Une route en plastique recyclé, l'idée écolo d'une ville des Pays-Bas

 |   |  439  mots
Avec une durée de vie estimée à 50 ans, les routes en plastique recyclé seraient moins affectées par la corrosion et nécessiteraient un moindre entretien.
Avec une durée de vie estimée à 50 ans, les routes en plastique recyclé seraient moins affectées par la corrosion et nécessiteraient un moindre entretien. (Crédits : VolkerWessels)
La ville de Rotterdam veut créer des routes en plastique recyclé. Brevetée par l’entreprise hollandaise de BTP VolkerWessels, l’idée est écologique et économique : les routes en plastique auraient une durée de vie trois fois plus longue que celles en goudron.

Connus pour leur amour du vélo, les néerlandais se lancent dans la construction d'une piste cyclable totalement constituée de plastique recyclé. Rotterdam a signé un contrat avec l'entreprise VolkerWessels, à l'origine de l'idée. Si l'expérience est concluante, la ville pourrait l'étendre à l'ensemble de ses routes.

Pour l'instant le concept n'est qu'à l'état de papier, mais une série de tests réalisés dans un centre de Rotterdam devrait permettre la mise en place effective du projet d'ici trois ans.

"La deuxième étape est de construire un prototype et de le tester dans un laboratoire pour vérifier la sécurité du matériel, notamment lorsqu'il est humide ou glissant. Nous cherchons des partenaires qui souhaitent collaborer sur notre projet pilote, aussi bien que des fabricants de l'industrie du plastique", expliquait Rolf Mars, le directeur de la branche route de VolkerWessels, au journal The Guardian.

Des routes plus coûteuses mais plus résistantes

Constituées de plastique recyclé, les routes de VolkerWessels seront construites dans des usines puis assemblées directement sur la surface désirée, un peu à la manière des Lego. Les différents tracés seront directement inscrits sur les pans de route, avant même qu'ils soient posés. Ce système permet aux routes d'être installées en plusieurs semaines, au lieu des quelques mois actuels.

"Le plastique offre toute sorte d'avantages, comparé aux méthodes de construction actuelles. A la fois sur la pose des routes et sur leur maintenance" rappelle Rolf Mars.

Le coût d'une telle organisation est supérieur à celui que requiert le coulage de béton, mais selon VolkerWessels, cela peut largement être compensé par la durabilité de son matériel. Avec une durée de vie estimée à 50 ans, les routes en plastique recyclé seraient moins affectées par la corrosion et nécessiteraient un moindre entretien.

Pouvant résister à des températures extrêmes, allant de -40° à 80° Celsius, le matériel proposé par l'entreprise hollandaise pourrait permettre le développement de routes extrêmement silencieuse ou même chauffées.

Une empreinte écologique limitée

Les routes en plastique sont aussi une alternative au béton, dont l'asphalte produit 96 million de tonnes de CO2 par an. Prisée par les ingénieurs, l'épaisse substance noire est bon marché, facile à installer mais reste très polluante.

En partant du recyclage du plastique présent au fond des océans, VolkerVessels propose un matériel écologiquement responsable, qui répond à la fois au souci du recyclage et celui du nettoyage de l'environnement. De quoi alléger les consciences.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2015 à 9:01 :
Une entreprise Française fait des dalles en plastique de bouteilles recyclées. C'est parfait .; sauf que ça les les routes imperméables, alors que le sol a besoin d'une dose minimale d'eau de pénétration ...

A force d'étanchéifier le sol, on va assécher les aquifères, provoquer des mouvements de terrain, etc ...
a écrit le 22/07/2015 à 20:45 :
L'ecologie a la sauce hollandaise il faut voir dans le detail. Apres le marketing il risque de ne rester pas grand chose d'ecologique.
a écrit le 22/07/2015 à 17:12 :
Plastique est vague comme nomination. Il y a en a diverses sortes, pour ça que chez nous on a décidé de ne traiter au recyclage que les flacons (peu de variétés, bien identifiés (code embossé)).
Il faut les charger (produit ajouté), les matériaux évoluent avec l'oxygène de l'air, les rayons ultraviolets (pour ça que les feuilles, sacs se fragmentent en petits bouts qu'on trouve dans les océans).
Bientôt les vélos en plastique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :