Société Générale conforte son capital... et les investisseurs

 |   |  587  mots
(Crédits : Reuters)
Si les cessions d'activités et la restructuration dans la banque de financement et d'investissement ont pesé sur le bénéfice, en recul de 35% au troisième trimestre, le ratio de fonds propres s'améliore. L'action gagne plus de 4% ce mercredi matin.

[Article mis à jour à 19h avec le cours de clôture]

Soulagement. Très regardé par les investisseurs, le niveau de capital de Société Générale a rassuré. Si les résultats du troisième trimestre, publiés ce mercredi 6 novembre, sont légèrement inférieurs aux attentes, portant les marques des cessions d'activités et de la restructuration dans la banque de financement et d'investissement, son ratio de solvabilité financière s'est fortement amélioré. Le fameux ratio de fonds propres "durs" (Common Equity Tier 1, CET1) est en hausse de 46 points de base à 12,5% par rapport au 30 juin 2019, "soit près de 250 points de base au-dessus des exigences réglementaires" a insisté le groupe dans son communiqué.

"Le capital était l'enjeu numéro un de cette année. Avec ce 12,5%, nous apportons une réponse définitive au questionnement de début d'année" a déclaré le directeur général du groupe, Frédéric Oudéa, lors d'une conférence téléphonique ce mercredi matin.

L'action Société Générale grimpait de 4,5% ce mercredi matin, en tête du CAC 40. Elle a gagné 25% en trois mois mais seulement 10% depuis janvier, deux fois moins que l'indice phare de la Bourse de Paris. Elle a clôturé en hausse de 3,4% à 27,89 euros mercredi soir.

L'amélioration des fonds propres provient de la réduction de 10 milliards d'euros ses encours pondérés dans les activités de marchés, de trois opérations de titrisation "synthétique" (sans vente des actifs) et de la finalisation de cessions (Serbie, Monténégro, Moldavie).

La banque a déjà provisionné à ce stade les trois quarts de son dividende minimum de 2,20 euros par action payable en cash qu'elle s'est engagée à verser aux actionnaires dans le cadre de son plan stratégique.

"Nous excluons tout dividende en action cette année" a précisé le patron du groupe.

L'an dernier, pour booster son capital, la banque avait proposé à ses actionnaires de percevoir le dividende en action, ce qui lui avait permis de ne verser que la moitié du montant total en numéraire.

Restructuration en avance

Le bénéfice net a reculé de 34,8% à 854 millions d'euros sur le trimestre, tandis que son produit net bancaire a baissé de 8,4% à 5,9 milliards d'euros. Dans les activités de marchés et les services aux investisseurs, ses revenus ont diminué de 9,2%.

"Ce trimestre est impacté par le plein effet de l'attrition des revenus à la suite de la réduction et de l'arrêt de certaines activités de marché", souligne la banque.

Le groupe a fermé les activités de trading pour compte propre et celles de gré à gré sur les matières premières. Le plan de restructuration a été achevé avec 8 mois d'avance.

"A fin septembre, 55% des réductions d'effectif annoncées ont été réalisées au niveau mondial. Les autres initiatives de réduction de coûts ont également été initiées et sont en bonne voie" indique la banque.

Dans la banque de détail en France, le produit net bancaire est en recul de 3,6% et le bénéfice de 2,8%. La banque au logo rouge et noir a confirmé sa prévision d'une évolution de ses revenus entre 0% et -1% sur l'année. Les encours moyens de crédits ont progressé de 5,7%. "La production de crédit immobilier est tonique mais saine" a estimé Philippe Aymerich, le directeur général délégué en charge de la banque de détail en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2019 à 10:23 :
Encore des cadeaux aux gamins trop gâtés et de ce fait complètement immature et assistés, malgré ce que nous affirment nos médias, on est vraiment très mal barré avec ça pour nous diriger...

Que c'est long le déclin surtout vers la fin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :