Le Brésil préfèrerait le F-18 au Rafale de Dassault

 |   |  324  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, s'est déclarée plus intéressée par l'avion de combat de Boeing, parmi les trois derniers appareils en lice pour l'armée brésilienne. Mais Dilma Rousseff cherche également à faire pression sur les avionneurs pour qu'ils améliorent leur offre.

La partie n'est pas gagnée au Brésil pour Dassault. La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, juge que le F-18 de Boeing est le meilleur des trois appareils finalistes pour l'appel d'offres portant sur la livraison d'avions de chasse à l'armée de l'air brésilienne, selon des sources proches du dossier a rapporté ce mardi l'agence Reuters.

La question a été soulevée lundi lors d'une rencontre entre la dirigeante brésilienne et Timothy Geithner, secrétaire américain au Trésor, selon des sources. L'avionneur américain est en compétition avec le Rafale du français Dassault et le Gripen du suédois Saab.

Luiz Inacio Lula da Silva, prédécesseur de Dilma Rousseff, a quitté la présidence du pays le 1er janvier sans avoir mis un point final au dossier, lui laissant la responsabilité du choix définitif. Il avait à plusieurs reprises fait part de sa préférence pour le Rafale en dépit des réticences de l'armée de l'air brésilienne.

La nouvelle présidente brésilienne a elle décidé de revoir le dossier depuis le début et n'a pas de préférence particulière pour le moment, a dit une source gouvernementale.

Les propos de Dilma Rousseff laissent entendre que sa préférence va à l'américain, même si la présidente brésilienne entend faire pression sur les groupes en lice pour qu'ils améliorent leur offre.

Selon les sources de Reuters, Dilma Rousseff souhaite notamment que le choix de l'avionneur s'accompagne d'un transfert de technologies militaires sensibles vers le Brésil.

Des considérations diplomatiques pourraient aussi entrer en jeu, Dilma Rousseff semble pencher vers une amélioration des relations avec Washington, qui s'étaient détériorées dans les dernières années de la présidence Lula. Joint par Reuters, un porte-parole de la présidence a refusé de commenter ces informations.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2011 à 14:11 :
Le Brésil ou la pauvreté règne as t'il besoin de ces avions ?
a écrit le 05/03/2011 à 13:37 :
C'est désolant de voir à quel point le militarisme est ancré dans le subconscient des français. Ils pleurnichent parce que la famille la plus riche de France risque de perdre quelques billes...La présidente du Brésil est très intelligente et il est fort probable qu'elle n'achète aucun de ces avions. Si le BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) prend de l'ampleur, elle pourrait acheter, comme l'Inde vient de le faire, le Suckoï Cobra russe qui selon le magazine anglais Jane est le meilleur chasseur-bombardier actuel; et il est moins cher. Chers concitoyens: Arrêtons de nous masturber et exigeons un changement de priorités économiques; Peut-être aussi. une femme à la tête de l'état. Elles paraissent être plus humbles et réfléchies que les hommes.
Jean-Claude Meslin: Le Rescapé de la Bombe d'In-Ekker (01-05-1962)
a écrit le 10/02/2011 à 8:41 :
Un excellent produit qui ne se vend pas, c'est un mauvais produit.
Réponse de le 05/03/2011 à 13:44 :
.CQFD: Très belle logique mais très difficile à faire comprendre en France...JCM
a écrit le 09/02/2011 à 19:35 :
visiblement, ca vient d'être dementi par le Mindef et les conseiller du Gouvernement Bresilien, vu que la desinfo fait rage au bresil, ca indique au moins une chose, c'est que le rafale n'est pas en si mauvaise position.
a écrit le 09/02/2011 à 18:00 :
Quand une offre est trop généreuse, comme dans le cas présent (100% de transfert de technologie, monopole de vente pour l'Amérique du Sud...), on se demande où est le loup. L'expérience montre qu'il vaut mieux se faire désirer plutôt que de se dépouiller. Abandonnons donc le marché aux Américains si le Brésil ne veut finalement pas du Rafale. On ne va tout de même pas supplier plus longtemps le Brésil ou les Emirats arabes de nous l'acheter. S'ils trouvent mieux ailleurs, c'est leur droit. Et on utilisera mieux l'argent de la promotion de cet appareil et des offres de financement faramineuses (développement d'un nouveau moteur, d'un nouveau radar...) : par exemple en achetant les Rafale qui manquent à l'armée française, plutôt qu'en finançant les Rafale de ces pays étrangers. A force de supplier, on finit par ne plus pouvoir être pris au sérieux.
Réponse de le 10/02/2011 à 14:15 :
Je tiens à peu de chose près le même raisonnement. Je pense en outre que l?Etat n?a que trop soutenu
Un produit qui a été voulu par Dassault seul au mépris des européens et il le paie aujourd?hui.
Le Typhoon est peut-être moins beau , peut-être moins performant, voire moins puissant mais
Qu?importe il se vend et déjà à 700 exemplaires. L?Etat (Au travers d?EADS) gagnerait à prendre
une bonne fois pour toutes le contrôle d?un avionneur qui demeure négligeable au niveau mondial,
qui s?obstine à rester anti-européen et qui en plus coûte très cher au contribuable. Pourquoi ne pas se
contenter de concevoir des avions pour les autres avec les excellentes solutions logicielles de Dassault-Systèmes
plutôt que de les construire ; et acheter les nôtres sur étagère. Tout le monde s?y retrouverait.
a écrit le 09/02/2011 à 16:15 :
La France a préféré se payer seule cet avion, refusant la coopération européenne,... elle reste définitivement seule pour exploiter ce rafale,... ce rafale si cher à tous les contribuables et qui profite tant à monsieur Dassault.
Réponse de le 10/02/2011 à 10:57 :
et sinon c est quoi l altenative?? le typhoon??? excellent pour l attaque au sol mais intercepteur médiocre...le f35 ?? médiocre partout trés cher et furtivité toute relative...des migs ou des sukkoys? pourquoi pas mais c est un pari risqué en cas de conflit
Réponse de le 10/02/2011 à 22:06 :
@ Mordrakheen :
C'est le contraire, le Typhoon a été optimisé pour l'interception mais est médiocre en attaque au sol. En outre, le Typhoon n'est pas navalisé, donc il aurait fallu acheter en plus des F/A-18 Hornet. Et le F-35 n'est pas encore opérationnel, alors qu'on avait besoin de protéger le porte-avions Charles de Gaulle en 1999 lors du retrait des derniers Crusader.
Réponse de le 11/02/2011 à 10:22 :
anjou a raison, un autre point est que la marine française préférai acheter des F-18 (achat sur étagère) car moins cher et disponibles rapidement.
mordrakheen me fait penser à la personne qui ressasse tout le temps comme argument définitif que le starfighter s'écrasait tout le temps alors que lorsqu'on connait l'aéronautique on sait que seule la version G du starfighter s'écrasait du fait que l'armée allemande avait fait déplacer le centre de gravité de l'avion pour ses besoins propres (L'Italie a disposé pendant des années de Starfighter version S sans aucuns problèmes). Certains jetent le bébé avec l'eau du bain pour cacher une absence d'arguments
Réponse de le 14/02/2011 à 9:45 :
Justement vos arguments ne sont pas vraiment justes. Votre exemple en tous les cas n'est pas bon pour une connaisseur de l'aéronautique. Vous comparez des choux et des carottes, un F104 G et un F104 S ne sont pas les mêmes avions, ils n'ont par exemple par le même réacteur et n'ont pas été utilisé pour faire la même chose, l'italien étant un intercepteur, l'allemand un avion d'attaque au sol.
C'est inexact de dire que seul le F104 G s'écrasait et pas à cause du centre de gravité, chose que vous devriez savoir. Mais plutôt à cause de son utilisation, on ne fait pas d'un intercepteur aux ailes courtes un avion d'attaque au sol sans que cela pose de gros problèmes. Pour mémoire, les espagnols n'en ont perdu aucun ... Les américains sur des versions différentes en ont perdu plus que les allemands ...
Réponse de le 14/02/2011 à 15:15 :
La grande majorité des crashs de F-104G est due au CFIT (Controlled Flight into Terrain) géré par un système embarqué situé derrière le cockpit
a écrit le 09/02/2011 à 15:43 :
Encore un ces fabuleux contrats annoncés à grand renfort de tambours et de trompettes par notre très cher président qui tombe à l'eau. Il semble que les rafales que nous devions vendre aussi à Kadafhi soient aussi du même ordre d'idée, c'est à dire des contrats bidons. Pourtant dans le cas de ce dictateur nous avons avalé notre chapeau allant jusqu'à toléré qu'il vienne s'installer sur le sol français avec sa tante de bédoins et accompagné en outre de ses escorts girls. C'est de la foutaise ces contrats en question.
a écrit le 09/02/2011 à 13:31 :
D'un autre côté c'est pas plus mal qu'on ne le vende pas. Transférer 100% de la technologie du Rafale, c'est créer nos concurrents de demain.
a écrit le 09/02/2011 à 12:43 :
Mais , ne pourrait-on pas proposer un prix plus bas car il vaut mieux perdre 100? que 10000? si on ne vend pas .Certes encore du deficit mais ici utile car pas de licenciements chez Dassault .
a écrit le 09/02/2011 à 12:01 :
Le Rafale ?
C'est le meilleur avion "furtif" du monde : on l'aperçoit avant le choix des Etats acheteurs, on ne le voit plus après !
Réponse de le 09/02/2011 à 13:07 :
Merci pour cette touche de bonne humeur
Réponse de le 10/02/2011 à 22:03 :
Mais le Rafale n'est pas un avion furtif, ni le JAS-39 Gripen, ni le F/A-18 E/F Hornet d'ailleurs. En revanche, le F-22 Raptor (non vendu à l'étranger) et le futur F-35 américains le sont.
a écrit le 09/02/2011 à 11:59 :
comme d'habitude les usa font pression pour vendre leurs avions et reste à savoir si ces derniers ne fourvoient pas la classe politique comme cela est leur habitude, car ce sont de très mauvais joueurs,on s'en rend compte pour le contrat des tankers,alors que ce d'eads sont nettement meilleurs que les leurs.Sans commentaires.

a écrit le 09/02/2011 à 11:18 :
le problème,
c'est que ce "petit" président part souvent dans des bouffées d'enthousiasme qu'il est le seul à avoir, et l'on voit la déformation de l'ancien "avocat" qui par principe vous annonce toujours que l'on va gagner, alors que les vrais commerciaux eux ne vendent jamais la peau de l'ours avant d'avoir reçu le chèque. Du coup à force d'annonces tonitruantes jamais suivies d'effets ou rarement (centrale nucléaire dans les pays arabes, avions brésiliens, indiens...quasiment tous plantés alors que c'était sûr) le bon peuple a pris l'aune de ce président et constate qu'il y un décalage...comme dans la politique intérieure, et ça finit par le lasser...
a écrit le 09/02/2011 à 10:16 :
dilma est corrompue, plus bien plus que lula...
Réponse de le 09/02/2011 à 10:34 :
Ho oui, en France on ne connait pas ce genre de chose....
Réponse de le 09/02/2011 à 11:04 :
ben non, heureusement.
a écrit le 09/02/2011 à 9:54 :
Le lobbying américain est le plus efficace c'est certain! Que la presse arrête par contre de relayer sans aucune vérification les communiqués triomphateurs de l'Elysée sur les ventes réalisées par notre super VRP. Chirac a peut être été plus éfficace que l'agité de la com un peu de modestie! l'information sera plus juste
a écrit le 09/02/2011 à 9:17 :
J'avais écrit autrefois dans un précédent commentaire que les USA considéraient le Brésil comme étant dans leur zone d'influence. Leurs arguments sont sonnants et trébuchants; ne souffrent pas la concurrence; peuvent même être déloyaux mais payent. Le Frelon a été construit à 1500 exemplaires; les américains pourraient en prélever quelques uns sur les stocks de l' USAF et les donner au Brésil, ça ne se verrait même pas. Arrêtons de vainement dépenser notre énergie sur ce "type de produit" et gardons le pour nous.La France en sortira grandie.
a écrit le 09/02/2011 à 8:57 :
Invendable.... comme dans le reste du monde.... fier d'être Francais et d'avoir "contribué" à la conception d'un avion exceptionnel .... tellement que personne n'en veut... par contre, j'aurai eu moins de peine si cet argent avait servi à développer les drones.... que l'on va acheter ailleurs !!...
a écrit le 09/02/2011 à 8:30 :
Cet excellent avion merite bien que l'on fasse plus de lobbying que Boeing
Pour quand une ecole de lobying en France, on est vraiment tres mauvais
a écrit le 09/02/2011 à 7:48 :

je croyais que notre PRESIDENT avait négocié et vérouillé cet ACCORD avec LULA
ce qui prouve que les soit disants contrats signés en voyage officiel sont du PIPO ?
Réponse de le 09/02/2011 à 8:29 :
ca rien à voir ni avec la qualité de l'avion ni avec Sarkozy c est du lobbying de boeing du coté américain et du marchandage du coté brésilien pour l instant rien est joué même si effectivement ca sent un peu le roussit d'un autre coté la perte de technologie surtout dans les domaines de la defense me semble etre un pari perdant a moyen terme
Réponse de le 09/02/2011 à 8:30 :
tout à fait d ' accord comme le reste d ' ailleurs
Réponse de le 09/02/2011 à 10:28 :

et bien OUI mordrakhen l'orsque l'on annonce que la FRANCE à signé avec le bresil et que de plus nous allons perdre notre technologie " et bien oui je trouve cela lamentable dans le privé cher MR il est vivement conseillé de dire OK quand c'est définitivement signé sinon on ferme sa ................... et le lbbying il est dans les deux sens !
Réponse de le 09/02/2011 à 10:57 :
ah ça sur le theme de vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tuer je suis 100% d'accord avec vous ;)
sinon vu la tournure qu est en train de prendre le monde j avoue sans faire de la paranoia aigue je vois d un assez mauvais oeil les technologies du Rafale, Leclerc , Tigre , frégates La Fayette et autres Mistral etre dissipé hors du territoire national ..Le prix de la démocratie est une constante vigilance disait ce brave Chruchill...on verra bien

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :