurs, d'autres banques, de grandes entreprises, mais pas les particuliers.

La plus grande banque américaine en termes d'actifs, et la première au monde en capitalisation boursière, prend tous ses concurrents de vitesse et s'impose comme la première institution financière de cette taille à se lancer de plain-pied dans l'univers des crypto-actifs. Goldman Sachs hésite depuis des mois à ouvrir un desk de trading sur les crypto-actifs mais la chute des cours l'an dernier (plus de 70% pour le Bitcoin par exemple) semble l'avoir incité à repousser ce projet. Fidelity a annoncé en octobre la création d'une filiale consacrée aux services en crypto-actifs, notamment la conservation.

"Le JPM Coin n'est pas de l'argent en soi. Il s'agit d'une pièce numérique représentant les dollars des États-Unis détenus dans des comptes spécifiques de JPMorgan Chase N.A [North America, ndlr]. En résumé, un JPM Coin a toujours une valeur équivalente à un dollar américain. Lorsqu'un client envoie de l'argent à un autre via la Blockchain, les JPM Coins sont transférés et échangés instantanément pour un montant équivalent en dollars américains, ce qui réduit le temps de règlement habituel" explique Umar Farooq, responsable de la Blockchain et des services numériques de trésorerie chez JP Morgan dans une présentation en ligne.

--

Blockchain JP Morgan Coin

[Le schéma expliquant le transfert d'argent en utilisant le JPM Coin. Etape 1, l'émission: le client dépose de l'argent sur un compte spécifique et reçoit un équivalent en JPM Coins. Etape 2, le transfert : ces JPM Coins sont utilisés pour des transactions sur la Blockchain avec d'autres clients de JP Morgan. Etape 3, le remboursement : les détenteurs de JPM Coins les échangent contre des dollars chez JP Morgan. Cliquer pour agrandir. Crédits : JP Morgan]

--

Un JPM Coin = un dollar

La banque américaine insiste sur le fait qu'elle croit surtout dans le potentiel de cette "technologie de registre distribué", de stockage et de transmission d'information qu'est la Blockchain, qu'elle tient à distinguer des crypto-monnaies proprement dites, qui font l'objet de spéculations et de montagnes russes.

"Nous avons toujours cru au potentiel de la technologie Blockchain et nous soutenons les crypto-monnaies tant qu'elles sont correctement contrôlées et réglementées. En tant que banque réglementée à l'échelle mondiale, nous pensons que nous avons une opportunité unique de développer cette capacité de manière responsable sous la supervision de nos régulateurs" explique le responsable Blockchain de la banque américaine.

"L'échange de valeur, telle que de l'argent, entre différentes parties sur une Blockchain nécessite une devise numérique; nous avons donc créé la pièce JPM" relève-t-il.

La banque américaine tient aussi à distinguer son JPM Coin des "stable coins", d'autres monnaies digitales indexées sur des monnaies fiduciaires comme USDC de Circle, Tether, Gemini, etc : sa monnaie digitale sera remboursable en monnaie fiduciaire détenue par JP Morgan, qui met en avant son "bilan forteresse" de 2.600 milliards de dollars.

"En d'autres termes, un JPM Coin représente 1 dollar" assure calmement JP Morgan.

A terme, le JPM Coin sera aussi indexé sur les autres principales devises.

Un prototype bientôt en production

JP Morgan dévoile peu de détails sur la technologie utilisée : il s'agit d'une Blockchain privée, "permissionnée" (avec accès restreint aux membres autorisés), développée par la banque "et/ou des partenaires". Les JPM Coins seront émis sur la Blockchain Quorum, une version privée de la Blockchain Ethereum que JP Morgan a développée, et devraient être "utilisables sur tous les réseaux Blockchain standards". La banque précise que la création de ce "coin" n'a pas d'impact avec son "réseau d'information interbancaire" sur la Blockchain, l'Interbank Information Network, qui a fédéré plus de 75 banques, qui ne transfère que de la donnée, pas de la valeur, entre banques, "correspondantes" (activité qui consiste à fournir un compte à une banque étrangère pour des opérations en devises locales).

Lire aussi : « La Blockchain va pénétrer tous les secteurs et nous aider à tout réinventer » Joseph Lubin

Elle souligne d'ailleurs son expertise en matière de Blockchain et les "centaines de millions de dollars dépensés chaque année dans la cybersécurité", ainsi que ses contrôles robustes en matière de KYC (la connaissance client) et de lutte contre le blanchiment.

JP Morgan précise toutefois que son JPM Coin n'est encore qu'un prototype, qui entrera bientôt en production. Il sera testé avec un petit nombre de ses clients institutionnels dans un premier temps, avant d'être étendu au cours de l'année. La banque n'exclut pas totalement d'en étendre un jour l'usage aux clients finaux des institutionnels.

La nouvelle a troublé et agacé l'économiste Nouriel Roubini, le plus virulent détracteur de la Blockchain et des crypto-monnaies qui a réagi sur Twitter :

"En quoi la nouvelle prétendue crypto monnaie de JPMorgan a quoi que ce soit à voir avec la blockchain/crypto ? Elle est privée, non publique, "permissionnée" et pas sans autorisation, basée sur les autorités de confiance vérifiant la transaction et non sans confiance, centralisée et non décentralisée. L'appeler crypto est une blague".

Tokenisation de la monnaie et ubérisation des banques

De nombreuses institutions financières sont en quête d'une solution pour échanger plus rapidement de la valeur en numérique, sans les délais habituels de règlement-livraison, de compensation entre banques ou courtiers. Même des banques centrales réfléchissent à la façon de "tokeniser" (transformer en "token" ou jeton numérique) la monnaie fiduciaire.

"Créer de la monnaie programmable, extrêmement fluide à échanger" expliquait récemment Eric Larchevêque, le cofondateur de l'ex-Maison du Bitcoin et de Ledger, qui confiait sa prédiction que "la Blockchain va se démocratiser par la « tokenisation » de la monnaie fiat [fiduciaire, ayant cours légal], de l'euro ou du dollar, qui va permettre de créer un système financier alternatif au sens technologique."

Un certain nombre de banques (dont Crédit Agricole) testent le protocole de paiement de la startup américaine Ripple qui utilise la technologie Blockchain, pour accélérer les virements transfrontaliers notamment et s'approcher du temps réel, quand cela prend trois jours sur le réseau interbancaire Swift. Le patron de Ripple, Brad Garlinghouse, a d'ailleurs réagi sur Twitter.

"Comme prévu, les banques changent de ton sur la crypto. Mais ce projet JPM passe à côté de l'essentiel : introduire un réseau fermé aujourd'hui revient à lancer AOL après l'introduction en bourse de Netscape" a-t-il raillé, estimant que "les coins de banque ne sont pas la solution."

L'initiative de JP Morgan montre que la banque américaine n'a pas l'intention de se laisser "ubériser" par des startups spécialistes de la Blockchain, technologie qui permet de supprimer les intermédiaires (donc potentiellement les banques), ni d'attendre indéfiniment que les banques centrales s'engagent résolument dans la tokenisation de la monnaie légale. Elle propose d'emblée son alternative commerciale de cash électronique. Un exemple à méditer pour les autres grands acteurs de la finance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2019 à 18:05 :
On peut rappeler que la banque américaine JP Morgan, va s’installer directement dans les sous-sols de la Banque de France pour administrer l’or détenu… « L’institution a ouvert un compte à JP Morgan pour réaliser des transactions sur l’or qui est stocké dans son sous-sol. Objectif : faire de la capitale une place incontournable sur le métal jaune.
C’est une petite révolution dans le milieu très discret du trading sur l’or. La Banque de France a ouvert un compte à un établissement commercial privé afin de faciliter les transactions sur le métal précieux à Paris. L’institut de la rue la Vrillière n’a pas choisi n’importe quel établissement : ce compte-or a été accordé à JP Morgan, le leader mondial du marché. L’accord, qui n’avait encore jamais été révélé, a été formalisé en début d’année 2018.
a écrit le 15/02/2019 à 12:29 :
A lire les commentaires, certaines personnes s'imaginaient probablement un monde nouveau où la blockchain allait remplacer les banques, mettre fin au rôle des banques centrales, aux monnaies nationales et créer un monde plus juste.
Mais dans ce nouveau monde, qui me prête de l'argent? Pourquoi les USA laisseraient mourir le dollar alors qu'il est un instrument de sa puissance?
Imagine-t-on une seule seconde la Chine accepter une monnaie sur laquelle elle n'a aucun contrôle?
Ce que fait JP Morgan, c'est une solution pour les transactions à son profit, mais c'est aussi une technologie dont elle est propriétaire qu'elle pourrait éventuellement vendre.
Je ne vois qu'une seule issue: des crypto-euros et des crypto-dollar, le système actuel n'est pas prêt de s'écrouler.
a écrit le 15/02/2019 à 11:49 :
Une monnaie électronique convertible n'est qu'une arnaque, non convertible c'est un moyen d'échange tout a fait pratique et honnête!
a écrit le 15/02/2019 à 11:23 :
c'est pour mieux spéculer mon enfant et occasionellement plumer ses clients (pas toujours à dose homéopatique)
a écrit le 15/02/2019 à 11:13 :
c'est pour mieux spéculer mon enfant et occasionellement plumer ses clients (pas toujours à dose homéopatique)
a écrit le 15/02/2019 à 9:43 :
La blockchain doit permettre de se passer des banques et autres tiers de confiance traditionnels : elle ne sert qu'à fabriquer des nouveaux systèmes de tiers de confiance.
La blockchain est un système supposé inviolable : il n'y a pas de système inviolable.
Bref...
a écrit le 15/02/2019 à 2:59 :
"Introduire un réseau fermé aujourd'hui revient à lancer AOL après l'introduction en bourse de Netscape".

Exactement.

Une fois que les banques auront pu apprécier les avantages de la technologie entre elles sur leur réseau fermé, elles chercheront à étendre leur solution à leurs autres clients, petites sociétés et individus. Elles ne pourront alors le faire que sur une/des blockchain publiques. En effet, il sera hors de question pour les utilisateurs d'utiliser un blockchain privée sur laquelle ils ne peuvent participer à la validation des transactions.
a écrit le 14/02/2019 à 20:50 :
Quand l'un propose c'est pas l'autre qui gagne!
a écrit le 14/02/2019 à 20:49 :
Article intéressant.
Néanmoins JP Morgan ne se contredit pas: le bitcoin est une arnaque, par contre créer une sorte de crypto-dollar est une application pragmatique de la blockchain pour sécuriser et accélérer les transactions. Je pense qu'il n'y avait pas forcément besoin de la blockchain pour moderniser les transactions bancaires, il n’empêche que cette "révolution" va vite faire déchanter le monde financier: des métiers vont disparaitre.
La vraie révolution qui par contre va profondément remanier le monde des banques et assurances, c'est la prise en charge des clients par l'IA combinée aux immenses bases de données. Car l'IA par exemple va bientôt pouvoir déterminer , en fonction du profil d'un client, sa probabilité d'avoir un accident, d'avoir une maladie, de faire une dépression, d'être en défaut de paiement. D'où pour le client un tarif d'assurance optimisé, un taux immobilier optimisé, la totale. Mais là encore des métiers vont disparaitre.
a écrit le 14/02/2019 à 18:27 :
¯ \ _ (ツ) _ / ¯
a écrit le 14/02/2019 à 18:25 :
le jpm coin sera t il accepté par l'iran? En dehors de cela je ne vois aucun interet a un simili dollar qui ne porte pas son nom. Ou est ce pour transformer des actifs en fumée comptable, a la rigueur, mais ça risque de pas passer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :