Crypto, cagnotte et assurance connectée : les Fintech qui intéressent les Français

 |   |  879  mots
Les cryptomonnaies, qui n'étaient pas citées l'an dernier, arrivent en 2e position derrière les comparateurs, devant les cagnottes et transferts d'argent comme nouveau service financier ayant le plus de potentiel.
Les cryptomonnaies, qui n'étaient pas citées l'an dernier, arrivent en 2e position derrière les comparateurs, devant les cagnottes et transferts d'argent comme nouveau service financier ayant le plus de potentiel. (Crédits : Deloitte)
Encore peu connus des Français, les nouveaux acteurs de la finance bénéficient d’une perception plutôt positive, selon la troisième édition de l'enquête de Deloitte. Les plateformes de cryptomonnaies ont fait une entrée fracassante dans ce baromètre en termes de notoriété, et même d’intérêt et d’usage. Les comparateurs et les assurances connectées sont plébiscitées.

La bitcoinmania a bien déferlé jusque dans l'Hexagone. Dans la troisième édition de son baromètre sur les Français et les nouveaux services financiers, le cabinet Deloitte a constaté « une entrée fracassante des cryptomonnaies » en termes de notoriété et d'intérêt, très loin devant le conseil automatisé (robo-advisor) par exemple.

Dans cette enquête* réalisée en février dernier par l'institut Harris Interactive, il ressort que, dans l'ensemble, les Français connaissent un peu mieux les Fintech, mais en partant de loin : ils sont 7% à savoir « à peu près ce que c'est » (3 points de plus que l'an dernier) et 15% à avoir « une vague idée ». Plus de 7 Français sur 10 ignorent de quoi il s'agit (78%, en recul de 5 points), et quelques-uns font encore la confusion avec le fitness... Pire du côté des Insurtech (ou Assurtech) : 7% connaissent, 7% ont une petite idée, et 86% ne savent pas.

Lire aussi : C'est quoi une Fintech ?

Une fois informés, 12% des sondés citent spontanément un certain nombre de startups comme la cagnotte Leetchi, l'appli de paiement Lydia, les sites de finance participative KissKissBankBank et Ulule, le Compte Nickel, ou la pionnière américaine Paypal, et 5% des Assurtech (Fluo, Alan).

D'ailleurs, ce sont les cagnottes en ligne et les services de transfert d'argent (virement entre amis par exemple), en progression, derrière les comparateurs, qui sont les plus utilisés (par respectivement 20% et 27% des sondés). Suivent les sites de crowdfunding (16%) et les agrégateurs de comptes (9%). Plus surprenant, 7% déclarent utiliser des cryptomonnaies - ce qui, rapporté à l'échantillon représentatif de la population majeure, signifierait que 3 millions de Français possèdent ou ont acheté des bitcoins et autres ethers, qui ont connu une flambée spéculative l'an dernier.

--

Fintech usages 2018 Deloitte

[Les usages ont peu progressé depuis l'an dernier, les cryptomonnaies sortent du lot. Crédits : Deloitte]

--

75% des Français connaissent les cryptomonnaies

En janvier dernier, une enquête d'Odoxa avait montré que « 9% des Français avaient déjà cherché à acheter des monnaies virtuelles » (17% dans la catégorie des 18-24 ans), mais seulement 2% étaient passés à l'acte.

Les cryptomonnaies, qui n'étaient pas citées l'an dernier, arrivent en deuxième position comme nouveau service financier ayant le plus de potentiel, derrière les comparateurs, devant les cagnottes et le transfert d'argent, suivis de la santé connectée et des assurances connectées. En queue de classement, les "robo-advisors", des conseillers financiers automatisés.

--

Fintech notoriété Deloitte 2018

--

Personne ou presque n'ayant pu échapper à l'emballement spéculatif et médiatique du bitcoin et autres « alt coins », les cryptomonnaies battent toutes les catégories en termes de notoriété : 75% des Français disent les connaître, plus que les comparateurs (71%), le transfert d'argent et les cagnottes qui font un bond de 15 points à 65%. Les agrégateurs de comptes (Bankin, Linxo) et les robo-advisors (comme Yomoni ou Advize), souffrent encore d'un vrai déficit de notoriété. Et peut-être aussi de pédagogie sur l'utilisation du service et la valeur ajoutée qu'ils apportent.

Les agrégateurs boostés par la DSP2 ?

Interrogés sur les services susceptibles de les intéresser, les sondés placent les cryptomonnaies en dernier, mais 36% des Français tout de même se disent intéressés. Ils plébiscitent les comparateurs et les assurances connectées (habitation, auto, santé), devant l'agrégation de comptes, le transfert d'argent et les cagnottes.

--

Fintech Delloitte intérêt 2018

--

[Plus d'un tiers des Français se disent intéressés par les cryptomonnaies. Les deux tiers le sont par les comparateurs de prix et de services. Crédits : Deloitte]

« Il sera intéressant de voir l'an prochain si l'usage des agrégateurs décolle avec l'entrée en vigueur de la DSP2 [la directive européenne sur les services de paiement qui obligent les banques à ouvrir les données des clients qui le souhaitent à des acteurs tiers, ndlr] et les agréments de l'ACPR [Autorité de contrôle prudentiel et de résolution] », a relevé Julien Maldonato, associé chez Deloitte, en présentant l'étude.

Les agrégateurs comme Bankin, Linxo et Budget Insight, qui se positionnent de plus en plus comme des aides à la gestion de ses finances, ont en effet obtenu l'agrément d'initiation de paiement et d'information sur les comptes, qui leur permet de réaliser des virements de compte à compte et de proposer de nombreux services, au-delà de leur actuel tableau de bord des dépenses, par exemple la renégociation d'un crédit.

Lire aussi : Paiement : la directive DSP2 entre en vigueur, c'est quoi ?

Cependant; les experts de Deloitte relèvent que « le paysage bancaire et assurantiel évolue doucement » et les Français continuent de faire principalement confiance aux acteurs traditionnels. C'est dans le crédit à la consommation (6%) et les produits bancaires du quotidien (6% aussi) que les Français sont le plus prêts à souscrire un service financier auprès d'un nouvel entrant innovant, mais moitié moins qu'auprès des groupes de distribution.

--

Fintech Deloitte confiance 2018

[Les Français continuent à faire principalement confiance aux banques et assureurs traditionnels. Crédits : Deloitte]

--

* Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 5 au 15 février 2018, auprès d'un échantillon de 2.000 personnes représentatives de la population française de 18 à 70 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2018 à 9:46 :
Il y a beaucoup de liquidités à placer, c'est bien connu.
Il est donc assez logique que le nombre d'inventions géniales dans lesquelles on peut investir explose aussi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :