Blockchain : la Bourse de Londres et Santander investissent dans la Fintech Nivaura

 |   |  615  mots
(Crédits : Nivaura)
Le London Stock Exchange a mené le tour de table de 20 millions de dollars de la Fintech britannique qui développe une plateforme automatisée pour l'émission d'obligations sur la Blockchain. Le fonds de la banque espagnole Santander participe également, aux côtés des cabinets d'avocats Linklaters et Allen & Overy.

Après le pavé dans la mare de JPMorgan annonçant le lancement de sa propre monnaie cryptographique, JPM Coin, pour des paiements instantanés entre acteurs institutionnels, voici un autre acteur de premier plan de la finance faisant un pari majeur sur la Blockchain. Le groupe opérant la Bourse de Londres (London Stock Exchange Group) a mené le tour de table de 20 millions de dollars de la Fintech britannique Nivaura qui développe une plateforme automatisée pour l'émission d'obligations sur la Blockchain.

Il s'agit d'une prise de participation minoritaire qui se double d'un partenariat: Nikhil Rathi, le directeur du développement international du LSEG, va siéger au conseil d'administration de la startup avec laquelle l'opérateur boursier va travailler afin de "stimuler l'innovation tout au long de la chaîne de valeur des marchés des capitaux au profit des entreprises, de leurs conseils et des investisseurs".

Le fonds de la banque espagnole Santander InnoVentures participe également à la levée de fonds, aux côtés du fonds Transamerica Ventures contrôlé par l'assureur néerlandais Aegon, des cabinets d'avocats Linklaters et Allen & Overy, et du fonds spécialisé Digital Currency Group. Un vétéran de la banque d'investissement, Spencer Lake, ancien patron de la division marchés de HSBC, investit également et rejoint le conseil.

"Fondée il y a trois ans, Nivaura se concentre sur le déploiement de plateformes de banque d'investissement en ligne destinées aux banques, aux bourses et aux autres institutions financières, afin de connecter et d'automatiser des processus fragmentés et manuels qui interviennent dans l'émission et la gestion d'instruments tels que toutes les formes d'obligations, de prêts, de parts du capital et de produits structurés" explique la jeune pousse dans un communiqué.

Enregistrement et règlement sur une blockchain publique

La Fintech assure que, pour certains types de transactions, sa solution peut réduire de 60% à 80% le délai de mise sur le marché, ainsi que les coûts, tout en respectant les règles de conformité.

"Notre objectif pour 2019 est de mener une série de projets de grande envergure avec des partenaires de haut calibre afin de démontrer que notre plateforme est une solution de valeur pour l'ensemble des activités d'émission primaire sur les marchés des capitaux" indique le directeur général de Nivaura, Dr. Avtar Sehr.

Disposant d'un agrément auprès du régulateur britannique, la FCA, la jeune pousse fait valoir qu'elle a déjà réalisé avec succès "la structuration, la distribution, l'exécution et le règlement d'instruments financiers, à la fois de manière traditionnelle en permettant le règlement via l'infrastructure de compensation existante, et en tant qu'instruments "tokenisés" [convertis en jetons numériques, ndlr] enregistrés et réglés sur des blockchains publiques". En particulier "une première mondiale" : une émission obligataire libellée en cryptomonnaie entièrement automatisée sur la Blockchain publique Ethereum, en novembre 2017, pour un distributeur de meuble, LuxDeco, dans le cadre du "bac à sable" réglementaire de la FCA. Autrement dit en se passant des intermédiaires de compensation et de conservation.

Nivaura, qui emploie 30 personnes en Grande-Bretagne et en Italie, se rémunère en vendant ses services sous marque blanche à des intermédiaires comme les banques ou les bourses. Selon le directeur financier, cité par Forbes, l'entreprise aurait déjà généré plus d'un million de dollars de revenus en rythme annuel depuis avril 2018.

Selon le directeur des investissements de Santander InnoVentures, Nivaura aurait le potentiel de devenir "la colonne vertébrale d'offres totalement nouvelles dans le domaine de la banque d'investissement."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :